Bistro Bar Blog

jeudi 30 octobre 2014

Le suicide et l'Au-Delà


Que se passe-t-il dans l'au-delà pour une âme qui s'est suicidée pendant sa vie terrestre ?

Les croyances inculquées par la religion nous font envisager le suicide comme un acte tout à fait condamnable, un péché, qui empêche "d'aller au ciel". Au plan spirituel, on parle d'une "rupture de contrat". Qu'en est-il vraiment ? Il semble que plusieurs choix (préétablis) existent simultanément dans une situation donnée. Le libre-arbitre fera le reste.

C'est ce que j'ai pu lire dans le livre du Dr Michael Newton, "Journées dans l'au-delà". J'ai déjà évoqué le travail de ce médecin à travers des interviews diffusées ICI. Je vous conseille d'aller voir ces vidéos avant de lire ce qui suit, pour comprendre comment se passe son travail. J'ai mis les liens qui vous donneront un aperçu de ses livres, en fin d'article.


Extraits du chapitre 5


"L'imagination humaine n'a pas de limite quand il s'agit de faire peur. La crainte d'une punition terrible pour les suicidés en est le meilleur exemple. Il est vrai, ne pas être admis au ciel dissuade du suicide, mais c'est une approche erronée. Ces dernières années, j'ai remarqué que même l'Église catholique n'est plus aussi intransigeante sur le suicide comme péché mortel, méritant un châtiment spirituel extrême.

(…) Le prochain cas n° 29 est celui d'une femme qui s'est donnée la mort dans sa dernière vie. Elle décrit comment elle procède à l'examen de cet acte. Puisque nous allons examiner son suicide, il est temps d'aborder les questions qu'on m'a posées sur le suicide et son châtiment dans le monde spirituel. Lorsque je travaille avec des suicidés, les premières paroles que la plupart lancent juste après leur mort sont : "Oh mon dieu, qu'est-ce que j'ai été stupide !". Il s'agit de personnes en bonne santé physique et qui ne souffrent pas de maladie débilitante. Le suicide d'un sujet, jeune ou vieux, et dont l'état physique a réduit la qualité de sa vie presque à néant, est traité différemment dans le monde spirituel que celui de sujets en bonne santé. Si les suicides sont traités avec bonté et compréhension, les suicides avec un corps sain sont examinés. D'après mon expérience, les âmes n'ont pas le sentiment de faute, ou de culpabilité quand il y a eu euthanasie. Quand il existe une souffrance intolérable, nous avons le droit d'être soulagés de la douleur et de l'humiliation d'être traité comme un enfant sans défense relié à des appareils de survie. Dans le monde spirituel, j'ai découvert que l'âme ne conserve pas les stigmates d'avoir quitté un corps délabré, et dont elle s'est libérée d'elle-même ou par la main d'un soignant compatissant. J'ai travaillé avec plusieurs personnes qui ont essayé de se suicider, quelques années avant de venir me voir, et je pense que le travail accompli leur a donné une vision salutaire. Certains étaient encore troublés lorsque je les ai rencontrés, alors que d'autres avaient rejeté leur pensée d'auto-destruction. J'ai surtout appris que ceux qui affirment ne plus appartenir à la terre doivent être pris au sérieux car ils peuvent encore tenter de se suicider. Ces patients se trouvent dans l'une des trois catégories d'âmes :

  1. Âmes jeunes, très sensibles qui ont commencé à s'incarner sur terre, mais n'y ont pas passé beaucoup de temps. Certaines ont eu beaucoup de difficultés à s'ajuster au corps humain. Elles pensent que leur existence est menacée parce qu'elle est très cruelle.
  2. Âmes jeunes ou anciennes qui se sont incarnées sur d'autres planètes avant de venir sur terre. Si ces âmes ont vécu sur des mondes moins austères, ou cruels, que la terre, elles peuvent être terrassées par des émotions primitives et la haute densité du corps humain. Ce sont des âmes qui ont avant tout la sensation d'être dans un corps étranger.
  3. Âmes moins évoluées et qui se sont incarnées sur terre depuis leur création, mais qui ne fusionnent pas correctement avec leur corps actuel. Ces âmes ont accepté un contrat de vie avec un corps humain dont l'ego est radicalement différent de leur âme immortelle. Elles se semblent pas se trouver elles-mêmes de leur vivant.

mardi 28 octobre 2014

11 chiens qui n'ont strictement aucune idée du responsable de la pagaille

Je te jure, il a explosé tout seul !


