Bistro Bar Blog

lundi 25 janvier 2016

Comment sauver un chat avec une perche à selfie


On connaît la passion des chats pour s'installer un peu n'importe où. Mais c'est parfois accidentel comme dans le récit suivant conté avec humour.



Comment j'ai sauvé la vie de mon
 chat avec une masse et une
 perche à selfie

Par Jake Knapp

Traduit par Hélios

C'est le jour de l'an 2016 et je suis dans la salle de bains en train d'expliquer au chef des pompiers que j'ai acheté cette perche à selfie dans le seul but de venir au secours de mon chat. "N'importe quoi", dit-elle avec un sourire en coin. "Mais voyons ce qu'il y a sous ce plancher".

Accroupi près des toilettes, jetant un regard embarrassé aux pompiers, je me demande comment quelqu'un comme moi, qui n'apprécie même pas les chats et pour qui les selfies ne présentent strictement aucun intérêt, se retrouve dans cette situation gênante.

Retournons au début de la semaine.


Lundi

Notre fils de quatre ans adore les chats. Maintenant, il est possible que vous soyez du genre chat. Vous avez même peut-être une tasse avec une image de chat dessus. Ce n'est rien. Notre fils s'est déguisé en chat tous les jours pendant un an. Tous les matins de 2015, il a porté un serre-tête avec des oreilles de chats et une queue attachée avec une épingle de sureté à son pantalon. Chaque matin, pendant 25 % de sa vie. Il a une réelle passion pour les chats.

Après des mois de discussion, nous avons décidé d'adopter un chat. Je ne suis pas quelqu'un du genre chat et ma femme non plus, mais nous avons un devoir en tant que parents. Nous sommes donc allés visiter quelques refuges. Et lundi nous avons déniché le gagnant : un chat gris et noir super gentil.

 Nous remplissons les paperasses. Le gars du refuge nous conseille de fournir un "havre de sécurité" au chat – un endroit calme où il va pouvoir s'adapter à son nouvel environnement. "Vous n'avez qu'à l'enfermer dans une petite pièce ou un placard" dit-il. "Il faut qu'il reste dans son havre de sécurité pendant trois ou quatre jours pour se sentir à l'aise".

"Entendu", répondons-nous.

Nous emmenons le chat à la maison. Il saute de son carton de transport et commence à se pavaner. Il est en confiance et totalement à son aise. Il est clair qu'il n'a pas besoin de havre de sécurité. Nous avons judicieusement sélectionné un chat de caractère et ne sommes pas naïfs au point de suivre bêtement des consignes.

Nous laissons le chat aller et venir et allons nous coucher.

Mardi

Le chat a disparu.

Le matin on trouve ça amusant : dans quel endroit de fou ce chat a-t-il décidé de dormir ? Nous n'avons pas assez de temps pour le découvrir.

Le midi, nous avons passé en revue tous les endroits concevables pour qu'y dorme un chat. Pas de chat.

Le soir, nous commençons à être inquiets. Puis mon fils de douze ans découvre une étroite ouverture dans un coin de notre minuscule salle de bains. Derrière il y a le dessous de la baignoire. Même avec une torche électrique, on ne peut voir la totalité de cet espace.
 Il est certain que le chat se cache dans un coin sous la baignoire. Il est certain qu'il sortira quand il sera prêt. Nous plaçons de la nourriture devant le trou, le laissons tranquille et partons nous coucher.

Mercredi

Un premier signe du chat arrive le matin. Nous entendons des miaulements et ils viennent définitivement de dessous la baignoire.

Dans un éclair de génie qui nous rachète presque d'avoir laissé sortir le chat dès le début, nous achetons la perche à selfie sus-mentionnée. Ça fonctionne super. Je mets mon iPhone sur vidéo et met en route le flash. Puis j'enregistre en introduisant la perche dans l'abysse sous la baignoire.

Visionner la vidéo est comme regarder le film d'un sous-marin qui explore l'épave du Titanic, avec le faisceau lumineux qui révèle un monde inconnu caché dans les ténèbres. Mais aucun film ne s'achève par la découverte du chat.

Jeudi

Mon fils de douze ans et moi prenons un pied-de-biche pour casser la faïence entourant la baignoire. Aucun chat à l'intérieur.

Il y a cependant un autre trou sous la baignoire qui accède à un sous-plancher. À l'aide de la perche à selfie, nous découvrons un tout nouveau labyrinthe de passages obscurs. C'est un vrai Disneyland à chat là-dedans.

Je fais des recherches sur internet pour "chat-sous-plancher". La plupart des résultats parlent d'urine de chat, ce qui me rend morose. Les seules expériences vaguement pertinentes sont sur Yahoo.

Puis je réalise que je suis sur Yahoo pour une histoire de chats. Mon Dieu, qu'est-ce qui m'est arrivé ?

Nous déplaçons la nourriture à chat près du nouveau trou de la baignoire. Nous ajoutons une boîte de thon et des croquettes. Ça sent super bon le poisson. Le chat ne pourra pas y résister. Nous mettons aussi de la musique classique en auto-reverse. Nous fermons la porte. Le chat va certainement sortir pendant la nuit, quand la maison est tranquille. Nous allons nous coucher.

Vendredi
 
Pas de chat.

Les miaulements sont rauques. Le son est exaspérément proche du trou. Nous sommes maintenant convaincus que le chat est coincé. Cela fait plus de 72 heures.

