Bistro Bar Blog

dimanche 2 avril 2017

Nucléaire et OVNI, suite


Voici le compte-rendu des recherches faites par l'un des lecteurs de Miles Mathis à la suite de son article sur les coulisses du programme nucléaire. Il traite entre autres des écussons de mission du NRO (Bureau de Reconnaissance National). 

Selon Wikipédia :
Le National Reconnaissance Office (NRO) est l'une des 17 agences de renseignements des États-Unis. Elle crée, construit, et met en opération les nombreux satellites espions du gouvernement américain. De plus, elle coordonne la récupération et l'analyse des informations des engins espions des services militaires et de la Central Intelligence Agency. Le NRO, qui fait partie du département de la défense, reçoit ses fonds du National Reconnaissance Program.
Le NRO travaille en étroite collaboration avec les autres agences de l'information et de l'espace, ce qui inclut la National Security Agency, la National Geospatial-Intelligence Agency, la Central Intelligence Agency, la Defense Intelligence Agency et plusieurs autres organisations. Le NRO est responsable de l'opération de nombreuses stations sur le sol qui collectent l'information prise par les satellites, pour ensuite la redistribuer.

Les commentaires de Miles Mathis figurent en vert dans le texte.

Source de l'article 

Traduit par Hélios.

NRO

[Miles : ce qui suit a été écrit par l'un de mes lecteurs en réponse à mon récent article qui discutait de ce qui peut se cacher derrière le problème nucléaire. Je l'ai publié pour votre édification avec quelques brefs commentaires de ma part.]

La référence à Hiller pourrait expliquer pourquoi les gars de la sphère conspirationniste ont pimenté l'histoire OVNI/extraterrestre avec les soucoupes volantes nazies. Et si les lumières de Phoenix "en forme de boomerang" (comme le disent des témoins dans les vidéos sur YouTube) étaient réelles, cela pourrait expliquer autre chose. Quand j'ai lu votre supposition des super-riches voyageant silencieusement de nuit dans les nouveaux modes de transport, cela m'a frappé. Je me suis souvenu de l'un des écussons les plus effrayants des missions de la NRO, sorti en août 2000 (3 ans après l'événement des lumières de Phoenix), avec des yeux de hibou et la devise La nuit nous appartient.



Qu'est-il supposé signifier ? N'est-ce qu'une métaphore ou sont-ils sérieux ? Si on regarde leur organigramme de 1971, ils ne gèrent pas seulement les satellites, mais également l'aviation.

[Note : La NRO est l'une des cinq grandes agences de Renseignement et Wiki admet qu'elle a été créée par une commission bipartisane (je suppose le Congrès ou le GAO [government accountability office, l'équivalent de notre Cour des Comptes]) et qu'elle a "de loin le plus gros budget de toutes les agences de renseignement". Wow. Bien plus gros que la CIA, dont j'ai démontré par simple calcul qu'elle peut posséder 6 millions d'employés ? Il est admis que le budget annuel de l'actuel NRO tourne autour de 20 milliards de dollars, le cinquième de l'ensemble du budget du Renseignement. Ils admettent que le NRO a existé à part entière dans l'ombre pendant plus de trente ans, car il a été constitué en 1961 et déclassifié en 1992. Ce qui veut dire que l'existence tout entière de la NRO est restée secrète jusqu'à récemment. Et ce alors qu'on nous dit que les grands secrets ne peuvent être gardés. Toute l'activité du NRO depuis 1972 est toujours classifiée. Il est pourtant connu qu'il a été impliqué dans le 11 septembre, car ils effectuaient ce matin-là des exercices d'entrainement centrés sur les avions qui percutent des édifices. Comme le NRO revient à être Google Earth (qui utilise l'imagerie publiée par le NRO) qui sert à espionner, je peux vous dire que cela ne devrait pas coûter 20 milliards de dollars par an. Le démarrage constituerait la plus grosse dépense : la production et le lancement des satellites. Mais une fois qu'ils sont là-haut, les coûts de maintenance sont relativement faibles. On a besoin ensuite d'une technologie au sol et d'une équipe pour analyser les données. Alors où vont les 20 milliards ? Ils doivent servir à un programme de transport secret ou aller directement dans la poche des multi-milliardaires, ou les deux.]

