Bistro Bar Blog

jeudi 27 juin 2013

L'arnaque Ed Snowden, suite

Du même auteur que les précédents articles sur le sujet. Je ne lis même pas les infos sur cette histoire tirée par les cheveux, le "Dallas" version espionnage, sur fond d'opération psychologique (Tavistock ?). Comme pour les attentats sous fausse bannière, c'est tellement gros, qu'on en rigolerait presque. On en saura plus ensuite, dès que cette histoire aura été décryptée.
Alors Edward Snowden aurait quitté Hong Kong pour la Russie, se trouverait d'après les infos dans une zone de transit de l'aéroport de Moscou. Mais la NSA ne sait pas où il est...Hi, hi.
 

Ed Snowden, la NSA et le conte de fée auquel aucun enfant ne se laisserait prendre


25 juin 2013 par Jon Rappoport



Il arrive parfois qu'une dissonance cognitive, qu'on nomme habituellement une contradiction, émet un bruit de cloche si puissant qu'elle vous fait tomber de votre chaise.

Mais si vous êtes un androïde dans ce merveilleux monde de réalité synthétique, vous vous levez, plaquez un sourire sur votre visage et continuez à avancer en traînant les pieds...

Voyons voir. La NSA est l'agence d'espionnage la plus impressionnante jamais conçue dans ce monde. Si vous traversez une rue dans une ville paumée des USA, et que vous achetez une glace un mardi après-midi de juillet, ils le savent.

Ils savent si vous vous asseyez au comptoir pour boire cette glace ou si vous la prenez et l'emportez vers la seule table du bar. Ils savent si vous léchez la glace ou si vous la mangez à la petite cuillère.

Ils savent si vous gardez le ticket de caisse de votre glace ou si vous le laissez sur le comptoir.

Ils savent si vous portez des chaussures de ville ou des basket. Ils savent la marque de vos sous-vêtements. Ils connaissent votre crème à raser et de manière précise le type d'emballage d'où vous la sortez.

Mais cette agence, avec ses immenses pouvoirs et ses dollars...

N'arrive pas à pister par elle-même l'un des siens, un homme qui est venu travailler tous les jours, un homme qui a inventé une histoire sur un besoin de traitement à Hong Kong pour l'épilepsie et qui a ensuite filé.

Et ils n'arrivent pas à le retrouver.



Ils n'arrivent pas à le trouver à Hong Kong, où il a fait une interview en vidéo avec Glenn Greenwald du journal The Guardian. Ils ne peuvent trouver le refuge ou l'hôtel où il réside.

Non. Ils n'arrivent pas à le trouver ou à espionner ses communications pendant qu'il est à Hong Kong. Ils n'arrivent pas à déterminer s'il a réservé un vol pour la Russie. N'arrivent pas à l'intercepter à l'aéroport avant qu'il ne quitte la Russie. Trop difficile.

Et cet homme, cet employé, se promène partout avec quatre ordinateurs portables qui contiennent les clés de toute la connaissance secrète de l'espionnage de l'univers connu.

N'arrivent pas à localiser ces ordinateurs. N'arrivent pas à les pirater pour voir ce qu'il y a dedans. N'arrivent pas à accéder aux ordis ou aux données. Les esprits techniques les plus brillants de cette génération ou de n'importe quelle autre génération peuvent retrouver un ordinateur en Mongolie extérieure en plein blizzard, mais ces ordinateurs baladeurs de Hong Kong sont pratiquement hors d'atteinte.

Et avant ça, cet homme, Snowden, cet employé, qui est parti de Hawaï, était capable d'avoir accès à l'agencement du réseau tout entier du renseignement américain. Si. Il était capable de se servir d'une clé USB.

Il est allé à pied à son travail avec une clé USB, l'a branchée et à volé...l'ensemble des infos. Il en a volé assez pour "mettre à bas le réseau complet du renseignement américain en un seul après-midi."

Non seulement ça, mais n'importe qui travaillant à cette super-agence comme analyste, comme superviseur des systèmes d'analyse, aurait pu faire la même chose. Il aurait pu voler les clés du royaume.

