Bistro Bar Blog

dimanche 30 juin 2013

Funérailles canines (vidéo)


Funérailles canines : un chien adulte enterre rituellement un chiot mort


24 juin 2013 par Marc Bekoff


J’ai écrit un certain nombre d'essais sur le chagrin chez les animaux, le dernier intitulé  "Comment les animaux expriment leur chagrin : les adieux à la famille et aux amis". J’ai toujours exposé que la question est comment les animaux expriment leur chagrin, et non si ce chagrin existe. C’est une distinction importante, parce que la question essentielle est pourquoi le chagrin se développe – et non s'il se développe. Cette façon de penser s’applique aux études sur les émotions animales en général.

Je viens d’entendre parler d'une vidéo poignante d'un chien (chienne?) adulte qui découvre le cadavre d’un chiot et l'enterre d’une manière hautement ritualisée, faisant penser à une séquence de comportement que j’ai observée chez les renards roux, d'une femelle qui enterre un mâle, probablement son compagnon. J’ai été fasciné par le fait qu’en orientant délibérément son corps afin d’envoyer des débris avec ses pattes arrière, elle recouvrait le cadavre. Elle projetait de la terre, s’arrêtait, regardait la carcasse, et projetait à nouveau de la terre intentionnellement. J’ai observé ce rituel pendant un petit moment. Le chien de la vidéo exécute les mêmes séquences de comportement pendant environ trois minutes et ne part que lorsque le corps est complètement recouvert.

Le chagrin d'une mère ou un(e) étranger(ère) compatissant(e)?

La vidéo s’appelle "Un chien en deuil enterre un chiot mort, étonnante vidéo" Cependant, il n’est pas clair si l’adulte est réellement en deuil ou s’il a choisi d’enterrer le chiot pour une autre raison. D'ailleurs le texte accompagnant la vidéo précise : "On ne sait pas si c'était une mère en deuil, ou un étranger au grand cœur". Je ne pense pas que cela soit malgré tout très important concernant le rituel pratiqué par l’adulte. Et si l’adulte n’a pas de lien de parenté avec le chiot ou n'est pas en deuil, l’observation de ce rite funéraire est en fait encore plus intriguant car l’adulte ne part pas avant d’avoir fait tout ce qu’il fallait.


Traduit par le BBB.

Hypnose éolienne

J'en veux une comme ça dans mon jardin...



Je veux bien  les autres aussi :









Encore d'autres visibles sur la chaîne YouTube de Anthony Howe


samedi 29 juin 2013

Les comptes bancaires des français seront bien ponctionnés de 8%

Les merdias n'en parlent pas, on ne va pas gâcher les vacances des gentils moutons français. Chypre était la répétition.

Voilà ce qu'écrit Pierre Jovanovic sur son blog :


MÉGA ALERTE: VOS COMPTES SERONT BIEN PONCTIONNÉS DE 8%

du 26 au 29 juin 2013 : Ne vous affolez pas, vous ne le verrez nulle part sur les merdias. Le vrai patron de l'Europe, le ministre des Finances allemand a déclaré que la meilleure solution pour sauver les banques (ex: Deutsche Bank, Société Générale, etc.) sera de ponctionner 8% sur le compte des clients et cela pour remonter le niveau de la piscine (réserve fractionnelle) des Picsous.

Traduisez: méga taxe de 8% sur la population, sur TOUTE la population puisque nos états pourris ont voté l'obligation à tout citoyen d'avoir un compte dans une banque.

Si vous suivez ce blog, vous êtes averti depuis longtemps puisque je vous en parle depuis Chypre (et plus que jamais ce reportage a en effet été le plus important de ma vie de journaliste, merci à vous). Cette fois, les choses vont se mettre en place à partir de la rentrée ou bien en janvier 2014.

Tous nos impôts sont pris DEPUIS 2008 POUR SAUVER LES BANQUIERS ET LEURS ESCROQUERIES. Mais cela ne suffit pas. Maintenant ils vont directement prendre 8% sur les comptes privés. Rappelez-vous, au début à Nicosie, les Allemands ont voulu prendre 10% sur les comptes. Le parlement ayant dit "non", ils ont alors braqué tous les montants au-dessus de 100.000 euros. Joli magot. Ça s'appelle aussi recel en bande organisée.

Certains ne me croient pas??? Eh bien regardez l'article de Audrey Duperron sur l'Express.be, merci à tous les lecteurs: "L'Allemagne veut sauver les banques en difficulté en opérant une ponction sur les dépôts et les actifs de 8%... Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a proposé que les actionnaires, les créanciers, les déposants et les titulaires de comptes subissent une ponction de 8%, affirmant que cette solution demeurait plus favorable pour eux, car leurs pertes seraient beaucoup plus importantes si les banques faisaient faillite ... L'idée de Schäuble n'est pas nouvelle. Déjà en 2011 le Boston Consulting Group avait estimé qu'imposer une taxe de 30% sur tous les actifs serait la seule façon de sortir de la crise de l'euro. Selon certains économistes il n'y a pas d'autre solution que de prendre l'argent là où il est : sur les comptes des épargnants.Entre 2008 et 2011, les contribuables européens ont consacré plus de 4,5 trillions d'euros, soit un tiers du PIB de l'UE, au sauvetage des pays et des banques"...

Voilà, une nouvelle fois, soyez prêts, et sachez que tout le monde sera ponctionné parce que ce système permet de prendre de l'argent aux classes moyennes et aux pauvres, sans distinction. Et si cela ne suffit pas, le prix de votre maison sera prise en compte pour calculer un impôt supplémentaire (comme l'avait révélé Ambrose Evans Pritchard dans le Telegraph). Ventilez vos comptes maintenant, y compris les entreprises).


Et pour avoir plus de détails, écoutez l'émission sur RIM (en date du 26 juin).

L'un des aéroports les plus effrayants au monde

C'est celui de Lukla au Népal, passage obligé pour les alpinistes qui veulent faire l'ascension de l'Everest et éviter un voyage en bus d'une journée depuis Katmandou et ensuite 5 jours de marche pour atteindre Lukla. C'est Sir Edmund Hillary (le premier homme à avoir gravi l'Everest en 1953) qui l'a fait construire en 1965. Il est situé à une altitude de presque 2900 mètres.

Cet aéroport des cîmes, l'un des plus fréquentés au Népal (jusqu'à 79 vols enregistrés en une seule journée, ce qui dépasse sa capacité d'accueil) est aussi l'un des plus dangereux, sa piste ne fait que 500 mètres de long (avec au bout un à-pic vers la vallée), 20 mètres de large, elle est inclinée à 12° et les conditions météo sont très changeantes. Les accidents ne sont donc pas rares (18 morts en 2008 et 14 morts en 2010 en raison d'un épais brouillard) et il est de tradition que les passagers applaudissent à l'atterrissage.

Voici quelques photos et deux vidéos du site où j'ai repris les informations :

Le crash de 2008
Atterrissage :



Décollage :

Maisons intégrées dans le paysage

Les anglais les nomment "earth house".

Une "earth house" est un style architectural caractérisé par l'utilisation du terrain naturel dans la construction des murs de la maison. Une earth house est habituellement installée partiellement dans le sol et recouverte d'une fine végétation. Ce type de maison est l'une des plus efficaces sur le plan énergétique.

