Bistro Bar Blog

samedi 30 mai 2015

6 choses étranges à la sortie d'un coma

Que se passe-t-il vraiment pendant un coma ? On en a eu un aperçu avec un article sur le BBB, "Une larme m'a sauvée".

Mais la sortie du coma révèle bien des surprises, comme le révèlent les 6 cas suivants :


6 choses étranges qui se sont produites après un coma






Traduit par Hélios


L'homme qui pensait être Matthew McConaughey

Après un accident de voiture en 2012, Rory Curtis, un britannique de 25 ans, sortit d'un coma de six jours en se croyant acteur. "Quand je suis allé dans le cabinet de toilette et me suis regardé dans le miroir et j'ai été choqué de ne pas lui ressembler, je ne savais pas qui je regardais", a-t-il dit. Après des mois de rééducation et la prise d'un médicament expérimental pour son traumatisme crânien, il eut finalement un déclic et réalisa qu'il n'était pas en fait une grande star hollywoodienne.

L'australien qui ne pouvait parler que le mandarin :

Ben McMahon avait étudié le mandarin au lycée mais était loin de le parler couramment. Pourtant après un carambolage automobile, il s'éveilla d'un coma en ne parlant que le mandarin. Bien que ses capacités en anglais soient finalement revenues, McMahon tira ensuite parti de ses nouvelles aptitudes au mandarin, il partit pour Shanghai et devint animateur d'émissions de télévision.


La photo (arrangée) du jour

Oui, il attend toujours...

"Still waiting"

vendredi 29 mai 2015

Un petit bain matinal

Pour bien démarrer la journée. Le petit oiseau serait un chardonneret (jilguero en espagnol).


mercredi 27 mai 2015

Photos

La série habituelle avec des photos "vintage" (rétro) que j'apprécie particulièrement, car ce sont des héritages de notre passé.


Une création de Salvatore Ferragamo, 1938

Deauville, 1925

Une femme qui a survécu au bombardement d'Hiroshima en 1945



lundi 25 mai 2015

La scandaleuse industrie de la momification dans l'Égypte ancienne

L'arnaque semble avoir toujours existé, même dans une civilisation disparue qu'on aurait tendance à prendre comme modèle, l'Égypte et ses pyramides. Sans compter le nombre d'animaux sacrifiés pour les rites religieux.


70 millions d'animaux momifiés   révèlent le sombre secret de l'antique industrie de la momification en Égypte



Un chat momifié placé dans un "cercueil" de bois et son squelette révélé par le scanner (crédit : université de Manchester)



Traduit par Hélios


Ce qu'on qualifie de "sombre secret" de l’Égypte est la découverte ahurissante de 70 millions d'animaux momifiés dans des catacombes souterraines égyptiennes, dont des chats, des oiseaux, des rongeurs et même des crocodiles. Mais des surprises attendaient l'équipe de recherche quand elle a scanné les momies en forme d'animal en découvrant que beaucoup parmi elles étaient vides !


L'équipe de radiologues et d'égyptologues de l'université de Manchester a utilisé une technologie d'imagerie médicale de pointe pour scanner des centaines de momies animales minutieusement préparées, collectées sur plus de trente sites à travers l’Égypte au cours des 19ème et 20ème siècles.


samedi 23 mai 2015

"Nature", documentaire à voir absolument

Un très beau documentaire de 87 minutes (sorti fin 2014 en France), raconté par Lambert Wilson, que je vous recommande chaleureusement. Vous ne serez pas déçus. Surtout, n'oubliez pas de mettre en grand écran.

Quelques captures d'écran :

Quand le désert fleurit

Coucher de soleil en Namibie
Les gnous sont assoiffés

Mais le crocodile veille, lui, il a faim

Les lionceaux
Beaucoup d'autres animaux aussi et des prises de vue superbes.

LIEN vers le film. (Le film est diffusé en 720p. Si le débit est trop lent,  passez en 360p)

jeudi 21 mai 2015

Quand un arbre meurt...

De vieillesse ou de maladie. Plutôt que de s'escrimer à le dessoucher, gardez une hauteur et plantez des graines, des bulbes ou des plantes dans la souche après l'avoir évidé en partie. N'oubliez pas de prévoir sur le côté un trou d'évacuation pour l'eau.

Quelques idées trouvées sur Bored Panda.






