Bistro Bar Blog

vendredi 11 novembre 2016

Harry Potter, le grand canular (2/2)

Partie 1

Suite de l'article de Miles Mathis, traduit par Valuebreak.
(...)

Bloomsbury Publishing est également tout près, juste après l'Université de Londres, à un bon kilomètre environ au sud de Regent's Wharf [quai du canal, voir photo plus loin].

Encore plus proche de Regent's Wharf que le Tavistock, il y a IBS Intelligence.
Fondée en 1991, IBS Intelligence est la source ultime des informations et des analyses indépendantes relatives aux marchés mondiaux de la technologie financière.
À côté se trouve le Digital Catapult Center, "développement de solutions innovantes pour le partage de données au Royaume-Uni". Un peu plus loin, le Startup Funding Club, spécialisé dans les services de financement des Startup".

Il est flanqué du Forum des services financiers.
Le Forum des services financiers est une organisation politique financière et économique non partisane composée des PDG des 18 institutions de services financiers les plus importantes et les plus diversifiées opérant aux États Unis.
Ce qui inclut JPMorganChase, Citigroup, BankofAmerica, GoldmansSachs, BNYMellon, Wellsfargo,UBS AG, Fidelity, DeutscheBank, HSBC, GE Capital, Prudential, MorganStanley, MetLife, et Allstate. Le forum des services financiers est situé à environ 250 mètres au sud de Regent’s Wharf.

Étrange de les trouver tous aux alentours de la gare de King’s Cross, n’est ce pas? On les chercherait plutôt dans la City. Je suggère que le Forum des services financiers est le lien de la City avec le Renseignement, et qu’il n’est pas situé là par hasard.


Et ce ne sont que les sociétés répertoriées sur Google Map. Je suppose qu'il y en a d'autres. Avec cela en tête, il est intéressant de découvrir que tous ces bâtiments ont accès à Regent’s Canal. Tous se trouvent sur l'un des plus importants quais londoniens non situé sur la Tamise. Il y a toujours peu de gens à savoir que Londres possède un canal, mais c’est un fait. Il part vers le nord depuis la Tamise en traversant Limehouse Bassin. Puis il emprunte le tunnel Islington en passant sous la Royal Bank of Scotland et le poste de police d'Islington. Et il semble que ce canal est largement utilisé par les entreprises de Regent’s Wharf, comme on le voit ICI [lien pour agrandir la photo]:


Notez tous les containers stationnés sur le dock et le long du canal.

Tout cela me porte à croire qu'Harry Potter a été écrit dans les bureaux de ce secteur par une équipe d'écrivains du gouvernement.

Pour d'autres preuves dans la même veine, ce sont The Guardian et l’Observer qui ont démarré la promotion du premier livre en 1998. Bien sûr, le Sunday Times et le Mail on Sunday ont suivi, comme la plupart des journaux contrôlés par le Renseignement dans le monde occidental. Harry Potter a bénéficié d'un niveau de promotion sans précédent du même niveau qu'un Tiger Woods [célèbre golfeur], mais pas en même temps, heureusement pour lui. Jamais de livre pour enfants n'a reçu une telle publicité, et jamais un livre tout court non plus. Potter a été l'un des premiers livres à bénéficier du gigantesque battage coordonné par le Renseignement pour promouvoir ses propres productions, même si d'autres comme le Da Vinci Code, Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes [tiré des livres de Stieg Larsson], et Hunger Games ont bientôt suivi. Nous pouvons supposer que le club du livre d'Oprah [très célèbre animatrice de la TV américaine] provient du même endroit.

En écrivant que Potter fut l'un des premiers, je ne veux pas dire que c'est le premier livre à recevoir une promotion du Renseignement, bien sûr. Le Renseignement a réussi la promotion de ses livres depuis le début, et avait déjà atteint des sommets avec Bulwer-Lytton, H. Rider Haggard, et beaucoup d'autres au 19ème siècle.

