Bistro Bar Blog

vendredi 4 août 2017

Stéphane Lhomme (site refus Linky) est mis en examen

Notre courageux Stéphane, qui donne beaucoup de son temps depuis plusieurs mois pour nous informer sur les dangers du compteur Linky et sur les moyens de l'éviter (son site et ses conférences bénévoles partout en France), a été mis en examen hier, jeudi 3 août, pour des plaintes déposées par l'UFC-QueChoisir.

Cette société, censée défendre les consommateurs, a choisi de soutenir Enedis.

Stéphane a besoin de nous, car il doit payer un avocat et également ses frais de déplacement à Paris (il habite en Gironde).

Aussi il lance une souscription. J'ai envoyé mon soutien hier et si vous vous sentez concernés, je vous prie de le faire aussi. Voici son article avec les explications de l'affaire :


Compteurs Linky : Stéphane Lhomme a été
mis en examen jeudi 3 août au TGI de Paris
suite à trois plaintes... de l'UFC-QueChoisir !

Au lieu de combattre Enedis et son compteur Linky (qui surfacture et oblige à prendre un abonnement plus cher), l'UFC-QueChoisir attaque les citoyens engagés contre les compteurs communicants...



Se présentant généralement comme des "chevaliers blancs" n'ayant pas peur de défier les plus grands puissances industrielles et commerciales, les dirigeants de l’UFC-Que choisir on adopté une position tout à fait surprenante à propos du déploiement des compteurs communicants Linky : tout en reconnaissant que ces compteurs vont faire augmenter les factures de beaucoup de consommateurs, ils ne cessent de tenter de démobiliser ces même consommateurs et, aujourd'hui, s'attaquent même directement aux citoyens engagés contre le déploiement des Linky...
C'est ainsi que Stéphane Lhomme, conseiller municipal de Saint-Macaire (1), un des animateurs de la lutte contre le déploiement des compteurs Linky (2), a été mis en examen le 3 août 2017 au TGI de Paris par la Vice-Présidente chargée de l'instruction, suite à... trois plaintes déposées à son encontre par l’UFC-Que Choisir.
Notez bien que cette mise en examen est quasi automatique lorsqu'il y a plainte avec constitution de partie civile, mais que cela ne préjuge aucunement du résultat final de l'affaire.

Dans un premier temps pourtant, dans un article publié le 2 décembre 2015 (3), explicitement titré « Linky : l’intérêt des consommateurs à la trappe », l’UFC ne mâchait pas ses mots à l’encontre du programme d’Enedis (ex-ErDF) :

« Linky va alourdir la facture d’électricité des ménages. D’abord parce que même s’il n’apparaît pas en tant que tel et qu’ERDF assure pouvoir le financer par des gains de productivité, son coût pourrait finalement y être intégré via le tarif d’acheminement de l’électricité. Surtout parce que d’après une étude menée par l’UFC-Que Choisir sur un panel de consommateurs, 37 % des ménages consomment au-delà de leur puissance d’abonnement. Les compteurs actuels supportent ces dépassements ponctuels sans disjoncter, Linky pas toujours. De nombreux usagers pourraient avoir à souscrire à une puissance plus élevée, donc à un abonnement plus cher ! »

Mais, contrairement à certaines de ses associations locales, la direction de l’UFC Que choisir a rapidement « oublié » de s’opposer au programme Linky et, pire, est étrangement venue au secours d’Enedis, confrontée à une vague de refus.

Dans un article publié sur son site web consacré au Linky, Stéphane Lhomme a pointé les comportements et arguments étranges développés par un chargé de mission de l'UFC, dépêché dans les médias pour dissuader les usagers de refuser les compteurs Linky, et les textes de même tonalité publiés dans la revue QueChoisir.

Mais l'article a aussi pointé le conflit d'intérêt né de l'opération "Moins cher ensemble" organisée par l'UFC-QueChoisir avec les producteurs d'électricité et, de fait, le distributeur Enedis : comment appeler les citoyens à fermer leurs portes aux installateurs de compteurs Linky alors que les Conditions générales de vente, annexées à l'opération "Moins cher ensemble", prévoient au contraire le libre accès aux compteurs ?


