Bistro Bar Blog

mercredi 19 octobre 2016

Steve Jobs, l'audacieux, le génie, l'impitoyable... le FUMISTE (1ère partie)

Dans la série "démythification des célébrités médiatiques", Miles Mathis, nous parle aujourd'hui de ce personnage si encensé qu'a été Steve Jobs (1955-2011).
 
Article très long, qui sera, comme à l'accoutumée dans ce cas, publié en plusieurs parties. 

Vous aurez en prime d'autres informations (en commentaire) fournies par Valuebreak, le traducteur de cet article, que je remercie une nouvelle fois chaleureusement pour ce travail.

Steve Jobs, l'audacieux, le génie, l'impitoyable... le FUMISTE

Par Miles Mathis (janvier 2016)

Traduit par Valuebreak


Comme d'habitude, ce n'est que mon opinion, le fruit de ma recherche personnelle sur le web. J'ai écrit récemment que la bio de Jack London était la bio la plus grotesque que j'ai eu l'occasion de lire. Je retire ce que j'ai dit. Celle de Steve Jobs est pire. Pour les nouveaux lecteurs, je recommande de lire d'abord mon court article sur Mark Zuckerberg, qui est le précurseur de celui-ci. Également ma recherche sur Elon Musk [PDG de SpaceX, Paypal et Tesla Motors]. J'y montre que Musk est une création totale des services secrets, une simple façade pour divers projets. Ce fut la même chose pour Jobs, juste une version antérieure.

Certains me demanderont pourquoi j'ai parlé d'abord de Musk. Jobs n'est-il pas plus important ? Eh bien, je dois admettre que ma recherche est un peu désordonnée à certains égards. Je n'ai pas de réel plan d'attaque et les choses viennent quand elles doivent venir. Les Muses me mettent les choses sous les yeux et parfois j'accroche, parfois non. La chance y joue un grand rôle, comme c'est toujours le cas pour moi. Je n'avais aucunement l'idée d'écrire sur Jobs aujourd'hui jusqu'à il y a 10 minutes quand j’ai commencé à écrire sur lui. Je cherchais quelque chose d'autre, la photo de Jobs est sortie dans les informations et j'ai fait une recherche Google sur lui. En arrivant sur sa page Wiki, j'ai commencé à lire et j'ai compris comme il serait facile de le démasquer. La page est une absurdité et j'ai vu que c'était cousu de fil blanc. Elle montrait tous les signes d'une rédaction par un comité de Langley [siège de la CIA et du centre de recherche de la NASA] : remplie de manques, de contradictions et d'illogismes, avec un manque total de respect du lecteur. Nous commencerons en haut de la page et la déroulerons : je vous montrerai tout ce que je vois. Vous repérerez les mensonges à travers mes yeux.

Tout d'abord, il est clair qu'ils cachent ses racines, comme d’habitude. Son biographe s'appelle Walter Isaacson, un juif, ce qui n'est pas anodin comme vous allez le voir. Isaacson constitue lui-même un gros signal d'alerte, le plus gros peut-être de toute la page. Isaacson était à Harvard, puis devint un Rhodes Scholar [ancien étudiant méritant d'Oxford]. Il fut l'éditeur du magazine TIME, et plus tard le PDG de CNN. Il est aujourd'hui le PDG de l'Institut Aspen. Il fait aussi partie du comité de direction de United Airlines, de l'université d'Harvard, de l'université Tulane, de l'institut philanthropique Bloomberg et du Carnegie Institute for Science. C'est plutôt lui que je devrais exposer à la place de Jobs, voyant qu'il a et a toujours eu bien plus de pouvoir ; mais ses postes le démasquent sans aide de ma part. Cette liste vous indique tout ce que vous devez savoir. Jobs est un peu plus dissimulé. Sachez juste qu'Isaacson a écrit beaucoup de livres et à mon avis ils nous égarent dans de fausses directions. C'est ce que font ces gens et lui le fait beaucoup.


