Bistro Bar Blog

vendredi 11 mars 2016

Tom la Tortue et les chats


Miles Mathis ne rédige pas que des articles remettant en question la physique moderne (je n'en ai pas traduit, trop compliqués pour moi) ni sur  des événements ou des personnages qui lui semblent douteux. Il sait aussi faire preuve d'humour comme ici avec les théories assez abracadabrantes de Tom la Tortue sur les chats. Miles Mathis laisse ainsi libre cours à sa fantaisie avec les petites histoires de Tom (il en a écrit plusieurs) et il possède lui-même plusieurs chats, ce que j'ai découvert dans un autre article.


TOM LA TORTUE à propos des 
chats



Moi presque avalé par un chat géant de l'espace

Par Miles Mathis


Traduit par Hélios


Hé ho, c'est de nouveau Tom la Tortue, cette fois avec ma tête enfouie profondément dans ma carapace. Pourquoi ? Parce qu'un individu gris et poilu aimerait fourrer son nez dans le trou de ma tête. Vous comprenez donc que je puisse être grognon, surtout si ce personnage à fourrure me retourne sur le dos. Je pourrais passer plusieurs jours dans cette position. Alors je vous pose la question : pourquoi des chats ? Pourquoi les gens prennent-ils des chats comme animaux de compagnie, plutôt que, disons, des blaireaux ou des marsouins ? Je suppose que les marsouins auraient tendance à faire grimper la facture d'eau et que les blaireaux, eh bien, ils sont franchement nuls pour faire dans le bac à litière. Mais si cela explique pourquoi il n'y a pas de blaireaux et de marsouins, cela n'explique pas pourquoi il y a les chats. Vous savez, les chats ne font vraiment pas grand-chose. Ils ne rapportent même pas et ne se mettent pas sur le dos. Oui, ils paraissent gentils à l'occasion, je pense, quand ils ne passent pas leur temps à lacérer le sofa ou à vomir sur le tapis ou à torturer les petites tortues, mais cela expliquerait la raison de la présence d'une photo de chat. Cela n'explique pas la présence du chat lui-même.


La femme se montre très attirée par les chats, et plus il y a de folie en elle, plus elle adore les chats. Pas besoin de psychiatre : nous pouvons maintenant déterminer directement le niveau de folie d'une femme par le nombre de chats qu'elle possède. On a des "femmes- à-douze-chats" ou des "femmes-à-22-chats". Quelques mois seulement séparent la femme à 12 chats de l'internement. La femme à 22 chats déjoue le test de dépistage et n'évite la camisole de force uniquement parce que personne n'imagine que l'endroit où elle vit est sa maison : on pense à une cabane abandonnée ou à un hangar à Friskies. Cela étant, nous devrions nous demander si posséder un ou deux chats est également sensé. C'est plus ou moins comme le poison. Une grosse dose de poison est malsaine, mais une petite dose n'est pas pour autant bénéfique. Un chat n'est peut-être que le début de la fin, mentalement.

Oui, nous avons besoin d'envisager le lien entre chats et aliénation mentale. Et pour une certaine rigueur, nous devons étudier aussi l'élément féminin. Après tout, on ne voit jamais de gars avec 22 chats. Six chiens, peut-être, deux moutons, d'accord, mais jamais 22 chats.

J'ai une théorie très grossière, assez bricolée, je dois dire, selon laquelle les femmes aiment les chats pour la même raison qu'elles aiment les hommes. Réfléchissez, on ne voit pas de vieilles lesbiennes (ni de jeunes) avec 22 chats. Les chats ne sont vraiment pas un truc de lesbienne. Les chats sont un truc pour des femmes de plus de 40 ans qui ont autrefois aimé des hommes. Pourquoi ? Parce que les chats sont une version plus petite, plus mignonne, plus ordonnée de l'homme. Réfléchissez : l'homme est une paresseuse bête poilue qui dort autant qu'il peut. Il déteste et évite en général toutes les autres créatures, sauf celles qu'il peut utiliser et/ou torturer. Il regarde ailleurs dès qu'il est question de donner un coup de main, n'est pas ouvert à la suggestion, fait semblant de ne pas entendre et déteste prendre un bain. Ça vous parle ?