En Suisse (Dietikon), village conçu par Peter Vetsch, version très moderne :


Cette implantation contraste avec l'environnement des maisons individuelles traditionnelles. Au sud du lotissement, il y a une terre agricole laissée sauvage. Les maisons recouvertes de terre sont groupées au centre autour d'un petit lac artificiel avec chacune une entrée bien dissimulée et intégrée sur le côté. Un accès secondaire mène à un parking souterrain.



La résidence se compose de 9 maisons, dont certaines peuvent comporter jusqu'à 7 chambres. Les zones diurnes regardent vers le sud, celles de nuit vers le nord. Au milieu on trouve la salle de bains et l'escalier vers le sous-sol. Toutes les salles de bain sont éclairées par des puits de lumière. L'isolation se fait par du verre recyclé. L'étanchéité est ajoutée directement sur le matériau de base (béton projeté). L'isolation du toit est renforcée par de la terre naturelle qui peut être plantée d'herbe ou de plantes.



vendredi 28 juin 2013

Le film du vendredi soir (30)

"Million dollar baby", de Clint Eastwood (2005)



Rejeté depuis longtemps par sa fille, l'entraîneur Frankie Dunn s'est replié sur lui-même et vit dans un désert affectif, en évitant toute relation qui pourrait accroître sa douleur et sa culpabilité. Le jour où Maggie Fitzgerald, 31 ans, pousse la porte de son gymnase à la recherche d'un coach, elle n'amène pas seulement avec elle sa jeunesse et sa force, mais aussi une histoire jalonnée d'épreuves et une exigence, vitale et urgente : monter sur le ring, entraînée par Frankie, et enfin concrétiser le rêve d'une vie. Après avoir repoussé plusieurs fois sa demande, Frankie se laisse convaincre par l'inflexible détermination de la jeune femme. Une relation mouvementée, tour à tour stimulante et exaspérante, se noue entre eux, au fil de laquelle Maggie et l'entraîneur se découvrent une communauté d'esprit et une complicité inattendues...

Cliquez ICI.

Bannière du blog : deux semaines de voyages en photos

Je change la photo en bannière du blog toutes les semaines, mais pour les deux semaines à venir, j'en changerai tous les jours pour vous faire découvrir de beaux paysages du monde.Toutes les photos proviennent d'un concours organisé par le Smithsonian.

Le 1er paysage sera affiché après-demain (dimanche).

Un orchestre avec des robots musiciens

Cela vient bien sûr du Japon.

Les chanteuses et les spectateurs sont encore humains...


Le mariage pour tous : le point de vue de Claire Neirinck

La loi est passée, certes, mais on a fait passer à la trappe bien des contre-arguments très sensés, comme ceux de Claire Neirinck sur la filiation (merci à Pierre).




Si vous préférez lire pour mieux enregistrer ses paroles (extrait des compte-rendus de la commission des lois du Sénat)


Mme Neirinck est spécialiste du droit de la famille ; elle a écrit de nombreux livres, dont « La famille que je veux, quand je veux ? ». Le point d'interrogation n'est pas neutre !

Vous avez également participé aux Etats généraux du mariage organisé à l'Université de Toulouse en 2007.

Mme Claire Neirinck. - Merci de votre invitation. J'ai beaucoup hésité à venir ; j'ai été auditionnée par l'Assemblée nationale, mais je n'ai pas eu le sentiment d'être écoutée ! Mais je suis venue, car le sujet est grave : de tous les liens du droit, les liens familiaux sont les plus importants. Il faut que la famille soit forte !

Le droit de la famille est fondé sur l'alliance et la filiation. Le mariage, étymologiquement, c'est l'accord de la femme d'être la mère des enfants de l'époux. On sait toujours qui est la mère, y compris avec la gestation pour autrui (GPA), mais jamais qui est le père parce que la mère peut entretenir des relations sexuelles avec plusieurs hommes : filiation et mariage sont indétachables. Aujourd'hui, encore, pour le père, on se contente du vraisemblable : c'est la présomption de paternité. Le mariage a beaucoup évolué, il est même en déclin : il naît plus d'enfants hors du mariage que dans le mariage. Aujourd'hui, tous les enfants sont traités de la même manière ; si l'amant reconnaît l'enfant avant le mari, ce sera lui le père.

En 2009, vous aviez donné la primauté à la filiation sur le mariage ; en 2013, vous faites l'inverse. Il faut être cohérent. Dans la famille biologique, l'enfant a deux lignes d'ascendants ; là, vous aurez une seule ligne d'ascendants. Si on ouvre uniquement le mariage aux homosexuels, il n'y a pas grand-chose à changer, puisque la présomption de paternité ne concerne pas les homosexuels. En accordant le mariage et la filiation, vous changez la donne ; ce faisant, vous bouleversez toutes les règles de la filiation, de la procréation médicalement assistée (PMA), de l'état civil et de la parenté, bref tout le droit de la famille. Une telle réforme ne peut être votée dans la précipitation !

D'abord, vous changez la règle de la filiation. Premier problème : il n'y a plus d'enfants à adopter : en octobre 2012, Le Monde indiquait que le nombre d'adoptions internationales avait chuté de 4 000 en 2005 à 1 500 en 2012 ; de plus, de nombreux pays refuseront de donner des enfants à des couples homosexuels. Deuxième problème : dans l'adoption plénière, l'acte de naissance d'origine de l'enfant est annulé ; le jugement d'adoption est retranscrit et devient l'état civil ; dès lors, à terme, vous devrez repenser l'adoption, car vous supprimez la différence entre adoptions plénière et simple. L'adoption de l'enfant du conjoint semble plus facile mais elle pose de nombreux problèmes. D'abord, aux termes de l'article 345-1 du code civil, l'adoption est interdite si l'enfant a déjà deux parents. Si l'enfant n'a qu'un parent, l'adoption de l'enfant du conjoint est possible, mais vous créez une discrimination... Vous accordez l'adoption de l'enfant du conjoint, mais comment le premier parent l'est-il devenu ? Par la fraude à la loi...

La PMA est un palliatif à l'infertilité ; elle est donc réservée aux couples hétérosexuels. Si vous admettez qu'une femme accède à un don de sperme anonyme, vous changez le fondement de la PMA : soit c'est de convenance pour tout le monde, soit pour personne ! Et quid des donneurs ? Actuellement, ce sont des militants : c'est une solidarité entre hommes. Croyez-vous que beaucoup de donneurs vont donner à des couples de femmes ? Allez-vous faire payer le sperme ? Voulez-vous créer deux filières ? C'est pour cela que les CECOS sont contre la réforme...

