Bistro Bar Blog

dimanche 30 novembre 2014

La vidéo du dimanche

Que peut bien faire cet homme sur son vélo, si haut perché ?




Oh, juste une petite promenade hygiénique en VTT !

Danny Macaskill nous emmène prendre l'air sur les crêtes écossaises de l'île de Skye. Par moments, vous retiendrez quand même votre souffle...





samedi 29 novembre 2014

"Pas touche à mes cancers !"


Je crois que vous allez bénéficier régulièrement des newsletters de Yves Rasir, l'éditeur du magazine Néosanté. Car elles sont toujours intéressantes et s'intéressent avec bon sens à l'essentiel dans le domaine de la santé. Sur cette revue, on ne nous vante pas la dernière plante à la mode qui va vous guérir du cancer, comme on peut le lire dans beaucoup de magazines ou sur beaucoup de sites dits "de santé". Ces produits peuvent accompagner la guérison, mais pas la provoquer, d'autant que bon nombre de cancers disparaissent spontanément quand c'est le moment. C'est à mon sens une pratique commerciale qui rapporte surtout aux fabricants, mais qui ne guérira pas vraiment le malade atteint du cancer, car si l'on suit les découvertes et expériences du Dr Hamer, on sait que la racine primaire du cancer est psycho-émotionnelle.

L'un de mes prochains articles sera consacré d'ailleurs aux explications concernant la genèse du cancer et de ses différentes phases, selon le Dr Hamer.

La newsletter du 26 novembre traite des méfaits du dépistage.


Pas touche à mes cancers !


Oui, ne vous avisez surtout pas d’approcher de mes cancers ! Ils sont ma propriété et je ne demande à personne de les soigner ni de les dépister. Pour comprendre ce titre étrange, vous devriez avoir déjà lu mon éditorial de la revue Néosanté de décembre. Mais puisqu’elle n’est pas encore parue, je vous en évente le contenu : elle contient un extrait du dernier livre de Rachel Campergue (voir ma lettre hebdomadaire du 15 octobre) qui décrypte la propagande d’Octobre Rose en faveur de la mammographie sous couvert de sensibilisation au cancer du sein, ainsi qu’un article dévoilant que les autorités sanitaires canadiennes remettent officiellement en cause le dépistage du cancer de la prostate par dosage PSA.

Dans mon édito, je décris brièvement pourquoi la traque du cancer est une escroquerie doublée d’un traquenard, notamment à cause des examens faussement positifs et du phénomène de surdiagnostic. Ce terme éloquent désigne le fait désormais admis par la science que le cancer n’est pas une maladie qui progresse inéluctablement en l’absence de traitement. Il peut être asymptomatique, le rester très longtemps, voire régresser jusqu’à devenir indétectable, ce qui équivaut à une guérison spontanée. Rien ne dit que quelques cellules cancéreuses vont se multiplier et former une tumeur, ni qu’une éventuelle tumeur posera obligatoirement problème à son porteur. Au Canada, par exemple, des experts ont évalué que sept septuagénaires décédés sur dix sont « atteints » par un cancer prostatique non décelé avant leur trépas. Ils étaient malades, mais ils ne le savaient pas ! Cette déclaration étonnante m’a rappelé une étude dont je n’ai malheureusement pas retrouvé les références exactes. Effectuée par l’armée américaine sur des soldats morts pendant la guerre de Corée (ou du Vietnam, je ne sais plus), elle montrait que beaucoup de dépouilles autopsiées renfermaient des foyers cancéreux non repérés avant le combat fatal. Nombre de ces jeunes gens morts au front avaient un cancer, parfois plusieurs, sans même s’en être aperçus. Redouté comme un monstre maléfique, le crabe est en réalité une petite bête qui reste très souvent au stade larvaire et n’atteint que rarement une taille véritablement pathologique.

C’est pourquoi il importe de déboulonner le mythe du dépistage et de ses prétendus avantages. Sans même parler de leurs dangers intrinsèques, les mammographies, coloscopies, touchers rectaux et autres prises de sang conduisent à traiter inutilement de nombreux microcancers qui auraient pu rester embryonnaires ou se résorber naturellement. Pour le chercheur Bernard Junod, enseignant émérite à l’École de Santé Publique de Rennes, c’est carrément la définition classique de la maladie qui est fausse et qu’il faudrait changer d’urgence. Rien qu’en France, nous avait-il expliqué en juin 2012, le nombre estimé de surdiagnostics est de 36.000 par an pour le seul cancer du sein. Et parmi les victimes de cette détection excessive, une grande majorité sera donc irradiée, chimiquement agressée et/ou chirurgicalement mutilée sans réelle nécessité. Si vous voulez (re)lire les propos de Bernard Junod, sachez que cette interview décapante est accessible gratuitement en ligne en suivant ce lien

Dans pratiquement tous nos organes, y révèle-t-il encore, des cellules se divisent et s’organisent d’une telle manière qu’on peut les prendre pour des cancers alors que les tissus sont sains. Autrement dit, ce qu’on dépiste n’est même pas toujours un tout début de maladie silencieuse destinée à demeurer anodine. Certains des bien-portants convoités par les émules du Dr Knock ne sont donc même pas des malades qui s’ignorent !

Personnellement, je n’irai jamais me faire dépister de quoi que ce soit. Pour les raisons évoquées plus haut, mais aussi parce que ma vision du cancer a été complètement modifiée par la découverte de son sens biologique. Il y a 25 ans, lorsque j’ai vu le Dr Ryke Geerd Hamer réussir à diagnostiquer des cancers, à situer leur site d’apparition et à décrire leur stade d’évolution sur la seule base de scanners cérébraux, j’ai d’abord pris conscience que la maladie était un programme mis en route par le cerveau. Il y a bien sûr de nombreux facteurs de risques (tabac, alcool, pollution, malbouffe…) qui favorisent son développement, mais il ne fait guère de doute à mes yeux que le stress et les chocs émotionnels jouent un rôle causal prépondérant. En me familiarisant plus avant avec les travaux du médecin allemand, j’ai ensuite réalisé l’ampleur prodigieuse de sa découverte majeure, à savoir que les maladies ne sont pas des programmes mortifères, mais au contraire des solutions de survie. La somatisation est le moyen trouvé par la nature pour que les êtres vivants ne soient pas terrassés d’emblée par leurs conflits psycho-émotionnels. Loin d’être un processus anarchique et insensé, la cancérisation répond également à une logique vitale , celle de choisir un moindre mal en cas de menace potentiellement létale. Or, pour notre cerveau archaïque, le danger mortel est partout présent dans nos existences modernes. En réponse à ces interprétations anachroniques, nous faisons des cancers bien plus souvent que nous le pensons, peut-être même tous les jours que Dieu fait. Pour la plupart, les microtumeurs se résorbent naturellement ou n’atteignent jamais une dimension problématique. Par exemple, une étude vient de montrer que les ganglions de moins de 3 mm était généralement inoffensifs pour le côlon. C’est la manie de les dépister qui transforme ces minicancers bénins en signaux inutilement alarmants.