La créativité qui vient de l'au-delà

La fin du 19ème siècle et le début du 20ème ont vu se développer le goût immodéré du "spiritisme", encouragé par les deux célèbres livres d'Allan Kardec (1804-1869), Le Livre des Esprits et Le Livre des Médiums. Michael Tymn s'est intéressé au thème de l'incorporation, qui permet à des "esprits" de l'au-delà de réaliser des œuvres par l'intermédiaire de personnes incarnées.
 
(Je tiens à préciser que pratiquer le spiritisme est tout à fait hasardeux et dangereux.)

Les illustrations de l'article viennent de recherches sur internet.



Incorporation


La créativité pourrait-elle venir du monde invisible ?



Traduit par Hélios


Pensant qu'il devenait fou, Frédéric L. Thompson, orfèvre à New York, alla consulter en janvier 1907 le Dr James Hyslop, spécialiste en psychopathologie, et lui expliqua qu'en milieu d'année 1905, il fut "soudainement et inexplicablement saisi d'une envie de dessiner et de peindre des tableaux", et qu'il avait continuellement "des hallucinations ou visions" d'arbres et de paysages. Il ne prêtait jusque-là aucun intérêt réel à l'art et n'en avait aucune expérience en dehors de la gravure que nécessitait son occupation. Il informa plus tard Hyslop qu'il avait parfois l'impression de s'appeler Robert Swain Gifford et il faisait la remarque à sa femme quand "Gifford voulait faire une esquisse".

Gifford était un peintre paysagiste accompli ; il mourut subitement le 13 janvier 1905. Thompson avait rencontré Gifford quelques années auparavant dans les marais de New Bedford (Massachusetts) alors qu'il était à la chasse et que Gifford était en train de peindre. Il se souvient avoir discuté une fois quelques minutes avec Gifford et l'avoir simplement vu en deux autres occasions. Il passa une fois le voir pour lui présenter des bijoux, mais il assura Hyslop que ses contacts avec Gifford s'arrêtaient là.


Robert S. Gifford

Vers la fin janvier 1906, Thompson, ignorant que Gifford était mort, tomba sur l'annonce d'une exposition des tableaux de Gifford à la galerie d'art de New York et il décida de s'y rendre. En regardant l'un des tableaux de l'exposition, Thompson entendit une voix dans son oreille lui disant, "Tu vois ce que j'ai fait. Te chargerais-tu de terminer mon œuvre ?" Thompson ne savait quoi en penser, mais une envie soudaine de dessiner et de peindre s'empara de lui ; et l'année suivante il créa plusieurs tableaux au mérite artistique et il put les vendre, s'abstenant de révéler son contact avec Gifford, seulement connu de sa femme. Un connaisseur d'art lui dit que son travail ressemblait à celui de Gifford, bien que Thompson n'ait nullement mentionné son influence.

mardi 19 mai 2015

Camouflage réussi

Un poisson se camoufle sur cette photo. L'avez-vous repéré ?


Non ? Alors cliquez ci-dessous...


dimanche 17 mai 2015

L'énigme des portulans





Des cartes antérieures à l'Histoire


Il a fallu un "impossible" savoir pour créer les mystérieuses cartes médiévales


Par Martin Ruggles, Atlantis Rising


Traduit par Hélios


Les marins de la fin du 13ème siècle ne disposaient pas de GPS, ni de radar, ni de sonar. Atteindre sa destination dépendait de la compétence et de l'expérience – sans parler de l'audace – du pilote du bateau. De plus, un voyage dans ces conditions exigeait fréquemment d'utiliser des cartes de navigation extrêmement prisées qu'on nommait "portulans" (de l'italien 'portolano') qui donnaient la direction et la distance pour les divers ports de la Méditerranée.


Exemple d'un portulan de 1603 montrant la mer Méditerranée


Avec la naissance de ce qu'on a appelé 'l'ère des découvertes', au début du 15ème siècle, les portulans étaient traités par les puissances maritimes, l'Espagne et le Portugal, comme des secrets d'état. Les hollandais et les anglais les utiliseront plus tard comme guides pour leurs attaques et missions commerciales. Les experts ont longtemps pensé que les portulans étaient le résultat d'une accumulation d'expérience des marins de Méditerranée qui fournissait les caps essentiels et les estimations de distance appris au cours de générations d'essais-erreurs. Prouver cependant la réelle origine des cartes portulans s'est avéré illusoire et à ce jour leur vraie source demeure l'un des grands mystères non résolus. Et aujourd'hui, grâce à une nouvelle étude, l'affaire se corse.