La première chose qu'Isaacson vous cache concernant Jobs est que Jobs est juif. On a un tas de foutaises sur ses parents adoptifs, mais personnellement je ne suis pas porté à le croire. Nous y reviendrons dans un moment et je vous montrerai pourquoi ça pue. Mais d'abord ils admettent que la mère biologique de Jobs est née Schieble. Si vous cherchez sur Google là-dessus, vous n'aurez que des résultats sur Jobs et autres directions trompeuses, je suggère donc que vous cherchiez à la place Schiebel. On dirait qu'ils ont mal orthographié le nom pour vous induire en erreur, ce que nous leur avons vu faire de nombreuses fois. Une recherche avec ce nom vous donnera toutes sortes de liens avec Israël, y compris des liens militaires. Vous avez aussi la preuve que c'est un nom très courant chez les juifs. Du côté de la mère de Jobs nous trouvons aussi le nom de Ziegler, qui peut être allemand ou juif. Considérant que ni Jobs ni sa vraie mère ni sa sœur ne paraissent allemands,
et qu'ils paraissent vraiment juifs, je pense que nous savons quel chemin prendre ici. Je crois mes yeux pour ma part, mon flair et ma propre recherche mieux que ce que me dit Walter Isaacson. Mais vous êtes libres de croire bien sûr tout ce que vous voulez.

On me dira que Jobs ressemble à ce qu'il est parce que son vrai papa était syrien. Mais ça n'explique pas pourquoi sa mère ressemble aussi à quelqu'un qui vient du Moyen-Orient. Elle est prétendument allemande et suisse, élevée dans une ferme du Wisconsin. Elle devrait ressembler à ça :

Mais les biographies vous empêchent de penser à ça en mettant l'accent sur ses parents adoptifs. Pour quelque raison, Wikipédia nous donne un paragraphe entier sur les origines de ses parents adoptifs, nous disant que son papa adoptif venait d'une famille calviniste. En quoi les origines du père adoptif importent-elles dans la mesure où son "fils" n'avait pas le même sang ? Notez aussi le nom de la ville qu'on vous donne comme endroit de la ferme familiale : Germantown, Wisconsin. German town [ville allemande]. N’y aurait-il rien de moins subtil et de plus évident qu'on cherche à vous hypnotiser ? Non seulement la mère réelle de Jobs est censée venir d'une ferme, mais son père adoptif aussi. Ils étaient tous deux allemands, allemands, allemands… fixez le pendule… pas juifs, allemands.

Le site JewornotJew.com donne même à Jobs le score étonnant de 7. Ce site est géré par des juifs et l'échelle va de 0 à 15, ce qui veut dire qu'ils placent Jobs à peu près à la moitié. Ils nomment souvent le score de 8 comme "Juif limite". Mais alors, si selon les bios grand public ainsi que leur propre info, Jobs n'a aucun sang juif, pourquoi lui donner un score de 7 ? Ils font la même chose avec Charlie Chaplin et beaucoup d'autres. Ils donnent à Chaplin un score de 10 et disent ensuite qu'il n'est pas juif. Cela m'est complètement égal, mais pourquoi ne pas être cohérent ? Je souhaite juste connaître la vérité.

Dans les premiers paragraphes de la page Wiki, on trouve aussi les premiers indices numérologiques de la CIA. Les parents adoptifs de Jobs se sont mariés en 1946, l'année de la création de la CIA.  Comme nous l'avons vu de nombreuses fois déjà, les chroniqueurs insèrent aussi bien 1946 que 1947 dans leurs fables car la CIA a été réellement créée en 1946, mais les histoires nous disent que 1947 correspond à la fondation officielle de la CIA. Ils se réfèrent donc aux deux dates.

Ensuite, ils admettent que le vrai père de Jobs, Abdulfattah Jandali, venait d'une très riche famille syrienne. Il est allé à l'université américaine de Beyrouth, c’est un énorme signal d'alarme. C'est au Liban et non en Syrie et son nom vous dit qui l'a créée et qui la contrôle. C'est un avant-poste de propagande et de contrôle au Moyen-Orient au service de l'Ouest depuis le début. Ce qui nous amènerait à supposer que Jandali était depuis son jeune âge un agent de renseignement et il s'avère que c'est bien le cas. Vous pouvez aller ici pour une bonne (et une moins bonne) information concernant Jandali. Bien que cet article veuille vous faire croire que Jandali était anti-sioniste, qu'il tentait de libérer la Palestine, c'est en réalité le contraire. L'université américaine n'est pas anti-sioniste, elle est pro-sioniste. Encore une fois, elle est en lien avec les US et avec des endroits comme l'université de Columbia. Jandali se trouvait à Beyrouth au début des années 1950 et fut rapidement transféré à Columbia, comme l'admet l'auteur de l'article. Il admet aussi que Jandali était accrédité par la CIA. Bon, la CIA était-elle pro-arabe ou pro-jihadiste en 1954 ? Non, bien sûr. Pensez-vous qu'ils aient envoyé Jandali aux US et l'aient fait étudier à Columbia pour qu'il puisse devenir un terroriste contre Israël ? Bien sûr que non. Il n'a pas eu de doctorat en sciences politiques pour devenir terroriste. Ils avaient d'autres plans pour lui.