Comme tout le monde, je suis donc très probablement « malade » du cancer à l’heure où je vous parle. Nous sommes tous titulaires d’oncogènes et avons tous en permanence 300 à 400 cellules cancéreuses dans notre organisme. Avant-hier, j’ai ressenti une vive douleur à hauteur de la prostate. Hier, j’avais une « pointe » au poumon droit. Demain, j’aurai peut-être un reflux stomacal ou un petit saignement anal. Et alors, est-ce que je me tracasse ? Non. Mon cerveau inconscient me veut du bien et mon corps travaille pour moi. Il y a quelques années, il se passait des trucs plutôt inquiétants dans mon crâne, genre craquements sinistres et décharges électriques. Je n’ai pas consulté et c’est passé tout seul. À plusieurs reprises aussi, je me suis découvert de « petites boules » dans les testicules, et même une grosse bille bien dure. Je n’ai rien fait et elles se sont désagrégées progressivement. Une autre fois encore, un grain de beauté s’est mis à proliférer sur mon épaule, jusqu’à s’entendre sur plusieurs centimètres carré. Mélanome ? Je ne le saurai jamais et je m’en fiche puisque la plaque s’est évaporée malgré mon goût immodéré pour le soleil. Bref, je me fie tranquillement à mes capacités d’autoguérison et je banalise constamment ce qui m’arrive. Un des moyens que je préfère, c’est la dramatisation humoristique. Je banalise le cancer en le voyant partout au moindre symptôme. Petit mal de ventre ? Mon cancer intestinal. Une toux tenace ? C’est ma tumeur au poumon. Enrhumé ? Je fais un cancer du nez. Mes enfants sont habitués et ils rient aussi au second degré. Comme je n’ai pas de médecin traitant et ne prends quasi jamais de médicament , ils comprennent bien que je ne me moque pas du cancer déclaré, ni bien sûr des vrais cancéreux, mais que j’applique concrètement ma philosophie de l’insouciance. La néoplasie est une péripétie à ne pas prendre trop vite au sérieux, sous peine de mettre le doigt dans l’engrenage oncologique au détriment du bon sens biologique.

Pour moi, il est donc hors de question de me faire ausculter minutieusement ou de faire des « contrôles » à grand renfort de technologie médicale. Je jette à la poubelle toutes les invitations au dépistage adressés aux hommes de mon âge et le jour n’est pas encore venu où un proctologue me mettra le doigt dans le cul. Si j’ai un cancer, il est à moi et j’interdis à quiconque de le déranger. De toute façon, tout ce que je sais sur le sens biologique des maladies m’aiderait à ne pas prendre au tragique un diagnostic funeste, et même un pronostic pessimiste. Il y a aussi très peu de chances que je me fie à la médecine classique pour traiter une tumeur avérée. J’ai donc autre chose à faire que de me chercher des cancers. Et ne suis-je pas l’éditeur de Boris Sirbey ? Dans son ouvrage « La vérité sur le cancer que la médecine ne vous dit pas encore », ce jeune philosophe des sciences parisien raconte comment il a découvert les vraies raisons du décès prématuré de sa maman et comment les trouvailles du Dr Hamer ont pleinement étanché sa soif de comprendre le cancer. Ce bouquin explique lumineusement que, loin de se ramener à une simple affaire de génétique et de produits nocifs, cette maladie est toujours en relation étroite avec le vécu émotionnel. Si je vous en parle, c’est parce que je poursuis, comme promis, ma grande opération de déstockage. En cliquant ici (ce qui vous amènera sur le site de la revue), vous pourrez obtenir le livre pour 16 € tout compris, sans frais de port dans tout pays européen. Bonne lecture à toutes celles et tous ceux qui vont profiter de cette occasion unique !

Yves Rasir


jeudi 27 novembre 2014

Hygiène des cheveux : arrêter les shampoings, c'est possible ?

De lien en lien, je suis arrivée sur un blog qui remet en question l'habitude des "civilisés" de se laver les cheveux avec du shampoing. Toute réflexion amenant à remettre quoi que ce soit en question est intéressante et très saine. Et c'est sympa d'expérimenter, d'autant que les ingrédients nécessaires sont parfaitement inoffensifs.

J'ai le souvenir de ma grand-mère paternelle que j'ai toujours connue avec de très longs cheveux (jusqu'à la taille) jusqu'à un âge avancé, qu'elle coiffait avec une sorte de chignon à l'ancienne mode. Elle me disait qu'elle ne lavait ses cheveux qu'une fois par an, mais qu'elle les brossait tous les jours. Je n'ai jamais constaté qu'elle avait des cheveux gras ou sentant mauvais.

Il faut dire qu'à cette époque, il y avait beaucoup moins de pollution atmosphérique et moins de particules grasses.

Mais quand même, cela donne à réfléchir.

Certaines personnes en arrivent à se shampouiner tous les jours, car le cuir chevelu libère son sébum en réaction proportionnelle à l'agression subie quotidiennement. Quel esclavage !

Cet article s'adresse à ces inconditionnels du shampoing fréquent et/ou à ceux qui acceptent de remettre en question l'utilisation du shampoing et qui ne veulent pas engraisser L'Oréal and Co avec leurs produits chimiques.

*****************

LE JOUR OÙ J’AI ARRÊTÉ DE ME LAVER LES CHEVEUX


Bonjour, je m’appelle Ophélie et je ne me lave pas les cheveux.

Sujet sensible.

