Bistro Bar Blog

lundi 12 mars 2018

Le compteur Linky fait son premier mort...

L'incendie : un des principaux dangers de ce compteur.

Stéphane conseille d'alerter la population.

Source

Le compteur Linky fait
hélas son premier mort

L'inévitable s'est produit : un nouvel
incendie de compteur Linky a tué un
habitant à Laxou (Meurthe-et-Moselle)
 
Mercredi 7 mars 2018, à Laxou (54), le compteur Linky a assurément fait son premier mort, lequel risque hélas de ne pas rester un cas unique si un coup d'arrêt urgent n'est pas mis au programme d'installation des compteurs communicants.

En effet, comme il est rapporté par l'Est Républicain (1), "le locataire occupait seul son logement qui, après le drame, était totalement sinistré. Le compteur électrique fondu témoignait d’un important dégagement de chaleur".

Or, comme on peut le constater sur le propre site d'Enedis (2) consacré aux compteurs Linky, ces derniers ont été entièrement déployés à Laxou. C'est donc assurément un compteur Linky qui a causé l'incendie mortel de ce mercredi.

Ce n'est hélas pas une surprise puisque depuis des mois, et malgré le déni de réalité de l'industriel Enedis et des autorités, nous ne cessons d'avertir que, parmi les nombreux désagréments causés par les compteurs Linky, les incendies de plus en plus nombreux mettent incontestablement en danger la vie des habitants.

Le 20 février, comme rapporté par France Bleu (3), un habitant de Châteauneuf-les-Martigues a frôlé le pire : "J'ai ouvert le coffret et j'ai vu le boîtier vert, le nouveau compteur Linky qui était en train de cramer (…) Tout le rez-de-chaussée a quasiment brûlé (…) on a tout perdu."

Et il ajoute des informations qui confirment ce que nous dénonçons depuis des mois : "L'installateur du compteur m'avait expliqué qu'il avait été formé rapidement et qu'il obtenait une prime à la fin du mois s'il installait 10 compteurs par jour, donc il travaille vite et cela ne va pas avec bien".

Le 28 janvier, un compteur Linky a pris feu à Saint-Mathieu (87), comme relaté par France bleu (4)

Fin janvier encore, ainsi que l'explique L'Union (5), c'est tout un immeuble qui est mis en danger par des incendies de compteurs Linky.

Le 27 novembre, un impressionnant incendie a été causé à Louveciennes (Yvelines) par un compteur Linky qui, heureusement, était situé à l'extérieur du logement (6).

Le 24 novembre, ainsi que rapporté par La dépêche, ce sont deux Linky qui ont pris feu dans une résidence de Toulouse (7)

Début novembre, comme expliqué par Le Parisien (8), une famille a frôlé le drame et, malgré les dénégations d'Enedis, la responsabilité du Linky est avérée : "Ma femme et notre fils de 4 ans dormaient (…) j’ai entendu des détonations provenant du garage. (…) Des flashs lumineux sortaient du compteur. J’ai alors coupé le disjoncteur mais le compteur [Linky]a carrément pris feu au bout de deux minutes." Le Parisien précise que "La famille a juste eu le temps de sortir de chez elle avant que le garage ne s’embrase. A l’arrivée des pompiers, les flammes gagnaient déjà leur cuisine."

Le 14 novembre, ainsi que relaté par La Nouvelle République (9), un habitant explique que "Le compteur Linky s’est consumé, sans flamme. Heureusement que tout était fermé, qu’il n’y avait pas d’air qui circulait, sinon tout aurait brûlé".

Le 13 avril, comme relaté par La Marseillaise (10), un Linky a pris feu dans une cave.

Il ne s'agit là que de quelques exemples qui ont pu être traités par la presse, mais d'innombrables autres cas sont relatés sur les réseaux sociaux, preuves à l'appui (par exemple : 11)

Hélas, Enedis et les pouvoirs publics se réfugient dans le déni, le distributeur étant même accusé par plusieurs victimes de venir au plus vite dès qu'un incendie de Linky est signalé afin de faire disparaitre toutes les preuves et de prétendre, ensuite, que l'incendie provenait d'une autre cause.