Dans ce lien, nous retrouvons des indices de numérologie.

En 1970, Habash supervisa le détournement de 4 avions occidentaux au-dessus des États-Unis, de l’Europe, de l’Extrême Orient et du golfe persique. On fit exploser les avions, après avoir forcé les passagers et l’équipage à débarquer. Habash fut également à l’origine du détournement d’un long courrier Air France vers Entebbe en Ouganda, et d’une attaque sur l’aéroport Lod en Israël dans laquelle périrent 27 personnes. [5] 47 personnes furent tuées dans l’explosion d’un jet de la Swissair en 1970.|3]

Vous avez vu ? 47 personnes furent tuées. Oui, bien sûr. C’était soit ça, soit 33, soit 88 ou 111. Également vous voyez la note [3]. Ça devrait être la [6] puisqu’elle est après la [5], pourquoi les notes sont elles en désordre ? Tout simplement parce qu’ils veulent associer le nombre 3 au nombre 47.
Bien que les biographies traditionnelles nous disent que Jandali finit par démissionner de l’université pour ouvrir un petit restaurant à San Jose en Californie, c'est encore une feinte. Même s'il a pu être impliqué dans des façades de la CIA qui utilisa des restaurants et des cafés pendant un temps, il a fini à Las Vegas "comme directeur de sociétés importantes et institutions " et ensuite à Reno, où il devint vice-président d'un grand casino. Oui, la CIA en est propriétaire aussi. Ils ne peuvent étancher leur soif avec les fonds publics, donc ce que vous ne leur donnez pas sous forme d'impôts, vous le leur donnez aux tables de jeux ou dans les machines à sous. Voici donc qui était le vrai père de Steve Jobs. Pas un truand, car ces gens ne sont pas assez calés ou suffisamment culottés pour vous vendre des salades comme Apple Computers. Non, c'était encore un autre agent, lié à la MATRICE.

Ce qui nous amène à vérifier le certificat de naissance de Jobs, disponible en ligne.

C'est un faux évident, car il présente ses parents adoptifs comme ses parents biologiques. C'est un extrait de naissance et non un certificat d'adoption, alors pourquoi ses parents figurent-ils comme Paul Jobs et Clara Hagopian ? On me dira que c'est un certificat de naissance modifié, mais non. Il est daté du 2 mars, moins d'une semaine après la naissance, ce qui indique un certificat de naissance original et non un certificat modifié. Les Jobs n’auraient pas pu obtenir un certificat de naissance modifié aussi rapidement, car, souvenez-vous, il y a eu un procès et ils n'étaient même pas certains d'avoir l'enfant. Et pourquoi le nom de famille de Clara ne figure-t-il pas sous le nom de Jobs ? Curieux aussi, l'âge de Paul, 33 ans. Ce n'est pas seulement le chiffre : sa date de naissance est donnée à Geni.com comme étant le 22 novembre 1922. Le même jour de l'année que celui de la mort de Kennedy, en passant. Donc en février 1955, Paul avait encore 32 ans. Il n’aurait eu 33 ans qu’en novembre, d'accord ? Celui qui a trafiqué la date ne sait pas calculer. Savoir que le certificat est incomplet pourrait aussi vous intéresser. Il y a une case pour indiquer une naissance unique ou celle de jumeaux ou de triplés et sur cette case devrait figurer un "S" [single] ou "unique". Elle est vide. C'est important compte tenu de ce que je vous ai montré dans mes précédents articles. De plus, l'endroit de la naissance n'est pas indiqué. L'adresse du cabinet du médecin devrait être indiquée. Le Dr Gregory Smith a signé le document, certifiant que l'enfant est né à l'endroit indiqué, mais il a omis d'indiquer l'endroit, qui était son propre cabinet. Pour finir, le certificat n'est signé d'aucun parent, le rendant immédiatement invalide.