Pfff. Aucune idée de qui a pu dépecer le rouleau de papier toilette. J'ai pas bougé d'ici avec mon os.

lundi 27 octobre 2014

Actualité solaire + mises à jour

Mise à jour du 27 octobre : une nouvelle éruption X 2, la sixième de classe X de cette série d'octobre, vient de se produire, après deux éruptions M 6 et M 7 hier.

Voici où se trouve la tache 2192 aujourd'hui :




**************************

Mise à jour 26 octobre : ça n'arrête pas, maintenant une nouvelle éruption X2, toujours en provenance de la monstrueuse tache 2192, qui, comme on le voit sur l'image, ne fait plus face à la Terre :



Sur l'image suivante, on peut voir les 3 éruptions X regroupées sur deux jours :


Pour rappel, "l'événement de Carrington" (nom de l'astronome qui a observé  la gigantesque éruption solaire) a été une éruption non pas X, mais Z, car il y avait au-dessus de X deux autres classes d'éruptions, Y et Z. Aujourd'hui, on parlerait de "super X" et la civilisation devrait repartir à zéro.

Voici l'enregistrement papier de l'éruption solaire du 2 septembre 1859 :


 Et voici la zone mondiale qui a observé des "aurores boréales" suite à l'éruption, on y voyait comme en plein jour la nuit jusqu'en Amérique du sud...La France les a loupées de peu.





******************************
Mise à jour 25 octobre (soirée) : une nouvelle éruption X1 ce soir, le soleil nous gâte !


******************************

Mise à jour du 25 octobre : cette nuit nouvelle éruption X 3 : 


Mais pas de risques, la tache 2192 est sortie de la zone dangereuse pour la terre.

J'emprunte à Ferlin l'image reconstituée par photoshop des taches solaires ayant donné les plus grosses éruptions recensées (par date) :


Celle de 1947 bat tous les records.


**************************

Mise à jour - 18h30: une éruption X1 de la même tache solaire 2192 vient de se produire ce soir du 22 octobre. La tache fera demain face à la Terre :




 
*********************************************************************************

Après une éruption de classe X1 le 18 octobre, il s'est produit cette nuit une M9, donc - presque - aussi puissante que la précédente.



Les scientifiques qualifient la tache 2192 qui a produit ces deux éruptions de "monstrueuse". On la voit sur l'image suivante :



Avec un filtre adéquat on peut la voir de la Terre sans problème. Un astronome amateur l'a photographiée :



Elle mesure 125.000 km de large et est presque aussi grande que la planète Jupiter !

Elle va bientôt faire face à la Terre.

Demain, il y aura une éclipse partielle de soleil à 21h45 UT, à 0° Scorpion, le 8ème signe du zodiaque. Ce nombre 8 que Mr Cati met en rapport avec l'Ebola (expliqué dans une autre vidéo). Je retranscris ce que j'avais compris  de son décodage du bloc enlevé et détruit des Guidestones :

MrCati fait intervenir le facteur Ebola avec le nombre 8 placé entre les deux dates d'octobre :


"J'aimerai souligner que le schéma que j'ai utilisé dans cette vidéo montre sur la face de gauche 10-22 (22 octobre) et 10-24 (24 octobre). Ce qui frappe visuellement, c'est le 8 (nombre gravé sur le bloc) qu'on voit entre ces deux dates, ce qui est très suggestif. Il suggère qu'un facteur Ebola pourrait commencer à la date du 22 octobre, qui se poursuivrait dans ce créneau jusqu'à la date suivante du 24 octobre, qui commencerait une nouvelle phase, qui se produirait juste après l'éclipse solaire du 23. Cela suggère que le facteur Ebola commence entre ces deux dates. Ils ont fait ceci pour une bonne raison et bien que je ne sache pas exactement pour l'instant pour quoi le bloc a été conçu avec les nombres placés où ils sont, qui créent ces relations numériques, j'ai pensé souligner l'observation de l'Ebola de ce bloc.

L'éclipse ne sera visible que dans cette région de la planète, pratiquement les seuls États-Unis :




Voici son déroulement animé (la partie grisâtre à gauche correspond à la zone qui verra l'éclipse):



Lien vers l'imagerie des éruptions solaires ICI.