Selon une intensive recherche d'un spécialiste en géodésie, Roel Nicolai, de l'université d'Utrecht (Pays-Bas), les réalistes cartes de navigation de Méditerranée et de la Mer Noire, apparues au départ à Pise (Carta Pisano) aux environs de 1290 et venant on ne sait d'où, ne peuvent certainement pas provenir de l'Europe médiévale.

Traçant les contours des côtes et figurant les ports, les cartes étaient quadrillées de nombreuses lignes reliant les rivages opposés à l'aide des 32 directions qu'indique la boussole du navigateur. Les anciens portulans, étrangement, n'apparaissent cependant pas dans les versions précédentes et ne révèlent aucun cheminement logique de développement ou d'évolution. Pourtant, malgré les connaissances limitées et les instruments de mesure de l'époque, la précision des portulans est incontestable – fait étonnant attribué par les spécialistes à d'heureuses coïncidences. Mais par l'emploi de méthodes géodésiques de pointe, les recherches de Nicolai ont pu déterminer aujourd'hui que, même avec la meilleure volonté, l'hypothèse des "heureuses coïncidences" est "impossible".

samedi 16 mai 2015

Un bébé renard adopté par une chienne

Une histoire comme je les aime...

Une chienne adopte un bébé renard dont la mère a été tuée dans un accident de voiture


Les bébés animaux sauvages comme Dinozzo, un renardeau dont la mère a été tuée dans une collision automobile, n'ont que peu de chance de s'en sortir quand ils sont éloignés de leurs parents. Fort heureusement pour ce bébé renard de trois semaines, il a été déposé chez un vétérinaire et adopté ensuite par un couple amoureux des animaux qui vit en Allemagne avec une magnifique chienne colley nommée Ziva, dont l'instinct maternel a permis au renardeau de survivre.

Le couple possède aussi un chat du Bengale nommé Léopold et deux porcelets adoptés. Léopold a également noué une improbable amitié avec le bébé renard. Le duo attentionné chien et chat ont fait bon accueil à Dinozzo et maintenant il utilise la chatière régulièrement pour entrer et sortir de la maison. Bien qu'il ait une totale liberté pour courir dans les environs, il semble préférer pour l'instant la compagnie de ses amis.









vendredi 15 mai 2015

Les animaux de Tchernobyl

Des caméras révèlent la vie secrète de la faune sauvage de Tchernobyl


BBC News, 26 avril 2015


Traduit par Hélios


Un loup gris solitaire qui surveille son environnement, image capturée dans la zone d'exclusion de Tchernobyl par une caméra télécommandée

La mise en place de caméras automatiques dans la partie ukrainienne de la Zone d'Exclusion de Tchernobyl (ZET) a donné un aperçu inédit de la vie secrète de la faune sauvage des lieux contaminés.



Les caméras seront positionnées tout au long de l'année 2015 à 84 endroits différents, permettant à une équipe de scientifiques d'enregistrer le type d'animaux qui traversent la zone et leurs lieux de vie.

Quatre mois après le déploiement des caméras, l'équipe a "capturé" plus de 10.000 images d'animaux, suggérant que la zone de 30 km, définie peu de temps après la catastrophe nucléaire d'avril 1986, abrite aujourd'hui une faune riche et variée.

Des meutes de loups gris ont été enregistrés dans la zone et ils semblent s'être bien adaptés à une vie avec un minimum d'interférence humaine


mercredi 13 mai 2015

Quand votre chat vous parle


Il existe beaucoup plus d'études sur le décodage de la communication du chien avec son humain. Mais les possesseurs de chats attentionnés ne douteront pas que leur chat leur parle, de manière simplement différente et un peu plus subtile...(ce n'est pas péjoratif de ma part, j'adore les chiens.)


Quand votre chat essaie de vous parler




Traduit par Hélios


Comprendre les chiens est relativement facile. Ils ont des expressions et un langage corporel que nous pouvons assez bien décoder, c'est ce que disent les chercheurs qui étudient le comportement animal. Les chats, en revanche, sont connus pour leur opacité émotionnelle et leur réserve ; même la plus "mémère-à-chats" des mémères-à-chats pourrait penser que son félin apprivoisé ne semble pas vraiment intéressé à communiquer avec elle tant que le casse-croûte arrive à l'heure.