Je vous imagine déjà, un petit air de dégoût au visage, mi-intrigués, mi-écœurés, en train d’essayer de vous imaginer l’état de ma chevelure et de plaindre inconsciemment l’homme de ma vie.

Bon, je tiens à vous rassurer : mes cheveux sont propres, ils sentent bon et même mon chéri ne se lasse pas d’y passer la main. Ça vous va ?

Et si je vous explique mes motivations et ma démarche, on est toujours amis ?...

Vous n’en avez jamais eu assez, vous, de voir sans cesser vos cheveux regraisser à peine le premier shampoing réalisé ? De supporter ces racines toutes grassouillettes, luisantes à s’en rendre phosphorescentes dans l’obscurité ? Cette tignasse raplapla sitôt le lendemain arrivé et que vous tentez vainement de cacher derrière un élastique bien serré ou un gros bandeau sévèrement noué ? Et c’est sans compter les pointes ! Vous savez, ces foutues pointes qui n’en ont pas fini de sécher et de finir en branches de râteau, à force d’être raclées à grand renfort de shampoo-après-shampoo-baume-éclatant-coloration-béton-crème-à-défrisotter-huile-de-foie-de-morue-kératinée ?

Et bien moi, à un moment, j’ai dit STOP.

J’en ai eu assez. Assez de claquer de l’argent dans des produits qui semblaient faire plus de mal à mes cheveux que de bien. Assez de passer une heure dans la salle-de-bain sitôt la séance de sport écoulée. Assez de ne pas aller à la piscine parce que je ne savais que trop dans quel état serait mon scalp à la sortie d’un bain prolongé dans l’eau chlorée. Assez de griller sèche-cheveux sur sèche-cheveux. Assez de me les peler quand le dernier décida de rendre son âme à Dieu (mauvaise idée quand le chauffage de l’appart peine à lutter contrer les -10°C dehors). Bref, tout simplement assez d’allouer autant de temps et d’argent à une partie de mon corps d’une importance, somme toute, non vitale, et d’utiliser des produits ni bons pour ma santé, ni pour la planète.

Alors, un jour, j’ai décidé de tout arrêter.

Et vous savez quoi ?

Ça a l’air de marcher.

mercredi 26 novembre 2014

Photos

L'aspect reconstitué de Toutankhamon, avec un pied bot, de larges hanches et un visage nettement moins beau que ne le laisse supposer son masque funéraire






Elvis en 1948 (13 ans)

mardi 25 novembre 2014

Voyage en Chine et pivoines

Roselyne, mon amie peintre, est allée, toute seule, faire un voyage de 3 semaines en différents endroits de Chine au mois de septembre. Elle nous a rapporté de belles photos de sa visite des sommets du Huangshan, les Montagnes Jaunes.



Voulant perfectionner sa technique, elle a eu la chance et le privilège d'assister à la réalisation d'un tableau par un maître spécialiste des pivoines, Shao Zhongjie. Il a 89 ans et ne vient plus qu'exceptionnellement faire une démonstration. Il utilise une peinture spéciale qui n'est ni de  l'aquarelle, ni de la gouache, mais qu'il fait fabriquer. Admirez la technique :



Un autre tableau de Shao Zhongjie :



Vous pouvez admirer quelques tableaux de Roselyne sur son site 

Et d'autres vidéos de son voyage sur sa chaîne YouTube.

lundi 24 novembre 2014

Histoires de pieds ... chaussés


Les pieds de l'humanité dite "civilisée" ont souvent souffert d'emprisonnement. Quelle que soit leur forme, elles privent l'homme de son branchement indispensable à la terre.

Avant d'aborder l'histoire des talons hauts, un petit détour vers la coutume barbare et invalidante du bandage de pied des chinoises, qui aurait démarré au 10ème siècle.


Début 1900


"Le bandage des pieds commençait vers l’âge de quatre ou cinq ans. La mère tirait les quatre petits orteils sous le pied, vers le talon, le gros orteil étant laissé libre. La marche forcée sur le pied enveloppé dans des bandages de plus en plus serrés cassait les os des orteils. Dans un deuxième temps, le pied était cassé transversalement sur un cylindre de cuivre, afin d’en faire se rejoindre l’avant et l’arrière, à l’exception du gros orteil, et d’accentuer la courbure de la voûte plantaire. Le but recherché était d’obtenir un pied aussi petit que possible, entre neuf et dix-sept centimètres à l’âge adulte, mais aussi d’une forme très particulière : un gros orteil proéminent, une voûte plantaire en forme de cavité arrondie.




Outre les souffrances infligées par cette torture lente s’étalant sur toute la durée de la croissance ; outre l’infirmité à vie due à ces pieds dysfonctionnels, qui ne permettaient qu’une marche à petits pas, sautillante, limitant, bien sûr, les déplacements et confinant ces femmes à la maison, les pieds ainsi mutilés exposaient celles-ci aux ankyloses, surinfections, atrophies musculaires, paralysies…"

Lire la suite ICI.


******************

L'origine des talons hauts – un accessoire naguère essentiel pour les hommes


Anciens Origins

Traduit par Hélios

La chaussure à haut talon est aujourd'hui un modèle de chaussures porté presque exclusivement par les femmes. L'histoire des talons hauts nous montre pourtant que ce ne fut pas toujours le cas. Les talons hauts furent, à diverses époques, portés aussi par les hommes. De plus, alors que les talons hauts sont portés aujourd'hui dans un but esthétique, il n'en a pas toujours été ainsi dans le passé, car ils avaient à certains moments une destination pratique. 

"Les gardiens du silence" : la censure américaine sur les OVNI


Le dernier "bébé" des éditions Nouvelle Terre. 
Le crash de Roswell a bien eu lieu et ce n'était pas un accident.


"La polémique sur l'OVNI de Roswell au Nouveau-Mexique en 1947 n'en finit pas d'être relancée.
La légende, reprise par des théoriciens de la conspiration dans d'innombrables documentaires, tourne autour d'allégations sur un objet inhabituel tombé du ciel – un objet si bizarre que l'US Air Force avait publié un communiqué de presse disant qu'une soucoupe volante s'était crashée.
Cette histoire fut rapidement désavouée, créant ce qui deviendrait l'une des plus grandes légendes urbaines de l'histoire américaine.
La plupart de ceux qui, jusqu'à aujourd'hui, voulaient discréditer l'affaire, doutaient même de l'événement. Dans une interview exclusive aujourd'hui, le lieutenant colonel Richard French, retraité de l'Air Force, a raconté au Huffington Post qu'il y a eu en fait deux crashs. 