Photos du jour : un mini sous-bois

Je viens de constater qu'au pied d'un jeune épicéa en pot que j'avais tapissé l'hiver dernier de mousse des bois, des laqués améthyste avaient poussé...

Un biotope particulier s'est créé.





 

dimanche 26 octobre 2014

Recette déodorant naturel

L'amie chez qui j'ai fait une escale pendant ma semaine de vacances m'a indiqué la recette d'un déodorant fait maison que j'ai pu tester et qui m'a donné entière satisfaction après deux jours d'utilisation par une température de 27° locale et activités physiques importantes. Son seul inconvénient est qu'il faut se rincer les mains après application. Le déodorant obtenu va durer longtemps et sera d'un coût très faible. De plus, il ne tache pas le linge.

Voici la recette :


Ingrédients (bio si possible, sauf bicarbonate de soude, bien évidemment) :

Huile de coco : 100 grammes

Bicarbonate de soude : 60 grammes

Maïzéna : 40 grammes

Huile essentielle de tea-tree : 15 gouttes (rôle antibactérien)


Si on veut parfumer de manière plus personnelle, on a le choix d'ajouter une autre huile essentielle (quelques gouttes), d'odeur différente selon usage féminin ou masculin. Ou de ne rien ajouter.

Mise en œuvre

Faire fondre l'huile de coco au bain-marie. Enlever l'eau chaude du bain-marie et mettre à la place de l'eau froide.

Ajouter ensuite peu à peu le bicarbonate de soude et la maïzena sans cesser de  remuer jusqu'au complet refroidissement. Les deux éléments s'incorporent très bien.

Une fois l'ensemble refroidi, ajouter l'huile essentielle de tea-tree et celle que vous aurez choisie éventuellement en supplément. Bien mélanger.

Mettre immédiatement dans le récipient choisi. Le mélange va durcir rapidement. Pas besoin de conserver au réfrigérateur. Il suffit de prendre un soupçon du mélange et de l'appliquer en frottant sur les aisselles. Se rincer ensuite les mains.



J'ai réalisé mon mélange personnel il y a quelques jours, parfumé à l'HE de petit-grain.

vendredi 24 octobre 2014

Le cheval à l'écoute des âmes






HIPPOTHÉRAPIE


Le cheval à l'écoute des âmes

La parole est d’argent mais le silence est d’or. Voilà un adage que l’on pourrait adapter aux chevaux. Sans la moindre parole, ces thérapeutes à quatre jambes chuchotent à l’oreille de qui veut les entendre ce que notre inconscient recèle, et nous obligent à être en phase avec nos émotions.

Xénophon l’avait dit en son temps : « Le cheval est un bon maître. Non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le cœur ». Deux mille cinq cents ans plus tard, la multiplication des structures équestres qui s’orientent vers un public en situation de handicap montrent que le philosophe et historien grec né au Ve siècle avant JC avait raison. Amélioration du sens de l’équilibre et de la coordination des mouvements, renforcement musculaire, conscience du corps, contrôle des réflexes, estime de soi,… La liste des avantages de l’hippothérapie (ou équithérapie) est longue, comme l’illustre le site de la fondation « Cheval pour tous » : « Le cheval, animal noble, grand, puissant, mythique, légendaire est aussi doux, chaud, vivant. La relation que nous établissons avec lui est plus sensuelle qu’intellectuelle. Elle existe au travers du toucher, de la sensation, du mouvement. Ce premier élément prend toute son importance avec des personnes souffrant de difficultés de communication. Nul besoin de connaître le langage humain pour entrer en communication avec cet animal. (En outre) le cheval est absolument non jugeant. Rien dans son regard ou dans son attitude ne laisse entendre le rejet, le dégoût, l’incompréhension. Il accepte globalement la personne handicapée pour autant que celle-ci le respecte dans sa réalité de cheval. » Enfin, cette relation donne à la personne handicapée une image valorisée d’elle-même puisque « le handicap, si souvent perceptible dans le quotidien et surtout si violemment lu dans le regard de l’autre se dissout facilement lors de la pratique équestre, le couple cheval-cavalier provoquantl’admiration des piétons »… Quand il ne provoque pas carrément la surprise. En Caroline du Nord, il n’est pas rare en effet de croiser un non-voyant guidé par un cheval miniature ! Bizarre, vous avez dit bizarre ?

mardi 21 octobre 2014

Champignons


(Photo Alain Champagne)