La filiation, dans la PMA actuelle, résulte de la présomption mais laisse jouer l'apparence de la procréation. Comment allez-vous gérer la conséquence de la réforme ? Désormais, toutes les femmes seules vont pouvoir y avoir accès... La GPA est la plus inacceptable : si vous accordez le don de sperme aux femmes seules, vous serez obligés d'accepter la GPA ! L'Espagne était opposée à la GPA ; elle a accepté le don de sperme aux femmes seules, puis le mariage homosexuel : les homosexuels demandent maintenant, au nom de l'égalité, l'accès à la GPA... L'Espagne n'est pas hypocrite : elle ne sait pas sortir d'un guêpier dans lequel nous ne devrions pas nous fourrer. La GPA n'est pas de la générosité, mais la pire exploitation, un nouvel esclavage ! Sylviane Agacinski a raison, c'est la main-mise de l'homme sur le ventre de la femme. La GPA ne peut être un don, lequel implique le détachement. Là, vous ne pouvez détacher la gestation de la mère ; il n'y a que l'enfant qui est donné. Juridiquement, c'est un contrat d'entreprise : deux personnes s'engagent, l'une à fournir un service, l'autre à le payer. La GPA, c'est l'exploitation des plus pauvres ; voilà pourquoi les tribunaux ont toujours condamné des paternités frauduleuses. C'est d'ailleurs sur ce fondement que le ministère public a refusé des reconnaissances qui correspondaient à la vérité biologique d'hommes qui étaient allés à l'étranger payer une mère porteuse en leur disant : « Vous avez acheté l'enfant, c'est donc une paternité frauduleuse, bien que vous en soyez le géniteur. »

Vous bouleversez le droit de la famille au profit d'une minorité. C'est extrêmement grave ; si vous le faites, prenez au moins le temps de la réflexion !

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Vous êtes parfaitement claire. Le Sénat n'a pas encore examiné ce projet qui ne deviendra loi qu'au terme du processus prévu par la Constitution... Le vote du Sénat ne sera sans doute pas conforme à celui de l'Assemblée nationale ; il y aura donc une nouvelle lecture, puis une commission mixte paritaire : il est donc utile de venir s'exprimer devant nous.

M. Jean-Pierre Michel, rapporteur. - Merci pour la clarté de votre exposé. La question du mariage homosexuel me paraît politiquement réglée. Vous posez le problème différemment : faut-il faire autre chose ? A l'évidence, une réforme de l'adoption est nécessaire. Selon le Gouvernement, le texte est justifié par l'égalité ; or celle-ci, semble-t-il, implique la GPA.

Que faire pour répondre à la demande des homosexuels d'être mariés ? Que faire pour les filiations qui existent déjà ?

On peut être hostiles à l'extension de la PMA, mais faut-il laisser la fraude s'installer ?

Mme Claire Neirinck. -La circulaire de Mme Taubira, qui fait toujours référence à l'article 47 du code civil, ne règle aucun problème... Si vous faites droit à la GPA en disant que la mère porteuse n'est pas la mère, sur quoi allez-vous fonder la maternité ?

Le seul point d'ancrage de la filiation, c'est la maternité. Le père, c'est celui qui a eu des relations sexuelles avec la mère ; la mère, c'est celle qui accouche. Si la femme qui accouche n'est rien, sur quoi sera fondée la maternité ? Sur la présomption, sur une fiction. Ou bien sur un désir qui va et vient ? On ne peut pas dire que la filiation devient de l'autorité parentale. Ou alors, et c'est ce qu'a dénoncé Mme Mirkovic, tout est possible, comme aux Etats-Unis, où un enfant peut avoir quatre parents... Pour l'enfant, la filiation doit faire sens, même si elle n'est pas vraie biologiquement.

M. Jean-Pierre Michel, rapporteur. - Nous en avons beaucoup parlé avec les psychiatres.

Mme Claire Neirinck. - La GPA n'est admise que dans les pays « marchands », dans lesquels les contrats dominent la vie. Mais peut-on établir une filiation par contrat ? Moi, cela me choque ; si la filiation résulte du contrat, vous faites entrer l'enfant dans la société marchande. C'est peut être la modernité de faire de l'enfant un bien de consommation comme un autre, mais ça me révulse en tant que mère et grand-mère !

Que faire des enfants qui sont déjà là ? L'adoption simple est possible lorsqu'un enfant est devenu majeur, puisqu'elle n'est subordonnée qu'à son consentement. Un enfant élevé par sa mère et une autre femme, à sa majorité, aura plaisir à être adopté par cette femme : ce sera la reconnaissance de l'affection qu'il lui porte. Mais c'est lui qui le demandera, cela ne lui sera pas imposé.

Tous les instruments existent pour gérer les situations existantes : délégation d'autorité parentale, tutelle testamentaire par exemple... Mais on ne veut pas les utiliser car on demande autre chose.

M. Jean-René Lecerf. - J'étais favorable au remplacement du mariage par l'union civile, mais il est trop tard... Demain, le mariage sera ouvert à tous. Où s'arrêter, pour éviter des bouleversements catastrophiques ? La jurisprudence donne une certaine souplesse : les homosexuels pourraient en bénéficier.

Les parlementaires connaissent mal les instruments permettant de gérer les enfants de couples de parents de même sexe. Ces enfants existent déjà, et il y en aura toujours !

Comment protéger le conjoint ?

M. Philippe Darniche. - Vous avez dit ce que vous pensiez sur la GPA et la PMA. Les représentants des associations d'homosexuels ne doutent pas que le mariage pour tous soit voté, mais affirment qu'il s'agit d'une étape et qu'il faut aller au-delà : le mariage homosexuel devient-il alors acceptable ? Mme Agacinski nous a dit ce matin qu'il y a des limites à l'application systématique du principe d'égalité ; où est l'égalité ?

Mme Catherine Tasca. - Vous avez souligné que le recours à la GPA est autorisé dans des pays où le contrat domine. Les GPA actuelles entreront dans la logique de tels contrats. Jusqu'où le contrat peut aller quand il s'agit du vivant ? Je ne suis favorable ni à la PMA hors nécessité médicale, ni à la GPA. Mais comme le train est parti, jusqu'où peut aller le contrat ?

Mme Claire Neirinck. - Monsieur Lecerf, les couples qui ont déjà des enfants ont fraudé ; ils l'ont fait en connaissance de cause. Il est malhonnête de leur part de dire que comme ces enfants sont là, il faut les aider. Ils ont pris le risque en connaissance de cause ; pourquoi légaliser la fraude ? J'y suis totalement opposée.

Le droit ne doit pas suivre le désir des gens mais en limiter la folie. Il pose des limites.

Si vous autorisez la GPA, il devient inutile de réformer l'adoption car plus personne n'adoptera. Pourquoi s'embêter à demander un agrément et à attendre cinq ans  pour avoir un enfant avec six doigts ou un bec de lièvre, alors qu'avec la GPA, vous avez l'enfant qui vous convient ? Et s'il a une anomalie, il suffira de faire avorter la mère porteuse...Est-ce le monde que vous voulez ?

Le problème, c'est la limite.

Il y a le piège de l'égalité. Lors de la loi bioéthique, on a parlé du don de sperme et très vite du don de gamètes. Or, ce n'est pas la même chose : il n'y a pas égalité entre le sperme et les ovocytes : ainsi, que je sache, la récolte des ovocytes est faite de façon chirurgicale, pas celui de sperme. Maintenant, Mme André écrit dans son rapport que la GPA, c'est un peu plus que le don d'ovocyte...Non : l'égalité, c'est de traiter de façon identique des choses identiques.

Un couple qui se reproduit n'est pas identique à un couple qui ne peut pas se reproduire. L'égalité consiste à traiter également des situations identiques. Ce n'est pas le cas ici.

Le code civil, dans son article 1128, dit que seules les choses qui sont dans le commerce peuvent faire l'objet de conventions. Que je sache, en France, la maternité ne peut ni se vendre ni s'acheter. Mais si vous autorisez la GPA, la filiation peut rentrer dans le contrat. Dans les pays où cela est pratiqué, comme c'est l'accouchement qui fait la mère, la mère figure sur l'acte de naissance, mais elle renonce à ses droits parentaux par contrat et le juge qui a validé ce contrat ordonne à l'officier d'état civil d'inscrire le nom du bénéficiaire.

