Bistro Bar Blog

mercredi 9 novembre 2016

Harry Potter, le grand canular (1/2)

Revoilà Miles Mathis. Aujourd'hui, il nous présente le fruit de ses recherches au sujet des best-seller écrits par J.K. Rowling.

Qui est vraiment l'auteur des livres ? Quel message veulent-ils faire passer ?

Merci à Valuebreak pour sa traduction.


Harry Potter, le grand canular




Par Miles Mathis (15 mai 2016)
Traduit par Valuebreak pour le BBB

Comme d'habitude, ce n'est que mon opinion basée sur une recherche personnelle.

Quand je fais mes recherches, il vient toujours un moment où je stoppe et commence à écrire. Ce moment arrive en général étonnamment vite, bien avant quelqu'un d'autre dans le même cas. Cela se produit quand je trouve un indice si formidable, si imparable, qu'il me donne la certitude qu'écrire ne sera pas une perte de temps. C’est au moment où je suis si certain d'être sur la bonne voie, qu'il n'y a aucune risque de découvrir plus tard que je me suis trompé. Je commence donc à écrire avant d'avoir fait la majeure partie de la recherche, que je finirai par la suite en sachant alors vers quoi m’orienter. En d'autres termes, je ne fais pas la totalité des recherches d'abord, en passant ensuite à la rédaction. Je passe peut-être trente minutes à aller à la pêche sur le web, découvre ce formidable indice et commence immédiatement à écrire. Tout en rédigeant je cherche par la suite les éléments qu'il me faut pour avancer. Je les trouve toujours.

Dans l'énigme qui nous occupe, le fameux indice a été de découvrir que la mère de Nigel Newton s’appelait prétendument Anne St Aubyn. Nul doute que vous allez dire, " De quoi parle-t-il ?" Qui est Nigel Newton? C'est le fondateur de Bloomsbury Publishing, l'éditeur de J. K. [Joanne Katleen] Rowling. Curieusement, bien qu'il ait plusieurs bios en ligne, dont une sur Wikipédia, sa mère n’y figure pas. Il n'a pas d'entrées généalogiques. Mais on trouve une nécrologie de son père Peter sur le New York Times, et là, sa première femme est donnée comme Anne St. Aubyn. Elle a déclaré être la mère de Nigel. Maintenant, c’est curieux pour plusieurs raisons. Un, les recherches n'aboutissent à aucune Anne St. Aubyn, épouse de Peter Newton. Deux – et c'est l'argument décisif – je savais déjà qu'Anne St. Aubyn était un personnage historique célèbre. Elle est également connue sous le nom de Anne Arundell, petite-fille de William Arundell de Menadarvy. Cette famille Arundell était étroitement liée à la Royauté (à Henri VIII, par exemple), et Anne St. Aubyn était du clan Trerice des Arundell, sis à Newlyn. Donc cette famille Arundell est très célèbre, c’est la raison pour laquelle nous avons des généalogies complètes remontant sur des siècles.

En outre, selon thepeerage.com [site traitant des titres de la noblesse britannique et européenne] [http://www.thepeerage.com/p7077.htm], il n'y a plus d’Anne St. Aubyn depuis 1800 environ. Il y en a eu plusieurs, mais aucune dans les deux derniers siècles. La famille est encore importante, Edward St. Aubyn, un écrivain, fait toujours les gros titres. Mais il n'a aucune parente vivante ou récemment décédée nommée Anne ou Ann. Par conséquent, nous pouvons en déduire que les rédacteurs des services du Renseignement se jouent de nous encore une fois. Si cette Anne St. Aubyn est un personnage fabriqué, il est probable que son fils Nigel Newton le soit également. Il existe probablement, mais uniquement comme façade pour le MI6 ou la CIA.


