Bistro Bar Blog

mercredi 26 avril 2017

Cancer : un état des lieux


Par Valuebreak, le 2 mai 2017

Bonjour,

Je vous propose une sorte d'état des lieux du cancer, depuis la théorie de sa genèse admise actuellement jusqu'au parcours de santé qui en découle. Le paradigme actuel sera noté en violet, mon questionnement le sera en bleu ... Quant au vôtre, ma foi, les commentaires seront les bienvenus ...

Définition Wiki : Un cancer (ou tumeur maligne) est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire (tumeur) anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme. Toutes ces cellules dérivent d'un même clone, cellule initiatrice du cancer qui a acquis certaines caractéristiques lui permettant de se diviser indéfiniment. Cette cellule initiatrice était anormale, puis a rencontré un agent cancéreux.
On n'a jamais observé de cellules anormales pas encore cancéreuses, et le phénomène de division de cellule cancéreuse n’a jamais été observé non plus, c’est juste un présupposé. Si vous tapez « division cellule cancéreuse » sur votre moteur de recherche, section images, vous obtiendrez des dessins, ou des modélisations ordinateur …



"Cancer de l’intestin chez un Béluga adulte mâle. Le segment intestinal à droite est anormalement dilaté parce qu'il est obstrué par les masses de tissu cancéreux (centre gauche) qui ont étranglé la lumière intestinale. Le contenu intestinal ne peut pas cheminer normalement à cause de l’obstruction et s’accumule dans le segment intestinal situé entre l’estomac et l’obstruction (à droite)."


mardi 25 avril 2017

Un nouvel auteur sur le BBB

Vous avez déjà eu l'occasion de le voir sur le blog, soit par son article sur le Sphinx que j'ai publié, soit par ses commentaires sur divers sujets dénotant son goût de la recherche.

Je parle de Valuebreak, qui publiera demain mercredi un premier article en son nom propre.

Cet article traitera du cancer, sous forme d'un "état des lieux" actuel émaillé de pistes de réflexion alternatives.

Alors je souhaite la bienvenue à Valuebreak...

Facebook travaille sur un Smartphone qui peut lire les pensées


Encore une nouvelle bonne raison de n'avoir jamais mis un pied dans les réseaux sociaux. Vigilant Citizen nous dévoile cette petite merveille...

Facebook travaille sur un Smartphone qui peut lire les pensées

Le délicieux Mark Zuckerberg

Par Vigilant Citizen
Traduit par Hélios

Facebook a annoncé qu'il réunissait une équipe de 60 personnes pour développer une technologie qui permettrait aux smartphones des utilisateurs de FB à "penser" les commandes et les messages. Le système aurait la capacité de lire littéralement dans votre esprit… constamment. Cherchez l'erreur...

Les gens de Facebook s'engagent sur une pente qu'on ne peut qualifier que de post-orwellienne. Non contents que leurs utilisateurs partagent volontiers des informations intimes quotidiennement, Facebook cherche à réorganiser le monde à sa façon en voulant déchiffrer les pensées qui n'ont même pas été verbalisées.

Mark Zuckerberg a publié en février le " Manifeste Facebook" qui, sous couvert d'un vocabulaire altruiste, cache la vision dystopienne d'un "monde connecté" où le flux d'informations est supervisé et transmis par intelligence artificielle et algorithmes élaborés. Mais ça ne suffisait pas.

Le 19 avril, la société a révélé son projet le plus ambitieux (et le plus effrayant) à ce jour.
"Et si vous pouviez taper directement à partir de votre cerveau ?"

Facebook a réuni une équipe de 60 personnes comprenant des experts en machines d'apprentissage et en prothèses neuronales, des ingénieurs en interface cerveau-ordinateur et en imagerie neuronale, pour la création d'un smartphone "lecteur de pensée". Le système serait capable de taper une centaine de mots par minute – directement à partir des pensées.
Facebook projette de développer des capteurs non-invasifs capables de mesurer à haute résolution des centaines de fois par seconde l'activité du cerveau pour décoder en temps réel les signaux cérébraux associés au langage. "Une technologie de ce type n'existe pas encore aujourd'hui ; nous avons besoin d'en développer une".

Facebook envisage d'utiliser une imagerie optique – à l'aide de lasers qui capturent les changements dans les associations de neurones en activité – pour récolter les mots directement dans le cerveau avant qu'on ne les exprime. Si on peut lire ces signaux, on peut les transmettre silencieusement à d'autres gens.

Vous êtes en droit de trouver effrayant qu'une société gagnant déjà sa vie grâce à la récupération de vos données personnelles pourrait aussi avoir accès à vos pensées intimes.