Nous passons ensuite à Mona Simpson, un nouveau signal d'alarme. C'est la vraie sœur de Jobs. Elle aussi est célèbre, en tant que romancière. Elle a écrit un livre dont est tiré ce navet [titre français : "Ma mère, moi et ma mère"] :


Quelles sont les probabilités que Mona et Steve aient été séparés ainsi à la naissance, élevés par des familles différentes et pourtant qu'ils soient devenus célèbres en Californie ? Si on accepte le récit classique, les chances sont astronomiquement faibles. Mais maintenant que nous savons que leur père était un agent, c'est facile à comprendre. C'est encore plus facile à comprendre si nous nous souvenons que leur mère était juive et apparemment une juive de grande famille. Elle n'est pas juste allée à l'université mais elle a obtenu un doctorat. Elle a travaillé plus tard comme orthophoniste. Bien que sa généalogie ait été expurgée en grande partie, nous pouvons dire que c'était une personne très rare. Le nombre de femmes ayant un doctorat dans les années 1950 est très peu élevé. Dans cette décennie-là, seuls 6 % de la population a suivi des études secondaires. Seuls 8000 doctorats environ étaient décernés par an à l'époque et seulement 1 sur 10 attribué à une femme. Ce qui signifie qu’environ 800 femmes recevaient un doctorat national par an entre 1955 et 1960. Donc la mère biologique de Jobs n'était pas une simple fermière, toute fraîche sortie de sous une vache. Elle faisait partie du 0,01%.

On peut dire la même chose de sa fille Mona Simpson. Elle a fréquenté le lycée de Beverly Hills, qui est bien entendu extrêmement huppé. Elle a ensuite fait des études à Berkeley, une célèbre école pour futurs agents. Vous objecterez que cela ne veut rien dire, car beaucoup de gens normaux vont à Berkeley. C'est possible, mais Simpson n'était pas une personne "normale". Non seulement elle a poursuivi par un diplôme du troisième cycle à Columbia, mais elle y a été en même temps rédactrice pour le magazine Paris Review [magazine littéraire anglophone trimestriel fondé en 1953, qui publie les écrits d'écrivains émergents ou reconnus]. Signal d'alarme majeur ! Rappelez-vous de ce que nous savons sur Paris Review. C'est une autre façade pour la CIA. Il a été fondé par Peter Matthiessen, qui a admis depuis que le magazine était "sa couverture". Il déclare dans ses bios qu'il était agent de la CIA. La presse mainstream tente encore aujourd’hui de couvrir cela, disant que seul Matthiessen le savait, mais toute personne dotée d'un peu de bon sens ne va pas croire cela. La couverture de tous ces magazines littéraires a explosé il y a des dizaines d’années, et j’ai écrit plusieurs papiers là-dessus. Ceux qui étaient impliqués dans ces magazines ont tenté d’expliquer qu’ils ne savaient rien de ce qui se passait, mais la CIA s’est retournée contre eux, disant qu’ils savaient exactement ce qu’il en était. Voyez l’agent Rom Braden, et d’autres …

Donc non seulement le père biologique de Jobs avait des liens avec la CIA, sa vraie sœur aussi. On nous dit que Jobs n'en savait rien, mais c'est suspect. Étant donné ce qu'il est parvenu à faire dans la vie, il est impossible qu'il ne sache pas ce qui se passait ou que son ascension ait été accidentelle.

Mais encore une chose avant de quitter Mona Simpson. Savez-vous quel était le nom de son mari ? Richard Appel. Vraiment ? C'est non seulement un nom de famille juif courant, mais il est bien sûr étrangement proche de APPLE. Vous rappelez-vous de ce qui a été fait avec Schieble, Schiebel ? Eh bien, ils ont juste recommencé. Ne sont-ils pas malins ?

Si nous cherchons des photos de Jobs avec ses parents adoptifs, nous ne trouvons quasiment rien. En fait, selon Internet, il y a celle-ci :


C'est tout ce qu'on trouve pour cet homme célèbre. Mais attendez, je pensais que Paul Jobs était supposé être "un sosie de James Dean". Non seulement Paul ne ressemble en rien à James Dean, mais ce gamin ne ressemble en rien à Steve Jobs. C'est quoi qu'il en soit une photo nulle, sans résolution et les yeux ne sont que de grandes ombres noires, j'admets donc que c'est dans le domaine des possibilités que ce soit Steve Jobs. Mon intuition me dit le contraire, mais il n'y a aucun moyen de le savoir. Cette photo ne prouve certainement rien. Une meilleure indication est l'absence d'autres photos. Ces gens ne savaient-ils pas se servir d'un appareil photo ? Ma famille possède des centaines de photos de nous ensemble, des photos sur lesquelles on peut dire qui est qui. Mais nous avons zéro photo de Jobs avec sa maman adoptive et uniquement celle-ci avec son papa adoptif.