Et pourquoi a-t-on l'Afrique en arrière-plan ? Si on s'informe sur ce logo, ils parlent de quelque chose au sujet d'un gars qui a compris que le véhicule noir de l'écusson (celui au large de l'Afrique) marque l'emplacement supposé d'un satellite qui devait être remplacé durant cette mission. Je ne serais pas surpris si c'était le cas, car l'île de l'Ascension se trouve dans cette zone.

"Le Royaume-Uni et les USA gèrent toujours conjointement l'aérodrome d'Ascension, qui est une base au sol servant à de multiples usages. L'une des quatre antennes satellite GPS se trouve là. L'île de l'Ascension était un site d'atterrissage d'urgence pour le programme de la navette spatiale. L'île garde un rôle dans l'exploration spatiale : l'ESA [Agence Spatiale Européenne] y gère une installation de surveillance pour les fusées Ariane".

[Miles : L'île de l'Ascension est un endroit très curieux. Pas seulement pour son volcan, qui peut agir comme une pyramide, mais pour le câble posé en 1899, reliant l'île au continent. Comme la population était négligeable, demandez-vous pourquoi ils avaient besoin d'installer ce câble en 1899. Ascension est à plus de 1600 km de la côte africaine. Pouvez-vous imaginer le coût de pose d'un tel câble, juste pour le bénéfice des quelques pauvres insulaires et moutons de l'île ? C'était bien sûr longtemps avant la construction de la piste d'atterrissage, Ascension n'a donc pu être une base militaire. Quel avantage militaire pour nous ou pour l'Angleterre présente l'occupation d'Ascension ? Aucun, ce qui indique que le réel usage de cette île ne nous a pas été dit. On pourrait bien sûr dire la même chose pour une autre île volcanique : Hawaï.]

Voici un autre écusson ou logo de mission de la page NRO de wiki qui a attiré mon attention.

On dirait que Merlin ou Gandalf pratique sa magie à l'aide d'une sorte d'électricité. Ou est-ce le champ de charge dont vous nous parlez toujours ?

Je vais refaire une rapide réanalyse du premier écusson, car je n'en ai pas étudié tous les détails hier.

a) La bordure du premier écusson ressemble à une toile d'araignée découpée en 15 portions. Pourquoi 15 ? on imaginerait plutôt un nombre pair, 12 ou 16. Ils ont vraiment dû s'embêter pour en mettre 15 ici.

[Miles : Veulent-ils signaler l'élément numéroté 15 qui est le phosphore ? Plusieurs raisons l'expliqueraient. Premièrement, le phosphore est l'élément du diable, en raison de son usage dans les explosifs. Deuxièmement, il se réfère à la planète Vénus, qui a d'importantes caractéristiques de charge comme je l'ai signalé dans mes articles. Troisièmement, le mot provient du mot grec pour lumière, phos/photon. Ce qui encore une fois oriente vers le champ de charge. On peut se demander pourquoi ils nous donneraient un tel indice. Parce que ce n'est pas un indice pour nous ; c'est un marqueur pour eux. Ils imaginent que nous ne savons pas lire ces marqueurs en tant qu'indices .]

b) Les yeux de hibou ressemblent à la toile d'araignée sur les dollars (où, en passant, on trouve en fait un petit hibou selon des chercheurs conspirationnistes).

[Miles : le hibou se réfère à Diane et à la lune, bien sûr, mais il se réfère aussi à Lilith, compagne de Satan. Il est donc relié à la référence du phosphore que nous venons de voir. J'ai aussi montré ce lien dans le vieux dicton "Begone Dull Care" [traduit approximativement par "Va-t-en, ennuyeux soi"], utilisé au Bohemian Grove comme nous l'a révélé Alex Jones. DULL CARE est l'anagramme de DRAC ULLE, ou Draco Ulula. Ce sont les mots latins pour dragon et hibou. Ils nous disent donc qu'ils sont maîtres de la nuit tant au sens figuré que littéral.]

c) L'année 2000 me rappelle "l'aube" du nouveau millénaire, les "milliers points de lumière" comme le disait George Bush Sr, qui ajouté au soleil levant à côté symbolise "l'aube d'un nouveau jour", l'un des jalon/marque du Renseignement les plus utilisés sur la planète. Le soleil symbolise aussi les photons, l'énergie vitale, etc.

