Bistro Bar Blog

vendredi 5 février 2016

L'arnaque des bombes atomiques (1ère partie)

Allez, certaines croyances vont encore être bousculées...


Je vous avais promis une nouvelle traduction du site de Miles Mathis qui nous a  expliqué que Stephen Hawking serait mort très probablement en 1985 et remplacé par un (mauvais) sosie. 

Dans ce nouvel article, il vient nous parler, avec sagacité et bon sens (plus un certain humour) du canular du projet Manhattan, en décodant les incohérences de la page (en anglais) de Wikipédia sur le test Trinity de juillet 1945, la toute première explosion "atomique" .

Un autre site, celui d'Anders Björkman, nous explique avec force détails et photos que les deux bombes A sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945, trois semaines après le test Trinity n'étaient pas plus des bombes atomiques, mais des bombes incendiaires au napalm. Il dit : "Les 'bombes atomiques' ont été en réalité inventées en 1913 par l'auteur de science-fiction H.G. Wells, 30 ans avant que le président Roosevelt ne démarre le projet Manhattan. Son livre, 'La destruction libératrice' (The world set free) décrit des cités autour du monde dévastées par ce qu'il appelait des 'bombes atomiques'. Wells prédisait non seulement le nuage champignon que nous associons aux bombes atomiques, mais aussi leur rayonnement durable."

Revenons à Miles Mathis, qui, entre parenthèses, déclare dans une brève mise au point, suite à un déluge d'emails de ses lecteurs, que la Terre n'est pas plate. Soyons rassurés, ce serait une "psy-op" supplémentaire.



Le canular nucléaire



Par Miles Mathis (24 janvier 2016)

Traduit par Hélios

Comme d'habitude, ce n'est que mon opinion, basée sur ma recherche personnelle.

J'ai déjà rédigé un bref article sur les tests de l'atoll de Bikini, avec des preuves photographiques montrant qu'ils étaient truqués. Certaines personnes ont lu de travers mes arguments en pensant que je laissais entendre que seuls les tests de Bikini étaient des impostures, et que les événements de Trinity et du Japon étaient réels. Bien au contraire. Je n'ai jamais voulu insinuer cela. J'ai mentionné les tests Trinity de cet article uniquement pour démontrer que les récits de Bikini et de Trinity se contredisaient. Le souffle qu'on nous montre à Trinity n'existait apparemment pas à Bikini.

En tout cas, je pensais que ma conclusion éclaircissait mes soupçons sur la contrefaçon de tous les tests et événements. Si ce n'était pas clair, je vais le clarifier ici. Je soupçonne que tous les tests et événements ont été trafiqués. S'ils n'avaient aucun événement réel à nous montrer, ils n'auraient pas eu besoin de nous montrer de des événements fictifs.

Ce qui m'a ramené sur ce sujet est d'être retourné par hasard sur la page Wikipédia de la base aérienne de l'Airforce de LookoutMountain à Laurel Canyon, cette base ayant joué un rôle de premier plan dans mon exposé sur l'affaire Tate/Manson [Miles y développe le faux assassinat de Sharon Tate, la femme de Roman Polanski, par Charles Manson]. Si vous vous souvenez, c'est une petite base militaire secrète dans les collines de Los Angeles, qui fut construite en 1941 pour fabriquer des films gouvernementaux. Elle a été agrandie en 1947, l'année un de la CIA. Elle a produit des milliers de films de propagande et c'est une chose admise. Il est dit qu'elle fut fermée en 1968, mais nous savons maintenant que c'est un mensonge. Il faut remercier Lookout Mountain pour le générique du Retour du Jedi en 1983, elle a donc dû rester en service. On veut vous faire croire qu'elle a été désaffectée en 1968, afin que vous ne puissiez pas faire le lien avec l'affaire Tate/Manson de 1969. Mais la page Wikipédia a en fait été réécrite l'année passée en changeant la date de fermeture et en mettant 1968. Quand je préparais mon article sur Tate, j'avais enregistré une copie de la page Wiki et à l'époque, la date de fermeture était 1969 et non 1968. Ils ont donc réécrit la page Wiki en réponse à mon article sur Tate. Ce n'est pas la première fois qu'une page de Wiki est réécrite ou expurgée en réponse à mes articles.