Pour commencer, un chat peut dormir plus que toute autre espèce du règne animal. Au mieux, l'homme ne dormira que 12 à 14 heures par jour, mais un chat peut dormir jusqu'à 20 heures par jour, tous les jours, d'une traite. Je ne sais pas d'où vient l'expression "sieste de chat" [sieste se dit "cat nap" en anglais, littéralement sieste de chat], car les chats ne font pas de courtes siestes. Ils font des siestes de 8 ou 10 heures, au moins deux fois par jour, juste entrecoupées de pauses pour manger, pour gratter leur litière et détruire tranquillement la maison au ralenti. C'est le comportement instinctif des femmes qui les pousse à trouver cela charmant, on le suppose, car lorsque l'instinct est dirigé vers l'homme, on a la garantie d'une perpétuation de l'espèce. Quand l'instinct est dirigé vers le chat, ça commence à devenir plus louche.


Les femmes se plaignent toujours que les hommes sont paresseux, mais comme énoncé plus haut, nous déduirons que les hommes auraient vraiment avantage à dormir plus. Les femmes laissent entendre que ce serait un problème, mais les femmes sont connues pour être déconnectées de leurs sensations, comme nous autres tortues le savons. Elles n'aiment pas les chats en dépit du fait que les chats dorment tout le temps, elles aiment les chats parce qu'ils dorment tout le temps. Elles aiment plus les chats que les hommes parce que les chats dorment plus que les hommes. La raison de cette préférence, sans le savoir, est que plus le chat dort, moins il encombre. Et c'est bien parce que le chat est par conséquent plus une idée qu'un homme. Le chat est une sorte de bête hypothétique, une chose qu'on adorera davantage si elle n'est pas dans les environs. La femme aime penser au chat, jouer avec son idée du chat et par dessus tout câliner l'image du chat dans sa tête. C'est plus facile à faire quand le chat dort dans une autre pièce.

On peut bien entendu appliquer tout ceci à l'homme aussi. Il est connu depuis longtemps que la femme préfère de beaucoup l'idée qu'elle se fait de l'homme que l'homme lui-même. Alors la meilleure chose que tout homme réel puisse faire est de dormir dans la chambre d'à-côté. À cette distance, il a la certitude d'être le plus adoré possible.


Retournons maintenant à l'histoire du bain. J'ai entendu dire que les chats se lavaient, mais ce n'est qu'un raisonnement. Lécher sa patte et se la passer sur la tête, ce n'est pas se baigner. Si votre mère vous dit de vous laver les cheveux et que vous répondiez, "Mais maman, je viens de me lécher la main et de me la passer sur la tête !", elle ne va pas dire, "D'accord, c'est bien !" Elle va vous dire de filer dans la baignoire. Tout ça pour dire que les chats ne vont jamais dans la baignoire. Même les chiens y vont de temps en temps sinon ils puent. Les chats ne prennent jamais de bain et personne ne s'en inquiète. Vous n'avez qu'à imaginer à quoi ressembleraient vos cheveux si vous ne les léchiez que deux fois par semaine, pendant un an ou deux. Ils tiendraient tout droit sur votre tête. Peut-être que les chats sont comme ça. Peut-être qu'ils ne sont pas sensés avoir l'air de ce qu'ils sont, peut-être sont-ils sensés avoir l'air bien mieux. Quelqu'un a-t-il déjà shampouiné un chat, séché ses poils au sèche-cheveux et lui avoir appliqué un bon gel coiffant ? C'est ce qu'il faudrait faire, je pense, pour être juste. Les chiens ne veulent pas aller dans la baignoire, mais on les y met quand même. Pourquoi les chats passeraient-ils au travers ?


