Bistro Bar Blog

dimanche 30 octobre 2016

Napoléon 1er revu par Miles Mathis (2ème partie)

La suite de la saga napoléonienne revue par Miles Mathis.

Traduit par Hélios

 
(...) En 1785, Napoléon fut engagé comme second lieutenant. Pendant quatre ans, entre 1785 et 1789, Napoléon eut deux ans de permission. Vraiment ? Est-ce ainsi qu'un engagement fonctionne ? Si par exemple vous sortez diplômé de West Point, vous vous engagez pour cinq ans sans permission prolongée. Toute permission accordée ne durera que quelques jours. Durant cette période, on nous dit que Napoléon fut un fervent nationaliste corse qui disait [dans une lettre à Paoli en 1789] :
Je naquis au moment où la nation périssait. Trente mille français furent lâchés sur nos plages, noyant le trône de la liberté sous des flots de sang. Telle fut ma toute première odieuse vision.
Ce qui confirme deux choses écrites ci-dessus : 1) Même alors, Napoléon ne se considérait pas comme français ; 2) Au moment de sa naissance, la Corse combattait toujours pour son indépendance. Napoléon ne dit pas, "Je naquis après le dépérissement de la nation".

Puis nous avons cette ridicule histoire de son combat aux côtés des corses :
En juillet 1792, il fut promu capitaine dans l'armée régulière, malgré un dépassement de son temps de permission et son rôle de leader dans un combat contre l'armée française en Corse.
Qui est assez stupide pour croire ça ? C'est comme pour la bio de Castro, dont je viens de faire l'analyse critique. Ces gars mènent toujours des coups d'état contre leur propre pays et ils sont ensuite acquittés ou promus après.

L'histoire stupide suivante est le siège de Toulon, où Napoléon est passé de capitaine à général de brigade à l'âge de 24 ans.

(…) Le récit du 13 Vendémiaire se lit de la même façon : du grand n'importe quoi. Il a été manifestement fabriqué après coup pour expliquer l'ascension de Napoléon. Il n'a sinon aucun sens ni dans son ensemble ni dans ses détails. Il se lit comme s'il avait été écrit par un français ayant ingurgité un peu trop de Bordeaux. Étonnamment, il est considéré comme de si peu d'importance par les historiens américains ou anglais qu'ils ne se sont même pas donnés la peine de publier une page Wikipédia en anglais sur le sujet. Elle a été clairement écrite par un français qui ne maîtrise pas très bien l'anglais. En fait, plusieurs sections sur la page Napoléon sont à lire de la même manière.


Par exemple, bien que Napoléon ait été prétendument rétrogradé de son rang de général de brigade pour avoir refusé de combattre en Vendée [détail omis dans le wiki français], il fut promu commandant de l'armée de l'intérieur après le 13 Vendémiaire et général de toute l'armée d'Italie. Ni l'un ni l'autre ne tiennent debout. Des généraux ne refusent pas une importante assignation sans être envoyés en cour martiale. Napoléon n'aurait pas eu simplement "son nom enlevé de la liste des généraux", il aurait été renvoyé de l'armée et probablement emprisonné. On nous dit à la place qu'il fut autorisé à sillonner Paris comme un cow-boy, outrepassant ainsi les ordres de tous les généraux présents.


(…) Devinez qui d'autre était probablement juive ? L'impératrice Joséphine, dont le nom de jeune fille était Tascher. C'est un nom de famille juif courant. Sa famille était originaire de la Martinique, où elle possédait des plantations de canne à sucre. (…) Pour le nom "Tascher", on trouve ce nom dans l'annuaire téléphonique juif de Buenos Aires en 1947. Et dans cet annuaire, on trouve le groupe Dominick Tascher-Realtors. Tascher est un verbe hébreu qui signifie "travailler dur ou accomplir une tâche".