(…) Je m'attendais à ce que la page sur Lookout Mountain soit complètement supprimée, mais curieusement, elle s'est enrichie. Presque tout ce qui a été ajouté est fait pour nous induire en erreur, comme pour le changement de date de fermeture, mais tous leurs efforts pour nous désorienter ne sont pas une réussite. Plusieurs photos ont été ajoutées, dont celle-ci :


L'opération Greenhouse consistait en une série de tests nucléaires sur l'atoll d'Enewetak en 1951. Ne trouvez-vous pas bizarre que cet événement soit un film avec un script ? Je peux comprendre qu'on enregistre un événement, mais en rédiger le script ? Pourquoi serait-il nécessaire de faire le script d'un test nucléaire ? On écrit normalement un script pour un événement de fiction, pas pour un fait réel. Les événements réels n'ont pas besoin de scripts. Encore une fois, nous les voyons placer des indices bien visibles sous notre nez.

Si nous allons sur la page Enewetok [la page Wiki], nous trouvons cette photo :


La légende sous la photo annonce :
Enlèvement des filtres d'un drone Boeing B-17 de l'US Air Force après un vol à travers un nuage radioactif.
Quoi ? Il est impossible de filtrer des particules radioactives en mettant des housses blanches sur les hublots. Et si l'avion est un drone, pourquoi utiliser des filtres ? La seule raison de vouloir faire voler un drone à travers un nuage radioactif est de suivre le taux des ions. Mais si on surveille le taux des ions, vous n'avez pas besoin de filtre, n'est-ce pas ? Vous auriez besoin d'un filtre uniquement si l'avion avait un pilote. Je soupçonne qu'il y avait un pilote à bord de l'avion.

(…) La raison pour laquelle ils disent que ce B-17 était un drone, c'est pour que vous ne vous posiez pas de questions sur ce stupide filtre. S'ils avaient admis que l'avion était habité, vous pourriez commencer à vous demander comment la radioactivité peut être filtrée dans un cockpit de ce genre. En bref, c'est impossible. La radioactivité, ce sont de très petits ions, comme les alphas et les betas. Les betas sont des électrons à haute énergie. Les électrons sont minuscules et ne seront pas filtrés par des écrans. Pas plus que les photons. Il aurait fallu blinder complètement le cockpit tout autour. Il fallait un blindage, pas un filtre. Mais s'il est blindé, on ne peut le piloter, car les protections empêcheraient toute visibilité. Donc la légende n'a ni queue ni tête.


Une autre photo ridicule [sur la page Wiki pour "Trinity"]. Voici la légende :

Le major général Leslie Groves et Robert Oppenheimer à côté des restes de la tour de tir de Trinity au bout de quelques semaines. Les "surchaussures" blanches avaient pour rôle d'empêcher les retombées de trinitite de coller aux semelles de leurs chaussures.

Je vous accorde un moment pour finir de rigoler. Ils se tiennent à ground zéro quelques semaines après le test, sans tenue de protection en dehors de sacs en toile par dessus leurs chaussures. Une bombe de 20 kilotonnes est censée avoir explosé à 30 mètres au-dessus de l'endroit où ils se tiennent et pourtant tout ce que nous voyons est un petit tas de terre, même pas brûlée. Regardez le sol. La terre est tout juste craquelée. Elle aurait dû avoir été chauffée à des températures extrêmement élevées et transformée en magma ou vaporisée. On nous dit qu'ils portent des bottes chirurgicales pour empêcher la trinitite de coller à leurs chaussures, mais voyez-vous une quelconque trinitite ? La trinitite est supposée être une sorte de verre, créé en portant la terre et la roche à haute température. Voyez-vous ici quelque chose qui ressemble à du verre ? Moi non. On dirait juste de l'argile craquelée, comme dans tout désert normal. Et le verre colle-t-il aux chaussures ? Non. Si on portait le sol du désert à d'extrêmement hautes températures et qu'on le faisait ensuite refroidir très vite, il serait tout sauf collant. Il serait très dur et non-poreux, comme du verre.

On nous dit que le sable du désert était en grande partie constitué de silice, mais d'après la photo ci-dessus, nous pouvons voir que ce n'est pas vrai. Ils se tiennent sur de l'argile craquelée, non sur du sable. Et pourquoi n'y a-t-il aucun trou ? Souvenez-vous que toutes les photos trafiquées que nous voyons sur ces événements incluent une colonne géante et un champignon. D'où selon vous proviennent la colonne et le champignon ? On nous amène à croire qu'ils viennent d'un soulèvement des sédiments du sol. D'où viendraient-ils autrement ? Bon, si vous soulevez une immense colonne de sédiments et l'envoyez dans le ciel, l'explosion créera un énorme cratère ou un trou. On ne voit à la place qu'un minuscule tas de terre.