d) La flèche me fait penser au vaisseau "en forme de boomerang" vu par les témoins des Lumières de Phoenix ou les OVNIs en forme de V mentionnés par les ufologues – le fait que le NRO avait une branche spéciale gérant l'aviation (pas seulement les satellites) dans les années 1970 pourrait indiquer que ces flèches pourraient être celles "d'OVNIs" en forme de V.

e) La flèche noire se situe près de l'île de l'Ascension (située exactement au milieu entre l'Afrique et l'Amérique du sud, si vous utilisez Google Maps), sur laquelle il y a plein d'antennes militaires ou un équipement de télécommunication en général, à relier au travail du NRO.

f) Les trajets de vol des flèches se croisent à l'un des centres de l'Afrique, "au nord-est du Nigeria, non loin de la triple frontière avec le Chad et la République Centrafricaine. La zone semble semi-désertique avec quelques petits villages dispersés. La ville de Gidimbari est située à exactement 10 kilomètres au nord de cet endroit. Cette partie du Nigeria est étroitement surveillée par Boko Haram".

g) L'un des trajet de vol, comme vous l'avez suggéré, passe au-dessus de la Grande Pyramide en Égypte. Je suppose que c'est une autre référence à la pyramide avec l'Oeil-qui-voit-tout (un autre repère des services secrets souvent utilisé) sur le billet de 1 dollar, dont le NRO s'est également servi sur deux autres écussons.















[Miles : j'ai suggéré la pyramide pour une raison différente. Elle a été clairement construite là dans un but, ce but ayant quelque chose à voir avec le champ de charge de la Terre, qui atteint son maximum à cette latitude. Je suppose que la nouvelle technologie utilise ce champ et qu'elle peut l'exploiter de la même manière que la pyramide. Pour abréger, les pyramides peuvent servir de station-service pour ces vaisseaux. Il y aurait un maximum de charge se déployant très haut dans le ciel, ce qui éviterait au vaisseau de survoler les structures, tout en espionnant par exemple les résidents du Caire.]

J'ai également noté que 111 jours après les Lumières de Phoenix, le premier film de la série Men in Black [MIB] est sorti (notez aussi que Will Smith a joué dans Independance Day, sorti en juillet 1996, et dans MIB, sorti en juillet 1997).

Voici la chanson des MIB jouée à la fin du film [je n'ai traduit que les dernières phrases, là où se situe l'intérêt] :
Mais crois-moi, si nous apparaissons un jour dans ton secteur,
crois-moi, c'est pour ta propre protection,
parce que nous voyons des choses que tu n'as pas besoin de voir
et sommes à des endroits où tu n'as pas besoin d'être,
alors continue de vivre,
oublie ces conneries de Roswell,
montre aux gars en costume noir que tu les aimes, ce sont les MIB…

(…) Il y a aussi le symbole dans le hall d'entrée de l'agence des MIB :

qui me rappelle le symbole sur l'un des écussons du NRO (cette fois, le point de croisement est quelque part en Amérique du sud, probablement au Pérou, tout du moins sur cette portion du globe) :

et les symboles utilisés par les agences/commissions de l'énergie atomique, basés sur la structure de l'atome.

Maintenant l'agence des MIB dans le film a démarré au milieu des années 1950, avec l'intention de créer un contact avec la vie extraterrestre et ce fut fait avec des ET le 2 mars 1961 près de NYC.

[Miles : Il y a aussi des pyramides au Pérou, bien sûr. Regardez Les pyramides perdues du Pérou. Également ici sur Wiki, ce qui prouve que ce n'est pas une science marginale. Ils y admettent que Caral a été bâti à peu près en même temps que les pyramides égyptiennes. Celui qui a édité la page wiki a pris soin d'appeler toutes les pyramides des "temples" et le paragraphe sur le temple principal ne comporte qu'une phrase. Mais ceux qui ont des yeux peuvent voir que les temples sont des vestiges de pyramides. Même National Geographic l'admet. Mais ils ont quand même reçu la consigne d'orienter vers le truc classique, que ces pyramides appartiennent à un centre religieux ou qu'elles sont des tombes pour les nobles (bien qu'ils n'aient aucune indication dans un sens ou dans l'autre). En d'autres mots, le bon vieil enfumage habituel.]