Nous appelons le service de contrôle des animaux. Un gars se pointe aussitôt. Il est exceptionnellement gentil. Son propre chat s'est caché une fois pendant cinq jours, mais il partage notre appréhension sur le fait que notre chat est peut-être coincé. Il appelle les pompiers.

Un camion avec échelle se gare devant chez nous. Six pompiers entrent à la file dans la maison. La chef a un outil spécial pour détecter la chaleur à travers les murs, mais elle ne détecte pas le chat. "Nous pourrions découper un trou", dit-elle.

Je me sens idiot de demander aux pompiers de faire quelque chose d'aussi trivial que de faire un trou à chat dans le plancher. Surtout le jour du Nouvel An.

"Ne vous en faites pas", dit la chef. "On fait ça couramment." Elle met deux jeunes au travail avec une pioche et une scie-sabre électrique. Un pompier vétéran me dit qu'on peut mettre un bâtiment entier en pièces avec une scie-sabre ou couper une voiture en deux. Toujours est-il qu'il a fallu quinze minutes pour traverser le carrelage et le bois. Les pompiers procèdent avec précaution, pour ne pas couper le chat en deux.

Le trou est terminé. Les miaulements ont stoppé, sûrement à cause des bruits de pioche et de scie-sabre qui – vous serez peut-être surpris de l'apprendre – sont plutôt assourdissants.

Les pompiers s'approchent. Je m'agenouille sur le sol et prends la perche à selfie et l'iPhone pour regarder sous le carrelage.

Sous les toilettes il y a un long passage dans le sous-plancher. Mais à cause des solives du plafond en dessous, il est impossible de voir tout du long.

Aucun signe de chat.

Nous remercions les pompiers. Ils remballent leur matériel et partent. Le gars du service de contrôle des animaux part aussi. Tout ce qui nous reste à faire est d'attendre que le chat veuille bien sortir.



Nous attendons.

Et attendons encore.

Le soleil se couche.

Nous sommes inquiets. Je suis inquiet. Bien entendu, je me fais surtout du souci pour le bien-être du chat. J'ai aussi surtout peur que si le chat meurt là-dedans, ma femme et mes enfants vont être super tristes ET ça va puer horriblement.

Vendredi, 20 h

Le chat miaule.

Nous nous précipitons à l'entrée de la salle de bains, puis nous marchons sur la pointe des pieds. Les miaulements viennent toujours du même endroit. Juste sous le trou. Sans parler, mon fils de douze ans me passe la perche à selfie. Je regarde sous le plancher.

Pas de chat.

Les miaulements continuent. Ils proviennent bien de là mais il n'y a pas de chat. Le chat est peut-être enfoui sous quelque chose. Je plonge la main dans le sous-plancher, sort des poignées de fragments de plâtre, de ciment, de bois et de carrelage. Rien. Mais attendez un peu.

Attendez !

ATTENDEZ !

C'est quoi ce trou sombre près du mur ?!

"Perche à selfie !" Il me la tend. "iPhone !"

Je mets en marche le flash et envoie le téléphone dans l'abysse. Rien que de l'obscurité. J'attends cinq, dix secondes. Je suis sur le point d'abandonner quand j'aperçois deux minuscules lampes qui réfléchissent la lumière.



Les yeux du chat !

L'animal est tombé dans l'étroit passage entre la cloison et l'ossature du plafond. À au moins 3,50 m en dessous.

Nous dévalons les escaliers. Mon fils me tend la massette. Je fais un petit trou dans la cloison, juste assez grand pour le téléphone.

 
Je suis prêt à redonner un coup avec la masse. Puis je me fige.

La tête du chat apparaît dans l'ouverture.

Il sort d'un bond en se faufilant. Il s'étire. Il secoue la poussière de plâtre de sa fourrure. Puis il part en se pavanant lentement, comme si d'avoir été prisonnier là toute la semaine était exactement ce qu'il avait programmé. Il me regarde dédaigneusement, du style, "Pas mal, le marteau, espèce d'empoté."

C'est pas grave. Même si le chat se fiche de moi. Mon fils de douze ans est heureux. Mon fils de quatre ans est heureux. Ma femme est heureuse.

Et, bon, je suis heureux moi aussi.

Épilogue

Nous avons emmené aussitôt le chat chez le vétérinaire. Il était déshydraté et affamé, mais autrement tout allait bien. Nous l'avons donc ramené à la maison et mis dans son havre de sécurité. En fermant cette fois la porte.

4 commentaires:

  1. Aller courage, moyennant deux (2) après-midi de travaux (+ les courses) pour remettre tout cela en état, cette histoire ne sera plus qu'un (mauvais ?) souvenir !
    Comme dit le dicton : Chat échaudé craint l'eau froide ! Comment devrait-on dire dans ce cas ?

    RépondreSupprimer
  2. http://fr.calameo.com/read/000400547f56a0e39dd7f

    Soins naturels pour chiens et chats pdf

    RépondreSupprimer
  3. http://wamiz.com/chats/actu/une-chatte-nouvellement-maman-communique-avec-ses-petits-et-c-est-adorable-video-du-jour-7460.html?utm_source=newsletter+quotidienne&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter

    RépondreSupprimer
  4. http://www.tropcute.com/videos/cette-chatte-est-completement-glacee-a-cause-du-froid-lorsqu-il-l-amene-dans-la-maison-l-inattendu-se-produit

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.