Prise la main dans le sac, la direction de l'UFC-QueChoisir a décidé se s'appuyer sur ses puissants moyens financiers pour tenter de réduire ces critiques au silence. Ce sont donc trois plaintes - une du chargé de mission M Mouchnino, une de la rédactrice Mme Chesnais, et surtout une de l'UFC en tant que telle - qui ont été déposées contre Stéphane Lhomme. De toute évidence, l'UFC a choisi... le camp d'Enedis et du Linky, au détriment des citoyens et des consommateurs !


* * * * * * * * * * * * * * *

Voici ce qu'il a envoyé hier à sa liste d'abonnés :



Bonjour à toutes et tous,

Me voilà rentré de mon périple de ce jour au Tribunal de Paris du fait des 3 plaintes déposées à mon encontre par UFC-QueChoisir qui, de toute évidence, a "choisi"... de soutenir Enedis et Linky. 4h de voyage aller, autant au retour, le tout à mes frais...

Il faut avant tout dire que la procédure choisie délibérément par UFC-QueChoisir ne laissait aucune possibilité à la juge chargée de l'instruction, qui ne pouvait que me convoquer... et me mettre en examen (sans que cela ne préjuge du résultat final), ce qui est donc fait.

UFC avait pourtant la possibilité de faire ce que l'on appelle une "citation directe" : une date d'audience aurait alors été fixée dans quelques mois et le tribunal aurait alors jugé s'il y a ou non diffamation de ma part.

Mais UFC-QC a délibérément choisi la plainte avec constitution de partie civile, ce qui a pour effet d'allonger terriblement la procédure (on aura l'audience probablement... en 2019 !), ce qui montre bien que l'objectif de l'UFC-QC n'est absolument pas d'obtenir au plus vite "réparation" et de "laver son honneur" (auquel cas ils auraient fait une citation directe) mais bien de m'intimider et surtout de me ruiner.

Mon avocat me fait un forfait à tarif d'ami, mais il ne peut pas travailler pour rien, et il y a aussi les frais de déplacement pour lui et pour moi. D'ores et déjà, je dois sortir plus de 4000 euros de ma poche, soit 3 mois et demi de mon salaire (le smic. Pour rappel, je suis conseiller municipal totalement bénévole, comme la majorité des élus locaux).

Et ce n'est qu'un début, car il ne s'agissait aujourd'hui que de la première des trois plaintes...

Je me permets donc de lancer un appel à la solidarité. Je ne souhaite cependant pas qu'on envoie de l'argent directement à mon nom, je remercie donc à l'avance les gens qui voudront bien souscrire, d'envoyer un petit quelque chose à l'association que j'ai créée et qui me paye : l'Observatoire du nucléaire.

C'est cette association qui paiera l'avocat et les frais, ce qui aura d'ailleurs pour avantage que tout sera public (car les comptes de l'association sont bien sûr publics et publiés sur le site web).


POUR SOUSCRIRE (si vous le voulez/pouvez) :


ou alors :

Adresser un chèque à l’ordre de l’Observatoire du nucléaire à :
Observatoire du nucléaire, 12 rue des Pommiers, 33490 Saint-Macaire
ou faire un versement par RIB ou RIP 



MERCI D'AVANCE...


Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.fr


Attention : il ne s'agit pas de déshabiller Pierre pour habiller Paul, svp ne vous mettez pas en difficulté si vous êtes en situation financière précaire.

14 commentaires:

  1. Aujourd'hui, plus de 400 communes françaises sont opposées à la pose du Linky.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un beau combat mais à terme tout le monde aura son compteur Linky par les changement des compteurs actuels quand ils seront obsolète et certaines surtension se chargeront d'achever les derniers récalcitrants, car rien est éternel un moment ou un autre tous les vieux compteur seront changés.
    Joli combat mais qui à terme sera perdant pour tout le monde car tout le monde aura son Linky

    RépondreSupprimer
  3. Partant de ce principe on ne fait plus rien et on dit amen à tout. J'espère que tu viendras nous parler de ton nouveau Linky flambant neuf dans quelque temps...