 
Cette révélation est particulièrement remarquable étant donné que French était connu autrefois comme démystificateur des histoires d'OVNI.
"Il y a eu en fait deux crashs à Roswell, il n'y a pas grand-monde à le savoir", a déclaré French au HuffPost. "Le premier OVNI a été descendu par un avion US expérimental qui volait près de White Sands, Nouveau-Mexique, et il a tiré avec ce qui était en réalité une arme à pulsations électroniques qui perturbait et déstabilisait tous les contrôles de l'OVNI, et c'est pour cette raison qu'il s'est écrasé."


Extrait d'un article du Huffington Post daté d'août 2012, cité dans le dernier livre édité par les éditions Nouvelle Terre, "Les Gardiens du Silence", écrit par Marc Saint-Germain. 

Ce livre fait en quelque sorte suite aux deux tomes de "Révélations" de Steven Greer, traduits et édités également par les éditions Nouvelle Terre.

Dans ce livre qui s'appuie sur des documents Top secret déclassifiés, on apprend donc qu'il y a bien eu deux soucoupes qui ont été descendues à Roswell en juillet 1947, sur le site de White Sands, par l'action voulue de puissants radars et que des cadavres ont été récupérés et autopsiés. 

OVNIS et extraterrestres censurés par les américains : Les preuves !

« […] les occupants apparaissent à bien des égards comme humains avec quelques différences anatomiques au niveau de la tête, des yeux, des mains et des pieds. D’une taille d’un mètre cinquante, ils sont de constitution chétive, leur peau étant de couleur grise rosâtre. Leur corps est dépourvu de pilosité et ils sont vêtus d’une tenue de vol moulante qui semble être à l’épreuve du feu (quelques-uns des corps laissaient supposer des brûlures à la tête et aux mains). Leur stature générale rappelle celle de jeunes enfants. Nous pensons qu’il y avait des individus des deux sexes, mais ils étaient difficiles à différencier. »
Extrait (traduit) de la page six d’une synthèse ultra-secrète de 1947 de l’Interplanetary Phenomenon Unit (« Unité des Phénomènes interplanétaires »), un document dont le niveau de classification passa en 1960 de « Top Secret » à « MAJIC » par le fait d’Allen Dulles, alors directeur de la CIA...



On apprend aussi que des OVNI ont été récupérés avant la guerre par les allemands, en 1941 par les américains et que le secret le mieux gardé d'Amérique était et est toujours celui sur les ET et leurs engins et la rétroingénierie à partir de la récupération des engins extraterrestres avec l'aide de scientifiques nazis, gentiment "invités" par les US.

On ne sera pas étonné non plus d'apprendre que les recherches sur les engins extraterrestres ont été financées par l'argent du trafic mondial d'opiacés organisé et géré par la CIA (elle-même créée au départ en rapport avec l'ufologie pour assurer les opérations psychologiques de désinformation et la surveillance). 



À paraître début 2015 chez le même éditeur : "Pour cause de sécurité nationale" de Cathy O'Brien et Mark Phillips, suite de "L'Amérique en pleine transe-formation".


dimanche 23 novembre 2014

L'effet miroir

Jeu de miroirs

Un article du site e-ostadelahi.



Pour compléter et affiner mon autoportrait, j’avais décidé d’utiliser les autres comme miroir, autrement dit, observer le comportement des autres à mon égard et essayer d’en tirer des informations sur ce que je suis et des directions pour mon travail de perfectionnement spirituel. Ayant pris cette résolution, le matin, je me suis préparée pour aller au travail. J’ai sorti ma voiture du garage mais au moment de prendre la route, j’ai réalisé que j’avais oublié mon téléphone. J’ai laissé ma voiture en épi face au portail et j’ai foncé chercher mon téléphone. Quand je suis retournée à la voiture moins de deux minutes plus tard, j’ai aperçu la vieille dame grincheuse du quartier donner un grand coup de canne dans la jante de la roue avant. « C’est systématique, me suis-je dit, à chaque fois que je laisse la voiture deux minutes devant le portail, elle arrive comme par hasard et balance un coup de canne dedans ! » Cette fois-ci, mon sang n’a fait qu’un tour et je lui ai dit plutôt vertement ce que j’en pensais : « je ne reste jamais plus de deux minutes, il ne faut pas exagérer, c’est devant chez moi, etc. »

Énervée, j’ai démarré et allumé la radio histoire de me calmer un peu. À ce moment-là, j’ai entendu l’animateur dire « Et vous, qu’avez-vous pris comme bonne résolution aujourd’hui ? ». Et là, je me suis figée… J’avais totalement oublié le jeu du miroir. J’ai alors essayé de voir ce que la scène qui venait de se dérouler pouvait m’apprendre sur moi, mais j’avais beaucoup de mal, j’étais encore passablement énervée : « quand même, cette bonne femme exagère, elle fait des histoires pour rien, je n’ai laissé ma voiture qu’une minute sur le trottoir, elle peut bien la contourner quand même, ça lui prend trois secondes et elle n’a que ça à faire. Non, il n’y a aucun élément de connaissance de soi à tirer de cette histoire ». En dépit de cette belle conclusion, je n’étais pas tranquille. Je revoyais la mamie qui, même avec l’aide de sa canne, a du mal à marcher. Je revoyais la rue étroite où certaines voitures déboulent à toute vitesse. Je revoyais ma voiture qui a obligé la vieille dame à descendre sur la chaussée pour la contourner… C’est à ce moment que suis arrivée au travail et que le fil de mes pensées a été interrompu.


samedi 22 novembre 2014

Paris d'antan (photos)

Une série de photos de Paris au sortir de la première guerre mondiale. Ces photos sont signées Pierre-Yves Petit. 

Ce nom vous est-il inconnu ?

Vous le connaissez forcément, mais sous cette forme :



C'est Pierre-Yves Petit (1886-1969) qui a créé en 1922 la fameuse maison de cartes postales Yvon, d'après le diminutif de son prénom. L'entreprise a fêté ses 90 ans en 2012. Et elle se porte toujours bien.

