Bistro Bar Blog

mardi 1 mars 2016

Un médecin s'opère lui-même de l'appendicite

Que faire quand on est un médecin de 26 ans, en plein blizzard polaire à 1600 km de toute civilisation et qu'on se diagnostique une appendicite ? 

Eh bien, on se fait soi-même l'opération. Sous simple anesthésie locale.

Voici le récit de l'aventure vécue par Léonid Rogozov. 




Le Dr Léonid Rogozov s'opère lui-même de l'appendicite en 1961 en Antarctique



Par Rare Historical Photos



Traduit par Hélios






Léonid Rogozov est le médecin généraliste soviétique qui prit part à la sixième expédition soviétique antarctique de 1960-1961. C'était le seul médecin en poste sur la base Novolazarevskaya et il déclara une crise d'appendicite pendant son séjour, l'obligeant à pratiquer sur lui-même une appendicectomie, un cas d'auto-chirurgie qui est resté célèbre.


En 1961, Rogozov était en poste sur une base récemment construite en Antarctique. L'équipe des 12 hommes fut coupée du monde extérieur cette année-là par l'hiver polaire en plein mois de mars. Le matin du 29 avril 1961, Rogozov ressentit une faiblesse, des nausées et une fièvre modérée qui furent suivies de douleurs en bas à droite de l'abdomen. Ses symptômes étaient classiques d'une appendicite aiguë. Il savait que s'il voulait survivre il devait être opéré. Mais il se trouvait dans des conditions limites , dans une colonie installée depuis peu en Antarctique, juste avant le début de la nuit polaire. Tout transport était impossible, que ce soit par voie terrestre ou aérienne en raison des tempêtes de neige. Et il y avait un autre problème : il était le seul médecin de la base. Rogozov écrit dans son journal :


"Ça ressemble bien à une appendicite. Je garde mon sang-froid et je souris quand même. Pourquoi effrayer mes amis ? Qui pourrait m'aider ? La seule confrontation d'un explorateur polaire avec la médecine est probablement de s'être juste assis sur un fauteuil de dentiste".


Tous les traitements classiques disponibles furent appliqués (antibiotiques, froid local), mais l'état général du patient s'aggrava : sa température grimpa, les vomissements devinrent plus fréquents.


"Je n'ai pas du tout dormi la nuit dernière. Ça fait un mal du diable ! Le blizzard hurle dehors comme une meute de chacals. Pas encore de symptômes francs d'une imminente perforation, mais un sentiment oppressant de mauvaise augure plane au-dessus de moi… C'est ça… Je dois bien réfléchir à la seule solution possible : m'opérer moi-même… C'est presque impossible… mais pas question de baisser les bras et de me laisser aller".


Rogozov n'avait pas d'autre choix que de s'opérer lui-même. L'intervention commença à 2 h locale le premier jour de mai avec l'aide d'un chauffeur et d'un météorologue, qui lui passaient les instruments et tenaient un miroir pour qu'il observe les zones non directement visibles, pendant que Rogozov se tenait en position demi-inclinée, à moitié tourné sur le côté gauche. Au bout de 30 à 40 minutes, Rogozov se mit à faire de brèves pauses à cause de sa faiblesse générale et de vertiges. Il enleva finalement l'appendice gravement atteint. Il saupoudra d'antibiotiques la cavité du péritoine et referma la plaie. L'opération elle-même dura une heure trois quart. L'équipe qui l'assistait prit des photos au cours de l'opération.






"J'ai travaillé sans gants. Ce n'était pas facile d'y voir. Un miroir aide, mais c'est aussi une gêne – après tout, il montre les choses à l'envers. Je travaille surtout au toucher. Ça saigne beaucoup mais je prends mon temps j'essaie d'assurer. En ouvrant le péritoine, j'ai lésé accidentellement le caecum [la 1ère partie du gros intestin après l'appendice] et j'ai dû le suturer. Cela m'a soudain traversé l'esprit : il y a beaucoup plus de lésions ici et je ne les ai pas remarquées… je deviens de plus en plus faible, j'ai la tête qui tourne. Toutes les 4-5 minutes je me repose 20-25 secondes. Enfin, le voi ce maudit appendice ! Je remarque avec horreur la tache sombre à sa base. Ce qui veut dire qu'un jour de plus et il aurait éclaté etAux pires moments de l'opération j'ai eu des faiblesses : mon cœur battait irrégulièrement et il a notablement ralenti ; j'avais l'impression que mes mains étaient en caoutchouc. Eh bien, pensais-je, tout ça va mal finir. Et tout ce qui restait à faire était d'enlever l'appendice… et j'ai réalisé ensuite que globalement, j'étais déjà sauvé".