Mais pour retourner à Napoléon, je pense maintenant utile de rappeler une de ses citations plus tardives :
J'ai livré soixante batailles et je n'ai rien appris que je ne connaissais déjà. Regardez César ; il a livré sa première bataille de la même façon qu'il a livré la dernière.
J'ai toujours trouvé étrange qu'un homme puisse vivre sa vie entière sans rien apprendre de son domaine d'action. Quant à César qui livre sa dernière bataille comme il a livré la première, j'ai des doutes. Je suis bien sûr que je pourrai sortir quelque chose du De Bello Gallico [commentaires sur la guerre des Gaules] qui vient le contredire, mais cela ne mérite pas que j'y passe du temps. En fonction de ce que nous avons découvert sur Napoléon, la citation devient plus facile à croire. Si toutes ses batailles étaient des mises en scène ou étaient truquées, il n'en aurait pas tiré grand-chose sur l'art de la guerre, n'est-ce pas ?

Par exemple, lors de la campagne napoléonienne en Italie, le but principal semble avoir été le pillage. Il n'avait pas besoin de défaire l'Autriche pour cela. En fait, la France était en infériorité numérique par rapport aux troupes alliées. Malgré cela et malgré le fait que la France était en guerre avec le Piémont depuis plus de trois ans, on nous assure que Napoléon a défait le Piémont en deux semaines. On nous dit qu'il y a eu 25.000 pertes parmi les Alliés. En deux semaines ? Vous  plaisantez ! Le seul moyen pour que Napoléon ait tué 25.000 hommes en deux semaines est qu'il ait été doté d'armes nucléaires. De plus, ce nombre est supposé constituer la moitié de la totalité des troupes alliées. Au paragraphe précédent, on nous dit que Napoléon avait 37.000 troupes et ses ennemis 50.000. Les alliés en ont donc perdu la moitié et cela en deux semaines !

Il est dit que Napoléon a perdu 6000 hommes dans cet échange, cela ramène donc l'armée française à environ 31.000 hommes. Mais après avoir livré la grande bataille de Lodi [mai 1796, près de Milan], Napoléon a soudain 50.000 hommes. D'où est venu le renfort ? On vient de lire au paragraphe précédent que
Bonaparte n'avait aucune chance de trouver du renfort car l'effort de guerre républicain se concentrait sur des offensives massives programmées sur le Rhin.
Avec cette armée augmentée en nombre, il se déplaça néanmoins vers le sud, encercla Mantoue puis occupa et pilla la Toscane et les états pontificaux. Il retourna après vers le nord et avec 20.000 hommes défit 50.000 autrichiens placés sous les ordres du maréchal Wurmser.

Mais attendez. Quand Napoléon se dirigea vers le sud, il avait 50.000 hommes. Il ne subit aucune défaite et retourna vers le nord avec seulement 20.000 hommes ? Où les 30.000 autres ont-ils disparu ? Ont-ils pris des vacances en Sicile ? Et nous avons le même problème avec le nombre d'autrichiens. Je pensais qu'ils n'avaient eu que 25.000 pertes, la moitié de leur contingent. Où ont-ils trouvé 25.000 autres hommes aussi rapidement ? Et après la bataille, on a toujours ce problème de calcul, car Wurmser est vaincu mais laisse dans l'affaire plus d'hommes qu'il n'avait en arrivant. Les autrichiens ont été battus mais ils poussèrent quand même vers Mantoue pour y lever le siège. On nous dit qu'ils laissèrent 45.000 hommes derrière eux pour défendre les Alpes en emmenant le gros de l'armée vers Mantoue. Tenez bon. Le gros de l'armée autrichienne devait donc dépasser 45.000, sinon ils ne l'auraient pas nommé gros de l'armée. Ce qui veut dire que les autrichiens ont vu soudainement grossir leurs rangs d'environ 100.000 hommes après des mois de pertes.

Napoléon anéantit ensuite encore une fois les autrichiens à Rovereto et Bassano, réduisant cette armée à 12.000. Mais attendu qu'ils ont dû s'engager dans les batailles avec environ 50.000 hommes, on nous dit qu'ils n'ont perdu que 38.000 hommes dans ces deux batailles. Deux mois plus tard, Napoléon infligea 14.000 victimes supplémentaires à la bataille de Rivoli. Ce qui aurait dû réduire l'armée autrichienne à -2000. Mais d'une manière ou d'une autre les autrichiens ont continué à créer des soldats.