Les photos à suivre datent de 1920.

Les parisiens reconnaîtront des lieux, qu'on trouvera à juste raison bien déserts...






vendredi 21 novembre 2014

L'incroyable armée d'outre-tombe du premier empereur de Chine : techniques de fabrication


Des milliers de soldats, plus de 600 chevaux, tous grandeur nature et armes réelles de toute sorte ont été enterrés il y a plus de 2000 ans dans d'immenses fosses occupant une superficie de plus de 20.000 m². Seul le tombeau de l'empereur n'a pas été exhumé, car certaines malédictions y sont attachées. On se demande si chaque personnage est une pièce unique ou s'il est le fruit d'une fabrication en série. Quelques découvertes à ce sujet dans la traduction ci-dessous.


Ce sont les oreilles qui fournissent des pistes sur la technique de création des antiques guerriers chinois en terre cuite






Traduction par Hélios

La technologie permet d'imaginer comment cet empereur chinois a pu faire fabriquer une armée pour l'éternité.

Le premier empereur de Chine, Qin Shi Huang, était un homme hanté par la mort.

En 246 avt J-C, le dirigeant encore adolescent fit la commande d'un immense tombeau qui contiendrait tout ce qui lui serait nécessaire dans la prochaine vie, dont une armée entière de guerriers en terre cuite grandeur nature, des puissants généraux jusqu'aux humbles fantassins. Rangée en formation de bataille dans des fosses proches de la tombe impériale, l'armée d'argile monte la garde depuis plus de 2000 ans. C'est en 1974 que des fermiers de la région découvrirent le site pendant le creusement d'un puits.

Depuis cette époque, les archéologues se sont creusés la tête pour comprendre comment les artisans d'alors ont pu produire 7000 soldats d'argile aussi réalistes jusqu'à leurs élégantes barbiches et leurs nattes tressées. Certains ont suggéré que les statues ont été modelées d'après des guerriers ayant réellement existé; d'autres pensent que des oreilles, des nez et des bouches d'argile différents ont été ajoutés sur des statues standard. 


mercredi 19 novembre 2014

Les bizarres effets électromagnétiques qui suivent les NDE


Les bizarres conséquences électromagnétiques des NDE


Par Buck Rogers, Waking Times

Traduit par Hélios

Les débats autour des NDE (near-death experience, expérience aux frontières de la mort) sont habituellement centrés sur les questions concernant l'après-vie et ce qui se passe pour la conscience quand elle emprunte l'emblématique tunnel de lumière. Les sceptiques, bien entendu, les envisagent sous l'angle scientifique, se demandant si le patient est réellement mort ou si la recherche est légitime et ce genre de choses.

Ce dont on parle moins fréquemment, pourtant, c'est ce qui passe pour les gens après une NDE et quels changements se produisent aux plans psychologique et physiologique. Il existe des milliers d'exemples archivés de NDE qui offrent un témoignage sur la possibilité d'une vie après la mort, mais qu'en est-il de la vie après une expérience aux frontières de la mort ?
"Quatre-vingt pour cent environ de gens ayant expérimenté un état aux frontières de la mort ont déclaré que leur vie avait changé à jamais. Un examen plus poussé montre malgré tout l'émergence de surprenantes dimensions. Les gens ayant vécu cette expérience ne revenaient pas avec uniquement un enthousiasme accru pour la vie et une vision plus spirituelle. Ils manifestaient des différences psychologiques et physiologiques spécifiques d'une ampleur jamais vécue auparavant." P.M.H. Atwater, Docteur es Lettres.
Phyllis, Marie, DeKeyser Atwater, docteur es lettres, chercheuse, est l'auteur de "Dying to Know You : Proof of God in the Near-Death Experience". C'est une chercheuse de réputation mondiale sur les NDE qui a vécu elle-même trois NDE.

Renards (photos)

Je n'ai pas résisté à publier (encore) des photos, trouvées sur Bored Panda.



Elles ont été prises par Ivan Kislov, un ingénieur des mines russe, pendant ses temps libres quand il apprécie de se promener dans la toundra arctique. Il aime prendre des photos de tous les animaux, mais il dit que les renards sont des modèles qui font preuve de bonne volonté, car ils sont curieux et peuvent s'approcher très près de lui.

Merci à ce monsieur pour ces merveilles.











mardi 18 novembre 2014

" Un médecin n'a jamais guéri personne ! "

Extrait de la newsletter hebdomadaire de la revue Néosanté (12 novembre)


(...) La nature a doté les êtres vivants d’un immense pouvoir, celui de s’autoguérir par la mobilisation de leurs propres ressources intérieures.  Dans le Néosanté du mois de novembre, nous avons interviewé le Dr Jean-Claude Fajeau et ce dernier nous a tenu des propos pour le moins percutants : pour lui, « un médecin n’a jamais guéri personne » et c’est toujours le patient qui se guérit lui-même en trouvant la solution de ses conflits et en lâchant les « peurs animales » qui les ont provoqués. Pour ce docteur en médecine reconverti dans l’accompagnement psycho-bio-généalogique, « toute maladie est le résultat d’un deuil inachevé en relation avec un drame survenu dans les générations précédentes ». Comme je trouve cette interview épatante et  que vous n’êtes pas tous abonnés au mensuel, j’ai décidé de la diffuser dans cette lettre hebdomadaire en la reproduisant ci-dessous.

Dr Jean-Claude Fajeau :

« Un médecin n’a jamais guéri personne »

  « Souvent la peur d’un mal nous conduit dans un pire », philosophait Nicolas Boileau. Ce n’est pas Jean-Claude Fajeau qui le contredira ! Ce dernier voit en nos peurs « un poison émotionnel » qui porte gravement atteinte à notre santé et notre bien-être. Ce docteur en médecine a exercé la médecine chinoise, l’homéopathie, la médecine naturelle, la phytothérapie et se consacre, depuis 1997, à la recherche en Psycho-Somato-Généalogie (1). À l’articulation entre le psychologique et le biologique, cette approche permet d’approfondir la compréhension des mécanismes et principes de la vie. Nous rappelant par là que le corps est l’exutoire des conflits biologiques « animaux » que vivent les humains. « Comprendre, c’est devenir maître de soi », aime à répéter ce chercheur inlassable, qui s’érige contre tout dogme et toute pensée unique. Il est libre, Jean-Claude !
  