Il est dit que les chats sont tellement propres, mais le sont-ils vraiment ? Ils se salissent dans le bac à litière, marchent sur leurs propres déjections et ensuite se promènent sur la table de la cuisine. Est-ce cela un chat impeccable ? De là ils sautent sur le lit, piétinent les oreillers puis se précipitent directement sur votre visage. Vous pourriez aussi bien brûler les étapes et vous laver la figure dans le bac à litière.

Les chats sont également totalement inéducables. Soit ils n'ont pas de mémoire ou ils font semblant de ne pas en avoir. Vous pouvez leur dire 100 fois par jour de ne pas faire leurs griffes sur le fauteuil et ils font leurs griffes dessus dès qu'ils le voient. Et ils ont le toupet de paraître surpris à chaque fois qu'on les gronde. Je ne sais pas comment ils font. Moi je ne pourrais pas faire cela avec un air aussi impassible. À la 98ème fois de la journée, je ferais mes griffes sur le fauteuil et ensuite je me dirais "OK, j'ai compris". Mais pas le chat. Il est surpris à chaque fois.

Comment les femmes peuvent-elles le tolérer ? Elles ne le peuvent et ne le tolèrent pas des enfants. Quand ils agissent ainsi, la femme devient dingue. Quand le chat agit ainsi, elle se contente de sourire et n'en tient pas compte. Pourquoi ? Parce que le chat est son substitut de mari pendant la journée. Le chat flatte son besoin instinctif d'être ignorée. Il existe chez la femme un besoin fermement ancré, cruel et pathétique d'être ignorée à un moment et le moment suivant d'être caressée par une égoïste bête paresseuse à fourrure.

Les femmes aiment les chats parce qu'ils sont indépendants. Mais les chats le sont-ils vraiment ? Non. La plupart des chats sont de vrais pots de colle ; ils excellent à simuler l'indépendance. Ils vous font penser qu'ils sont indépendants pendant qu'ils mangent toute votre nourriture, monopolisent votre lit et piétinent tout ce qui vous appartient. S'ils trouvent quelque chose dans la maison dont ils n'ont pas besoin, ils le mettent en pièces. En le faisant, ils affichent un subtil petit regard en coin, une certaine inclinaison de la tête. Ils peaufinent leur nonchalance grâce à une longue pratique, bien qu'elle existe déjà d'une manière innée presque parfaite. Encore une fois, ça vous semble familier ? Les hommes sont exactement ainsi. Si on rasait un chat de la tête aux pieds, on obtiendrait un homme tout maigrichon, tout calme.

Et pour finir, analysons cette notion de "calme". Les femmes se plaignent que les hommes sont silencieux, qu'ils ne partagent pas leurs sentiments et ainsi de suite. Mais nous voyons par ce qui précède que les hommes devraient étudier la relation des femmes avec le chat et que s'ils le font ils deviendront encore plus calmes. Car ce n'est pas le silence des hommes qui est le problème, c'est ce qu'ils disent quand ils arrêtent d'être silencieux. Leur problème n'est pas le silence, c'est le fait qu'ils ne soient pas d'accord avec la femme. Le silence du chat vexe-t-il la femme ? Non. Pourquoi ? Parce que la femme est sûre que le chat acquiesce silencieusement à tout ce qu'elle dit. L'homme ne peut réaliser ce même genre de symbiose que s'il se rappelle qu'il doit hocher la tête ou ronronner au bon moment, sinon la femme devient méfiante.

Et ceci répond à notre première question. On aime les chats et les autres animaux de compagnie parce qu'ils sont silencieux. Ils n'ont pas d'opinions. Ils ne discutent jamais. Ce sont de petites idées flatteuses d'ego habillées d'une douce fourrure et au gracieux profil et ils semblent entièrement se satisfaire d'un rôle limité. Ils ne s'ennuient quasiment jamais, ils ne vous font jamais regarder leurs films ni écouter leur musique. Vous comprendrez pourquoi, pour un certain type de femme, ils sont bien meilleurs que du chocolat.

1 commentaire:

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.