Comme tout ce qui précède semble bien farfelu, mon hypothèse est que la France et l'Autriche se sont concertées et ont décidé de se partager le pillage de l'Italie. Souvenez-vous que les deux pays ont été gouvernés par les mêmes personnes pendant des siècles.

Marie-Antoinette, la reine de France, était la sœur de Joseph II, empereur du Saint Empire Romain et archiduc d'Autriche. Vous direz que la Révolution Française a changé tout ça, mais elle peut n'avoir pas changé les choses autant que vous le pensez. Les Bourbons ont repris le trône de France en 1814 avec Louis XVIII, et l'ont gardé jusqu'en 1848. Même après, la France ne fut pas une réelle république, car elle fut gouvernée par l'empereur Napoléon III jusqu'en 1870. C'était un empire et l'impératrice était de la royauté espagnole. Pendant les années 1870, la France était même dirigée par un maréchal royaliste [Mac-Mahon]. Pendant le reste du siècle, il y eut à la tête du gouvernement français divers franc-maçons insignifiants, nous pouvons donc supposer que les banquiers régissant le pays avaient depuis abandonné les projets avec les aristocrates.

Mais revenons à Napoléon. On nous apprend que Napoléon captura 150.000 prisonniers durant sa campagne d'Italie. D'accord. Et où a-t-il logé tous ces gens pendant qu'il partait au nord et au sud de l'Italie ? Comment les a-t-il nourris ? Et plus précisément, d'où venaient-ils tous ? Rappelez-vous, au début de la campagne, les forces alliées se chiffraient à 50.000. Sommes-nous ainsi supposés croire qu'il a capturé trois fois plus de gens que l'armée toute entière ? Il semblerait que les soldats ont juste jailli de terre en Italie, prêts à être capturés, qu'ils ont été tués, et qu'ils sont ensuite revenus miraculeusement à la vie.

Pour aller dans le sens de ma théorie sur un accord entre la France et l'Autriche de se partager l'Italie, nous découvrons d'autres impossibilités dans la campagne de 1797. On nous dit que lors de cette campagne, Napoléon avança profondément dans le territoire autrichien après avoir gagné la bataille de Tarvis au mois de mars. "Charles fit retraite vers Vienne quand il entendit que Napoléon arrivait". Cela semble-t-il vraiment logique ? Les autrichiens se battaient comme des lions en Italie, quand rien n'était en jeu, mais ont tourné casaque et se sont enfuis quand Napoléon a fait irruption dans leur patrie? De plus, si Napoléon avait tant de facilité à vaincre, pourquoi a-t-il accepté un traité de paix ? Pourquoi ne pas continuer sur Vienne et s'en emparer ? Pourquoi ne l'a-t-il pas pillée ?

On nous dit à la place que Napoléon avança jusqu'à 100 km de Vienne et que les autrichiens implorèrent une paix. Mais nous avons ici un bien plus grand problème que personne ne semble avoir remarqué. La bataille de Tarvis se serait passée en mars. Napoléon avait besoin de traverser les Alpes pour s'y rendre, ce qui signifie que nous sommes censés croire qu'il fit traverser les Alpes à toute son armée en février. Or les cols ne sont pas ouverts en février.

Néanmoins,
Le traité de Leoben, suivi du traité encore plus exhaustif de Campo-Formio, donna à la France le contrôle de la plus grande partie de l'Italie du nord et des basses plaines et une clause secrète promit la république de Venise à l'Autriche.
Vous voyez ? Les deux puissances se partagent le pillage en vertu d'une clause secrète [donnée qui ne figure pas sur le Wiki français] et c'est admis. Mais comme l'Autriche a immédiatement cassé ce traité et pillé les régions données à la France – comme les états pontificaux – Napoléon est allé à Venise et l'a mise à sac, emportant les chevaux de St Marc [chevaux en bronze qui se trouvaient à l'entrée de la basilique St Marc].