Propos recueillis par Carine Anselme

Certaines rencontres ne laissent pas indifférent... Ce fut le cas avec Jean-Claude Fajeau. Exit la langue de bois et autres détours diplomatiques, sémantiques, avec cet homme entier ! Dans ce milieu de la guérison, où certains ont une « légère » tendance à se prendre très (trop ?) au sérieux, il préfère, lui, faire les choses sérieusement, dans un mélange d’humanité et d’humilité, de quête de sens et d’excellence - non pour briller, mais pour accompagner au mieux ceux qui sont en chemin vers la guérison. Caractéristique : cet homme a la curiosité chevillée au corps et au cœur – une richesse inestimable « reçue en héritage », nous dira-t-il. Lire, questionner, explorer, apprendre, observer, écouter, expérimenter... il n’a de cesse de creuser son sillon pour nous permettre de dégager le nôtre. En toute liberté. Car tout malade - par nature fragile, vulnérable, stressé, en proie au doute, voire dépressif - est un être unique, singulier, qui doit être traité comme tel. L’enjeu de l’approche proposée par Jean-Claude Fajeau est de l’aider à retrouver son axe, son centre, afin qu’il se prenne en charge. Un travail intime, autant qu’universel.
  
Quel cheminement vous a mené de la médecine classique à la Psycho-Bio-Généalogie ?

Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous... et d’heureuses coïncidences ! J’étais dans un chemin insatisfaisant avec la médecine générale, j’ai alors rencontré des personnes qui m’ont donné un éclairage nouveau sur la façon de se soigner. Je suis dans une recherche permanente. Avec le temps, je sais que la perfection n’existe pas, mais je tente de poursuivre une quête d’excellence : être performant exige une curiosité et une exploration constantes. Depuis l’enfance, je ne me satisfais jamais des réponses toutes faites (Rire) ! J’aime fouiller. Quand l’objectif est la guérison, la logique et la cohérence sont indispensables.


Deux démonstrations musicales

1. Une interprétation qui a du piquant 

Prenez un orchestre de chambre, par exemple l'orchestre de chambre national du Danemark et faites manger un morceau de piment fort (Habanera) à chacun des musiciens au milieu d'une interprétation (ici "Tango Jalousie"). Voilà ce que cela donne...




2. Des sons et vibrations originaux qui sortent de l'instrument créé par Görkem Sen, le Yaybahar. Cordes, ressorts et tambours. Écoutez :

dimanche 16 novembre 2014

Encore des photos

La rubrique photos a du succès. Voici une nouvelle fournée de 20 photos.


Une mauvaise blague se prépare... (Huron County, Canada, 1890)

Un coq Ayam Cemani, une race entièrement noire

 
En Suède, les bancs sont conviviaux


News de Fukushima à l'automne 2014

Ultraman ne communique plus d'infos, annonçant dans un billet récent qu'il a des problèmes de santé et qu'il reviendra bientôt (?).

Le blog de Fukushima fait le tour des nouvelles en cet automne.


Au moment où Tepco s’apprête à faire de grosses dépenses de communication pour annoncer la fin du transfert du combustible de la piscine de l’unité 4, nous continuons à recevoir des nouvelles du Japon par HORI Yasuo dont les 3 derniers rapports sont riches d’enseignements : Tepco, qui a du mal à dévier l’eau de la nappe phréatique, ne réussit pas plus à geler l’eau des conduits souterrains, le système ALPS sensé décontaminer l’eau pompée tombe régulièrement en panne, on ne sait pas encore comment on va démanteler les 3 réacteurs dont les cœurs ont fondu, on recommence à commercialiser du riz issu de territoires contaminés, la route nationale n°6 a été rouverte malgré sa forte contamination, les Japonais s’opposent toujours à la réouverture des réacteurs nucléaires et les territoires décontaminés par le passé sont à nouveau radioactifs. Tepco, qui ne se reconnaît toujours pas responsable de la catastrophe et qui s’arrange pour diminuer les dédommagements aux victimes, va donc bientôt communiquer sur autre chose…
PF

La suite ICI.

vendredi 14 novembre 2014

Des dessins inédits de Michael Jackson suggèrent une vie sous Mind Control

Comme beaucoup d'artistes de l'industrie du spectacle, Michael Jackson n'aurait pas échappé à la règle. 
Un article publié par Vigilant Citizen.
Quelques photos de MJ plus jeune en fin d'article qui ne figurent pas dans l'article original.
 

Des "dessins privés" de Michael Jackson suggèrent des références au "Mind Control"

Traduit par Hélios

Michael Jackson a laissé une grande quantité d’œuvres artistiques – et leur symbolisme est très parlant. Ils fournissent un aperçu inédit de ses luttes intérieures et, plus important, ils sont truffés d'images et de déclencheurs en lien avec le contrôle Monarque [MK].


L'histoire de Michael Jackson est l'histoire de tout ce qui représente le mal dans l'industrie du spectacle. Propulsé très jeune sous les feux de la rampe, Jackson est devenu littéralement un esclave de l'industrie musicale. Au faîte de sa gloire, MJ s'est lentement mais sûrement métamorphosé en quelqu'un de complètement différent. Bien que ses changements physiques aient été les plus flagrants, il a également manifesté de graves signes d'abus psychologiques. Fut-il soumis à une programmation Monarque à un moment crucial de sa vie ?

De nouveaux indices pointent dans cette direction.

Une collection de dessins inédits réalisés par Michael Jackson sont aujourd'hui mis en vente par un homme de Floride qui en était le possesseur et leur symbolisme est tout à fait révélateur. Ils sont totalement en accord avec "l'art" en lien avec le thème MK présenté sur ce site, comme les peintures faites par une survivante MK, Kim Noble

mercredi 12 novembre 2014

Rosetta, Philae et la comète

Aujourd'hui, atterrissage en direct de la sonde Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenk. Une première. À voir dès 15h30 sur la vidéo ci-dessous.