Vous allez dire, "Pourquoi s'attendre à un cratère ? Savez-vous ce que des bombes nucléaires qui ont explosé à 60 mètres font en dessous de la surface ?" Non et vous non plus. Il nous reste à nous poser la question de la cohérence – ce que nous ne saisissons pas avec ces histoires. Par exemple, pour l'explosion Baker à Bikini, qui n'était que de 13 % supérieure en puissance à celle de Trinity, on nous dit qu'elle a créé un cratère de 600 mètres de large et de 9 mètres de profondeur au fond de l'océan. Et que l'océan jouait un rôle tampon. On a fait exploser Baker à mi-chemin du fond de l'océan, nous dit-on. Il y avait donc 27 mètres d'eau entre l'explosion et le cratère créé. Mais Trinity n'était qu'à 30 mètres au-dessus du sol du désert, avec rien que de l'air entre les deux. Et on nous dit pourtant qu'elle a laissé un cratère de 9 mètres de large et de 1,50 mètre de profondeur. Je le répète, c'est 600 mètres de large pour Baker contre 9 mètres pour Trinity. Il me semble qu'ils ne voulaient pas creuser un gros trou sur le site Trinity, ils ont donc fait l'impasse dessus.

Comme nous pouvons cependant le voir d'après la photo ci-dessus, il n'y a pas du tout de cratère, même pas un de 1,50 mètre.

Oppenheimer et ses potes se trouvent au pied de la tour de tir [photo ci-dessous], qui était la tour sur laquelle la détonation s'est produite. Ils regardent l'un des quatre pieds et les gars derrière eux en regardent un autre.



Voyez-vous un cratère entre eux ? Moi non.

Nous sommes finalement censés croire que ces gars sont juste en train de traîner dans une zone hautement radioactive sans tenue de protection, à un moment où il y aurait encore des retombées ? On me dira que les retombées s'arrêtent au bout de deux semaines ou à peu près et que le sol est également non radioactif après quelques semaines. Mais cela contredit toutes les autres histoires qu'on nous a fait ingurgiter. Comme celle-ci : sur la page de l'atoll de Bikini, nous avons vu les indigènes revenir dix ans après la dernière explosion (en 1968) "en se basant sur un conseil de scientifiques selon lequel le taux de radiation avait suffisamment diminué". Pourtant en 1982, une équipe française a découvert que les taux de radiation étaient toujours dangereux et les îliens furent de nouveau déménagés. Cela se passe 24 ans après la dernière explosion. Et nous voyons pourtant Oppenheimer en personne debout à ground zéro en complet cravate juste quelques semaines après le test Trinity !


Voici une autre photo de ground zéro. Ce n'est pas la photo d'une famille en vacances, c'est une photo du gouvernement peu de temps après le test. C'est l'une des rares publiée sur la page Trinity de Wikipédia. Non seulement elle ne concorde pas avec la précédente photo, mais de nouveau, il n'y a pas de trou, pas de traces de brûlé, pas de verre, pas de preuve d'une explosion de 20 kilotonnes là-dessus. J'ai déjà vu plus de dégâts à la plage quand les enfants construisent des châteaux de sable. Et qui sont ces gugusses ? On dirait un couple de clochards. Est-ce le genre de photo que vous vous attendez à trouver sur un énorme website grand public pour prouver le test Trinity 70 ans après les faits ? On s'attendrait à voir au moins une troupe de généraux 5 étoiles et autres gros bonnets ou un groupe de bureaucrates en chef. On ne s'attendrait pas à un couple de gars qui semblent à la recherche de vieux pneus. Encore une fois, la plaisanterie crève tellement les yeux qu'il ne vous reste plus qu'à en rire.