Poursuivons, nous devons analyser l'expédition d'Égypte. Pour démarrer, on nous dit que Napoléon fut élu membre de l'Académie Française des Sciences. Sur quelle base ? Il avait passé un an à l'académie militaire et le reste de sa vie à combattre dans des guerres truquées. Que connaissait-il de la science ? Il avait 29 ans et ne connaissait probablement pas une seule chose à ce sujet.

Napoléon prit bien sûr Alexandrie presque sans pertes. Malgré la méconnaissance des Français sur la technique de construction de bateaux capables de traverser la Manche, Napoléon a fait naviguer d'une manière ou d'une autre 50.000 hommes à travers la Méditerranée, "en échappant à la marine britannique".

Les rumeurs allèrent bon train quand 40.000 soldats et 10.000 marins se rassemblèrent dans les ports français de Méditerranée. Une grande flotte fut assemblée à Toulon : 13 vaisseaux de ligne, 14 frégates et 400 bâtiments de transport de troupes. Pour éviter une intervention de la flotte britannique commandée par Nelson, la destination de l'expédition fut gardée secrète.
Vraiment ? Pensez-vous qu'on puisse garder une chose pareille secrète ? Pensez-vous que les britanniques n'avaient pas d'espions ? Par ailleurs, garder la destination secrète n'aurait servi à rien. Les britanniques n'avaient pas besoin de savoir où ils allaient, mais juste où ils étaient.

Napoléon évita la flotte britannique tout au long de la traversée, malgré un arrêt pour conquérir Malte. Puis il débarqua simultanément tout son monde dans un port égyptien et détruisit immédiatement l'armée égyptienne. Les Égyptiens perdirent 2000 hommes pendant que les Français en perdirent 29. Bien qu'il soit admis que Nelson a détruit la flotte française un mois plus tard à la bataille du Nil, Napoléon serait resté en Orient et aurait conduit une armée de 13.000 hommes contre Damas. Ce qui soulève la question, "Comment y sont-ils allés ?". Ces 13.000 sont-ils supposés être ce qui restait des 50.000 en Égypte ? Si c'est le cas, Napoléon devait être idiot. Malgré une perte de 37.000 hommes, il continua sans se décourager. Et si c'est bien le cas, pourquoi les Anglais l'ont-ils autorisé à remonter la côte et à dévaliser les villes côtières ? Les Anglais ne voulaient pas que les Français aillent dans cette région et ils auraient facilement pu les détruire, comme cela fut prouvé quelques mois plus tard. Voilà pourquoi les Français n'avaient pas tenté le coup avant : ils avaient peur d'être piégés au Moyen-Orient sans aucune échappatoire. Et en particulier, pourquoi le Sultan les a-t-il autorisé à le faire ? Sélim III était à l'époque un allié de la France et il l'était depuis qu'il avait été menacé par l'Autriche, l'Angleterre et la Russie. On nous dit qu'il déclara la guerre à la France après cette attaque de Napoléon, mais si Napoléon avait vraiment fait débarquer 50.000 hommes en Égypte quelques mois plus tôt, le Sultan aurait été immédiatement au courant et aurait déplacé ses troupes en Palestine. Il n'y avait aucune chance pour que Napoléon puisse remonter cette côte impunément.


Les historiens admettent en fait que le Sultan s'est rapproché du Caire avant même que Napoléon se soit déplacé vers le nord. On nous dit que le Sultan avait deux armées de 38.000 hommes marchant vers le sud. Un supplément de 42.000 Arabes vint en renfort des régions environnantes. Néanmoins, Napoléon ignora quelque peu cette force combinée de 80.000 hommes et marcha vers le nord avec seulement 13.000 hommes. Pour l'expliquer, on est supposé croire que Napoléon a tout simplement évité les 80.000 du Sultan, les contournant pour atteindre la Syrie.