    RépondreSupprimer
  4. Il est déjà installer je n'ai vu aucun changement, avec ou sans Linky les tarifs augmente chaque année quand même.
    Quand aux combats je ne me lance pas dans une bataille ou je n'ai aucune change, je suis électricien et même moi je n'ai pas le droit de toucher au compteur, sinon il y a le choix de se désabonner et de s'éclairer à la bougie sinon c'est Linky car nous ne sommes pas propriétaire du compteur tu peux changer ton disjoncteur mais ton compteur pas touche c'est propriété de l'Etat.

    De toute façon j'ai toujours trouvé le débat sur le Linky ridicule, les gens se balade avec leur portable collé à l'oreille toute la journée et après ils se plaignent des ondes Linky.
    J'aime bien ton site j'ai juste émis un avis critique il n'y avait rien de méchant là-dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, je n'ai jamais eu de portable, il n'y a pas de wifi chez moi et je résisterai aussi longtemps que possible contre un appareil nocif qu'on veut m'imposer. De toutes façons, mon compteur est dans la maison, Enedis n'y mettra pas ses sales pattes.

      Supprimer
    2. Alors tu auras seulement droit aux ondes de ton voisin :-)

      Supprimer
    3. J'ai la chance d'habiter dans un hameau et la plus proche maison est à 200 mètres, ça doit limiter les risques.

      Supprimer
    4. @ Pépé Le Putois
      Souvenir d'école : P en Watt = U en Volts x I en Ampères .√3 pour le triphasé
      Si j'ai bien compris les anciens compteurs nous mesuraient notre consommation en Watts avec une limitation de puissance au disjoncteur fixé par notre type d'abonnement +ou -15A ou 30 A car le réglage était mécanique (donc souple, des barrettes en cuivre et des vis à déplacer).
      Le LYNKY mesure les Volts multipliés par les Ampères consommés en instantanés (VA) U √3=RI.
      L'EDF ne fournissant pas au cours de la journée un voltage stable ( et non ce n'est pas du 230Volts tout le temps !) le rapport VA est variable. et comme explique "dereco" sur le mode Ampérage tout appareil raccordé, consomme même s'il ne "produit" rien !
      Ce qui fait que des abonnements 30A anciens ne suffisent plus avec le LYNKY et que en plus d'être obligé de prendre un abonnement "la taille au dessus , la consommation va aussi augmenter ! Les abonnements nouveaux sont donc en KW !!! et non plus en Ampères !
      De plus, à distance "ILS" ont toute latitude, grâce au LINKY, pour faire varier discrètement les réglages ( Volts/Ampères) sans que tu puisses le savoir.

      Supprimer
    5. Salut Bertie, je ne dis pas que Linky n'est pas une arnaque je le comprends bien, je dis seulement que si l'État a décidé de l'imposer à tout le monde à terme tout le monde aura un Linky, c'est seulement une histoire de combat ou à la fin l'État gagneras quand même car tous les compteurs seront changer un jour.
      Je suis paré pour d'autres combat plus important, le problème Linky ne me semble pas d'un grand intérêt pour y dépenser mon énergie.

      Supprimer
    6. C'est bien là "un" des problèmes de notre société ! En abandonnant d'avance le terrain ...
      Ce que refuse Stéphane Lhomme avec juste raison... et raison juste aussi .

      Supprimer
    7. Je n'abandonne pas puisque je n'ai jamais cherché à combattre Linky, ce n'est qu'un faux problème qui mobilise de l'énergie pour rien.

      Comme je te l'ai dit je suis paré pour d'autres combat et cela même l'État ne pourra rien contre moi, dans ma vie j'ai déjà battu une banque parce que je ne voulais plus rembourser un crédit et au final c'est moi qui ai gagné et ça m'étonnerait qu'il y ait beaucoup d'ouvrier en France à qui la Banque éponge plus de 15000 € de crédit, le pot de terre peut gagner contre le pot de fer il suffit juste de savoir canaliser son énergie pour gagner.