Ce qui relie ces familles Arundell et Newton est bien caché mais on peut le découvrir. La lignée Arundell a pris fin au milieu des années 1700, et c'est un baronnet de la famille Acland qui a pris la relève des Trerice. Sa mère était la fille de Henry Hoare, de la banque C. Hoare & Co. Elle existe encore aujourd'hui, c’est la plus ancienne banque du Royaume-Uni et la quatrième plus ancienne dans le monde. L'un de ses clients célèbres au 18ème siècle s'appelait Beau Nash. Notez ce nom de famille que nous avons vu à plusieurs reprises récemment.

Vers 1920, les Hoare et Newton se marièrent entre eux, avec Thomas Hoare qui épousa Daphne Newton. Ils eurent un fils, Alfred Newton Hoare. Il semble donc que les agents du renseignement nous donnent des indices, sachant qu'on ne peut les déchiffrer. Dans ce cas, ils sont allés dans la généalogie réelle de Nigel Newton et se sont arrêtés sur un nom, l’attribuant à sa mère. Mais ce n'était pas sa mère, elle était quelque chose comme son arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-tante.

Si vous pensez que c'est tiré par les cheveux, nous trouvons des indices concordants sans trop d'efforts. Bloomsbury Publishing publie relativement peu d’auteurs, mais nous trouvons un George Hoare parmi eux. Il aurait écrit en 2015 un livre sur Antonio Gramsci. Qui est Gramsci? Il était chef du Parti communiste en Italie dans les années 1920, prétendument emprisonné par Mussolini en 1926. Il est censé être mort en détention en 1937 à 46 ans. En d'autres termes, c’était aussi un agent secret. Le communisme lui-même est une création des services secrets remontant aux années 1840. Et c'est bien sûr exactement le genre de livre qu'on s'attend à voir écrit par des agents secrets en 2015.

Avant de continuer, notez que si la mère de Nigel Newton ou une lointaine ancêtre est une St. Aubyn, elle est reliée aux anciens rois d'Angleterre et à plusieurs membres actuels de la noblesse. On ne vous dit jamais cela. Notez également que son nom de famille est Newton. Pourrait-il être lié à Sir Isaac Newton? Quelqu'un d'autre peut faire la recherche. Il y avait aussi un Thomas Newton comme procureur dans le faux procès des sorcières de Salem.

Il y a autre chose que vous devriez savoir à propos de Bloomsbury Publishing. Son président est Anthony Salz. Salz a été le président de la BBC en 2006, après y avoir passé plusieurs années au conseil d'administration. Il est également administrateur de la société qui détient le journal The Guardian, l'un des plus importants journaux londoniens. Mais le comble, c'est qu'il est le directeur exécutif de N. M. Rothschild and Sons Limited. Cette banque fondée en 1811 a entre autres clients importants la reine d’Angleterre. Curieux de trouver Bloomsbury Publishing connecté de cette façon, n'est-ce pas? Rothschild et Salz sont bien sûr juifs.

Bizarre également que la société Bloomsbury Publishing soit si récente quand elle a commencé à travailler avec Rowling. Elle a été enregistrée officiellement au Royaume-Uni en 1994, et Bloomsbury USA a été fondée en 1998. Le premier Harry Potter est sorti en 1997. Étrange de trouver une nouvelle maison d'édition publier un écrivain inconnu et faire immédiatement de son livre un best-seller. Il est dit que le premier livre s'est vendu à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde, et la série a atteint près d'un demi-milliard d'unités.

La biographie de Rowling allume elle aussi plusieurs voyants rouges. Nous ne connaissons même pas son vrai nom. Selon la bio grand public, elle n'a pas de deuxième prénom. Le K, pour Katleen, a été inventé et elle l'a simplement adopté pour ses livres. Ses deux parents sont militaires, son père était ingénieur en aéronautique chez Rolls Royce et sa mère était également technicienne.

Voilà l’unique photo publiée que j’ai pu trouver où les deux sont ensemble. Un problème: c’est une contrefaçon. Un montage. Les deux personnages ont été rajoutés sur ce fond. Toutes les bordures sont artificielles. Comparez aussi leurs mentons. Celui de l’homme et la zone sous son menton sont noirs. Ce n'est pas le cas chez la femme. Impossible. La tête de l’homme est également étirée verticalement, le faisant paraître plus mince qu'il ne l'est. Ce montage est une bien piètre réalisation.