Mme Michelle Meunier, rapporteure pour avis. - Ce matin, nous avons entendu les représentants des familles adoptantes. Quasiment toutes ont connu un passage médical, souvent douloureusement vécu, ce qui ne les a pas empêchées d'adopter. Cela relativise vos prédictions sur l'avenir de l'adoption.

Mme Claire Neirinck. - Oui, mais dans la législation actuelle. Le jour où la GPA sera permise, la question se posera dans des termes différents. Je connais la situation actuelle pour avoir été longtemps membre du conseil de famille des pupilles de la Haute-Garonne ; le premier choix des couples n'est pas d'adopter ; mais quand tous les couples pourront faire leurs propres enfants, il n'y aura plus d'adoption : on achètera l'enfant.

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Merci pour votre contribution très claire et très engagée.

Mme Claire Neirinck. - Quand on est citoyen, il faut s'engager.

Le Hérisson

Qui parmi vous s'était abonné au magazine petit format "La Hulotte des Ardennes", démarré au début des années 70 ? J'ai eu l'occasion d'en lire quelques exemplaires à la bibliothèque des jeunes quand j'y emmenais ma fille. Ce magazine n'a jamais été vendu que sur abonnement. Il existe toujours, il y a déjà 99 exemplaires parus.

Celui sur le hérisson (n°77 de 1999) contient beaucoup d'informations et est présenté avec humour. Souvenez-vous que ce petit animal est un hôte très utile dans notre jardin.

J'ai reproduit les divers paragraphes du n° 77 de La Hulotte et j'ai inséré des photos récupérées sur le web. La Hulotte a surnommé le hérisson  "Niglo".

Niglo fait son nid


Savez-vous qu'un simple tas de feuilles mortes bien sèches au fond de votre jardin pourrait faire une épatante résidence d'hiver pour un hérisson du voisinage ?

Une fois glissé à l'intérieur, notre ami exécute de petits sauts de cabris en l'air, et quantité de roulades pour peigner les parois avec ses piquants tout en tassant les parois. Très vite, il se crée ainsi un petit studio étanche, tout rond comme une bulle et super-douillet.

S'il n'a pas la chance de tomber sur un tas de feuilles tout fait, tant pis : il va se le confectionner lui-même. Il cherche tout d'abord un petit renfoncement de terrain, si possible à l'abri d'un talus, sous des branches, des ronces, les grosses racines d'un arbre...S'il le faut, il n'hésite pas à gratter la terre avec ses pattes maigres pour creuser un petit nid de poule artificiel.
Dans cette cuvette, le hérisson entasse tout un tas d'herbes et de feuilles mortes, qu'il rapporte patiemment, becquée après becquée, comme un petit oiseau. Les branches ou les ronces du dessus sont là pour maintenir solidement le nid et empêcher les feuilles mortes de se disperser aux quatre vents de l'hiver.


L'igloo de Niglo

Le nid du hérisson devient une sorte d'igloo de 60 cm de diamètre, avec de bons gros murs de 15 cm d'épaisseur, faits d'une multitude de feuilles d'arbres bien sèches, rangées à plat, comme des ardoises et posées les unes sur les autres : un modèle d'isolation.

La preuve : quand la température extérieure descend de + 10°C à – 8°C, la température intérieure de l'igloo reste entre + 5°C et + 1°C

Chaque année, entre septembre et mars, je me mets aux abonnés absents. Prière de ne pas déranger : j'hiberne...

Même plongé dans son profond sommeil hivernal, le hérisson a le réflexe, au plus léger dérangement, de hérisser ses épines en une fraction de seconde et de se métamorphoser en oursin. C'est pourquoi, pendant longtemps, on a cru qu'il dormait en boule. En réalité, il ronfle douillettement sur le ventre, avec juste la tête et les pattes qui dépassent ; à moins qu'il ne sommeille couché en rond, comme un chat.

jeudi 27 juin 2013

L'arnaque Ed Snowden, suite

Du même auteur que les précédents articles sur le sujet. Je ne lis même pas les infos sur cette histoire tirée par les cheveux, le "Dallas" version espionnage, sur fond d'opération psychologique (Tavistock ?). Comme pour les attentats sous fausse bannière, c'est tellement gros, qu'on en rigolerait presque. On en saura plus ensuite, dès que cette histoire aura été décryptée.
Alors Edward Snowden aurait quitté Hong Kong pour la Russie, se trouverait d'après les infos dans une zone de transit de l'aéroport de Moscou. Mais la NSA ne sait pas où il est...Hi, hi.
 

Ed Snowden, la NSA et le conte de fée auquel aucun enfant ne se laisserait prendre


25 juin 2013 par Jon Rappoport



Il arrive parfois qu'une dissonance cognitive, qu'on nomme habituellement une contradiction, émet un bruit de cloche si puissant qu'elle vous fait tomber de votre chaise.

Mais si vous êtes un androïde dans ce merveilleux monde de réalité synthétique, vous vous levez, plaquez un sourire sur votre visage et continuez à avancer en traînant les pieds...

Voyons voir. La NSA est l'agence d'espionnage la plus impressionnante jamais conçue dans ce monde. Si vous traversez une rue dans une ville paumée des USA, et que vous achetez une glace un mardi après-midi de juillet, ils le savent.

Ils savent si vous vous asseyez au comptoir pour boire cette glace ou si vous la prenez et l'emportez vers la seule table du bar. Ils savent si vous léchez la glace ou si vous la mangez à la petite cuillère.

Ils savent si vous gardez le ticket de caisse de votre glace ou si vous le laissez sur le comptoir.

Ils savent si vous portez des chaussures de ville ou des basket. Ils savent la marque de vos sous-vêtements. Ils connaissent votre crème à raser et de manière précise le type d'emballage d'où vous la sortez.

Mais cette agence, avec ses immenses pouvoirs et ses dollars...

N'arrive pas à pister par elle-même l'un des siens, un homme qui est venu travailler tous les jours, un homme qui a inventé une histoire sur un besoin de traitement à Hong Kong pour l'épilepsie et qui a ensuite filé.

Et ils n'arrivent pas à le retrouver.

Devinez qui a gagné le "prix mondial de l'alimentation" ?

And the winner is...Bravo, Monsanto avait bien besoin de pub...

-->
-->
Et le gagnant du “Prix Mondial de l’Alimentation » est ….un homme de chez Monsanto



19 juin 2013


Avez-vous déjà entendu parler du “PRIX MONDIAL de l’ALIMENTATION ? Il est parfois appelé "Prix Nobel de l’alimentation et de l’agriculture", mais il a du mal à retenir l’attention des gens. Les gagnants du prix ont tendance à faire partie du monde agricole et beaucoup d’entre eux sont des scientifiques. Le lauréat de l’an dernier, par exemple, était un pionnier de la "micro-irrigation" pour économiser l’eau.

Cette année par contre, le Prix Mondial de l’Alimentation devrait probablement faire parler de lui, pour une bonne partie sous forme de colère et de manifestations. Le prix sera décerné à TROIS SCIENTIFIQUES ayant joué un rôle important dans la création de céréales génétiquement modifiées : Marc Van Montagu (Belgique), Mary-Dell Chilton et Robert Fraley (USA).