Pendant ma semaine de vacances, j'ai passé la fin de mon séjour chez l'une de mes filles en Haute-Corrèze. Je choisis tous les ans cette date, ce qui nous permet d'aller à la cueillette des champignons, une de mes passions d'automne. À la fin de la deuxième guerre mondiale, une bonne partie des versants de cette région du Limousin ont été plantés de conifères en monoculture, et selon les endroits on se promène soit dans une parcelle de Douglas, de mélèzes, d'épicéas ou de grandis, qui partiront à un âge variable pour la scierie. La monoculture de conifères est une erreur écologique, car elle acidifie le sol et le rend fortement stérile. Elle coûte également cher en cas de tempête comme en décembre 1999, mais elle favorise sous certaines essences la prolifération des mycorhizes de divers champignons. Imaginez une étendue dont le sol est une "moquette" de mousses variées de couleur vert fluo, avec un alignement d'arbres séparé par des talus artificiels constitués des branches élaguées compostées, eux-mêmes recouverts de mousse. Je peux vous dire que la moindre girolle, le moindre pied de mouton ou le moindre cèpe (de Bordeaux, boletus edulis, le seul vrai champignon pour les corréziens) ressort magnifiquement de loin.



Là-bas, il n'est pas rare que lors d'une "pousse" par conditions favorables, on trouve de l'absentéisme dans les entreprises. Le ramassage des cèpes est une activité régionale plus ou moins lucrative, les habitants des départements limitrophes (Haute-Vienne, Cantal, Creuse) viennent même coloniser les forêts du Limousin, ce qui est très mal vu par les indigènes, bien évidemment. Lors des bonnes années, il est possible, avec de bonnes jambes et plusieurs heures de recherche journalière de doubler son salaire en allant vendre sa récolte (uniquement girolles et cèpes dits "blancs", les tout frais sortis, les tubes sous le chapeau doivent être blancs) dans les nombreux centres de collecte, surtout en tout début de saison, au moment où ils sont cotés. Le touriste de passage a intérêt à utiliser un véhicule immatriculé "19" s'il ne veut pas se retrouver avec les pneus crevés au retour d'une cueillette... J'exagère à peine.



Ma fille m'a offert un livre écrit par une anglaise (Kathleen Fourches) qui a épousé un corrézien dans les années 50 et est venue vivre avec lui en Limousin. Elle raconte avec beaucoup d'humour dans le chapitre 3 intitulé "les saisons" sa découverte des produits locaux – dont les champignons. Voici le passage concernant ce fleuron local, mémoire d'une époque où les forêts n'étaient pas en monoculture de conifères. J'émaille le récit avec quelques photos personnelles de mon séjour là-bas, même si elles n'ont pas de rapport direct.


"Les saisons différentes, je devais l'apprendre, n'offrent pas seulement des produits variés, mais aussi des récoltes gratuites dans les bois et les prés. Et bien sûr, le plus important est sans aucun doute, le champignon. Nous avons l'habitude en Angleterre d'appeler "mushrooms" (champignons) surtout les champignons de Paris qu'on cultive, et maintenant quelques autres espèces vendues dans les magasins. (Je ne connaissais personne qui en avait cueilli dehors, dans la nature, mais je sais aujourd'hui que même là-bas quelques heureux savent en trouver.) Toutes les autres espèces étaient désignées sous le nom charmant mais peu précis de "toadstools", qui veut dire littéralement "tabouret à crapauds". Personnellement, je n'ai jamais vu un crapaud assis même sur une grosse amanite tue-mouche, mais le nom perdure. Après tant d'années en Corrèze, j'ai fini par savoir trouver les cèpes, coulemelles et autres girolles, bien qu'il m'ait fallu près de quinze ans pour devenir une ramasseuse confirmée. Il faut croire que mes gènes n'étaient pas à la hauteur depuis des générations à la différence des corréziens grand-teint. Mais maintenant je sais les chercher, et les trouver, même dans les bois près de chez nous qui donnent l'impression d'avoir été traversés par un troupeau d'éléphant. Il faut vraiment être très lié avec un français pour qu'il vous dise où il trouve les précieux champignons. Nous avons vécu quatorze longues années en Auvergne sans qu'on nous révèle exactement où l'on peut en trouver. Nous avons fini par en trouver tout seuls au bout des quatorze ans...