Comme autre indice, étudions cet article de 2012 du DailyMail. Dans ce document, Rowling est censée se réconcilier avec son père. Remarquez l'âge qu'elle a dans l'article: 47 ans. Toujours de la numérologie avec ces gens. On nous dit qu'elle a refusé de lui prêter de l'argent 9 ans plus tôt, quand son commerce de vente au camion de burgers a connu des moments difficiles. Bon, qui va croire ce truc ? L'article reconnaît quand même que le père est ingénieur à la retraite. L'Angleterre est un pays socialiste du berceau à la tombe, avec versement d'une retraite jusqu'au bout. Les gars qui ont travaillé chez Rolls Royce ne sont pas laissés à la rue, à demander l'aumône à leurs enfants ou à tenir un commerce de hamburgers. Il est plutôt élégant pour un vendeur de hamburger, non ?

Ça c’est la photo publiée avec l'article de 2012. Mais elle date de 2000. Les deux étaient présents pour l'interview de 2012, alors pourquoi utiliser une photo de 2000? Tous leurs appareils étaient-ils HS ce jour-là ?

Mais il y a des choses plus graves. Étudiez la photo de près. Est-ce que ça ressemble à une femme avec son père? Je dirais que non. Il est censé avoir 55 ans et elle 35. Lui pourrait être bien conservé pour ses 55 ans, mais pas elle si elle a bien 35 ans. Sans rien savoir à leur sujet, je lui donnerais 50 ans, et elle 45. Ils font davantage penser à un couple marié et non à un père avec sa fille.

Jeune fille, Rowling a vécu à Winterbourne, une banlieue de Bristol. Bristol est bien sûr une énorme plaque tournante pour la Défense, qui abrite aujourd'hui l'agence des marchés de la Défense. C’est également le siège des moteurs Bristol Aero, où le père de Rowling est réputé avoir travaillé (aujourd'hui Rolls Royce).

Un autre voyant rouge clignote quand on nous dit que Rowling déménage au Pays de Galles à l'âge de 9 ans. La famille vivait près de Chepstow. C'est suspect parce que le groupe Mabey se trouve là aussi, à construire de "grands ouvrages de génie". Le Groupe Mabey, comme Rolls Royce, est étroitement lié à l'armée britannique, et ce depuis 1923, quand il a racheté à l'armée britannique des ponts Bailey en pièces détachées. Plus tard, Mabey a été accusé et inculpé de corruption de fonctionnaires du gouvernement pour obtenir des contrats en Irak, Jamaïque et Ghana. On pourrait supposer à juste raison que les premiers liens de Rowling avec le Renseignement britannique se sont créés par l'intermédiaire de Mabey.

La période universitaire de Rowling constitue le voyant rouge suivant. Bien que de nombreuses sources conventionnelles disent maintenant qu'elle fut diplômée d'Exeter en 1986, il y a quelques années les mêmes sources prétendaient qu’elle n'y avait fait que suivre des cours. Je le sais, parce qu’en 2010 j’ai fait des recherches sur Rowling pour un article que j'écrivais sur les femmes diplômées. Sur la base de recherches ordinaires en ligne, j’en suis venu à la conclusion que Rowling n’est pas diplômée d'Exeter. Vous pouvez vérifier par exemple dans "historique" pour des extraits de sa page Wikipédia de l'époque [en haut à droite sur la page Wikipédia]. La bio prend soin de dire qu'elle assistait aux cours, mais ne dit pas qu'elle a eu un diplôme. Et donc, qu’en déduire ? Il me semble que le Renseignement est si confiant dans sa capacité à contrôler toutes les sources qu’il a décidé de pousser plus loin et de la déclarer diplômée. En ce qui me concerne, je vais avoir besoin de certaines vérifications auprès d’Exeter avant de croire quoi que ce soit. Et sachant que le Renseignement a le bras long, j'aurai quand même du mal à y croire.