La bio de Paul Jobs a également été "nettoyée", mais pas très bien. Il est dit qu'il travaillait pour une société de recouvrement mais le site Intelius nous en dit plus. Il a travaillé à Spectra-Physics Inc, McKesson Corporation, Jobfox Inc., Citigroup, et dans les Garde-côtes. Wow. Spectra-Physics est la première société de fabrication de lasers, fondée en 1961 à Mountain View [c'est aujourd'hui le siège de Google], où a grandi Steve Jobs. Je suppose que Paul Jobs faisait du recouvrement de créances pour eux. McKesson est une énorme société pharmaceutique, fondée en 1833. Selon Forbes, c'est la 11ème plus grosse société américaine en termes de revenus. Jobfox est un site de recherche d'emploi. Vous connaissez Citigroup et les garde-côtes. Nous aurions pu parier que Paul Jobs venait de la Marine. À mon idée, c'est un agent du renseignement comme le reste de ces gens dont nous nous occupons.


OK, intéressons-nous maintenant à l'adoption. On nous dit qu'à l'époque où elle a décidé de faire adopter le petit Steve, en 1955, Joanne [Joanne Schieble] se trouvait à San Francisco. Que faisait-elle là-bas ? Elle et Jandali avaient fait leurs études dans le Wisconsin et sa famille vivait là. Elle n'avait aucun lien connu avec San Francisco et il fallait traverser tout le pays. Ce n'est jamais expliqué. On nous dit ensuite :
Schieble se confia aux bons soins « d’ un médecin qui hébergeait les mères célibataires, mettait les bébés au monde et arrangeait tranquillement des adoptions en privé ».
Il y a même une note de bas de page qui renvoie à Walter Isaacson.
Malheureusement, c'est contredit dans les phrases qui suivent, où l'on nous dit :
Schieble donna naissance à Jobs le 24 février 1955 à San Francisco et choisit pour son adoption un couple qui était "catholique, instruit et fortuné". Le couple changea cependant d'avis et décida d'adopter une fille. Quand le bébé fut ensuite placé auprès du couple Paul et Clara Jobs dans le quartier ouvrier de la baie, et qu'aucun des deux n'avait fréquenté le lycée, Schieble refusa de signer les papiers d'adoption. Puis elle porta l'affaire devant le tribunal pour que son bébé soit placé dans une autre famille et elle ne consentit à laisser le bébé à Paul et Clara qu’après avoir promis qu'ils l'enverraient à l’université.
Ces déclarations renvoient aussi à des notes de bas de page d'Isaacson, il s'est donc contredit lui-même. Il venait de nous dire qu'un médecin privé arrangeait les adoptions en secret, ce qui veut dire qu'aucune agence d'état n'était impliquée. Le médecin ne pouvait ainsi placer le bébé chez un couple sans le consentement de Joanne. De plus, le bébé aurait été en la possession de Joanne jusqu'à l'adoption et non entre les mains du médecin. Les médecins privés n'ont pas les installations pour s'occuper de bébés non désirés. Il n'a pu donner le bébé à Paul et Clara Jobs et par conséquent il n'y avait pas de raison pour que Joanne poursuive qui que ce soit. Il n'y avait pas de raison pour qu'un tribunal soit impliqué, car si Joanne ne voulait pas donner le bébé aux Jobs, tout ce qu'elle avait à faire était de ne pas le leur donner. Il aurait été très facile d'attendre un couple plus approprié, puisque, à cette époque comme aujourd'hui, il y avait bien plus de couples désirant adopter qu'il n'y avait de bébés disponibles.

Souvenez-vous qu'elle se trouvait dans une très grande ville et qu'elle proposait un bébé blanc en bonne santé venant de parents diplômés du 3ème cycle. Imaginez la compétition pour cet enfant ! L'idée de vouloir confier le bébé à un agent de recouvrement d'impayés tatoué ayant abandonné ses études secondaires et à sa femme, est une telle ânerie qu'elle en perd toute crédibilité. Je vous ai dit que cette histoire allait se révéler un tissu de mensonges et vous voyez maintenant pourquoi.