Aucun épisode de cette campagne française n'a de sens et je suppose dès lors que c'est une complète fiction. Une telle campagne aurait été suicidaire pour tous les protagonistes, nous devons donc partir du principe qu'elle n'a pas existé. On voit de nouveau ce problème avec le retour de Napoléon en France. On nous dit qu'il est rentré sur la frégate La Muiron, escortée de trois autres navires. Ce qu'on n'explique pas, c'est comment ces quatre navires ont survécu plusieurs mois dans un port d’Égypte avec des dizaines de milliers d'ennemis de tous côtés, britanniques et arabes. Napoléon aurait-il soudoyé la flotte britannique pour qu'on l'ignore ? Mais cette hypothèse passe malgré tout à côté de questions plus importantes, la première étant ce qu'il est advenu de ses 50.000 troupes. Comment sont-elles rentrées ? À la nage ? En marchant ? Il est dit qu'il les a laissées au Caire avec le général Kléber, mais l'histoire s'arrête là. Qu'en fut-il des 80.000 turcs et des autres arabes qui avaient déferlé sur l'Égypte ? Se sont-ils simplement évaporés ?

En fait, les historiens ont fabriqué aussi une réponse sur ce point. Kléber aurait attaqué 60.000 turcs avec une force de 10.000 à la bataille d'Héliopolis, les mettant totalement en déroute et reprenant Le Caire.

D'accord. Kléber, célèbre franc-maçon, fit ensuite ouvrir un temple maçonnique au Caire, devenant le Vénérable Maître de la loge Isis. Peu après (1800), Kléber aurait été poignardé à mort par un étudiant syrien qui se faisait passer pour un mendiant. C'est certainement inventé pour donner une porte de sortie à Kléber, mais cela évite en tout cas la question, du "que s'est-il passé ensuite ?" Bien, on nous dit que les Français ont été battus par les Britanniques et que les soldats français ont été rapatriés en France sur des navires britanniques. Si vous croyez à ça, vous croirez n'importe quoi.

Les récits officiels qui suivent admettent que le départ de Napoléon du Caire sans ordres était considéré comme une désertion, mais on nous dit que le Directoire était trop laxiste pour le punir. Tout au contraire, bien qu'ayant déserté et laissé mourir ses troupes, Napoléon fut accueilli en héros ; il enchaîna par un coup d'état et se nomma Premier Consul, établissant de facto une dictature.

Comme il n'avait pas de troupes sous ses ordres, ce n'est pas vraiment crédible. Souvenez-vous, en tant que général, il avait laissé toutes ses troupes au Caire. Un général a normalement besoin de troupes pour réaliser un coup d'état. Napoléon n'avait que 30 ans et n'aurait pas pu être le général le plus gradé de France. De plus, il était absent depuis plus d'un an pour une expédition ratée et il n'avait pas de troupes sur le sol français. Sa dictature n'a absolument aucun sens à tous niveaux. Comme nous l'avons vu pour Hitler, Napoléon a dû être mis en place par un pouvoir caché.

Un indice concernant ce pouvoir caché est donné par le général Masséna, qui avait combattu sur le front oriental d'Europe pendant que Napoléon était en Égypte. Alors que le général Jourdan avait été malchanceux dans ses campagnes, Masséna l'avait été en défendant la frontière avec 90.000 hommes et en renvoyant les Russes chez eux. Eh bien, nous avons déjà lu quelque chose à propos de Masséna en début d'article, n'est-ce pas ? Disraeli en parle et George Eliot l'a écarté comme un général malchanceux de moindre importance sous les ordres de Napoléon. Mais ce n'était pas le cas. Avant le coup d'état, Masséna était à la fois chanceux et d'un plus haut rang. Il avait aussi onze ans de plus, âgé de 41 ans au moment du coup d'état. Alors pourquoi a-t-il laissé Napoléon se nommer lui-même premier consul ? Nous le savons aussi. C'est parce qu'il était en fait le général Manasseh, un crypto-Juif. De ce fait, il devait être contrôlé par ceux qui gouvernaient réellement le pays et on lui a probablement ordonné de ne pas résister à l'ascension programmée de Napoléon. On lui a promis que ce serait son tour plus tard, ce qui eut lieu.