Nous avons posé depuis plusieurs moins la question "Faut-il attendre un mort avant que les autorités réagissent enfin ?". Désormais, la question est "Au bout de combien de morts le programme Linky sera-t-il enfin stoppé ?"

Il est en tout cas avéré que, contrairement à ce qu'on a bien voulu nous faire croire, le Président de la République, son gouvernement et sa majorité ont au moins autant de mépris pour la population que leurs prédécesseurs, comme ils le démontrent en continuant à vouloir imposer les compteurs Linky à des millions de citoyens qui n'en veulent pas.

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.fr

1) https://www.estrepublicain.fr/actualite/2018/03/08/mort-dans-son-appartement-enfume
(11) Un exemple parmi beaucoup d'autres : https://twitter.com/Donatien_H/status/961248007911067648

6 commentaires:

  1. N'oublions pas s'il vous plaît, que l'entretien de la peur générale fait partie du programme des gouvernements, alors l'abandon du LINKY, NON bien sûr!

    RépondreSupprimer
  2. Dans une newsletter, Stéphane signale qu'Enedis veut l'attaquer en justice pour le communiqué d'hier (l'article ci-dessus). Mais il y a eu deux autres incendies dans la Manche :

    https://www.lamanchelibre.fr/actualite-481885-manche-deux-feux-de-compteurs-electriques-linky

    Notez la dernière phrase de l'article de la Manche Libre. "Pourtant les coupe-circuit des deux commerçants n'avaient pas de problème avec leur ancien compteur."

    RépondreSupprimer
  3. Étant responsable des installations d'éclairage public dans une commune du var, j'ai eu une armoire d'eclairage public datant de 2007 qui a pris feu l'été 2017. Cette armoire n'etait pas équipée du compteur communiquant Linky. Suite au passage de notre expert d'assurance ainsi que celui de ENEDIS, l'origine du sinistre est lié à un câble dans l'armoire électrique (après le compteur électrique et le disjoncteur d'abonné) mal serré dans un bornier de répartition, donc à la charge de la commune. Ce phénomène est lié à la consommation électrique sur câble mal serré qui génère un échauffement anormal des câbles et borniers qui finissent par fondre et générer un court-circuit qui initie un début d'incendie.
    Il semblerait que sur de nombreux cas, l'origine des sinistres est lié au mauvais serrage des borniers du compteur communiquant Linky.
    J'ai été présent avec le technicien chargé du déploiement des compteurs Linky, ce dernier utilisait les outils fournis par ENEDIS, à savoir un tournevis dynamométrique: ce tournevis saute lorsque le couple de serrage préconisé par le fabricant du compteur Linky est dépassé. Il y a peut être quelque chose à revoir: soit le couple de serrage est trop faible, soit la valeur du couple de serrage du tournevis dynamométrique n'est pas conforme aux préconisations du fabricant, ou encore si le technicien ne met pas d'embouts spéciaux sur les câbles souples.

    Un petit édit du message initial: si l'installation d'éclairage public telle que nous pouvons le voir sur la photo alimentait des lumaires par câble en aérien c'est conforme à la réglementation en vigueur ( NF C 15-100, NF C 17-200). Néanmoins, si cette installation alimentait des luminaires par câbles en souterrain, là l'installation est totalement hors norme: la présence de DDR, type disjoncteur différentiel 300mA courbe B, stipulé par les normes citées ci-dessus, est obligatoire. Un bureau de contrôle électrique indépendant et agréé pourra le confirmer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis électricien moi aussi je confirme que beaucoup d'incident sont déclenchés par un mauvais câblage plus que par le matériel en lui-même.

      Supprimer
  4. COMMUNIQUÉ DE STÉPHANE : RASSEMBLEMENT LE 18 AVRIL AU TGI DE RENNES de 9h à 12 h. Les assos bretonnes donnent RV à tous les opposants au compteur Linky. Maître Jean-Pierre Joseph, avocat des 173 plaignants bretons contre Enedis et le Linky sera présent à l'audience et fera un compte-rendu à l'issue de l'audience. Mobilisons-nous pour soutenir l'action des 173 plaignants contre Enedis et pour porter notre revendication juste et légale du refus du compteur Linky.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.