Une amélioration graduelle de l'état général survint après l'opération, éloignant les signes d'une péritonite. La température redevint normale au bout de cinq jours et les agrafes furent enlevées sept jours après l'intervention. Il reprit ses fonctions habituelles en deux semaines environ. L'acte d'auto-chirurgie capta l'imagination du public soviétique de l'époque. Il fut récompensé en 1961 de l'ordre du Drapeau Rouge du Travail [l'une des plus hautes récompenses en URSS]

Après l'opération
 

L'auto-opération de Rogozov reste un exemple de détermination et de volonté de vivre. Les années suivantes, Rogozov rejeta toute glorification de son acte. Quand on lui attribuait ces idées, il répondait en général avec un sourire et une phrase : "Un travail comme un autre, une vie comme une autre".

Avec un compatriote et un pingouin après la convalescence



En octobre 1962, Rogozov revint à Leningrad et continua de travailler sur le lieu de ses études. En septembre 1966, il défendit une thèse médicale intitulée "Résection de l’œsophage dans le traitement des cancers de l’œsophage". Il travailla ensuite comme médecin dans divers hôpitaux de Saint-Pétersbourg. De 1986 à 2000, il obtint le poste de chef de service dans le département de chirurgie de l'Institut de Recherche en pneumologie de Saint-Pétersbourg. Rogozov mourut en 2000, âgé de 66 ans, d'un cancer du poumon.

Quelques années après son retour en URSS


5 commentaires:

  1. Oui, quand il faut le faire...compliment quand même à son courage !
    Cependant, l'ouverture du bide ne s'est pas faite sans douleurs, qu'a t'il pris ?
    Ensuite, il faut savoir que les intestins sont totalement non innervés .
    On peut couper sans douleur !!! Lors d'une intervention (par mes soins) d'ovariectomie sur une minette (évident ça, hein ! ) celle-ci avait réussi a s'enlever 2 points malgré mon super pansement au sparadrap large aéré bien collé sur tout le tour de son corps et le ventre, mais à force de léchage, la nuit après l'intervention, elle en a décollé une petite (heureusement) partie sur son ventre tondu. Après avoir enlevé 1 point, elle a réussi à faire aussi un passage sur la parois interne de l'abdomen et... elle a mangé un petit bout de son intestin qu'elle avait sorti par le petit trou ! HEUREUSEMENT que les "maîtres" ont vu ... Intervention de chirurgie en urgence TOUT a bien fini, mais elle a été furax d'avoir en plus un torchon en fil épais avec 4 trous pour les pattes, bien attaché sur le dos, et re sparadrap sur le tour du bide...sur le torchon en plus ! non mais, 1 fois hein, pas 2 !
    à l'époque il n'existait pas l'entonnoir en plastique que l'on place maintenant autour de la tête...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit en introduction, l'intervention s'est faite sous anesthésie locale (novocaïne). Même si l'intestin est insensible, les autres tissus le sont.

      Supprimer
    2. Oups ! lu en diagonale !
      scuses demandées
      -- wouai, novocaïne, Xylocaïne, Lidocaïne et dérivés... ça endort , dure un peu, et plus on en injecte, plus le sang pisse -- Pardon , s'écoule...Avec courage et son savoir, il a osé, super...!

      Supprimer
  2. Pour faire concurrence à ma petite sorcière Rouge ;) voici un H.S important, en espérant que beaucoup, beaucoup comprennent ( attention, je ne veux pas dire qu'il y a des gens qui lisent le blog et qui seraient idiots, HEIN ! ) et surtout acceptent ce qui est dit là ! http://www.energie-sante.net/fr/hp/HP032_comprendre-la-cause-des-causes.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le clin d'oeil.....;-)

      http://www.maxisciences.com/respiration/que-faire-quand-on-s-039-etouffe-et-qu-039-on-est-seul-la-technique-efficace-d-039-un-pompier_art37378.html?utm_source=fb&utm_medium=cpc&utm_campaign=audienceofficielle

      Supprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.