Voilà pourquoi les génies de la NSA avec un QI supérieur à 180 ont décidé, aujourd'hui, en plein milieu de l'affaire Snowden, qu'ils avaient besoin "de règles et de procédures plus strictes" pour leurs employés. Bien.

Aujourd'hui, quelques éléments de sécurité interne qu'ils ne pensaient pas nécessaires seront mis en place.

C'est, souvenez-vous, l'agence d'espionnage la plus secrète au monde. L'agence d'espionnage la plus riche. L'agence d'espionnage la plus intelligente.

Mais d'une façon ou d'une autre, ils ont négligé ce point de leur propre sécurité. Ils ont laissé une porte ouverte, pour que n'importe lequel de leurs analystes puisse tout voler.

Puisse tout prendre. Puisse juste s'en emparer, le copier et le stocker sur quelques ordis portables.

Mais aujourd'hui, oui aujourd'hui, ayant pris conscience de cette vulnérabilité, l'agence va apporter des corrections.

Sûr.

Et les journalistes de l'élite des médias américains ne trouvent pas trop difficile d'avaler ça.

Un élève de 6ème intelligent pourrait y voir clair en une minute dans ces monceaux de balivernes fabriquées, mais les journalistes vétérans aux cheveux grisonnants restent interloqués.

Hier soir, à la télé, dans un reportage qui m'a laissé sans voix, un ramassis d'experts en informations a averti qu'Ed Snowden, qui se balade avec ces quatre ordis portables, pourrait être une cible facile pour des espions chinois ou russes qui pourraient trouver un accès aux données de ces ordinateurs. Les espions n'auraient qu'à les pirater.

Mais la NSA n'y arrive pas. Non. La NSA ne peut découvrir ce que possède Snowden. Ils ne peuvent faire que des spéculations.

C'est une mascarade dans la mascarade.

La totalité de cette affaire Snowden est un coup fourré. C'est le genre d'opération qui fonctionne parce que les gens sont préparés à croire n'importe quoi.

La plus rigoureuse et puissante et riche et intelligente agence d'espionnage au monde ne peut retrouver son propre employé. Son boulot est le pistage et elle ne peut le trouver.

Son boulot c'est la sécurité et elle ne peut protéger les propres données de ses employés.

Si vous croyez à ça, j'ai plein d'appartements à vendre dans un trou noir au centre de la Voie Lactée.

Dans de précédents articles, j'ai fait valoir l'argument que Snowden était un opérateur de la CIA qui travaillait toujours pour son ancien employeur. La CIA lui a donné tout un tas de données de la NSA. Il n'a rien volé. La CIA veut ouvrir une brèche à la NSA. C'est ce qu'on appelle une guerre interne de territoire. Ça dure depuis aussi longtemps que ces agences se côtoient.

Par exemple...l'argent.

Wired Magazine, numéro de juin 2013. James Bamford, auteur de trois livres sur la NSA, déclare : "En avril, dans le cadre de sa requête de budget 2014, le Pentagone [qui dirige la NSA] a demandé au Congrès 4,7 milliards de dollars pour de nouvelles "opérations du cyberespace", presque 1 milliard de plus que l'allocation de 2013. Dans le même temps, les budgets de la CIA et ceux d'autres agences de renseignement ont été diminués de presque autant, 4,4 milliards de dollars. Une partie de l'argent allant à ...[la NSA] sera consacré à créer 13 équipes de cyberattaque."

Ce qui signifie de l'argent pour espionner. Bien plus pour la NSA, bien moins pour la CIA.

Guerre de territoire.

Mais restons dans cet article focalisé sur les contes de fée, qui font les gros titres de la presse, du public et des hommes politiques.

Nous avons des journalistes au Washington Post et au Guardian. Nous avons Julian Assange, le patron de Wikileaks. Ils parlent tous de Snowden. La NSA peut les espionner. D'accord ? Ils peuvent écouter leurs appels et lire leurs emails et pirater leurs documents.