La belle moquette de mousse (photo personnelle)



dimanche 19 octobre 2014

Des photos trouvées sur le web (encore)

Splendeur d'automne en Amérique


Un palmier respecté à Taïwan


vendredi 17 octobre 2014

Angkor perdue et retrouvée


Derrière Angkor : des lasers révèlent la cité perdue








BBC News Magazine

Traduit par Hélios

Dans la profonde jungle cambodgienne reposent les restes d'une vaste cité médiévale restée cachée pendant des siècles. De nouvelles techniques archéologiques révèlent aujourd'hui ses secrets – dont un réseau élaboré de temples et de boulevards et une architecture sophistiquée.

En avril 1858, Henri Mouhot, jeune explorateur français, embarqua à Londres pour l'Asie du sud-est. Il passa trois ans là-bas à voyager, à la découverte des insectes tropicaux, qui portent toujours son nom.

Il serait aujourd'hui parfaitement inconnu s'il n'y avait eu son journal, publié en 1863, deux ans après avoir succombé au Laos à des fièvres, à l'âge de 35 ans.

Le récit de Mouhot a captivé l'imagination du public, mais pas pour ses découvertes de scarabées et d'araignées.


mercredi 15 octobre 2014

Vidéos animaux

Jeux d'eau, quel bonheur !



Maru et Hana




lundi 13 octobre 2014

Ebola : transmission du virus


Alors que la diffusion de nouvelles alarmantes continue aux USA, voici un article apaisant de Jon Rappoport qui remet les pendules à l'heure.
 

Peur de l'Ebola : la "transmission du virus"


4 octobre 2014

Traduit par Hélios


La transmission du virus...tout le monde s'inquiète de ça maintenant.

Transmission, transmission, transmission, elle se fait par ici et par là.

J'ai de  bonnes nouvelles. Une transmission ne veut pas dire automatiquement qu'on va tomber malade.

Si tel était le cas, la race humaine toute entière aurait été balayée il y a des siècles.

Les gens se refilent tout le temps des germes. Ils abritent un nombre incommensurable de germes et ils les transmettent.

Je sais que beaucoup de gens ont peur des germes. Ils se servent de lingettes avec des produits chimiques et ils font toute sorte de choses pour éviter les germes...comme si c'était possible.

Le simple transfert d'un virus d'une personne A à une personne B ne dira pas si la personne B sera malade. Jamais.


samedi 11 octobre 2014

Photos du web

Une autre série de photos trouvées ça et là.

Ils sont mimi..


Amsterdam, 1925


jeudi 9 octobre 2014

Une vidéo bidon de CNN sur l'Ebola + mise à jour

Mise à jour : le "patient zéro" Thomas Eric Duncan est décédé officiellement mercredi matin à Dallas. Le site Israeli News avait raison, il avait annoncé qu'il était mort le week-end dernier, alors pourquoi le CDC aurait--il décalé la date du décès ?

Une seconde personne aurait été détectée comme porteuse du virus dans la banlieue de Dallas, qui aurait été en contact avec Duncan.


******************************

Après les attentats sous fausse bannière, comme celui du marathon de Boston par exemple, dont le canular des acteurs rémunérés a été décrypté, c'est maintenant pour l'Ebola  qu'on utilise cette pratique avec de mauvais acteurs qui simulent la maladie.

C'est Jim Stone qui a eu la présence d'esprit d'enregistrer cette vidéo bidon et de la publier sur sa chaîne vidéo. C'est CNN qui l'avait publiée et qui l'a ensuite supprimée. Ils ont dû avoir honte d'avoir présenté un truc aussi grossier...

L'épidémie d'Ebola avec toutes ses incohérences est manipulée, c'est évident. Obama a envoyé des troupes en Afrique, les vols en provenance d'Afrique de l'ouest sont toujours autorisés sur le sol US (même que si on les empêchait, cela aggraverait l'épidémie...a dit le directeur du CDC, cherchez la logique), on arrive à prévoir que le 24 octobre, la France a 75% de chances d'avoir un cas d'Ebola (40% en Grande-Bretagne et 15% en Suisse, ils ont de la chance ceux-là !) les tests qui servent à diagnostiquer la maladie sont sujets à caution, les précautions médicales minimum ne sont pas prises (des gars sont entrés dans l'appartement du "patient zéro", Eric Duncan, sans tenue de protection. En passant, ce gars, un pov' neg' à qui on fait porter le chapeau de la contamination aux US a été directeur des opérations du "Peace Corps" et a occupé pendant 15 ans une position élevée à la Bank of America, pas l'image qu'en ont fait les médias d'un noir qui retournait dans son ghetto américain) et la dernière en date : si l'épidémie arrive en Amérique centrale, il y aura des émigrations en masse aux US.