Regina Dugan [ex-directrice du DARPA] a tenté de dissiper les craintes en soulignant que Facebook ne décoderait que les mots sur le point d'être prononcés. "Il n'est pas question de décoder toutes les pensées au hasard", a-t-elle dit. "Nous parlons d'un décodage des mots que vous avez déjà décidé de partager en les envoyant vers le centre du langage de votre cerveau".
– The Guardian, Facebook has 60 people working on how to read your mind (Facebook a 60 personnes qui travaillent sur la manière de lire dans votre esprit)
Facebook déclare qu'on ne doit donc pas s'inquiéter si nos pensées sont lues constamment par une machine parce qu'elle ne peut décoder que les mots qu'on "va dire". Le but de cette technologie est pourtant bien de lire les pensées – sans qu'elles soient énoncées – et de les traduire dans les commandes de l'ordinateur. Comment délimiter la frontière entre ce qui peut et ne peut être lu dans le nébuleux royaume de la pensée humaine? Comment peut-on être sûr que ce genre de technologie ne servira pas en fait à surveiller et contrôler les pensées des gens ? Les gens sont-ils même prêts à ce qu'on s'introduise dans le sanctuaire de leurs pensées intimes pour le minuscule avantage de ne pas avoir à déplacer un doigt sur leur écran tactile ?

Une autre raison poussant Facebook à vouloir lire les ondes cérébrales est de faire avancer sa technologie de réalité augmentée.
Une autre raison incitant Facebook à vouloir lire notre activité cérébrale est de développer l'équivalent d'une "souris cérébrale" pour une réalité augmentée. Elle [Dugan] a dépeint un avenir où tout le monde porte des lunettes de réalité augmentée qui complémentent notre champ de vision en informations supplémentaires telles que les directions, et de meilleures capacités comme une traduction en temps réel de la voix des gens ou la possibilité de "rendre muets" des gens et bruits particuliers de notre environnement sonore. Ce qui manque dans cet avenir augmenté est un interface pour l'utilisateur. Quand on ne possède ni smartphone ni souris, comment peut-on sélectionner un élément de contenu numérique et cliquer dessus ?

C'est là que l'interface cerveau-ordinateur entre en jeu.
– Ibid.
Facebook semble pressé de répondre à des questions que personne n'a jamais posées. Bien que la technologie soit présentée comme un moyen de "rester connecté avec les gens autour de nous" en réduisant le besoin de regarder son écran – le but réel de cette technologie est terriblement évident. Ils veulent savoir ce que vous pensez. En permanence.

jeudi 20 avril 2017

Vidéos et photos d'avril

Tout d'abord, pour ceux que des webcams live de rapaces intéressent, voici quelques liens :

En Estonie, les balbuzards pêcheurs : NID n° 1 et NID n° 2
C'est la cinquième année que je suis ces deux nids et j'y ai toujours autant de plaisir.

Pour les amateurs de faucons pèlerins, un nid se trouve dans une église à Illkirch-Graffenstaden en Alsace. La femelle a été nommée Valentine et le mâle Flash. Le dernier oeuf a été pondu le 20 mars (il y en a 4), la première éclosion devrait se produire autour du 20 avril. LIEN. Pas de "chat" sur cette webcam. [edit : les 4 poussins sont nés]

Un autre nid de faucons pèlerins en Angleterre, près de Londres (dans l'enceinte du Kingston College). Les parents se nomment Elfleda et Edward (du nom d'anciens régents de Kingston). Les éclosions devraient se situer autour du 25 avril. La WEBCAM n°1 montre la "salle à manger" des faucons et la WEBCAM n°2 le nid qui contient 5 oeufs, chose assez rare. Il y a un "chat" associé à chaque webcam, les anglophones y sont les bienvenus...

* * * * * * * * * * *

Une mère américaine modèle nous présente son réfrigérateur Frigidaire. Une pub de 1956 :


Une chienne qui nage la brasse :


dimanche 16 avril 2017

Comment empêcher les émotions de gouverner notre vie

Une autre leçon de vie par David Cain.


Comment empêcher les émotions de gouverner notre vie



Par David Cain
Traduit par Hélios

La pire période de ma vie s'est achevée peu après une découverte fondamentale : la plupart de mes expériences désagréables venaient directement de mon besoin désespéré de les éviter.

J'avais des problèmes scolaires à l'époque. J'étais un mauvais élève parce que j'évitais de demander de l'aide ou de revenir sur des concepts que je n'avais pas saisis la première fois. J'évitais ces choses précisément parce qu'elles me donnaient le sentiment que j'étais mauvais élève.

C'était une stratégie parfaitement défaitiste, mais je ne l'ai compris que bien plus tard.

dimanche 9 avril 2017

Nucléaire et OVNI, suite 2 et fin

LIEN vers l'article original de Miles Mathis.

LIEN vers les premiers commentaires du lecteur de Miles Mathis.

LIEN vers la première partie de la suite des commentaires du lecteur.

* * * * * * * * * * * *

NRO


Source de l'article

Traduit par Hélios
Les commentaires de Miles Mathis sont en vert.