Je veux dire par là qu'il a été l'un des premiers à bénéficier des moyens remis à jour, à grande échelle et totalement coordonnés de la branche médiatique du Renseignement. Au cours des décennies précédant les années 1990, le Renseignement concrétisait enfin son rêve séculaire d'un contrôle médiatique absolu. Malgré la réussite des opérations de propagande médiatique [opération Mockinbird] dans les années 1960 et 70, il a fallu une vingtaine d'années au Renseignement et à ses dirigeants pour décider de ce qu'ils allaient en faire. Il leur a fallu un peu de temps pour mettre au point leurs "grands projets". Mais dans les années 1990, ils avaient non seulement mis au point le dispositif mais également préparé le programme des réjouissances. Ces vingt dernières années, le programme a été appliqué, par petites touches au début, puis à plus grande échelle ensuite. Ils ont non seulement créé un vaste répertoire d’événements truqués, mais ils ont aussi élargi la gamme des artefacts fabriqués. Le Renseignement a balancé une impressionnante cargaison de pseudo-science, de pseudo-littérature et de pseudo-art sur les rivages du monde ces vingt dernières années, le tout fabriqué par des comités fantômes au sein de leurs diverses agences. Il n’y a ni "art" ni "science" aujourd’hui qui n'ait été imaginé, mis en forme et encouragé pour réaliser leur sombre programme. C'est, en résumé, votre Nouvel Ordre Mondial.

Fait intéressant, nous assistons à des querelles de clocher sans fin au sein du Renseignement en dépit de son monopole mondial.

Autrement dit, bien que les gens qui ne sont pas dans la place n’aient plus voix au chapitre, nous rencontrons des agents qui s’attaquent parfois entre eux, pour d’obscures raisons. Nous en avons vu de nombreux exemples dans mes précédents articles, et nous allons le voir de nouveau ici. C’est quand un agent en attaque un autre qu’on peut obtenir un peu de vérité. Antonia Byatt a attaqué Rowling – ou son équipe – dans le New York Times en 2003:
Dans une tribune libre, elle a parlé de l'univers de Rowling comme d'un "monde mineur d'importance secondaire créé grâce à un patchwork intelligemment ordonné de thèmes peu originaux de la littérature enfantine ... écrit pour ceux dont la vie imaginaire se confine aux dessins animés de la télévision et aux mondes-miroirs caricaturaux des feuilletons à l'eau de rose, des émissions de télé-réalité et des potins sur les célébrités".
Selon moi, cela vise de multiples façons le Renseignement et ses comités. Byatt balance manifestement un indice en écrivant "intelligemment". Elle aurait pu aussi bien écrire "Renseignement" [jeu de mots puisque Renseignement se dit "Intelligence" en anglais]. Elle pense clairement que les livres manquent d'intelligence, sinon le mot choisi serait inapproprié et inexplicable. Par ailleurs, Potter est un patchwork car il a été composé par plusieurs auteurs assis autour d'une grande table. Il est "peu original" parce que toute chose rédigée par un tel comité sera peu original. Ces comités ne créent pas de l’art, n’ont aucune idée profonde ou nouvelle, ni ne montrent d'indépendance de pensée. . . parce qu'ils ne sont pas payés pour le faire. Ils sont payés pour concocter une propagande à moitié convaincante. Et bien sûr, cette propagande sera écrite pour séduire des gens limités sur le plan artistique: c’est le but.

De ce point de vue, la critique de Byatt échoue lamentablement, parce que le comité qu’elle critique n'a pas essayé de faire autre chose que ce qu'il a fait. Selon ses standards et les leurs, c'est un réel succès. Ainsi, bien que ses déclarations disent la vérité, elles sont en réalité une diversion de plus. Elles amènent le lecteur à faussement penser que Potter est un échec, alors que c'est en fait une formidable réussite. Comme littérature, c'est nul; en tant que propagande, c’est brillant. Alors, pourquoi Byatt n'a-t-elle pas énoncé les choses dans les mêmes termes que moi? Parce que si elle l’avait fait, sa critique n’aurait jamais été publiée. Sa critique faussement sérieuse trompe son public en l’amenant à croire que le monde des médias est toujours multilatéral, tout en ne faisant subir aucun préjudice réel à Potter. Alors que Byatt est autorisée à présenter sa critique (négative) au Renseignement elle pense en même temps que ses propres livres resteront dignes de promotion dans un proche avenir. Désolé, Antonia, cela ne se produira pas. Même si Possession [sorti en 1990 et adapté au cinéma en 2002] est supérieur à Potter à tous points de vue, des livres de ce genre n’ont aucun avenir dans le futur monde mis désormais en place. On peut simplement être surpris que le Renseignement l'ait même trouvé utile en 1990.