L'alarme suivante, c’est Amnesty International, où Rowling a travaillé après avoir quitté l'université. Amnesty est une façade bien connue pour le Renseignement, les grandes banques et les intérêts des grandes entreprises en général.

Tout cela est très suspect, et me porte à croire que Rowling a simplement été embauchée comme façade pour ce projet. Je doute fort qu'elle ait écrit quoi que ce soit, il serait plus raisonnable de dire qu'un comité l'a écrit, que ce soit à Vauxhall [siège du MI6 londonien], Langley [siège de la CIA américaine], ou ailleurs. À l'appui de cette hypothèse, nous constatons que la série des Harry Potter propage beaucoup d'objectifs de même nature que ceux d'autres projets du Renseignement, en particulier la destruction de la famille. Harry n'a pas de famille, il a été adopté par des parents "Moldus" [sans pouvoir magique dans le jargon du roman] qui ne l’aiment pas et qu'il considère à la fois comme ridicules et méprisables. Il est heureux de les quitter pour partir dans un pensionnat où il ne les voit jamais. Les livres nous revendent donc une version contemporaine de La République de Platon, où l'état retire les enfants à leurs parents, les sélectionnent et les élèvent pour servir les intérêts des Aînés. Aujourd'hui, on enseigne aux enfants à regarder leurs propres parents comme de méprisables "moldus" et à se considérer comme des magiciens de classe supérieure qui peuvent potentiellement obtenir tout ce qu'ils veulent avec la bonne formule magique. Ils seront heureux d'être enlevés à leurs stupides parents pour se retrouver dans des châteaux-forts, du moment qu’on leur procure de fausses baguettes magiques sous l'autorité de personnes en robes noires. Si vous pensez que c'est la recette pour une société saine ou une vie de famille, vous devez réduire votre dose de fluor.

Harry Potter est souvent comparé au Seigneur des Anneaux, mais la comparaison est on ne peut moins appropriée. Potter est en fait une inversion du Seigneur des Anneaux. Dans Le Seigneur des Anneaux, les héros sont des hobbits, des gens ordinaires, de petite taille et sans attrait, qui vivent de la terre. Ils sont les "moldus" d'une époque, quelque part. Mais Potter nous dit l'inverse en faisant des gens communs des moins que rien. Sans quelques magiciens de haute naissance comme Harry se battant pour eux, les "moldus" seraient bientôt éliminés. Mais dans Harry Potter, on a du mal à comprendre pourquoi ce ne serait pas un bon débarras. Tolkien montre des hobbits ignorants et rustiques, mais grâce aux actes et explications de Gandalf et Frodon, nous comprenons pourquoi ils valent la peine d’être sauvés du Seigneur des Ténèbres. Dans Potter, rien de tout cela, les "moldus" sont complètement accessoires. Ce n’est pas un hasard, car c’est exactement ainsi que les Aînés d'aujourd'hui voient la chose.

Autre chose qui sert également à comprendre les moldus:
S'il arrive, par inadvertance, que des gens ordinaires voient comment fonctionne la magie, le Ministère de la Magie envoie des Oubliators qui lanceront des Sortilèges d'Amnésie pour leur faire oublier l'événement. [Extrait de la page Wiki sur les moldus].
Il suffit de remplacer "Oubliator" par "Agent du renseignement", "gens ordinaires" par "non-agent",  "fonctionnement de la  magie" par "Canular monté par le Renseignement",  "Ministère de la Magie" par "CIA"  et "Sortilèges d'Amnésie" par "bourrage de crâne".

S'il arrive, par inadvertance, que des non-agents mettent à jour de flagrants canulars, la CIA envoie des agents pour les embrouiller et les fourvoyer, et leur faire oublier l'événement.

Comme vous le voyez, le projet Harry Potter est bêtement transparent à de nombreux endroits, et seuls les lecteurs qui ont sucé des pilules bleues toute leur vie passeront à côté.