Mais ce n'est probablement pas tout à fait exact, disent les chercheurs qui étudient la communication chat-humain – et, oui, c'est un domaine d'étude scientifique qui, bien que restreint, existe vraiment. Déchiffrer le sens du comportement des animaux de compagnie – qui va au-delà du maintenant donne-moi à manger – a été refusé dans le passé comme du pur anthropomorphisme, mais ce n'est plus l'avis général de cette communauté de chercheurs.


mardi 12 mai 2015

lundi 11 mai 2015

Communiquer avec les plantes


Depuis les expériences de Cleve Backster, retranscrites dans le livre "La vie secrète des plantes", et celles d'autres chercheurs, l'homme a changé sa vision envers le monde végétal, qui manifeste de l'intelligence à sa manière. Pourquoi ne pas apprendre à communiquer avec lui ?
J'illustre l'article avec des photos de mes plantes. 
Communiquer avec les plantes

Bob Makransky (extrait de son livre, Vivre la magie)

Traduit par Hélios

Pour les plantes, l'expérience de l'existence dans le monde est très différente de celle des animaux (humains compris). Comme elles ne peuvent se déplacer, elles vivent dans un état de profonde acceptation et de paix intérieure. Des émotions comme la peur, la haine, la jalousie, la possessivité, etc., leur sont totalement inconnues. D'un autre côté, les plantes sont capables de ressentir une large gamme d'émotions élevées, d'un genre que nous animaux humains pouvons à peine concevoir.
En même temps, les plantes partagent comme nous des émotions telles l'amour, la souffrance, la joie, la soif, etc. Le ressenti partagé avec les plantes fournit la base de notre aptitude à communiquer avec elles.




Il n'y a pas une grande différence entre ressentir les plantes et ressentir les gens. Quand nous entrons dans une pièce en nous retrouvant face à une personne en colère après nous, nous nous sentons reliés à cette personne par une onde palpable de colère et de peur. Quand un bébé nous sourit, nous ressentons une soudaine joie qui nous fait automatiquement répondre au sourire.


samedi 9 mai 2015

Les rois du chapardage (vidéos)



Une autre avec quelques doublons, mais pas grave.


vendredi 8 mai 2015

Des lieux de vie pas comme les autres (photos)

C'est vrai, si c'est possible, pourquoi habiter dans les endroits de tout le monde ?

Une sélection de photos qui montrent qu'on peut avoir une habitation différente.



1) Vivre sur un volcan en activité




Les 200 habitants de l'île japonaise d'Aogashima (6 km²), située à 360 km au large de Tokyo, dépendent de l'activité géothermique d'un volcan pour subvenir à leurs besoins. La chaleur dégagée par le volcan (en perpétuelle activité, et dont la dernière éruption remontant au 18ème siècle a tué presque la moitié de la population et obligé les survivants à quitter l'île pendant 50 ans) sert à cuisiner les aliments et à produire la principale exportation, le sel Hingya. Les villageois vivent de la terre, mangent les légumes qui poussent sur l'île et le poisson abondant. Ils cuisinent en mettant les récipients dans le sol et en laissant la vapeur chaude du volcan les cuire. Le sel est fait par l'évaporation de 3 tonnes d'eau de mer sur le sol volcanique, ce qui produit 90 kg de sel. Ce sel aurait des propriétés revitalisantes et il sert pour la cuisine et à fabriquer des lotions.






Source


jeudi 7 mai 2015

"Conjurer la nuit qui vient", texte de Vieux Jade

Ceux qui connaissent Vieux Jade et ont suivi son blog (stoppé depuis un an) auront plaisir à lire ce nouveau texte fraîchement pondu (reçu par mail) qui parle de notre avenir proche qui semble bien noir. Mais ne désespérez pas, la lumière est toujours là. Voici ce que VJ souhaite partager et que j'ai grand plaisir à publier. Il figurera aussi, j'en suis sûre, sur le blog de Paul, "L'échelle de Jacob".