Ce mensonge est suffisant pour faire sauter toute l'histoire, mais je vais continuer. En 1961, la famille Jobs venait de déménager pour Mountain View, ce qui est le signal d'alarme suivant. Pour commencer, Mountain View est juste à côté de Moffett Naval Air Station, qui fut baptisé Moffett Field en 1933. Notez la date. En 1939, ce devint le siège des laboratoires Ames, qui fut repris plus tard par la NASA. En 1960, on ajouta à la base le réseau de contrôle de satellites de l'Airforce. Plus récemment, Google y a déménagé également, transformant une partie de la base en extension de Googleplex. Comme Google est un bras des services secrets, c'est important pour notre enquête.

Mountain View hébergeait aussi le siège du premier Laboratoire de Semi-conducteurs, le Shockley Semiconductors. Celui-ci a été fondé en 1956 par William Shockley, qui travaillait essentiellement pour le gouvernement.

Le projet semi-conducteurs était un projet militaire depuis 1945, démarré aux laboratoires Bell. De plus, Shockley Semiconductors était une filiale de Beckman Instruments, créé par Arnold Orville Beckman, un important investisseur juif. De nouveau, ils ne le reconnaissent pas comme juif dans les bios ordinaires, mais, comme les Rockefellers, il a tout un tas de liens avec des sociétés caritatives juives, que vous découvrirez comme je l’ai fait si vous faites la recherche, ce n’est pas difficile.


Il est donc très curieux de trouver Paul Jobs, un agent de recouvrement qui a abandonné ses études, et sa famille qui habitent à Mountain View en 1961. Ce n'était pas une zone ouvrière. Situé près de la baie, c'était très cher. Je ne sais pas comment il pouvait se le permettre. Pendant qu'il était dans cette circonscription scolaire, Steve Jobs aurait eu une institutrice nommée Imogene "Teddy" Hill, qui le payait pour qu'il fasse ses devoirs. On nous dit qu'elle lui donnait 5 dollars pour qu'il termine ses exercices. De qui se moque-t-on ? Avez-vous eu des instituteurs qui vous payaient pour apprendre vos leçons ? Pensez-vous que des instituteurs peuvent se permettre de payer les gamins pour qu'ils apprennent leurs leçons ? Ces scénaristes de Langley semblent avoir été élevés quelque part dans une cabine de plexiglas, car ils ne donnent pas l'impression de comprendre comment fonctionne le monde. Ils nous balancent constamment ces mensonges ridicules qui nous sautent à la figure. Je suppose qu'ils viennent tous de familles très riches qui les payaient vraiment chaque fois qu'ils se mettaient debout ou s'asseyaient, mais dans les écoles publiques, cela ne fonctionne pas ainsi.

À suivre...

2 commentaires:

  1. Il existe dans le monde francophone deux bios principales de Jobs, la première est celle de Walter Isaacson, personnage démonté par Miles dans son article. je rajoute qu'en tant que CEO de l'Aspen Institute, il dirigeait Madeleine Albright, Sylvia Earle, Henry Louis Gates, David Gergen, David H. Koch, la reine Noor de Jordanie et Condoleezza Rice1 ... Pas mal pour un petit traducteur indépendant, n'est ce pas ? les autres bios écrites par Isaacson concernent Henry Kissinger, Benjamin Franklin, Albert Einstein, ce qui nous fait probablement autant de personnes ... disons douteuses ...
    La seconde est celle d'un français Daniel Ichbiah dont la bio est totalement parcellaire sur Wiki : pas de parents, pas d'enfance, pas de parcours scolaire ... évidemment, je passe sur son patronyme, mais vous pouvez aller voir ici ... voilà donc un gars qui a fait sa carrière sur la vie et l'oeuvre des grands chanteurs américains et anglais, tous créatures du renseignements selon Miles ... sur son site , vous trouverez un amusant "Steve Jobs vs Bill Gates", accréditant la lutte fictive entre Apple et Microsoft. lisez le et rappelez vous le sens du mot flagornerie ...le seul autre Ichbiah recensé sur la toile est Jean, né en 40 mort en 2007, donc le père possible de Daniel ... les photos correspondent ...ce Jean a travaillé pour le département de la Défense des USA, et reçu un Certificate of Distinguished Service du même Département américain de la Défense en reconnaissance de son travail ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les biographies sont le truc idéal pour faire passer... ce qu'on doit savoir.
      Par ailleurs, Miles va peut-être nous pondre un article sur Einstein...Ce sera gratiné, d'autant qu'il est physicien lui-même.
      Concernant la lutte fictive Apple vs Microsoft, c'est développé dans la 3ème partie de cet article (publié le 23 octobre, la seconde le sera demain vendredi 21).

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.