Soit dit en passant, l'Agence Internationale pour l'Énergie Atomique (AIEA) a été créée dans les années 1950 sur proposition du président Eisenhower et le document fondateur a été approuvé en 1956 au siège des Nations-Unies à New-York.

Une autre coïncidence, l’emblème et le sceau de l'agence actuelle ont été adoptés le 1er avril 1960.

C'est à 1 an, 1 mois, et 1 jour de la date fictive du premier contact des MIB avec les ET. [Miles : c'est aussi le jour du Poisson d'Avril.]

Et il y a manifestement eu des problèmes avec le nombre d'électrons présents dans les premières versions de l'emblème del'AIEA  :

Mais au cours de l'année 1958, quelqu'un ayant juste assez d'éducation pour être dangereux remarqua que leur petit atome pacifique avait trois électrons. Quel élément a trois électrons normalement ? Le lithium. À quoi le lithium est-il le plus associé dans le domaine de l'énergie atomique ? Aux bombes à hydrogène. Le deutéride de lithium est le principal combustible de fusion dans les bombes à hydrogène. Quand le noyau de lithium absorbe un neutron, il se transforme en tritium et hélium. Le tritium et le deutérium fusionnent immédiatement. C'est une bonne petite réaction – si vous êtes concepteur d'armes. Si vous êtes une agence "Des atomes pour la paix", c'est un peu plus problématique. Donc quelqu'un – de nouveau, personne ne semble savoir qui – a mis le doigt là-dessus. Une solution rapide a été proposée : ajouter un autre électron ! Ce n'est alors plus du lithium… c'est du béryllium. Laissons tout le monde ignorer que le béryllium est également utilisé dans les armes nucléaires et qu'il est aussi diaboliquement toxique au démarrage. S'ils avaient juste ajouté un autre atome en orbite, cela aurait donné du bore, un absorbeur de neutron qui empêche d'être irradié – un peu plus sur la bonne voie, mais personne ne m'a posé la question.
Alors que l'emblème actuel de l'AIEA possède 4 électrons (béryllium), le symbole des MIB en contient 6 (2 en opposition sur chaque boucle, carbone) – cela a-t-il une quelconque signification, Miles ?

[Miles : cela me fait penser à un autre moyen pour détourner l'attention, en nous orientant vers l'idée d'une fusion ou d'une fission alors qu'il est probable que ce soit quelque chose d'entièrement différent. Comme je l'ai montré, c'est "nucléaire" en un sens, car dépendant d'une charge canalisée par un noyau [nucleus en latin et en anglais], mais ce n'est pas nucléaire de la manière dont ils le disent. Ils ne désirent certainement pas nous faire cadeau de leur technologie dans les entrées encyclopédiques, pas plus que dans les documents "fuités".]

Il est intéressant de voir, comme vous l'avez écrit dans l'article, que le thème OVNI a été mis sur le tapis en 1947 avec le crash de Roswell (notez la phrase de Will Smith, Oublie les conneries de Roswell, dans la chanson du film MIB), juste après le Projet Manhattan (1942-47). En octobre 2016, la BBC a diffusé un documentaire d'Adam Curtis, Hypernormalisation, qui inclut un chapitre nommé "La vérité est ailleurs". La BBC grand public nous dit :