Ils admettent plus loin que Napoléon a truqué les élections pour faire comme s'il dirigeait avec le soutien du peuple. À la première élection, il obtint presque 100 % des voix et je suppose que personne n'a trouvé ça suspect. Il y eut deux fois plus de voix que d'électeurs comptabilisées [ne figure que dans le wiki anglais, c'est Lucien, le frère de Napoléon qui aurait bidouillé les élections].

Les guerres inventées se poursuivirent aussi après le coup d'état, avec le retour de Napoléon en Italie qui fit semblant de combattre une nouvelle fois les Autrichiens. Et de nouveau, les chiffres sont absurdes. À la bataille de Marengo le 14 juin 1800, les Autrichiens – après avoir gagné les batailles du matin et de l'après-midi – finirent en déroute après 17h dans de mystérieuses circonstances, perdant la moitié de leurs 30.000 hommes en l'affaire de quelques heures. C'est exact, les chiffres initiaux étaient d'environ 30.000 et les Autrichiens rapportèrent 14.000 victimes. Napoléon avait soit des armes nucléaires ou tout cela n'est qu'une fiction.
Comme le souligne Chandler, Napoléon passa presque un an à repousser les Autrichiens d'Italie pendant sa première campagne ; en 1800, il ne lui fallut qu'un mois pour obtenir le même résultat.
Oui, et personne n'a trouvé ça louche ? En fait, comme nous l'avons vu, il lui fallut environ six heures. Et encore une fois, sa traversée des Alpes est toute aussi suspecte, car il les aurait franchies au tout début du printemps. À l'époque, les cols alpins étaient normalement fermés jusqu'en juin. Encore aujourd'hui, les grandes routes qui traversent les Alpes peuvent être interdites en juin ; mais en 1800, ils étaient au milieu de ce qu'on appelle le Petit Âge glaciaire [ou minimum de Maunder, qui dura jusqu'en 1860 environ]. Certaines années, les Alpes furent infranchissables tout l'été. Ceux qui ont composé ces histoires en savaient très peu sur la plupart des choses, particulièrement sur les choses de la guerre et sur la météo.

L'histoire officielle admet quand même que la bataille de Marengo servit immédiatement à une campagne de propagande majeure.
Durant le règne de Bonaparte, Marengo fut présentée comme mythique dans le Bulletin de l'Armée et dans trois "Rapports Officiels" excessivement romancés. On inventa des légendes sur la Garde et la 72ème demi-brigade qui étaient placées sous son commandement direct.
Napoléon avait besoin d'une victoire pour consolider le Consulat, prolonger l'exil de Louis XVIII et tenir à distance les généraux supposés hostiles (Schérer, Joubert, Championnet et Moreau). Cette victoire dont il avait désespérément besoin s'est très opportunément matérialisée et achevée très vite.

Si l'ensemble de l'histoire de l'ascension de Napoléon avait été véridique, il n'aurait pu se permettre de quitter Paris. La dernière chose qu'un nouveau dictateur fait après un coup d'état est de partir pour une campagne prolongée en emmenant ses troupes avec lui. Ce serait comme demander à ses ennemis de prendre le pouvoir pendant qu'il est au loin. Quelqu'un dans la position de Napoléon devait rester à Paris en regroupant tous ses alliés et troupes auprès de lui.

Miraculeusement, après cette fausse bataille de Marengo, l'Europe goûta soudain à un peu de paix. Je suppose que les écrivaillons de l'histoire ont eu la crampe de l'écrivain après toute ces fictions rédigées depuis 20 ans. En 1802, Napoléon falsifia une autre élection, le faisant Premier Consul à vie. Il obtint de nouveau 99 % des votes. Pour lever des fonds afin de payer ses écrivains à composer de nouvelles guerres truquées, il vendit le territoire de la Louisiane aux USA pour 15 millions de dollars.