Voici ce que dit Jim Stone :

CNN a publié une vidéo intitulée "Au coeur de la crise Ebola au Liberia" dont le but est de montrer des victimes du virus qui arrivent dans un centre de soins. On ne voit nulle part du sang et le "clou" du spectacle, c'est un petit garçon qui marchait vers le centre en forme, parfaitement conscient et qui tout d'un coup tombe par terre sans aucune raison, parfaitement sous le nez des caméras. On n'a pas été sans remarquer que le garçon faisait totalement semblant et il n'est pas étonnant que CNN ait supprimé cette vidéo manifestement bidon. Mais je l'ai gardée sous le coude et l'ai publiée.

Le son en bruit de fond vient de ce qu'elle a été enregistrée avec une caméra numérique à un Starbucks [chaîne multinationale de cafés]. Pourtant l'aspect simulé est toujours clairement visible, surtout avec le gars qui décide de se laisser tomber de l'ambulance et le gamin à la fin de la vidéo qui tombe dans le plus incroyable boulot d'acteur bidon jamais publié.

Le fait que CNN ait supprimé cette vidéo crie encore plus au canular, je pense sérieusement que cette épidémie sert de mère à tous les canulars.

(Note d'Hélios : si la vidéo disparaît, vous saurez pourquoi !)


mardi 7 octobre 2014

L'analyse de sang, un examen utile et fiable ?

Parmi toutes les notions concernant notre santé qu'il est utile de remettre en question, il faut penser à cet événement banal de notre vie qu'on trouve normal et fiable, je parle de l'analyse de sang. Le Dr Quanten nous donne des éléments de réponse frappés du bon sens.



L'analyse de sang – quel type d'information fournit-elle ?

Par le Dr Patrick Quanten (Positive Health Online)
Octobre 2014

Traduit par Hélios


Depuis l'introduction des analyses de sang comme moyen d'aide au diagnostic des maladies, la quantité d'éléments testés a augmenté de manière spectaculaire ainsi que le nombre de ce qu'on appelle bilans de santé. Ces derniers sont des tests sanguins pratiqués dans le cas où il n'y a pas de problème particulier et aucune plainte de la part du malade. Toujours est-il que nous trouvons nécessaire de pratiquer des tests sanguins ; premièrement parce qu'ils ne sont que peu invasifs et deuxièmement parce que nous pensons qu'ils vont nous délivrer une information très fiable sur notre santé. Le dicton "Il vaut mieux prévenir que guérir" s'applique bien ici. Tout en feignant de penser qu'une analyse de sang est un acte mineur, nous ne pouvons ignorer le coût énorme que toutes ces analyses font peser sur les services de santé [la Sécurité Sociale chez nous]. Ce sacrifice financier que fait notre communauté se justifie par le fait qu'un résultat normal aura au moins "prévenu" d'une maladie, ce qu'un autre moyen n'aurait pas pu faire. Avoir une analyse de sang normale nous donne l'assurance que nous sommes en bonne santé. Apparemment !


dimanche 5 octobre 2014

Ultraman : la statue du dieu fondateur du Japon a été décapitée

La statue du dieu fondateur du pays, au sommet du Mont Ontake, a été décapitée par une roche volcanique.




Plutôt symbolique comme l'écrit Ultraman...

Le nombre actuel des victimes de l'éruption volcanique est de 51. Mais 15 personnes sont toujours portées manquantes.

Ultraman nous dit que les sauveteurs ont fait passer leur sécurité avant celle des randonneurs.

L'incroyable onde sonore du Krakatoa


Il y a un peu plus de 131 ans se produisait une éruption majeure du Krakatoa. Il y avait suffisamment d'outillage technique à l'époque pour enregistrer les paramètres faisant suite à cette éruption. Après plusieurs autres éruptions et engloutissements des cônes volcaniques reformés, il subsiste aujourd'hui ce qu'on appelle "le fils du Krakatoa", Anak Krakatoa, qui reste actif depuis 1930 et dont la dernière éruption, après 35 autres, remonte à 1997. De ce fait l'île s'agrandit régulièrement.


Anak Krakatoa



J'ai ajouté quelques photos à celles de l'article d'origine (comme celle ci-dessus), je les signale dans le texte.