RETOUR

Un an de silence m’a permis plusieurs constats :

  • d’abord, vérifier dans ma chair le dire du Christ : les vieilles outres ont du mal à contenir le vin nouveau ;
  • ensuite, et c’est important : j’écris pour fixer ce qui vient, faire un point sur la navigation en cours, pour construire et léguer, mais aussi pour me rassurer ;
  • n’étant pas exempt de peur, je ne peux donc pas rejeter l’hypothèse que ce qui suit est une variante de la fameuse « méthode Coué » destinée à supporter les prédictions affreusement noires de l’époque, conjurer la nuit qui vient ;

Cet indispensable préalable étant posé, j’en arrive au sujet de ce dernier texte, qui, je le précise pour les coupeurs de têtes et de cheveux en quatre, n’est pas la démonstration d’un spécialiste, mais le simple point de vue (hairesis, en grec, mot insupportable à tous les pouvoirs) d’un être humain en quête de Lumière et de Liberté, à l’usage de ses frères et sœurs.

Il est donc possible que des cafards le balayent d’un revers de main parce quelque point de détail soit contestable. Il n’empêche qu’il existe un monde au-delà du monde des cafards, heureusement inaccessible aux cafards, et c’est précisément le sujet.

Dernière précision : ces pages n’ont pas l’ambition de dire des choses nouvelles, mais d’aider celles et ceux qui s’inquiètent légitimement de l’avenir proche à prendre un peu du recul nécessaire à traverser ce qui reste du fleuve et de ses tourbillons. 

mardi 5 mai 2015

Égyptologie : Graham Hancock vs Zahi Hawass


Quand l'égyptologie alternative (Graham Hancock) se heurte à l'égyptologie grand public... et déclenche une crise de rage.
Les deux vidéos à suivre sont sous-titrées en anglais, mais pas trop difficiles à comprendre.


Zahi Hawass vs Graham Hancock – le "débat"-débâcle d'avril 2015




 

Traduit par Hélios

Extrait de la page Facebook de Graham Hancock (21 avril) où il présente le contexte du débat programmé pour le lendemain.


Photo de Santha Faiia

Demain, mercredi 22 avril, je serai face à l'égyptologue Zahi Hawass pour le premier débat public sur deux points de vue historiques radicalement différents. Une civilisation perdue qui aurait laissé des traces ici en Égypte il y a plus de 12.000 ans a-t-elle pu exister ? Comme beaucoup le savent, je pense que c'est le cas. Pour moi l'histoire de la civilisation est bien plus ancienne et bien plus mystérieuse que ce qui a été raconté et j'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour défendre cette vision. Zahi Hawass est d'un avis contraire – il pense qu'il n'y a aucun mystère – que les égyptologues et autres archéologues ont expliqué pleinement et de manière satisfaisante notre passé collectif et que (à l'exception peut-être de quelques "raccommodages") pratiquement tout ce qui a besoin d'être connu l'est déjà. Ce qui m'importe dans ce débat concerne moins qui "gagne" ou qui "perd" mais surtout le fait de réaliser un débat. Que cela plaise ou non à des porte-paroles du système dominant comme Zahi Hawass, des découvertes majeures ont été faites ces 20 dernières années menant à un changement de paradigme dans notre compréhension du passé. Plus vite existera un engagement sérieux entre le courant dominant et les positions alternatives solidement documentées, plus vite arrivera le changement et j'espère que ce débat mettra en route non seulement d'autres rencontres de ce genre mais également une ouverture sur la recherche alternative. Mes confrères John Anthony West et Robert Schoch ont longtemps fait campagne pour une étude à grande échelle des anomalies géologiques du plateau de Gizeh, particulièrement la preuve d'une érosion du Grand Sphinx causé par la pluie. De même les découvertes époustouflantes de Robert Bauval concernant l'astronomie des pyramides et du Sphinx méritent d'être prises au sérieux et leurs implications explorées à fond, plutôt que ridiculisées en tant que "pyramidiotie". Nous qui sommes du côté alternatif du débat avons toujours respecté le courant dominant et sommes désireux d'en apprendre grâce à eux. Est-ce trop espérer qu'un temps viendra où se produira une réciprocité ? Après tout il n'est pas sain que ce qui est essentiel à la vérité au sujet du passé de l'humanité soit détenu par une seule faction. Ce qui est en jeu pour nous tous est BEAUCOUP trop important pour ce genre de comportement possessif. C'est ce pourquoi j'espère – peut-être naïvement – que le débat de demain mettra en scène un changement tectonique dont l'urgence est si nécessaire dans les relations de travail entre approches dominantes et alternatives. Nous verrons bien !