Ce sont finalement les débats religieux qui ont créé le même genre de fausse dichotomie que celle créée par Byatt, bien qu'avec des adversaires artificiels différents. Les chrétiens ont attaqué la sorcellerie dans Potter comme étant satanique, mais à mon avis, on passe à côté de l'essentiel, probablement à dessein. Potter est incontestablement relié à la Wicca [religion païenne dédiée à la magie], mais de la manière expliquée plus haut : non par Satan mais par les services de renseignement. Comme je l'ai démontré dans de précédents articles, la Wicca a été fabriquée par Gerald Gardner dans les années 50 et Gardner était un protégé d'Aleister Crowley au MI6. L'occultisme a servi pendant des siècles de paravent au Renseignement, comme nous l'avons vu très clairement avec le faux procès des Sorcières de Salem.

Une critique chrétienne de Potter n'est habituellement pas recevable, car, à l'instar du christianisme lui-même, les livres mettent en scène la bataille du bien et du mal, et Harry n'est pas du côté du mal. Voldemort est le substitut de Satan dans cette histoire, et il est l'adversaire de Harry. On a soutenu que Potter rend cette frontière bien/ mal confuse, ce qui est vrai, mais le christianisme lui-même est flou concernant la plupart de ces questions et l’a toujours été. Si vous désirez des réponses claires sur des questions de morale, je ne recommande pas le christianisme (ni aucune autre religion).

Je ne vais pas me faire des amis avec ça, je vais plutôt y gagner une foule de lettres injurieuses dans ma boîte mail, mais je dis ce que je pense.

Je ne pense pas que Potter fasse la promotion du satanisme ni même du gnosticisme, puisque l'un ou l'autre impliquerait une profondeur qu’il n'a pas. Ce que popularise Potter, c'est un fascisme superficiel, où toutes les vraies religions et valeurs morales sont finalement rejetées en faveur du commercial et d'un total contrôle. Dans le monde qu’ils vous préparent, les seules valeurs morales qui seront conservées seront celles sans égal que propulsent les films hollywoodiens : celles-là leur sert à vendre des produits et à influencer les gens à court terme.

Ironiquement, le gnosticisme et le satanisme sont tous deux trop profonds et trop complexes pour le monde futur : les deux pourraient exiger une étude, de la discipline et la croyance en quelque chose au-delà de la gratification immédiate. Je pense que même Satan exigerait quelque chose de ses disciples. Mais les nouveaux maîtres ne veulent rien de tout ça: il n'y aura pas de texte à mémoriser, ni même besoin de faire des courbettes. Pas besoin d’adorateurs ni de dévots, juste des acheteurs. Ils veulent que vous achetiez leurs produits, y compris leur art, leur histoire petite et grande, et leurs bios ; le reste ne les soucie guère.

En ce sens, le satanisme serait en fait préférable pour le monde futur. Je n'ai aucun intérêt pour le côté sombre des choses, mais je pense que Satan serait capable de créer un monde plus intéressant que celui qu’on nous promet. Puisque c'est un ange déchu, il s'ennuierait à mourir s'il vivait la vie mollassonne de la plupart des gens d'aujourd'hui. Je ne vois pas les gens se précipiter pour devenir satanistes. Ce n'est pas la tendance. La tendance est à devenir une limace. Le gouvernement ne fait pas la promotion du satanisme, pas plus qu'il ne craint une montée du satanisme. Selon Crowley, le premier principe de son faux satanisme était "Fais ce que tu veux". Mais cela exige du courage et de la détermination, ce que la plupart des gens n'ont plus. Le gouvernement n'encourage pas cette attitude : il encourage le contraire. Il s’assure que vous n’avez ni courage ni esprit de décision. C'est l’objet même de toute les propagandes, y compris celle qu'on trouve dans Harry Potter. Il ne s'agit pas de faire de vous un sataniste qui fera ce qu'il veut. Il s'agit de faire de vous une limace qui ne fera rien d'important. Il s'agit de vous faire peur au point que vous ne remettrez jamais en question ce qu'on vous dit, de sorte que s’il vous reste un peu de courage ou d'esprit de décision, vous le gaspillerez en optant pour un tatouage ou un piercing de nombril au lieu de résister au monde de manière significative.