L'onde sonore fut si puissante qu'elle fit quatre fois le tour de la Terre


Par le site Nautilus, septembre 2014

Traduit par Hélios

Le 27 août 1883, la Terre émit un vacarme plus intense que tous ceux entendus jusqu'ici.


Lithographie de l'éruption du Krakatoa (extrait d'un livre paru en 1888)


Il était 10h02 quand le bruit émergea de l'île Krakatoa, située entre Java et Sumatra en Indonésie [voir carte, le Krakatoa est au milieu]. Il fut entendu à 2000 km de là dans les îles Andaman et Nicobar ("on entendit des bruits extraordinaires, comme celui d'armes à feu") ; à 3200 km de là en Nouvelle-Guinée et à l'ouest de l'Australie ("Une série de boum très sonores, ressemblant à ceux de l'artillerie vers la direction du nord-ouest") ; et même à 4800 km de là sur l'île Rodrigues dans l'océan Indien, près de l'île Maurice ("venant de l'est, comme un grondement lointain d'armes lourdes"). Le bruit fut entendu en tout par des gens situés sur plus de 50 lieux géographiques différents, couvrant une zone égale au 13ème du globe.





Réfléchissez un moment comme cela a dû être fou. Si vous vous trouvez à Boston et qu'une personne vous dise qu'elle a entendu un énorme bruit venant de New York, vous allez probablement la regarder bizarrement. Mais Boston n'est pourtant qu'à 320 km de New York. Ce dont on parle ici est comme d'être à Boston et d'entendre clairement un bruit venant de Dublin en Irlande. Voyageant à la vitesse du son (333 m/s), il faut environ 4 heures au bruit pour couvrir cette distance. C'est le bruit le plus distant jamais entendu de toute l'histoire.

vendredi 3 octobre 2014

Suivi de "l'Ebolagate" + Mises à jour



Mise à jour 2  (6 octobre 2014)  Le "patient zéro", Thomas Eric Duncan, serait mort dimanche à l'hôpital (source : Israeli News). Les US n'ont pas confirmé l'info.
Un cas suspecté d'Ebola dans le New Jersey, une personne venant de Bruxelles aurait vomi dans l'avion. Elle a été emmenée sous bonne garde pour examens.

Mise à jour 1: quatre membres d'une famille de Dallas qui ont été en contact avec le patient zéro sont confinés chez eux sous surveillance armée pendant 21 jours.

**************
D'abord un petit récapitulatif de "l'Ebolagate" ou comment répandre la peur (ce que font très bien certains médias américains actuellement).



Après l'annonce que finalement l'Ebola serait transmissible par voie aérienne et qu'il pourrait y avoir des millions de cas en janvier 2015.



Je reprends les gros titres du site The Extinction Protocol qui suffiront pour suivre les événements depuis l'annonce du "patient zéro", comme on l'appelle, aux US.

  • 30 septembre : impensable réalité, le 1er cas d'Ebola diagnostiqué aux US à Dallas au Texas (c'est faux, il y a eu le cas du Dr Kent Brantly fin août, il aurait guéri, on n'entend plus parler de lui). Le Centre de Contrôle des Maladies (CDC) promet d'empêcher une épidémie à Dallas. Ce patient est revenu du Liberia le 20 septembre. (voir photo ci-dessous)
  • 1er octobre : Le patient zéro de Dallas aurait été renvoyé chez lui avec des antibiotiques, une erreur de diagnostic qui aurait exposé un nombre innombrable de gens au virus (
  • La promesse du CDC tombe à l'eau : 'Il n'est pas impossible que d'autres personnes aux US aient pu contracter l'Ebola' dit un officiel du CDC. Le patient zéro se trouvait aux US 10 jours avant d'être diagnostiqué.
  • Un spécialiste des maladies infectieuses : "plusieurs personnes ont été exposées, d'autres le seront à cause du cas de Dallas"
  • Une deuxième personne sous surveillance qui a eu un contact avec le patient zéro (son nom est révélé, Thomas Eric Duncan)
  • 2 octobre :Fiasco sanitaire : le patient avec l'Ebola vomissait dans l'ambulance, cinq enfants de 4 écoles différentes ont été exposés ; il a pris au moins 3 vols différents pour rentrer du Liberia
  • 3 octobre : 100 contacts potentiels reliés au patient de Dallas

Le "patient zéro", Thomas Eric Duncan, qui ne semble pas vraiment malade (photo Daily Mail)


Par ailleurs, l'OMS aurait déclaré qu'il n'y a pas eu de nouveaux cas en Afrique de l'ouest depuis plusieurs semaines. La scène se déplace aux US.