Maintenant le billet que Graham Hancock a publié sur son site le 24 avril deux jours après le "débat" :

Les égyptologues méprisent souvent les chercheurs alternatifs, les nommant pseudo-scientifiques et "pyramidiots" et autres épithètes insultants de ce genre. Mais regardez ce qui se produit quand un égyptologue réputé est mis à l'épreuve...

Zahi Hawass, qui se targue d'être "l'égyptologue le plus célèbre au monde", avait accepté de participer avec moi le 22 avril 2015 à ce qui était annoncé comme "le premier débat ouvert entre les représentants de deux versions complètement différentes de l'histoire". Chacun de nous devait faire une conférence d'une heure, suivie d'un débat auquel l'assistance se joindrait en posant des questions. En l’occurrence, le débat n'a jamais eu lieu. Zahi refusa un pile ou face décidant de qui parlerait en premier et il insista pour que je commence. J'ai accepté, bien que le premier à parler possède un léger désavantage dans tout débat car il n'a pas l'opportunité d'entendre l'exposé du premier intervenant avant de faire le sien.


dimanche 3 mai 2015

Les appareils mobiles, nouvelles nounous des bébés américains

Les bébés américains deviennent accro très (trop) tôt. Qu'en est-il en France ? Laissez-vous votre tout-petit jouer avec le téléphone portable ou l'ordinateur?
(Les illustrations proviennent d'internet et non de l'article)



La nouvelle nounou : plus d'un tiers des bébés utilisent aujourd'hui des smartphones – avant même de savoir marcher ou parler





Traduit par Hélios

L'information alarme les pédiatres. Une récente étude médicale révèle qu'en Amérique les tout-petits pianotent sur des smartphones et des tablettes avant même de savoir marcher ou parler et à l'âge d'un an, un enfant sur sept utilise ce genre d'appareils pendant au moins une heure par jour.

La recherche a montré qu'un tiers des bébés de moins d'un an savait faire défiler l'écran, alors qu'un quart d'entre eux parvenait réellement à appeler quelqu'un.



"Nous ne nous attendions pas à ce que des enfants se servent de ces appareils dès l'âge de 6 mois. Certains enfants passent plus de 30 minutes sur l'écran", dit le Dr Hilda Kabali, auteur principale de l'étude, qui a été menée auprès de 370 parents et de leurs bébés dans une clinique pédiatrique de Philadelphie.

Les portables se changent en babysitter. Le Dr Kabali a découvert que 60 % des parents de l'étude autorisent leurs tout-petits à jouer avec les médias mobiles pendant qu'ils font les courses, presque les trois-quarts font de même pendant qu'ils accomplissent les tâches ménagères. 65 % utilisent par ailleurs les appareils pour "calmer les enfants", un tiers s'en sert au moment de coucher l'enfant.

"À un an, 14 % des enfants passent au moins une heure par jour à se servir de mobiles, 26 % à l'âge de deux ans et 38 % à l'âge de 4 ans. Il n'y a que 30 % des parents à avoir abordé le sujet des médias avec le pédiatre", précise l'étude.



Les chercheurs conseillent aussi aux pédiatres de décourager l'utilisation des médias de divertissement, comme la télévision, les ordinateurs, les smartphones et les tablettes chez des enfants de moins de deux ans. Ces découvertes ont été révélées dernièrement lors de la rencontre annuelle des sociétés de pédiatres de San Diego.

samedi 2 mai 2015

Servitude

Hier, une partie de la planète"fêtait" le travail l'esclavage.

vendredi 1 mai 2015

Incendies de forêts alarmants près de Tchernobyl

Un article (assez pessimiste) de Stephen Lendman sur les incendies de forêt qui sévissent actuellement près de la centrale et les risques d'irradiation pour l'Europe.

Feux de forêts en Ukraine : risque d'un nouveau Tchernobyl



Traduit par Hélios

Des feux de forêts font rage en Ukraine, dangereusement proches de Tchernobyl. Le ministre de l'intérieur ukrainien, Arsen Avakov, a dit que les conditions "empiraient".

"Les feux de forêt se dirigent vers les installations de Tchernobyl", a-t-il déclaré. Les cimes d'arbres enflammées et de fortes rafales de vent ont créé un danger réel d'extension du feu dans une zone située à 20 kilomètres de la centrale nucléaire".

"Il y a environ 400 hectares de forêts dans la zone menacée. La garde nationale et les forces du ministère de l'intérieur ont été mises en alerte de combat."