En direct : atterrissage de Philae

Vivez ici les derniers instants de l'atterrissage de Philae jusqu'au contact avec la surface de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko le 12 novembre 2014. A votre disposition et en libre partage à partir de 15h30 (heure de Paris), 4 flux vidéos en simultané :
  • Une vidéotransmission du CNES, pour vivre en continu et en direct les moments les plus importants de l’atterrissage de Philae avec des interventions des spécialistes présents sur les différents sites mobilisés en Europe
  • Une caméra embarquée au cœur du centre d'opérations du CNES de Toulouse (SONC) en charge de l’ensemble de la navigation et de la coordination de l’atterrisseur Philae
  • Un direct avec la Cité des Sciences et de l'Industrie à Paris avec un plateau d’invités prestigieux et des envoyés spéciaux
  • Nos films et reportages sur la mission Rosetta en continu
Journée d'atterrissage de Philae le 12 novembre (en heures de Paris)
  • 9h35* : séparation et début de la descente de Philae ; confirmation à 10h03*  Confirmé
  • 9h45* : ouverture du train d'atterrissage de Philae
  • 15h30 : début de la retransmission web en vidéos multi-flux
  • 15h54* : début des prises de vue du site d'atterrissage Agilkia par la caméra ROLIS
  • 16h34* : contact avec la surface de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko
  • 17h (+ ou - 15 min) : confirmation de l'atterrissage par le centre de contrôle de Philae
  • 19h* : réception du panorama du paysage autour de Philae
*Horaires indicatifs susceptibles de varier de quelques minutes.



10 vidéos d'animaux

Ce que pensent les éléphants d'une caméra. Curieux comme des chats...



Un bébé oie bernache n'a pas d'autre choix pour survivre que de sauter de la falaise où se trouve le nid pour rejoindre ses parents à quelque 120 mètres plus bas. Il y a parfois de la casse, mais la plupart arrivent sains et saufs.


Un bébé oiseau saute dans le vide à 121 mètres... par Spi0n



lundi 10 novembre 2014

NDE et rencontre avec des animaux décédés

La littérature internet de langue française ne fourmille pas de récits de NDE où figurent des rencontres avec des animaux de compagnie décédés. En fouillant sur ce site américain, j'ai trouvé les deux récits suivants où figurent des chiens.


Expériences de NDE et rencontre avec des animaux de compagnie décédés


Traduit par Hélios


Selon de nombreuses sources de NDE, les animaux ont une âme et vont dans l'au-delà exactement comme les humains. Voici quelques témoignages de personnes qui ont vécu une NDE et ont retrouvé leurs animaux décédés. Ce qui va vous permettre de découvrir des faits étonnants sur votre animal et sur les animaux en général. Après la lecture de ces témoignages, vous ne regarderez plus vos animaux de la même manière. Les témoignages fournis ici décrivent les animaux comme ayant un "paradis" particulier dont la visite est autorisée aux humains. Ils révèlent la manière dont la communication avec nos animaux décédés se fait de l'autre côté au moyen de la télépathie.

Tout au long de l'histoire, l'idée que les animaux possédaient une âme a été l'objet de débats, basés sur la fausse supposition que les animaux sont en quelque sorte inférieurs aux humains. Le raisonnement qui soutient ceci est peut-être dû au fait que les humains sont au sommet de la chaîne alimentaire et peuvent tuer et manger une grande variété d'espèces animales. Pendant des milliers d'années, les humains ont domestiqué de nombreux animaux comme le cheval, en les transformant en esclaves virtuels pour les humains. L'Église chrétienne a nié en permanence la possession d'une âme aux animaux en raison peut-être de la croyance que la mort sacrificielle du Christ sur la croix s'appliquait uniquement aux êtres humains. De nombreuses religions anciennes autour du monde considèrent les animaux comme des êtres divins. 

Je me souviens avoir lu un témoignage de NDE où la personne qui la vivait posait la question à un être de lumière sur l'apparente injustice des forts tuant les faibles pour les manger. La réponse fut qu'il n'y a pas d'injustice, à un niveau élevé, parce que les dénommés "faibles" se donnent eux-mêmes librement en sacrifice aux dénommés "forts" pour que la vie continue sur la planète. À cet égard, il vaudrait mieux dire que les soi-disant "faibles" de ce monde sont en réalités les "forts". Avec ceci en mémoire, ne devrions-nous pas nous considérer comme des animaux "glorifiés" comme le suggèrent les preuves ?


dimanche 9 novembre 2014

L'avancée inexorable de la lave

Celle du volcan Kilauea à Hawaï (6 novembre)



samedi 8 novembre 2014

Courrier du coeur (humour)


Voilà pourquoi on ne devrait pas laisser la rédaction des courriers du cœur aux hommes....


Question :

Cher John,

J'espère que vous allez pouvoir m'aider. L'autre jour, je suis partie au travail en laissant mon mari à la maison devant la TV. Ma voiture a calé et ensuite elle est tombée en panne environ un kilomètre plus loin et j'ai dû retourner à pied pour demander à mon mari de m'aider. En arrivant à la maison, je n'en ai pas cru mes yeux. Il était dans notre chambre avec la fille du voisin ! 

J'ai 32 ans, mon mari 34 et la fille du voisin 19. Nous sommes mariés depuis 10 ans. Quand je lui ai demandé des explications, il s'est effondré et a admis qu'ils se fréquentaient depuis 6 mois. Il ne veut pas entendre parler de thérapie conjugale et j'ai peur de m'effondrer et j'ai besoin d'un conseil en urgence. Pouvez-vous m'aider s'il vous plaît ?

Sincèrement, Sheila

Photo du jour

Un "nuage arc-en-ciel" apparu en Australie



jeudi 6 novembre 2014

D'où proviennent les yeux bleus ?

Les yeux bleus ont-ils une origine extra-terrestre ? Un gène apporté par les Annunakis qui auraient créé les races humaines actuelles par hybridation ? Oui, si l'on en croit le livre "Le Dieu de la Bible vient des étoiles".

D'où proviennent les yeux bleus ?



Traduit par Hélios



Des études réalisées par des scientifiques de l'Institut d'anatomo-pathologie génétique de l'université de Copenhague ont conclu que tous les gens aux yeux bleus partageaient un ancêtre commun, quelqu'un vivant il y a entre 6000 et 10.000 ans près d'une région de la Mer Noire.

Les chercheurs ont analysé et comparé la composition unique des chromosomes de l'iris de 155 individus aux yeux bleus provenant de diverses régions comme le Danemark, la Turquie et la Jordanie.