De gauche à droite : van Montagu, Chilton et Fraley

Fraley est de loin le plus jeune des trois, mais aussi le plus essentiel et le plus contesté. Il a travaillé pendant toute sa carrière chez Monsanto. Il a été engagé en 1981 comme l’un des tout premiers biologistes moléculaires de la société, c'est lui qui a été un des grands moteurs de la société pour la vente de cultures génétiquement modifiées dans les années 1990, et il est aujourd'hui technicien en chef chez Monsanto. En fait, s’il n'existe qu'une seule personne pour personnifier au mieux le rôle controversé de Monsanto dans l’agriculture américaine, c’est sans aucun doute Robb Fraley.

(Un peu de promotion personnelle : J’ai beaucoup parlé de cette histoire dans un livre sur l'origine des cultures génétiquement modifiées, Seigneurs de la Récolte, publié en 2001. Pendant mes recherches pour le livre, j’ai aussi interviewé Fraley, Van Montagu et Chilton.)

Les gagnants ont été annoncés mercredi au Département d’État américain , avec en prime les remarques personnelles du secrétaire d’État John Kerry. Il est difficile d’imaginer un événement similaire en Europe, où les autorités gouvernementales ont refusé d’approuver la plantation ou l’importation de certaines de ces céréales OGM .

La manifestation d’aujourd’hui a réuni des scientifiques autrefois rivaux. Il y a trente ans, lors d’un congrès scientifique à Miami Beach, chacun des lauréat a présenté séparément ses résultats d’expérimentations pour exposer ses premiers succès dans l'insertion de gènes dans les plantes.

Van Montagu était à l'époque à l'université de Gand en Belgique, et Mary-Dell Chilton à l’Université Washington de Saint Louis. Ces deux-là avaient beaucoup plus de notoriété dans les cercles scientifiques que Fraley. Ils travaillèrent aussi plus tard avec des sociétés de biotechnologie (Plant Genetic Systems et Syngenta, respectivement) mais aucun des deux n’a eu autant d’impact que Fraley dans le monde des affaires.

LA FONDATION DU PRIX MONDIAL DE L’ ALIMENTATION est une organisation privée à but non lucratif dont les bureaux se trouvent à Des Moines dans l'Iowa. Elle a été créée en 1986 suite à une suggestion de Norman Borlaug, qui venait de gagner le Prix Nobel de la Paix pour son rôle dans la "révolution verte" qui a permis d'augmenter les récoltes de céréales dans le monde. Le financement principal du prix, d'un montant de 250.000$, était fourni par JOHN RUAN, un homme d’affaire important de Des Moines. Les premières années, le prix a été sponsorisé par General Food.

Le prix a été critiqué dans le passé en raison de ses liens étroits avec les entreprises d’agriculture industrielle. L’an dernier, des groupes d'activistes opposés à l’alimentation génétiquement modifiée ont organisé une manifestation de type "OCCUPY" pendant l’attribution officielle du prix à Des Moines.

Traduit par le BBB.

mercredi 26 juin 2013

Dossier musique (4/4)


Alan Ginsberg (Vous pouvez lire ICI ce qui concerne cet homme, ce n'est pas triste...)

En raison de la colère et du ressentiment que j'éprouve envers le grand fléau de la drogue, je ne m'excuserai pas du langage que je n'utilise pas habituellement. L'un des pires salopards à avoir jamais foulé le sol de l'Amérique s'appelait Alan Ginsberg. Ce Ginsberg fit la promotion de la consommation de LSD à l'aide de publicités qui ne lui coûtèrent rien, bien que dans des circonstances normales il aurait déboursé des millions de dollars en revenus de pubs TV. Cette publicité gratuite pour les drogues et le LSD en particulier, atteignit un nouveau sommet à la fin des années 60, grâce à la coopération toujours volontaire des média. L'effet de la campagne publicitaire massive de Ginsberg fut dévastatrice ; le public américain fut soumis à de rapides chocs culturels répétés.

Nous fûmes surexposés et sur-stimulés et, de nouveau, puis-je vous rappeler que c'est du jargon Tavistock, sorti du manuel d'entraînement Tavistock, engloutis par son nouveau développement et, en atteignant ce niveau, nos esprits commencèrent à retomber dans l'apathie, il y avait trop à surmonter, c'est à dire qu'une "pénétration à long terme s'était emparée de nous". Ginsberg prétendait être poète mais il n'existe pas de pires insanités que celles écrites par quelqu'un aspirant à devenir poète. La tâche prévue pour Ginsberg avait peu à voir avec la poésie ; sa principale fonction fut de promouvoir la nouvelle sous-culture et de gagner l'acceptation de celle-ci sur un large groupe ciblé de population.

Pour l'assister dans sa tâche, Ginsberg fit appel aux services de Norman Mailer, une sorte d'écrivain qui avait passé du temps dans une institution psychiatrique. Mailer était le chouchou de la gauche hollywoodienne et n'eut donc aucun problème pour obtenir un temps d'antenne télévisée maximum à Ginsberg. Il fallait bien un prétexte à Mailer – il ne pouvait pas révéler la vraie nature des apparitions télévisées de Ginsberg. Une comédie fut donc mise au point : Mailer parlerait "sérieusement" devant la caméra de poésie et de littérature avec Ginsberg. (Mailer fut fait chevalier de la légion d'honneur par la France...)


mardi 25 juin 2013

La photo du jour

L'orchidée singe (Dracula Simia). La ressemblance est étonnante. Et en plus, il nous tire la langue...


Dossier musique (3/4)

Cet article ne va pas parler directement de la musique en tant que telle, mais de l'influence, programmée, que peuvent avoir des chanteurs ou des groupes sur l'auditoire, en l'occurence la jeunesse américaine des années 60 par les messages que véhiculent ces groupes, ici les Beatles, petit groupe tout à fait banal pris en main et manipulé par l'Institut Tavistock, dont les chansons ont été écrites et composées par un tiers.

S'il y a des lecteurs intéressés par un article sur le Tavistock, qu'ils me le disent.

Le rôle joué par les Beatles, première partie



Les Beatles et la conspiration du Verseau

[Note de l'éditeur : Ceux qui sont attachés sentimentalement aux Beatles trouveront dur de penser qu'ils ont été exploités et utilisés par les Illuminati pour introduire des drogues douces parmi la classe moyenne de la jeunesse américaine. Ils furent aussi un instrument pour l'introduction des "mots déclencheurs" par contrôle de l'esprit dans le jargon de tous les jours. Je me souviens très bien de l'époque où les Beatles ont fait leurs débuts sur une scène de rock américaine. Leur "popularité" soudaine et explosive en Amérique n'avait aucun sens pour moi à ce moment-là. Je ne pouvais comprendre ce qu'il y avait de si extraordinaire avec les Beatles et pourquoi on les a dépeint comme une "menace" pour détrôner le King du rock & roll, Elvis Presley. (qui était entre parenthèses une marionnette Illuminati, "balancé du train de la liberté" à 42 ans, NdT)


L'Amérique, après tout, était le lieu de naissance du rock & roll et du Doo-Wop (sous-genre du rhythm and blues, NdT). Il n'y a que l'Amérique qui pouvait se vanter des plus grands noms et groupes de rock & roll – et non l'Europe ou l'Asie et certainement pas l'Angleterre. Les interprètes de rock & roll américain faisaient l'envie du monde entier et étaient imités et copiés jusqu'au moindre maniérisme et détails par la jeunesse européenne et asiatique. Comment se fait-il qu'un petit groupe de Liverpool ne faisant pratiquement que des reprises de rock américain, comme des chansons de Chuck Berry, se soit tout d'un coup fait propulser par les médias américains comme "le plus grand phénomène ayant jamais abordé les rives de l'Amérique" ? Hein ? Musicalement parlant, il n'y avait rien de fabuleux concernant les "Fab Four" (les quatre fabuleux). C'était un groupe ne faisant que des reprises ; mais voilà ! Oui, ils ont eu des résultats convenables après avoir "pris d'assaut" les américains, mais PAS avant. Alors comment se fait-il qu'ils aient gravi la montagne du rock & roll ici en Amérique sans avoir vraiment à en faire l'ascension ? C'est simple, ils ont été portés au pinacle par le Comité des 300 et l'institut Tavistock des relations humaines et il n'y a personne de mieux placé pour vous raconter comment cela fut fait que l'auteur de cet article, le Dr John Coleman.]