      Supprimer
  5. Le débat est loin d être "ridicule" -cela concerne notre santé, notre avenir, l avenir de nos enfants.. et notre liberté de choix aussi. C est en ce sens que ce débat, ce combat plutôt est une cause juste et légitime.
    Et c est aussi comprendre et réaliser, mettre en pratique -le pouvoir du plus grand nombre.. (la vraie démocratie) : si nous le refusons TOUS, quelle alternative ont-ils.. emprisonner les gens, leur coller des amendes, leur couper l électricité.. Ce combat, ce n est que grâce au + grand nombre que nous pourrons le gagner à mon avis. Un grand MERCI à tous ceux qui disent NON et qui ne sont pas près de baisser les bras. Puissent-ils être rejoints rapidement par la majorité (silencieuse). Et à tous ceux qui ne savent pas ou qui ne voient pas où est le problème : INFORMEZ-VOUS. Les raisons sont sérieuses, connues, circonstanciées.

    RépondreSupprimer
  6. NEWSLETTER de Stéphane concernant la SOUSCRIPTION : un succès ! Merci aux lecteurs du blog qui ont participé.

    "De retour d'une petite semaine de congés (bien mérités), j'ai trouvé des centaines d'enveloppes dans ma boite aux lettres, sans oublier les virements directs. Je ne sais comment vous remercier pour toutes ces souscriptions.

    J'ai donc beaucoup de travail administratif devant moi, je vais essayer de remercier chacune et chacun, ne m'en voulez pas si je vous "oublie" involontairement. Dans un tel cas, envoyez moi un e-mail d'ici 15 jours, afin que je tienne tous les participants parfaitement informés de l'usage de la souscription.

    D'ores et déjà, plusieurs milliers d'euros sont arrivés (je ferai le point dès que possible), merci donc de ne plus souscrire ou de réorienter vos aides vers d'autres collectifs ou d'autres causes tout aussi justifiées que le refus des compteurs communicants."

    RépondreSupprimer
  7. La souscription de Stéphane (par l'intermédiaire de l'Observatoire du Nucléaire) a recueilli la belle somme de 28.738 € ! Stéphane ne sait comment remercier tous les généreux donneurs. Je le cite :
    "Parmi tous les messages reçus, beaucoup ont d'ailleurs précisé qu'il s'agissait aussi de me soutenir de façon générale et pas seulement face aux plaintes de l'UFC. Il apparait donc envisageable qu'une partie de la souscription me permette de continuer à agir dans les mois à venir car, vous le savez, le combat contre les compteurs communicants est loin d'être terminé. Dans tous les cas, tout passe de façon transparente par le compte de l'Observatoire du nucléaire, et mon salaire reste fixé au smic : il n'est évidemment pas question que je fasse le moindre "profit" sur le dos de la mobilisation.

    Il sera peut-être aussi possible de participer au financement d'autres procédures anti-Linky, auquel cas je demanderai l'aval des souscripteurs. Cependant, à ce jour, nous n'en sommes pas du tout à voir comment redistribuer un possible surplus d'argent récolté : l'objet de la souscription est bel et bien de se défendre face aux plaintes d'UFC et, même si nous sommes confiants, il existe quand même un risque d'être condamné, mais aussi de voir l'UFC nous entraîner en appel, en cassation, etc. Cette organisation peut s'appuyer sur de puissants moyens financiers (dont des subventions publiques) et ne craint donc pas de lancer des procédures comme le montre le début de l'affaire.

    Pour mémoire, si l'UFC voulait de toute urgence "laver son honneur", elle aurait utilisé la procédure usuelle (citation directe) en cas de diffamation réelle ou supposée. Au contraire, cette organisation a choisi de déposer contre moi des plaintes avec constitution de partie civile, procédures longues et coûteuses : le but de cette stratégie ne peut qu'être de m'étouffer financièrement. Mais c'était sans compter sur votre soutien, merci encore et encore !

    Je vous tiendrai bien sûr informés de l'évolution de cette affaire en essayant autant que possible de la mettre à profit pour faire avancer notre combat contre les compteurs communicants. Peut-être au final pourrons-nous remercier l'UFC ?

    Nous aurons aussi dans les prochaines semaines des nouvelles concernant les procédures "tests" pour faire enlever un Linky (Ariège) et pour empêcher préventivement l'installation de plusieurs Linky (Paris), sans oublier les procédures concernant les communes...

    Continuons à nous battre pour faire valoir nos droits et l'intérêt général et collectif."


    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.