Rappelez-vous aussi que le test Trinity aurait été réalisé le 16 juillet 1945. Il y a eu Hiroshima le 6 août 1945, trois semaines plus tard. Non seulement cela ne tient pas debout en tant que test, cela ne tient pas debout non plus étant données la situation de la guerre en juillet. Un test d'engins explosifs importants demande normalement beaucoup plus de temps. On ne teste pas quelque chose juste une fois pour le mettre ensuite en service trois semaines plus tard. Même avec quelque chose d'aussi insignifiant que des nouveaux cosmétiques, on les teste sur plusieurs mois ou années à différents niveaux et on attend ensuite pour surveiller les effets secondaires. On ne frotte pas juste une lotion sur un cobaye, OK "Oh, il n'est pas mort tout de suite", et on ne met pas la lotion en rayon la semaine d'après. Cette précipitation à larguer une bombe testée une seule fois devrait vous paraître très suspect. Encore plus suspect sachant que le Japon était déjà battu. Ce n'est pas comme s'ils allaient attaquer le sol de l'Amérique et que nous devions les bombarder pour nous protéger. Nous bombardions le Japon depuis début mars et ils étaient incapables de nous stopper. Selon l'histoire officielle, une bombe incendiaire a été larguée sur Tokyo le 9 mars, tuant 100.000 personnes. Entre mars et juillet, nous avons lâché des bombes incendiaires sur 66 autres cités japonaises, causant la mort d'un demi-million de gens. Combien de cité américaines ont-elles été bombardées dans cette période ? Voyons… oh, c'est ça, zéro. On nous a dit que les bombes avaient été larguées pour empêcher d'autres pertes de notre côté, mais c'est encore pour détourner notre attention. Les japonais ne nous attaquaient pas à ce point. Pourquoi l'auraient-ils fait ? Mettez-vous à leur place. Si votre patrie est mise en pièces par les bombardements, vous allez reculer et mettre tout ce qui vous reste dans la prévention de nouvelles attaques sur votre sol. Vous n'allez pas envoyer vos forces dans des missions offensives, vous allez les garder sur votre sol en posture défensive. La seule manière de perdre des hommes à ce stade était de leur faire survoler le Japon ou de les faire naviguer sur ses côtes. Si nous ne voulions pas perdre d'hommes, tout ce qu'il y avait à faire était de rester au loin. Que l'empereur se soit "rendu sans conditions" ou non n'est pas la question. La question est qu'il était incapable de nous causer du tort, capitulation ou non. Il était battu, point final. Il n'y avait certainement aucune justification pour continuer les bombardements.

En bref, vous pouvez garder l'esprit tranquille à ce sujet, parce qu'il n'y a aucune chance que nous ayons largué des bombes nucléaires sur le Japon. Cela ne s'est tout simplement pas produit. Le Japon le sait, la Russie le sait et les seuls à ne pas savoir, ce sont les citoyens américains, qui ont été réduits par la propagande à un état d'idiotie massive. La peur du nucléaire n'a pas servi à tenir les russes à distance (car les russes n'avaient pas non plus de nucléaire). Elle a surtout servi pendant 70 ans à entretenir un sentiment de panique chez les citoyens américains et à maintenir un niveau de dépenses militaires et d'espionnage absurdement élevé.

À suivre...

10 commentaires:

  1. Faut pas déconner?
    D'ailleurs l'auteur évoque la radioactivité à tour de bras pour se gausser des manques de précaution des américains dans la 1ere partie, mais se garde bien d'évoquer la radioactivité en ce qui concerne Hiroshima et Nagasaki, et les leucemies et cancers qui ont frappés la population par la suite (surtout les très jeunes).
    Ce n'est plus être sceptique là, c'est juste une posture (l'orgueuil du "on ne me la fait pas à moi").

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les populations de ces deux villes avaient été évacuées avant qu'elles ne soient incendiées au napalm phosphore
      .

      Supprimer
  2. Et les déformations génétiques par irradiation des gènes, du photoshop?

    RépondreSupprimer
  3. Avant de réagir, prière de lire les 2 autres parties à venir. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour, la suite.. bientôt?
      Bien à vous

      Supprimer
    2. Les deux autres parties ont bien sûr été publiées, voir dans la colonne de droite la liste des articles de février 2016.

      Supprimer
  4. il y a eu une imposture c'est certains, les soi disants irradiés étaient des brulés de l'incendie, après les malformations il y en a eu toujours et viennent surtout de l'inhalation des produits chimique et médicament. Voir les effets de l'agent orange au Vietnam. j'attends la suite. Ces articles font référence à un autre blog je crois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces articles de janvier 2016 sont traduits du site de Miles Mathis comme précisé en introduction.

      Supprimer
  5. Salut!...comment peut on interperter cette info?
    http://sciencepost.fr/2017/03/etats-unis-declassifient-dizaines-de-videos-dessais-nucleaires/
    Cdlt.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.