Les Beatles et la conspiration du Verseau 


Par le Dr John Coleman

1er mars 2007

Un remarquable exemple de conditionnement social en vue d'accepter un changement, même comme étant reconnu indésirable par un large groupe de population, selon les vues de l'Institut de Recherche de Stanford (Stanford Research Institute), a été la "venue" des BEATLES. Les Beatles ont été importés aux USA (1ère tournée en 1964, NdT) en tant qu'expérience sociale pour soumettre à leur insu de grands groupes sociaux à un lavage de cerveau.

Quand le Tavistock fit venir les Beatles aux US, personne n'aurait pu imaginer la catastrophe culturelle qui allait s'ensuivre. Les Beatles ont fait partie intégrante de la "CONSPIRATION DU VERSEAU".

Le phénomène des Beatles n'était pas une rébellion spontanée de la jeunesse contre le vieux système social. C'était plutôt un complot soigneusement ourdi pour introduire, sur l'instigation d'un corps conspirateur impossible à identifier, un élément hautement destructeur et facteur de discorde dans une large population ciblée pour changer contre son gré. De nouveaux mots et de nouvelles phrases, préparées par le Tavistock * (voir note en fin d'article), furent introduites en Amérique en même temps que les Beatles. Des mots comme "rock" en relation à des sons musicaux, "teenager" (adolescents entre 13 et 19 ans au sens littéral, NdT), "cool", "découvert" et "pop music" constituaient un vocabulaire de mots codés déguisés signifiant l'acceptation de drogues importées qui ont accompagné les Beatles partout où ils sont allés, pour être "découverts" par les "teenagers". Incidemment, le mot "teenager" n'avait jamais été utilisé juste avant l'arrivée des Beatles sur la scène, cadeau de l'institut Tavistock pour les relations humaines.

lundi 24 juin 2013

Dossier musique (2/4)


DEUXIÈME PARTIE

La conspiration s'étend-elle jusqu'à la gamme musicale ?

Par l'intermédiaire du spectre de fréquence du son, de la chaleur et de la lumière, la vibration est le principe d'organisation de la matière. Le son est le principe d'organisation de l'Univers, de la matière physique et, le plus important, de la matière vivante.

La science des cymatiques illustre le fait que lorsque les ondes sonores traversent un médium physique (air, eau, sable, particules métalliques, etc.), la fréquence des ondes a un effet direct sur les structures qui sont créées par les ondes sonores qui passent à travers le médium en question. Des vidéos de YouTube montrent ces dessins fascinants et leur arrangement :



CONSPIRATION

Imaginez qu'une personne incroyablement puissante et riche qui fait sa richesse sur le dos des conflits, maladies et guerres apprenne que certaines fréquences sonores (celle facilement divisibles par deux, indiquant une opposition) créent conflit, désordre et disharmonie, alors que celles divisibles par trois (signifiant équilibre, réconciliation et harmonie) produisent une symétrie et des structures visuellement harmonieuses et agréables.

Imaginez maintenant qu'il ait le pouvoir d'établir un diapason standard de tous les instruments de musique du monde occidental.

Imaginez qu'il base toute l'échelle de création musicale sur une fréquence qui entraînerait des vibrations discordantes.

Cela ressemble à de la science-fiction. Pourtant c'est exactement ce qui s'est produit en septembre 1939 quand des intérêts financiers ont dicté aux Rockefellers (Illuminati) d'établir une norme de diapason pour que la note "la" au-dessus du do central vibre dorénavant à précisément 440 cycles par seconde (alors que jusque là, le la vibrait à 432 cycles par seconde).


dimanche 23 juin 2013

Vidéos animaux

Comme d'hab...


Si on a un chien vraiment accro au ramassage de la baballe, voici une installation autonome (la musique est un peu forte...) :



Toujours dans la série "autonomie", un petit singe sait comment se procurer et boire un jus de fruits :



Un beau chien adopte dix poussins orphelins :



Comment faire marcher son humain. Plusieurs étapes expliquées par Kodi : 1) Faire comprendre que la laisse gouverne. 2)Prendre le contrôle, bien faire comprendre que ce n'est pas l'humain qui vous promène, mais le contraire. 3)Marcher devant eux, pour qu'ils sachent que c'est vous le responsable. (c'est amusant aussi s'ils tombent). 4)Une fois à l'aise, emmenez-les faire une marche. Les humains ont besoin d'exercice pour s'épanouir. 5)Tester leur obéissance pour s'assurer qu'ils ne marchent pas devant. 6)S'ils s'arrêtent, exercer une petite traction pour les encourager. 7)S'il y a d'autres chats à la maison, par ex Shorty, montrez-leur que vous avez le contrôle sur l'humain. 8)Bon boulot ! Un humain obéissant est un humain heureux. Vous pouvez maintenant vous concentrer sur des choses plus importantes. 



Une expérience inoubliable avec un jeune lion de mer (merci sorcière rouge) :



Un autre sauvetage de chien, Béthany par "Hope for paws". Sans commentaires. Snif, mais se finit bien.



Nos amis les chiens nous apprennent beaucoup de choses :


Dossier musique (1/4)

-->
On dit que la musique adoucit les mœurs, cela est-il toujours vrai ? .

Rudolf Steiner a dit au début du 20ème siècle qu'il fallait se méfier du phonographe. Pourquoi ?

Toutes les musiques, sauf exception, que nous écoutons aujourd'hui ne vibrent plus au même diapason qu'auparavant. Des hommes ont décidé de le changer pour une raison qu'on peut imaginer.

Et la "musique" contemporaine populaire a été créée de toutes pièces, avec des interprètes formatés, dans un but bien déterminé.

Cet article va comporter 3 parties. Nous verrons en première partie l'action de la musique sur l'âme humaine et pourquoi Steiner disait de se méfier du "phonographe", en deuxième partie que la fréquence vibratoire a été changée dans un sens négatif, avec les effets du changement sur le vivant et enfin nous aurons un exemple de l'orientation donnée à la musique créée au début des années 60 avec un article intitulé "Les Beatles et la conspiration du Verseau".


PREMIÈRE PARTIE


L'action de la musique sur l'âme humaine (extrait du n° 6 de la revue VITRIOL)


La musique est l'élément culturel le plus important de la vie. Elle est omniprésente. Il n'existe rien d'autre qui soit comparable à la musique, l'art suprême des muses. Il y a eu des époques – et il existe encore des peuplades – sans architecture ou sans peinture, par exemple. Mais il n'y a jamais eu de civilisation ni, à ma connaissance, de peuple qui ne possédait pas, sous une forme ou sous une autre, l'art de la musique.