Enfin, pour confirmer l'orchestration du scénario catastrophisme, un article vient d'être publié sur Global Research disant que le déclenchement du scénario américain se ferait en octobre.

Ma traduction :


L'Ebola aux US : "Les équipes d'intervention aux catastrophes avaient été avisées il y a des mois qu'elles entreraient en activité en octobre"


Un tweet public venant d'un gros fournisseur du gouvernement de produits de réponse d'urgence spécialisé en "événements à haut risque" dit que les équipes d'intervention aux catastrophes [DART =: disaster assistance response teams] avaient été prévenues de se préparer à agir au mois d'octobre. Cette révélation choquante, faite sur la page Twitter sous le pseudo de Goldenstate Fire/EMS [EMS = Emergency Medical Service : Service médical d'urgence], suggère que d'une part quelqu'un savait que le virus Ebola atteindrait l'Amérique, mais qu'ils savaient exactement quand cela se produirait.

mercredi 1 octobre 2014

Les méfaits de la circoncision


Un sujet dont on parle peu mais qui n'est pas du tout anodin, car il entraîne des répercussions aussi bien au plan individuel que social. 




La circoncision est un traumatisme qui laisse une empreinte tout au long de la vie, plus spécialement quand elle est pratiquée sur un petit garçon âgé de 8 jours. La douleur est effroyable et elle se pratique souvent sans aucune anesthésie.




Sur le plan occulte, l'effet essentiel de la circoncision est d'éradiquer l'amour sur cette planète. Le bébé qui subit cet acte ne peut ni fuir ni combattre, c'est le traumatisme absolu. Il va apprendre à 8 jours qu'il ne peut faire confiance à sa mère (ni ensuite aux femmes en général) et qu'il ne peut compter sur aucune protection. Il risque de passer sa vie à compenser, à se venger. La pratique de certains rabbins d'arracher le prépuce avec les dents puis de boire le sang s'apparente à un sacrifice humain. Des bébés sont morts suite à ce "rituel"...


Comment la circoncision chez l'homme nuit aux femmes

 

Ronald Goldman, Ph.D.

 

Traduit par Hélios

 

Découvrez certains effets psychologiques négatifs peu connus de la circoncision et de quelle manière ces effets nuisent aux femmes dans leurs relations aux hommes. Cet article est basé sur le compte-rendu de recherches dans la littérature médicale et psychologique.




Marilyn Milos ne savait pas grand-chose de la circoncision quand elle consentit à ce que ses trois fils soient circoncis. Elle fit confiance à son médecin qui lui avait dit que cela ne faisait pas souffrir et que "c'était fait en un instant". Plusieurs années plus tard, elle assista à une circoncision dans une école d'infirmières. "Tous les élèves ont défilé dans la pouponnière pour découvrir un bébé les quatre membres écartés, sanglés sur un plan de travail." Puis le médecin arriva. "Le silence fut bientôt brisé par un hurlement perçant, réaction du bébé quand le médecin pinça et comprima son prépuce puis fixa une pince sur son pénis. Le hurlement s'intensifia quand le médecin inséra un instrument entre le prépuce et le gland, étirant les deux structures (normalement attachées). Le bébé commença à agiter la tête dans tous les sens, seule partie de son corps libre de ses mouvements quand le médecin se servit d'une autre pince pour allonger le prépuce dans le sens de la longueur... Le bébé commença à suffoquer et à s'étrangler, à bout de souffle à force de pousser des hurlements stridents. À l'étape suivante de l'intervention, le médecin appliqua le prépuce contre le bistouri et finalement l'incisa. Le bébé était devenu tout mou, exténué, à bout de force."

Aujourd'hui elle regrette profondément les circoncisions de ses fils et travaille infatigablement à éduquer les autres.


La plupart des gens ne savent encore pas grand-chose sur la circoncision. Si vous avez lu un jour un article à ce sujet, il parlait probablement de problèmes médicaux. Le New York Times a récemment rapporté que les responsables de santé publique envisageaient de promouvoir la circoncision infantile en raison d'une déclaration controversée selon laquelle elle pourrait aider à prévenir les maladies.