La base Air Force de Kirtland était impliquée dans le Projet Manhattan, c'était un centre d'essai de vol, et plus tard le "quartier général d'essais de la 58ème division de bombardiers, qui stationnait sur l'aérodrome militaire de Roswell au Nouveau-Mexique". C'est là que s'est déroulé le crash de Roswell en 1947, plus précisément dans un ranch près du village de Corona, près de Roswell. N'est-ce pas le même nom que le projet de satellite Corona d'Hiller/Lockheed ? Et à quelle date le crash a-t-il été rapporté ? Le 8 juillet 1947 ; la CIA a été officiellement créée deux semaines plus tard, le 26 juillet (2+6 = 8) 1947. Et qui dirigeait le projet Corona ? La CIA. Et regardez ce qui est dit sur wiki : "L'armée décida de dissimuler le but réel du dispositif qui s'était écrasé – un suivi de test nucléaire – et informa à la place le public en annonçant que le crash était celui d'un ballon météo". Ce qui soutient de nouveau votre thèse concernant un nouveau type de transport probablement en cours d'essai. [Miles : oui, mais c'est encore du détournement d'attention parce qu'ils essaient de refourguer le programme nucléaire, même s'ils "divulguent" le "but réel". Donc, même quand ils disent les choses en règle, ils ne font que raconter un autre mensonge. C'est pourquoi nous devons examiner tout ces trucs du NRO de très près. Comme pour toutes les autres "fuites", nous pouvons supposer que celles-ci sont sous contrôle.]

jeudi 6 avril 2017

Nucléaire et OVNI, suite 2

Comme annoncé dans mon commentaire, voici la dernière partie des recherches effectuées par le lecteur de Miles Mathis. Comme c'est assez long, je le publie en deux fois. Les commentaires de Miles Mathis sont en vert.

Source de l'article
Traduit par Hélios

NRO

Vos commentaires m'ont donné matière à réflexion, j'ai donc fait d'autres recherches. Ces écussons réclament une analyse.

Comme je le disais précédemment, la flèche noire sur le premier écusson est placé au-dessus des territoires britanniques d'outre-mer de Ste Hélène, Ascension et Tristan da Cunha. Il en est de même pour la flèche du dessous.

Nous avons déjà parlé d'Ascension, mais qu'en est-il des autres îles ? Je me demande tout d'abord pourquoi Napoléon a été exilé en 1815 à Ste Hélène par les Britanniques, sur l'un des lieux les plus isolés de la planète. Et pourquoi une garnison militaire a-t-elle été maintenue sur l'île Tristan da Cunha pour se prémunir de toute tentative française à venir au secours d'un Napoléon emprisonné à Ste Hélène, à 2173 km de là ? Cela semble ridicule.

dimanche 2 avril 2017

Nucléaire et OVNI, suite


Voici le compte-rendu des recherches faites par l'un des lecteurs de Miles Mathis à la suite de son article sur les coulisses du programme nucléaire. Il traite entre autres des écussons de mission du NRO (Bureau de Reconnaissance National). 

Selon Wikipédia :
Le National Reconnaissance Office (NRO) est l'une des 17 agences de renseignements des États-Unis. Elle crée, construit, et met en opération les nombreux satellites espions du gouvernement américain. De plus, elle coordonne la récupération et l'analyse des informations des engins espions des services militaires et de la Central Intelligence Agency. Le NRO, qui fait partie du département de la défense, reçoit ses fonds du National Reconnaissance Program.
Le NRO travaille en étroite collaboration avec les autres agences de l'information et de l'espace, ce qui inclut la National Security Agency, la National Geospatial-Intelligence Agency, la Central Intelligence Agency, la Defense Intelligence Agency et plusieurs autres organisations. Le NRO est responsable de l'opération de nombreuses stations sur le sol qui collectent l'information prise par les satellites, pour ensuite la redistribuer.

Les commentaires de Miles Mathis figurent en vert dans le texte.

Source de l'article 

Traduit par Hélios.

NRO

[Miles : ce qui suit a été écrit par l'un de mes lecteurs en réponse à mon récent article qui discutait de ce qui peut se cacher derrière le problème nucléaire. Je l'ai publié pour votre édification avec quelques brefs commentaires de ma part.]

La référence à Hiller pourrait expliquer pourquoi les gars de la sphère conspirationniste ont pimenté l'histoire OVNI/extraterrestre avec les soucoupes volantes nazies. Et si les lumières de Phoenix "en forme de boomerang" (comme le disent des témoins dans les vidéos sur YouTube) étaient réelles, cela pourrait expliquer autre chose. Quand j'ai lu votre supposition des super-riches voyageant silencieusement de nuit dans les nouveaux modes de transport, cela m'a frappé. Je me suis souvenu de l'un des écussons les plus effrayants des missions de la NRO, sorti en août 2000 (3 ans après l'événement des lumières de Phoenix), avec des yeux de hibou et la devise La nuit nous appartient.