Encore une fois, nous avons le Renseignement qui parle de lui et surtout qui vous balance à la figure comment les choses se passent, alors même que vous êtes les dindons de la farce. Ils savent que vous, moldu, n'imaginez pas que vous êtes 'couillonné', alors que vous l'êtes déjà, et en vous le disant ils vous 'couillonnent'. La réponse du moldu standard dans une telle situation est, "Quoi, tu veux dire que j'ai été 'couillonné' ? Aucune chance , mec!"

Tout au long des sept livres de la série, le mot "magie" pointe toujours vers les services secrets. Ce sont eux les magiciens. Les agents sont les apprentis-magiciens, tandis que les 'Moldus' sont les civils. Toute l’intrigue est une analogie assez transparente du monde du Renseignement, Poudlard étant l’académie du Renseignement, et ainsi de suite.

Vous allez me dire que je pourrais faire de telles analogies avec le Renseignement dans n’importe quel livre. OK, essayons avec Le Seigneur des Anneaux. Où est l'analogie avec le Renseignement ici ? Où est l'académie, qui sont les agents, où sont les cadres en compétition, etc.? Même si Tolkien nous assure que le livre n’est pas une allégorie, je suis d'avis que vous pourriez y découvrir des éléments allégoriques. Mais contrairement à Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux n’est pas seulement une œuvre médiocre où l'on voit en filigrane des allusions aux services secrets. Le Seigneur des Anneaux est une œuvre de fiction à part entière, pas juste un roman à clés d'amateur. Je suis sûr que si nous pouvions localiser le bureau où a été rédigé Harry Potter, nous trouverions les vrais Weasley, Hermione, Dumbledore, et ainsi de suite.

Un autre exemple, la gare King’s Cross, utilisée dans Potter qui sert à situer la plate-forme 9 3/4. Pourquoi King’s Cross ? Probablement parce que c’est la gare qu'utilisent ceux qui ont écrit les livres. Et devinez quoi, il faut très peu de recherche pour trouver les bureaux du Guardian Media Group juste à côté. C'est l’éditeur du Guardian et de l’Observer. Nous avons déjà vu plus haut un lien entre le Guardian et Harry Potter, n'est ce pas? Anthony Salz est impliqué dans les deux, à titre d'aministrateur pour le Guardian et de président pour Bloomsbury.

Si nous étudions une carte, nous trouvons NMR Consulting [société de management] également juste à côté. NMR travaille avec ITV [réseau de télévision privée du Royaume-Uni] , que je relie au Renseignement britannique dans mon article sur John Lennon. Le chef d’ ITV, Eric Maschwitz, a également été employé par BSC, la branche américaine du MI6.

ACEVO [œuvre de bienfaisance qui apporte une aide au entreprises du secteur tertiaire] réside là aussi, ce qui est louche. Je pense qu'une bonne partie du secteur tertiaire en Angleterre sert de façade au Renseignement ou aux grandes entreprises. Comme aux États-Unis, tout secteur "bénévole", à but non lucratif ou de type ONG n'est qu' un paravent. NCVO [relie les organisations du bénévolat] et Euclid [recherche, management, entrepreneuriat] se trouvent juste à côté de ACEVO dans le complexe King’s Cross.

Dans le même complexe, on trouve OMD Worldwide [agence mondiale de communications médiatiques appartenant au groupe OMG] :
Omnicom Media Group est le réseau d’expertise Media appartenant au 2ème groupe de communication mondial, Omnicom, et dans le Top 5 des agences Media françaises. Omnicom Media est composé de 3 agences appartenant à un réseau international (OMD, PHD et M2M), d’une agence de création de contenu (FUSE). OMG compte 350 collaborateurs pour la gestion de près de 200 annonceurs totalisant un volume d’achat media de 1.7 milliard euros. Au sein d’OMG, le département Digital (80 experts) intervient sur toutes les problématiques clients du groupe et possède les expertises sur l’ensemble des leviers digitaux : Display, Search (SEA et SEO), Data & E-CRM, Mobile, Social et Tracking.
Principaux clients : HP, Estée Lauder, Simmons, Sony, Leclerc, Mc Donald's, Intel, Renault, Crédit Foncier, LaPoste, Esprit.
Ils opèrent dans 80 pays, mais le siège est à New York. Tirez-en vos propres conclusions.