Le désir d'enrichir notre vie avec de la musique, de marquer par elle le caractère des fêtes, des occasions importantes ou intimes, ne date pas de notre époque. Quand on regarde la description de la vie des ménestrels et des troubadours, on s'aperçoit que la musique était présente partout, dans toutes les situations de la vie : lors des noces, aux funérailles, dans les fêtes, mais aussi dans les ateliers, dans les chambres des enfants. Les troubadours accompagnent les voyageurs. Le besoin d'entendre de la musique n'est donc pas un phénomène contemporain.

La mémoire du corps éthérique

Aujourd'hui les troubadours ne sont plus là ; la musique enregistrée a pris leur place dans les restaurants, les magasins, les lieux publics et privés. La musique a une action très profonde sur l'âme humaine. Prenons le cas de la musique populaire "rock", sans nous demander s'il s'agit ou non de musique ; la question sera traitée plus tard. Cela est considéré comme de la musique par des millions d'êtres humains. Il peut nous arriver l'expérience suivante : nous entendons à la radio ou dans un restaurant une mélodie à la mode. L'air ne nous plaît pas mais quelques jours plus tard, nous nous surprenons à fredonner cette mélodie. Cela nous ennuie ; nous avons envie de nous débarrasser de cette chanson malvenue. Parfois nous luttons avec détermination contre l'envie de la chanter, mais l'air s'est néanmoins gravé dans notre corps éthérique de façon durable. On peut se dire : loin de moi les "tubes" à la mode, mais ce "loin de moi" est illusoire. Il est très, très difficile de se débarrasser de l'un de ces chants. Nous écoutons souvent la musique de façon très peu consciente et elle se grave directement dans notre corps éthérique. Nous entendons quelquefois une telle séquence d'accords accrocheurs, une mélodie banale, mais insidieuse, puis nous les oublions pendant dix ou quinze ans, mais il suffit de réentendre quelques notes et tout le chant est de nouveau là !

La musique exerce une action formatrice. Nous sommes modelés par la musique ; aucun autre art n'exerce une action aussi puissante. C'est par la musique que les dieux ont façonné le monde. Quand Jean écrit au début de son évangile "Au commencement était le Verbe", il ne veut pas dire le mot parlé, mais le chant. Il ne parle pas non plus du chant des hommes, de la mélodie, mais du chant solaire.

Le phonographe

En 1923, à Penmaenmawr, au pays de Galles, près du lieu d'origine de Perceval et des centres druidiques, Rudolf Steiner a donné un cycle de treize conférences brossant un vaste tableau de l'être humain et de son évolution au cours des âges. Chose curieuse, le conférencier a interrompu le développement de son thème dans la onzième conférence pour insérer quelques remarques d'apparence insolites. Il a dit :

"À l'égard de tout ce qui sert à satisfaire mécaniquement ses besoins : automobiles, machines à écrire, etc...l'humanité saura bien elle-même se tirer d'affaire si l'on peut dire.

Un cas plus grave – pardonnez-moi de clore en évoquant quelque chose qui peut paraître trivial – c'est le phonographe. Au moyen du phonographe, les hommes emprisonnent l'art dans quelque chose de mécanique. S'ils en arrivaient à ressentir un goût passionné pour ces inventions où le reflet de l'esprit dans le monde physique est soumis aux lois de la mécanique, si l'humanité s'enthousiasmait pour ce qui s'exprime dans le phonographe, ils ne pourraient plus se défendre contre l'emprise de cette technique, et il faudrait alors que les dieux leur viennent en aide.

Certes les dieux sont bienveillants ; nous pouvons espérer aujourd'hui qu'en ce qui concerne la civilisation humaine ils nous viendront en aide, même à l'égard d'aberrations dont le phonographe est un exemple".

(…) Lorsque Rudolf Steiner parlait du phonographe, au pays de Galles, il devait savoir que non loin de là, à Liverpool, une musique assujettie à la contrepartie ahrimanienne de la lyre, la guitare électrique, allait être portée à son plus grand développement. C'était l'impulsion qui allait marquer la vie de toute une planète comme aucune autre impulsion "culturelle" auparavant. La musique des groupes emblématiques de Liverpool, comme les Beatles et les Rolling Stones, allait déferler sur le monde tel un raz-de-marée démolissant tous les acquis culturels, réduisant la culture à un niveau standard. La musique "pop" est-elle de la musique ? La réponse doit être nuancée. Lorsqu'un groupe joue en "live" sur une scène avec des guitares électriques, des synthétiseurs, etc., c'est effectivement une sorte de musique, quel que soit le support employé pour jouer. Il y a une communication qui passe de l'âme des musiciens à la personne qui écoute. Par contre, lorsque nous écoutons un disque ou une autre forme d'enregistrement – même une symphonie de Beethoven – il n'y a plus rien qui vient de l'âme d'un musicien. Il n'y a plus que les vibrations de la membrane d'un haut-parleur. Si l'être humain peut ressentir cela comme de la musique, c'est uniquement grâce à sa faculté de fantaisie. L'homme recrée intérieurement la musique en quelque sorte, à partir des bruits perçus, qui sont purement ahrimaniens.

Le chant de la fin

Posons-nous carrément la question : cette démolition des acquis culturels, n'était-elle pas nécessaire ? La musique évolue avec les êtres humains. Tout d'abord elle a été une communication des dieux aux hommes, le chant d'amour des dieux pour les hommes. C'est la forme originelle qu'elle a revêtue, à l'époque atlantéenne. Les échos de cette musique puissante, sublime, résonnaient encore dans les sept harmonies grecques. Mais petit à petit, le chant d'amour s'est transformé. Les hommes se sont mis à chanter leur amour pour Dieu. 

Puis une césure abrupte a été opérée par l'église catholique qui, au Moyen-Âge a interdit, sous peine de mort, tout chant autre que le chant grégorien. Dans les pays dominés par l'Église, le chant du barde a été éliminé. Mais alors la musique s'est détachée de la religion ; c'est le début des chants populaires d'amour de l'homme pour la femme puis, plus tard, de la femme pour l'homme. Il est vrai que la musique de ces chants a dégénéré, qu'elle est tombée bien bas, mais on constate quand même que l'évolution a suivi ce chemin que je viens de décrire. Ce n'est qu'au cours de la deuxième moitié de notre siècle que l'on voit le désarroi total s'emparer du chant, que des gens chantent l'amour de soi-même, l'amour du mal, l'amour de l'anéantissement...

(Extrait du recueil de conférences : La musique, base d'une technique nouvelle, Institut Anthrotech)

À suivre

samedi 22 juin 2013

La situation économique de la France

Par Hervé Juvin (55'), économiste et essayiste.
Pas brillant...


Un JT hyper-réaliste

Je ne comprends pas ce qu'ils disent, mais on s'en doute. Regardez les effets spéciaux déployés dans ce JT de RT (Russia today) et le jeu de scène du journaliste :


La noix, "alicament" du cerveau


La noix est le fruit du noyer (Juglans) qui pousse dans les régions tempérées du monde. Apprenez-en un peu plus sur ses vertus et découvrez une recette personnelle en fin d'article pour dégustation.




