Bistro Bar Blog

mercredi 30 mars 2016

La création du métro parisien : un chantier gigantesque


Le métro parisien fut une entreprise gigantesque. Il compte aujourd'hui 205 kilomètres de lignes et 303 stations. Il transporte chaque année 1,5 milliard de gens.
D'autres grandes villes avaient déjà leur métro  : Londres fut la première en 1863, puis New-York en 1868, Chicago en 1892 et Budapest en 1896.
Celui de Paris fut prévu pour coïncider avec l'inauguration de l'Exposition Universelle d'avril 1900. Mais un retard de trois mois reporta son ouverture au mois de juillet. Sa réalisation fut confiée à Fulgence Bienvenüe. 

Né en 1852 (et mort en 1936), Fulgence Bienvenüe avait perdu son bras gauche en 1881dans un accident de travail
La première ligne de métro en 1900, Maillot-Vincennes, passait par la place de l'Étoile :
 Puis en 1910 :


Voici les photos de la construction du métro, qui mirent les parisiens en colère, présentées et commentées par une américaine à Paris.



L'époque où Paris fut éventrée






Traduit par Hélios


Paris à la Belle Époque, ce devait être vraiment fabuleux d'y vivre, n'est-ce pas ? Eh bien, pas tant que ça. Habiter Paris à l'aube du 20ème siècle vous aurait probablement donné l'impression de vivre sur un chantier de construction géant digne des pires cauchemars. Parce que l'année qui précéda l'inauguration de la première ligne de métro, le 19 juillet 1900, fut celle où Paris fut mise sens dessus dessous…



La rue de Rivoli, l'une des rues les plus encombrées de Paris aujourd'hui, était méconnaissable en 1899, complètement paralysée par la construction de la ligne 1 du métro...







Il n'y a pas grand-monde à aimer s'attarder dans le métro parisien, aussi charismatique soit-il comparé aux moyens de transport souterrains d'autres villes, pourtant ces photos m'ont interpellée et j'ai ressenti un nouveau respect à son égard. Ce qui au premier regard pourrait ressembler aux entrailles d'un grand navire militaire est en fait un tunnel du métro en cours de construction place St Michel, près de Notre-Dame. Étonnante vision !







Imaginez votre fenêtre de chambre s'ouvrant là-dessus !



J'avais toujours imaginé que les "tubes" du métro étaient construits sous la surface, hors de la vue, mais celui-ci à St Michel a été construit d'abord à l'air libre puis on l'a littéralement englouti sous le niveau de la rue après percement des tunnels.






La mise en œuvre n'était pas toujours parfaite. Ces photos montrent la place de l'Alma qui s'effondre après un "accident" pendant des travaux sur le réseau métropolitain en 1915.





Les travaux d'ingénierie les plus compliqués furent probablement ceux réalisés sous la place de l'Opéra, où trois grands tubes se croisaient, chacun d'eux nécessitant l'installation d'une station comprenant plate-formes, escaliers et ascenseurs. Au-dessus du sol, les travaux ne passaient pas inaperçus...








Avant l'arrivée du métro parisien, la population de la cité s'accroissait, le trafic se congestionnait de plus en plus et cette situation sans issue pressa les autorités d'engager la construction d'un système de transport rapide. Mais pourriez-vous imaginer le genre d'embouteillages qu'une réalisation de cette ampleur aurait entrainé aujourd'hui ?





Quand vint le moment de décider quel type de système urbain aurait Paris, ce fut le début de discussions houleuses pour savoir si le nouveau système devait consister en lignes aériennes ou principalement souterraines. Des personnalités comme Victor Hugo, Guy de Maupassant et la Société Eiffel de Gustave Eiffel s'en mêlèrent et le débat se poursuivit jusqu'en 1882 quand l'option souterraine fut finalement décidée, car l'achat de terrains s'avérait beaucoup plus coûteux dans l'option de lignes aériennes.




C'est un ingénieur français, Fulgence Bienvenüe qui fut choisi pour concevoir un procédé particulier de construction de tunnels permettant un repavage rapide des rues. Malgré les apparences, on lui attribue le mérite d'une réalisation relativement brève et sans histoires malgré les difficultés représentées par des sols et roches hétérogènes. Il lui vint l'idée de geler les sols humides et instables pour permettre le forage des tunnels et de construire aussi les plafonds en premier et le plancher en dernier, à l'inverse de la méthode habituelle à l'époque.


La station Montparnasse-Bienvenüe fut nommée d'après le très renommé ingénieur qu'on surnomma "père du métro", et son ouvrage fut reconnu "digne de celui des romains".


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.