Dans le secteur on a aussi Nathaniel Lichfield and Partners, un autre clignotant. Fils d'immigrants juifs de Pologne, Lichfield est devenu ministre du Logement à la fin des années 1940 et pendant les années 1950. Après cela, il a été fortement impliqué dans tous les grands dossiers d’urbanisme du Royaume-Uni. Il a fait partie plus tard du conseil d’administration de Tavistock.

Et bien sûr, l'institut Tavistock se situe également juste au sud des autres sociétés. L'université de Londres est à environ 600 mètres au sud de King's Cross et de Regent’s Wharf, et c'est là que se trouve le Tavistock . L'Institut Tavistock a été fondé en 1947 et financé par la Fondation Rockefeller [Une traduction du BBB sur le Tavistock ICI]. C’était et c’est encore un centre de recherche psychiatrique. C’est supposé être maintenant un organisme de bienfaisance, mais ce n’est bien sûr qu'une couverture. Tavistock est au centre de la fameuse théorie de la conspiration du Verseau de John Coleman. [également traduit sur le BBB]

Même si je ne suis pas d'accord avec Coleman sur la plupart des détails, y compris son affirmation que Theo Adorno a écrit la musique et les paroles des Beatles (elles ont été très probablement écrites par des équipes professionnelles, qui y ont inséré des bribes de propagande fournies par leurs patrons), sa thèse principale est correcte: il y avait et il y a toujours un projet visant à détruire la famille, et la musique populaire a fait partie de ce projet. [Bien sûr, ça n'a pas commencé avec les Beatles. Cela a commencé au milieu du 19ème siècle ou avant, et a été propulsé par les marxistes, en particulier Engels]. J'en suis venu à cette conclusion indépendamment, comme vous pouvez le voir dans mon article sur Lennon et je dois admettre que c’est aujourd'hui la première fois que je lis l'article de Coleman, ou même que j'en entends parler. Je connaissais le Tavistock, et je connaissais la théorie grâce à Larouche, mais je n'avais pas entendu parler de Coleman. Je sais que mes lecteurs trouveront cela incroyable, mais tel est le cas. Je vais devoir étudier son article de plus près et vous en parlerai après. [Voilà, je l'ai lu. Coleman formule les choses en des termes que je n'utiliserais pas, mais ses principales théories sont fondamentalement correctes. Contrairement à lui, je pense que les services secrets ont embauché quelques auteurs talentueux pour seconder ces groupes de rock et les interprètes sont souvent tout aussi talentueux. Si ce n'avait pas été le cas, aucun n'aurait décollé. Le fait que Larouche et lui les écartent d'entrée de jeu comme étant des foutaises ne fait pas avancer les choses. Certains sous-genres comme le punk ou le rap n'ont pas grand-chose pour se racheter et la pop musique a sans aucun doute dégénéré depuis les années 70. Mais au moins dans les années 60 et 70, un grand nombre de gens talentueux musicalement ont été utilisés pour mettre le projet en pratique. Je pense qu'on ne peut le nier.]

Je vous rappelle que Lyndon Larouche a une théorie similaire vis-à-vis des Beatles, mais Larouche et Coleman peuvent contrôler l'opposition. Une autre possibilité est qu'ils peuvent vous dire une grande partie de la vérité, mais sous une forme repoussante, pour être sûr que vous la refusiez. C'est l'une des tactiques préférées du renseignement : créer un dingue qui vous dit la vérité, de sorte que vous la rejetez comme étant délirante.

À suivre

2 commentaires:

  1. Salut helios, aurais tu un compte facebook car j'ai un groupe qui tente de comprendre la matrice et j'aimerais t'y inviter si ça te dit de partager ton travail ?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton invitation, mais ayant publié des articles sur les inconvénients majeurs des réseaux sociaux, je n'y ai bien sûr jamais mis les pieds. Mais tu peux diffuser ce que tu veux du BBB, du moment que tu donnes la source, comme il se doit entre internautes honnêtes...

      Supprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.