Tous les sujets ayant participé à l'étude avaient les mêmes exactes "mutations" génétiques des chromosomes de l’œil avec une minime variation des gènes, indiquant que la "mutation" responsable des yeux bleus est apparue et s'est répandue relativement récemment.


Les généticiens ont comparé l'ADN mitochondrial des individus aux yeux bleus dans des pays aussi variés que la Jordanie, le Danemark et la Turquie, leur conclusion était que les gens aux yeux bleus possédaient un ancêtre commun unique qui vivait près de la Mer Noire il y a environ 8000 ans et qui est à l'origine de la dissémination de l'agriculture. En haut à gauche, des yeux bleus chez des Afghans; en haut à droite, chez des Iraniens; en bas à gauche, chez des Pakistanais; et en bas à droite, chez des Indiens.



lundi 3 novembre 2014

Photos

Une autre collection de photos glanée ici et là.

Mont Hood





samedi 1 novembre 2014

L'équilibre des pierres (vidéo)

Pour Michael Grab, c'est une forme de méditation.

Démonstration 


Stone Balance Demonstration by Michael Grab (Gravity Glue) - 1409 - September 2014 from Michael Grab on Vimeo.

Deux théories sur l'Ebola


Il semblerait que les américains soient actuellement les seuls concernés par cette affaire. Deux théories majeures s'affrontent sur l'internet anglo-saxon. 




Traduit par Hélios


Ebola et opposition contrôlée

Il existe plusieurs théories concernant la question de l'Ebola sur le net. Dans cet article, je parlerai de deux d'entre elles.
  1. L'Ebola est chez nous et le gouvernement minimise sa sévérité et laisse des gens infectés venir aux US pour mettre en œuvre une réduction de la population.
  2. La sévérité de la situation de l'Ebola est un canular conçu pour instaurer un protocole vaccinal et restreindre les déplacements en raison de la menace de pandémie.
Des personnalités de médias alternatifs renommés soutiennent les deux théories. Et elles sont toutes deux en totale opposition.
Donc, laquelle est la plus raisonnable ? Et laquelle est la plus sensée ?


Théorie 1


Cette théorie soutient la croyance que le gouvernement (le CDC) est inepte et minimise la sévérité de la menace pour répandre la maladie afin de réduire la population.

Cela semble assez raisonnable, d'accord ? Oui, le gouvernement est inepte et le CDC ment très probablement. Mais minimiser la sévérité de la menace ? N'avons-nous pas vu dernièrement les médias grand public diffuser un peu partout la peur pendant que le CDC s'agite avec des tenues de protection et précipite la mise en production d'un nouveau vaccin expérimental de type I conçu génétiquement ? Minimiser ? Sérieusement ?

Mes amis, c'est une bonne grosse sonnette d'alarme. Il y a juste quelque chose qui cloche avec cette théorie.

Je vois certains sites de médias alternatifs se démener comme s'il y avait le feu en tentant de déclencher un maximum de peur chez les lecteurs au sujet de l'épidémie d'Ebola avec des liens vers "achetez ceci". Au secours ! Au secours ! L'Ebola est chez nous ! Achetez ceci ! Achetez cela ! Le gouvernement nous ment ! Ils veulent nous tuer ! Ayez peur ! Ayez très peur !

Donc, quelle est la solution si cette théorie devait se révéler correcte ? Bloquer les aéroports ? Verrouiller tous les pays ? Ne verrouiller qu'une région avec des points d'entrée et de sortie surveillés par des gardiens de la paix des Nations-Unies ? Ou bien peut-être nous mettre en rang pour recevoir un vaccin et régler tout le problème ? Une image bien lugubre, mais elle vend des tas de publications et des tas de produits. Et elle met la peur au ventre. Et joue exactement le jeu des mondialistes.

La stratégie est brillante. Juste ce qu'il faut de vérité pour influencer les foules et conserver un démenti plausible si l'entière vérité sort, avec juste assez de marge de manœuvre pour aller dans l'autre direction si nécessaire et s'en sortir indemne.


Théorie 2


Cette théorie soutient la croyance que le gouvernement exerce une grosse opération psychologique (psy-op) sur le peuple américain en amplifiant la sévérité de la menace pour terrifier les gens afin qu'ils souscrivent à un protocole de vaccination et par là subissent la perte de nouvelles libertés.

Là, cela me semble plus logique. Quand vous voulez contrôler un large groupe de gens, vous le faites avec des techniques de contrôle de l'esprit. Ce qui nécessite beaucoup moins de ressources et de main d’œuvre que de lâcher un virus mortel sur les gens et de devoir nettoyer le désordre après. Terrifiez-les simplement et ils se mettront en rang pour suivre votre solution. C'est ainsi que cela se pratique depuis des siècles et je n'ai aucune raison de penser que le plan de jeu a changé car il a toujours si bien réussi jusqu'à présent.

Ce qui a changé est qu'aujourd'hui on trouve un bon paquet d'articles de médias d'information alternatifs influents qui ne sont rien d'autre que des loups déguisés en agneaux, dont l'existence est de promouvoir l'agenda de contrôle et manipulation totale du Nouvel Ordre Mondial en faisant semblant d'être ce qu'ils ne sont pas et en déformant juste ce qu'il faut de la vérité pour nous guider dans la mauvaise direction, tout droit dans la gueule attentive de ceux qui voudraient diriger le monde sans nous, et le tout pour si peu de choses : la renommée, la gloire et le tout-puissant dollar.

*******************************

Note d'Hélios (une idée comme une autre) : Saviez-vous que le USA Patriot Act (acronyme en anglais de  Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism, qu'on peut traduire par : Loi pour unir et renforcer l'Amérique en fournissant les outils appropriés pour déceler et contrer le terrorisme.), loi concoctée pour être mise en application après les attentats bidon du 11 septembre, expire normalement en juin 2015.



Mon idée est que l'épidémie d'Ebola (dont le virus a été manipulé dans le cadre d'une guerre biologique) pourrait être considérée comme une sorte de "bioterrorisme" permettant de reconduire une nouvelle fois cette loi (comme en 2005 et 2011). Ce qui expliquerait que l'affaire Ebola reste américaine. On devrait donc s'attendre à une dramatisation de l'épidémie pour justifier sa reconduction.