Dans la poursuite de cet objectif, ces écrivains ont immédiatement fabriqué un grand complot, la tentative d'assassinat de Napoléon fomentée par le général Moreau, commanditée par les Bourbon. Napoléon riposta en ordonnant l'arrestation et la mise à mort du duc d'Enghien. Pour faire de cette arrestation et de cette condamnation à mort un prétexte pour des guerres à venir, l'arrestation fut volontairement effectuée [en mars 1804] de la manière la plus illégale possible, en kidnappant le duc dans sa résidence d'Allemagne [près de Baden]. Un moyen permettant de dire que l'événement tout entier était fabriqué, c'est que le procès fut un procès militaire secret et que le duc aurait été tué et enterré dans les fossés du Château de Vincennes. On a voulu maintes fois nous égarer de la même façon, comme avec le prétendu jugement et la pendaison des conspirateurs de Lincoln à l'arsenal militaire, avec des soldats comme seuls témoins. Les conspirateurs auraient également été enterrés à quelques pas de l’échafaud. Ça ne se fait pas ainsi. S'il est illégal de kidnapper des personnes en vie, il est également illégal (et cela n'a aucun sens) de kidnapper des cadavres. On doit les retourner à leurs familles pour qu'ils soient enterrés. Si Napoléon avait réellement fait tuer le duc, il n'avait aucune raison de cacher le corps. Il pouvait facilement le rendre aux Bourbon. Voler le cadavre n'ajoutait rien. En fait, il aurait été plus judicieux de le guillotiner en public. Alors pourquoi l'enterrer dans un fossé ? Parce que c'était une feinte.

(…) Vous pourriez trouver intéressant de savoir qu'Alexandre Dumas a confirmé l'affaire du duc d'Enghien dans Le Chevalier de Sainte-Hermine [1869] mais que Tolstoï, curieusement, a laissé la question en suspens. Dans Guerre et Paix, au début du chapitre 3, le vicomte commence par raconter une histoire à Anna Pavlova et à ses amis en prétendant avoir connu personnellement le duc. On peut remarquer que le prince Hippolyte demande si ce sera une histoire de fantôme. C'est le premier indice. Tolstoï vous dit que c'est une histoire de fantôme. Autrement dit, une fiction. Tolstoï fait dire ensuite au vicomte que Napoléon est sujet à des malaises. En d'autres termes, le supposé plus grand général au monde est sujet à des malaises. Pendant son malaise, Napoléon est à la merci du duc , qui aurait pu le tuer. De nouveau c'est un indice car il indique que Napoléon est à la merci du duc dans cette histoire et non le contraire. Ce qui veut dire que le duc était d'accord pour faire partie de la fiction. À la fin, le narrateur (Tolstoï) dit,
L'histoire était très belle et intéressante, surtout au moment où les rivaux se reconnaissent soudainement ; et les dames ont semblé troublées.
Tolstoï parle de nouveau d'une histoire, indiquant subtilement que c'est une fiction. On peut presque imaginer le sourire en coin de Tolstoï quand il l'écrit.

Ce complot d'assassinat et ses conséquences furent utilisés de plusieurs manières. D'abord, ce fut le prétexte à des mesures de rétorsion à Paris avec Napoléon qui mit en place de nouveaux modèles de discipline. Ils servirent ensuite à créer un système impérial basé sur le modèle romain, dont une partie faisait de la famille Bonaparte l'équivalent d'une famille royale. Napoléon se couronna deux fois lui-même en 1804, avec une copie de la couronne de Charlemagne et une couronne de lauriers comme celle des empereurs romains. Au cours de l'année suivante, il se couronna roi d'Italie avec la couronne de fer de Lombardie [couronne qui servit également à Charlemagne et à Charles Quint]. Après la Révolution Française, aucun de ces trucs ne pouvait avoir pour but de le rendre populaire, ce qui se produisit. C'est tout le contraire. Ils démarrèrent en fait le déclin qu'on avait déjà prévu pour lui.



À suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.