Dans les années 1980, de plus en plus de gens aux USA ont rapporté avoir vu des objets et des lumières inexpliqués dans le ciel. À la même époque, des enquêteurs qui croyaient aux OVNI ont révélé qu'ils avaient découvert des documents top-secrets du gouvernement qui déclaraient qu'un vaisseau extraterrestre avait visité la Terre. Les documents ont été tenus secrets pendant 20 ans et ils semblaient prouver qu'il y avait eu un cover-up géant. Mais la réalité était en fait plus étrange. Le gouvernement américain a pu tout fabriquer, créé une fausse conspiration pour égarer délibérément la population. Les lumières que les gens pensaient être des OVNI pouvaient, en réalité, avoir été de nouvelles armes high-tech que le gouvernement US testait. […] Le gouvernement voulait garder les armes secrètes, mais ils ne pouvaient cacher en permanence leur apparition dans le ciel, on suppose donc qu'ils avaient choisi quelques personnes qui serviraient à répandre la rumeur d'une réelle visite extraterrestre. L'une de ces personnes choisie s'appelait Paul Bennewitz et il vivait à côté d'une base aérienne géante au Nouveau-Mexique et avait remarqué des choses étranges.
Des années plus tard, je me suis retrouvé assis auprès de Paul pendant un dîner et je lui ai dit que tout ce qui avait été fait était une opération ratifiée de contre-espionnage pour le convaincre que ce qu'il avait vu était des OVNI et que nous ne voulions pas qu'il sache qu'il avait identifié quelque chose sur la base et que nous ne voulions pas qu'il le dévoile. Nous avons en quelque sorte planté une graine dans l'esprit de Paul : ce qu'il avait vu, entendu et réuni était en fait probablement, peut-être, des OVNI. Bennewitz et les autres choisis par l'agence auraient reçu une série de documents fabriqués. Un certain nombre étaient des mémos top-secrets de l'armée décrivant des visions de véhicules aériens non-identifiés. Les documents se répandirent comme une traînée de poudre et ils formèrent la base de la vague de croyance aux OVNI qui allait se propager à travers l'Amérique dans les années 1990.
Et cela a aussi alimenté la croyance plus large que les gouvernements vous mentaient – que les conspirations étaient réelles. Ce que faisait l'administration Reagan, tant avec le colonel Kadhafi qu'avec les OVNI, était de mélanger les faits et la fiction, mais cela faisait partie d'un programme encore plus étendu. Les conseillers du président lui avaient donné un nom – ils le nommaient "gestion de la perception" et il devint le point central du gouvernement américain pendant les années 1980. Le but était de répandre des récits spectaculaires qui soulèveraient l'imagination du public et peu importait si les récits étaient vrais ou faux, ils devaient détourner les gens des complexités insolubles du monde réel. Le facteur réalité perdit peu à peu de son importance dans la politique américaine. Ce n'était pas ce qui était réel qui dirigeait les choses, c'était la manière dont vous pouviez détourner ces faits ou les déformer ou même les fabriquer pour minimiser les allégations adverses. La gestion de la perception devint ainsi une stratégie et les faits pouvaient être déformés. Comment manipuler les américains ? Et que devient la réalité dans l'affaire ? La réalité devient simplement quelque chose dont on peut jouer pour réaliser un but. La réalité n'est pas importante dans ce contexte. C'est juste quelque chose qu'on manipule.
Le thème OVNI remonte bien sûr à 1947, pas juste aux années 80 ou 90 et la BBC a admis que c'était une "opération ratifiée de contre-espionnage", basée sur la dénommée gestion de la perception, dirigée contre la population, parce qu'ils utilisaient une nouvelle technologie avancée. Ce qui confirme ici votre thèse.

Et si les Américains développaient cette technologie parce qu'ils étaient supposés craindre les communistes, j'ai un problème, car voilà à quoi ressemble l'un des écussons de mission du NRO :

C'est bien entendu une blague interne, car le même motif bien-connu a été utilisé au 20ème siècle pour dépeindre les communistes.

Et Spectre n'a pas non plus été épargné.

Cela me rappelle le consortium privé, dirigé par Spectre, qui tente de mettre la main sur le Renseignement national et international, comme vous l'avez écrit dans votre article sur Bond.

Dernière remarque, les orbites des électrons qui figurent sur les symboles et emblèmes ci-dessus m'ont fait penser à la technologie annulaire qui est utilisée dans le film Contact (sorti 8 jours après MIB, le 11 juillet 1997, qui traite aussi de la volonté du gouvernement de contacter les extraterrestres ; le projet est alors financé par des "milliardaires mystérieux").

Celui-ci ressemble beaucoup en fait au logo de la Commission de l'Énergie Atomique américaine, car ils ont tous deux huit pointes.

[Miles : oui, ils ont huit pointes pour correspondre à la pieuvre (octopus). Mais les huit pointes œuvrent aussi à détourner l'attention, car elles nous éloignent de la forme correcte du nucléus/atome, qui a six pointes et non huit, comme je l'ai démontré. Il est intéressant de voir que le logo des MIB est exact avec six pointes. Mais ils savent que les spectateurs rateront cette information.]

2 commentaires:

  1. Bientôt suite et fin en deux parties, le lecteur de Miles a poursuivi ses recherches.

    RépondreSupprimer
  2. Décidément, ce Monsieur est une mine d'or. Merci pour la traduction

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.