Pourquoi les noix sont le meilleur aliment du cerveau

(NaturalNews) La pharmacie du quartier fait une promotion sur des médicaments pour stimuler la mémoire et améliorer l’humeur. La publicité  dit que "si le café est une drogue socialement acceptable, alors pourquoi pas ceux-ci ?" Nous voici à l’âge de la gratification instantanée remorquant un grand débat sur l’éthique de la vente et de la consommation de médicaments pour tout et n’importe quoi.

La solution facile, nous le savons bien, n’est jamais la meilleure. Un résultat instantané pour n’importe quoi est sujet à caution face à la sagesse des anciens, surtout pour le corps, l’esprit et l’âme.

C'est là que les noix entrent en scène

Les noix sont de la même forme qu'un cerveau humain. Quoi de neuf ici ? Considérées comme le meilleur super-aliment, les noix servent maintenant de médicament du cerveau pour de nombreuses raisons, la moindre étant qu'elles sont bourrées d’acides gras Oméga 3, acide gras essentiel qui permet au cerveau de fonctionner normalement.

La recherche dit qu’une faible absorption d’Oméga 3 peut se traduire par de la dépression et une dégénérescence cognitive. Manger régulièrement une poignée de noix peut aider dans une grande mesure à garder un bon moral et entretenir les cellules grises du cerveau. De plus, les noix sont connues pour multiplier le taux de mélatonine par trois, promesse d’une absence d’insomnie. Alors si vous en avez marre de compter les moutons le soir et choisissez de dormir, pensez à grignoter quelques noix comme en-cas avant de vous coucher.

On considère aussi la noix comme une sorte de potion pour le cœur – elle diminue le cholestérol (il faut éviter de le faire, mais c'est une autre histoire) et améliore la bonne marche du cœur. Cette noix est une centrale de nutriments – manganèse, cuivre, fer, calcium, phosphore – ce qu’il faut pour un corps heureux en bonne santé. Les noix contiennent plus d’antioxydants, d'acide folique et de vitamine E que toutes les autres variétés de noix (noisettes, noix de Pécan, de Cajou, cacahouètes…), et surtout la noix noire (variété qui pousse aux US, Juglians nigra, NdT) qui a le taux le plus élevé d’un aminoacide appelé arginine qui est essentiel pour la division cellulaire et la synthèse des protéines.

Si vous avez du mal à gagner la bataille des rondeurs alors tournez-vous vers cette noix pour recevoir de l’aide. Les noix sont remplies de protéines maigres et saines, d’acides gras polyinsaturés, et sont remplies de polyphénols (antioxydants végétaux, NdT). Les noix sont faciles à incorporer dans le régime alimentaire quotidien. Si manger quelques grammes de noix n’est pas votre truc, vous pouvez en ajouter cependant dans vos salades, dans les pâtes, le riz ou découvrir de nouvelles et saines manières de les manger.

Il est raisonnable de supposer qu’un régime sain est une médecine pour le corps et l’esprit – votre billet pour un paradis de santé qui, toutes choses considérées, se retrouve entre vos mains.

Le terme alicament est en fait une référence à une chose réelle – à un garde-manger bien garni qui contient des aliments sains bien entendu, en réponse à beaucoup de maux, et pas seulement pour le rhume banal. Alors si vous n’aimez pas vraiment grignoter, il vaudrait mieux le devenir pour faire un pied de nez aux corporations médicales.


Traduit par le BBB.

*************************


Ce n'est pas encore (en France, tout au moins) la saison des noix, mais vous pouvez mettre de côté cette  recette d'un des meilleurs gâteaux aux noix que j'ai mangé. Très facile à réaliser, vous n'aurez que le mal de casser et décortiquer les noix...Ce gâteau est très moelleux.

Les doses sont données pour 8 personnes (ou 4 gourmands) :

250 g de noix broyées ou en poudre (garder quelques cerneaux si décoration)
6 oeufs
120 g de beurre
150 g de sucre
une pincée de sel

Séparer les blancs des jaunes d'oeufs et mélanger les jaunes avec le sucre.
Ajouter le beurre fondu et les noix.
Battre les blancs d'oeufs en neige avec la pincée de sel et les ajouter délicatement au mélange.

Verser dans un moule à manqué beurré et cuire 45 mn à 180°.

Si on veut une jolie présentation, préparer un glaçage au chocolat (faire fondre 100 g de chocolat patissier dans un peu d'eau) et étaler à la spatule sur le gâteau refroidi. On peut décorer avec les quelques cerneaux de côté. Mettre au réfrigérateur et sortir le gâteau un quart d'heure avant de déguster.
Vous m'en direz des nouvelles.

vendredi 21 juin 2013

Le film du vendredi soir (29)

Ce soir, "L'aventure de Pi", sorti en 2012. Je ne l'ai pas vu, le regarderai en même temps que vous ce soir. Il paraît que les passages avec le tigre sont fort bien faits. 

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d'un canot de sauvetage. Seul, ou presque... Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable. 

Cliquez ICI.

Accélérer ou ralentir le temps (2/2)


La théorie de la perception

À mon avis cependant, l'accélération du temps que nous vivons se rattache principalement à notre perception du monde qui nous entoure et à notre vécu, et à la manière dont cette perception change quand nous vieillissons.

La vitesse d'écoulement du temps semble être largement déterminée par la quantité d'informations que notre esprit absorbe et traite – plus il y a d'informations, plus le temps se ralentit. Ce lien a été vérifié par le psychologue Robert Ornstein dans les années 60. Lors d'une série d'expériences, Ornstein fit entendre des enregistrements à des volontaires comprenant divers types d'informations sonores, comme des cliquetis et des bruits de maison familiers. Il leur demanda à la fin d'estimer le temps d'écoute des enregistrements et trouva que lorsqu'il y avait plus d'informations sur l'enregistrement (par exemple quand le nombre des bruits de cliquetis doublait), les volontaires estimaient que le temps écoulé était plus long. Il découvrit que cela s'appliquait aussi à la complexité de l'information. Quand on leur demandait d'examiner différents dessins et peintures, les participants estimaient que c'était avec les images les plus complexes que l'écoulement du temps semblait le plus long.

J'ai testé cela moi-même avec une simple expérience musicale. Pendant un cours, j'ai demandé à des participants d'écouter deux morceaux de musique. L'un était un concerto au piano déchaîné et frénétique de Rachmaninov, avec des notes tombant en cascade au rythme de 10 par seconde environ. L'autre était un passage de musique d'ambiance de Brian Eno, qui flottait dans la pièce avec douceur et tranquillité. Nous avons écouté les morceaux pendant différentes périodes de temps et j'ai demandé aux participants d'estimer le temps passé. Si la perception du temps se rattache à l'information, ils auraient dû avoir la sensation d'un temps plus long pour le morceau de Rachmaninov. Il contient beaucoup plus d'informations que le morceau de Brian Eno – beaucoup plus de notes, de tons et d'instruments. Toutes ces informations supplémentaires auraient dû allonger le temps.

Et voici ce que les résultats ont donné. Nous avons écouté le morceau de Rachmaninov pendant 2'20'' et la moyenne des gens a estimé qu'il durait 3'25''. Nous avons écouté le morceau de Brian Eno pendant 2', alors que l'estimation moyenne a été de 2'32'' – toujours une surestimation, mais plus faible.