Je vis dans une ville très "libérale" où habitent beaucoup de "progressistes", mais personne ne veut entendre parler de ce que j'ai découvert. Ils ne veulent tout simplement pas savoir et le disent haut et clair. Ils préfèrent la pilule bleue. Ces gens ne deviennent pas satanistes. Ils ne "font pas ce qu'ils veulent", car au-delà de quelques appétits immédiats, ils n'ont aucune idée de ce qu'ils veulent. Puisque tout ce qu'ils veulent c'est payer les factures, regarder des films et commander des pizzas, le gouvernement ne fait pas obstacle à leurs plus grands désirs. Qu'en ont-ils à faire si le gouvernement dévoie la science, l'art ou la littérature? Ça ne figure pas sur leur ordre du jour, donc quelle différence?

D'ailleurs, à moins que vous ne souhaitiez assassiner les gens et vous régaler de leur sang, Faites Ce Que Vous Voulez n'est satanique en aucune façon. Si vous êtes mal intentionné, Faites Ce Que Vous Voulez donnera le mal; autrement, non. Un ange qui fait comme bon lui semble fera des choses angéliques, par définition. Ainsi, même cette morale est ambigüe.

Voilà où je veux en venir : envisagez cette possibilité: Crowley a peut-être bien créé cette doctrine en la qualifiant de satanique, dans le seul but qu'on la démolisse. Il ne voulait pas que vous fassiez ce que vous voulez, pas plus que le Renseignement ne le veut. Ils veulent le contraire. Ils ne veulent pas que vous fassiez ce que vous voulez, ils veulent que vous fassiez ce qu'on vous dit. Par conséquent, ils vous enseignent que ce que vous voulez est satanique et que faire ce qu'on vous dit est de nature divine. Ce n’est pas opposé au christianisme, n'est-ce pas? Non, c'est à peu près la même chose. Oui, le Christ lui-même était un rebelle, mais le christianisme traditionnel n'a pas encouragé les rebelles tout au long de l'histoire. Il a encouragé l’obéissance aux lois de Dieu - qui sont bien sûr les lois des gouvernants mises dans la bouche de Dieu.

Vous pourriez penser que j'embrouille les choses, mais en fait je les clarifie. Vous allez dire: "Comment saurions-nous ce qu'est le bien ou qui est angélique sans ces lois des gouvernants ?" Et je réponds, "Si vous avez à le demander, c’est que vous êtes déjà fichu ". Comme pour la capacité linguistique, la morale est innée. On ne doit pas vous apprendre la morale, elle doit être innée en vous. La plupart des gens peuvent discerner une bonne loi d'une mauvaise, ou un bon gouvernement d'un mauvais, ce qui signifie que ni les lois ni le gouvernement ne créent la moralité. Les lois codifient simplement ce que les gens savent déjà. Si les gens n'avaient pas un sens inné du bien et du mal, il serait impossible de le leur enseigner.


Vous pouvez penser Dieu nous a pourvu de ce sens inné, et peut-être l'a-t-il fait, mais cela n'a pas vraiment d'importance. Ce qui compte, c'est de savoir que ce sens inné est là et que vous pouvez en user. Toute votre capacité à résister à un mauvais gouvernement vient de là. Si votre compréhension du bien et du mal ne provenait que des lois - civiles ou religieuses - vous ne pourriez jamais leur résister. Vous seriez exactement ce pour quoi on vous a éduqué sans jamais pouvoir remettre en question votre éducation.

Les gouvernants actuels ne font pas la promotion du satanisme, ils "dés-enseignent" la morale innée. Ils court-circuitent délibérément vos capacités innées, parce que ces capacités se mettent en travers de leur chemin. Vous pouvez appeler cela satanisme si vous voulez, et ça l'est peut-être. Mais selon moi, Satan ne voudrait pas dés-enseigner la morale. Selon ma compréhension des différentes Écritures, Satan tirait fierté de sa capacité à promouvoir le mal. On ne peut promouvoir le mal s'il n'existe pas. En d'autres termes, Satan et les divers démons des autres religions ont accepté la division entre le bien et le mal, mais ils ont choisi de diffuser le mal. Ils n'ont pas dés-enseigné la morale, ils l'ont inversée.

La propagande actuelle ne vous apprend pas à choisir le mal. Elle vous apprend à oublier qu'il existe une différence ou une division. Elle vous enseigne à ne vous en préoccuper ni dans un sens ni dans l'autre. Ils ne vous enseignent pas à pratiquer le mal, ils vous enseignent à ne rien faire car ainsi eux feront comme ils le veulent.

Ha, dites-vous. "Ils sont donc le mal!" S'ils font le mal, oui. Mais ce n'est pas le mal parce qu'ils ont agi selon leur volonté, ou parce que tout ce qu'ils font est le mal. C'est le mal parce qu'il va à l'encontre de notre morale innée, et ils le savent aussi bien que vous. Mais ils se sont dés-enseignés la morale, ou ont tout du moins essayé. Dans la plupart des cas, ils n’adhèrent pas plus au mal que vous. Ils se disent que le mal n'existe pas. Ils peuvent alors faire ce qu'ils font sans le nommer "mal".

Et même quand ils font de vilaines choses, ils ne sont pas pour autant satanistes. Encore une fois, il y a une grande différence. Un sataniste fait de vilaines choses à dessein et les pense bonnes. Un sataniste aura une morale inversée, jouissant de faire le mal, de causer de la douleur et de détruire de belles choses. Mais malgré le peu de respect que j’ai pour ceux qui dirigent le monde, je ne pense pas que cela s'applique à eux. Ils ne me semblent pas avoir les dispositions nécessaires pour le satanisme. D'abord, les satanistes ne mettent pas en avant le relativisme éthique. Le relativisme éthique c’est la faiblesse de la volonté, et non la force de la volonté. Les satanistes assument les conséquences négatives de leurs actions, mais ceux qui dirigent le monde préfèrent ignorer les conséquences négatives. Ils sont constamment dans le déni, et vous disent et se disent aussi que ce genre de chose ne se produit pas vraiment. Ils sont seulement un peu moins ramollis, la différence principale étant que la naissance leur a donné le pouvoir de faire des choses, même s’ils sont indécis et pusillanimes.

Il peut y avoir de vrais satanistes parmi les dirigeants du monde: je n'ai aucun moyen de le savoir. Mais je n'en vois pas d’évidence. Un monde dirigé par les satanistes serait beaucoup moins ramolli à tous niveaux. Ce serait un endroit horrible, mais au moins il serait ferme au toucher.

À mon avis, les Aînés actuels ne sont pas satanistes. Ce sont juste des voleurs. Ils veulent dérober autant d’argent que possible, aussi longtemps que possible sans que vous le remarquiez. Ils vont utiliser le satanisme comme une autre tactique de peur dans le cas où vous le remarquez. Ils veulent vous faire croire qu'ils sont une terrible incarnation du mal, afin qu'il ne vous vienne même pas l'idée de vous en prendre à eux. En d'autres termes, ce n'est que du bluff. Oui, ils contrôlent actuellement des forces armées et ils peuvent vous trucider s'ils l'estiment nécessaire. Je ne dis pas que c'est impossible. Mais en tant qu'individus, ils ne sont pas de puissants magiciens. C'est tout le contraire. C'est ce que Frank Baum nous disait dans Le Magicien d'Oz, même si peu de gens ont capté le message. Ce sont des gens faibles et superficiels en situation précaire et vulnérable, et ils le savent. Leur situation sera toujours vulnérable parce qu'ils devront combattre en permanence ce sens inné du bien et du mal qui existe en chacun de nous. Il peut vous arriver de penser qu'il est impossible de gagner, mais ce sont eux qui perdront. En s'opposant à la Nature, même quand ils gagnent, ils perdent. Quand ils tendent la main pour attraper tout ce sur quoi ils travaillent depuis des siècles, cela leur file entre les doigts comme une brume. Ce qu'ils imaginaient être une douce saveur ne se révèle qu'amertume.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.