Mais la NSA ne peut faire tout cet espionnage et ensuite s'en servir pour retrouver Snowden. Ils n'arrivent pas à s'en sortir. Donc... chaque personne au monde avec un ordinateur possède des mots de passe. La NSA peut les transpercer comme une épée qui traverse du beurre ramolli. Mais Assange et le Post et le Guardian et Snowden doivent avoir des mots de passe super-spéciaux.

Ils obtiennent ces mots de passe en envoyant une enveloppe timbrée à leur propre adresse, avec 25 cents et le haut d'une boîte de céréales au Ranger solitaire. Ces mots de passe sont chargés de nuages atomiques qui obscurcissent la tête des hommes, ils ne peuvent donc les voir ou les espionner. Ils sont immortels et invulnérables.

La NSA peut espionner n'importe qui d'autre sur terre, mais ils ne peuvent s'immiscer dans les affaires quand il s'agit du Post, du Guardian et d'Assange.

Et si Snowden s'envole pour l'Équateur, cela va aussi devenir un mystère insurmontable. "Non, nous ne savons pas où il est. Il a disparu. L'Équateur a un bouclier de Romulan (comme dans Star Trek) au-dessus de lui. La technologie cachée est trop avancée".

Peut-être vous rappelez-vous que, dans les tout premiers jours du scandale, Snowden a prétendu qu'il pouvait espionner n'importe qui aux US, y compris un juge fédéral ou même le président, s'il avait leurs adresses de messagerie. Mmh mmh. Mais les talents combinés de la NSA, aujourd'hui, ne peuvent espionner Snowden. Je pense qu'ils ne peuvent même pas trouver son adresse email.

Snowden n'est pas le seul gars calé du pays en informatique. Il doit y avoir un million de gens, au minimum, qui peuvent récupérer vite fait des adresses email qui échappent à la NSA. Oui ?

Nous avons ici des contradictions empilées sur des contradictions empilées sur des mensonges.

Et au beau milieu, une masse de gens disent, "N'y regardez pas de trop près. Snowden est un héros et il a exposé la NSA et c'est un truc merveilleux".

Et une masse d'autres gens disent, "Snowden est un traître et il devait être jugé à l'étranger pour trahison ou tué. C'est tout ce qu'il y a à dire."

La vérité ? Hé bien, la vérité, comme ils disent, est la première victime dans les guerres. Mais dans le boulot de l'espionnage, la vérité n'a jamais été au rendez-vous. C'est l'une des conditions nécessaires de l'industrie.

"Fiston, si tu penses avoir menti avant, tu ne sais pas de quoi tu parles. Nous allons te dire de faire des choses qui vont te donner le vertige. Ça fait partie du jeu. Nous allons te faire dire des mensonges pendant ton sommeil."

Et voilà les gens auxquels croit le public.

C'est une belle chose. Vraiment. Les contes de fée sont faits de sucre et le public, la presse et le monde mangent ce sucre. Et ensuite ils en redemandent.

Traduit par le BBB.

26 commentaires:

  1. Partie 1/2
    MISE A JOUR IMPORTANTE IIIe GUERRE MONDIALE – MERCI DE FAIRE CIRCULER

    Toujours faire d’une pierre plusieurs coup, c’est la devise des contrôleurs de l’humanité sur la planète Terre. Il y a du nouveau.
    J’avais écrit que l’affaire Snowden (« révélant » ce que nous savions déjà : toutes nos informations sont aspirées par le système de contrôle) servait en premier à couvrir ce que nous avons besoins de savoir : des informations (fausses) nous sont fortement « inspirées » de l’extérieur au moyen de technologies perfectionnées, y compris HAARP. Ce qui nous intéresse n’est pas les informations qui vont de nous vers les contrôleurs, mais celles très dangereuses qui vont dans l’autre sens : d’eux vers nous. Bien sûr l’affaire Snowden a déjà permis plusieurs coups, mais je n’ai pas le temps d’en parler.

    Il y a 3 jours j’avais lu ça sur 21st Century Wire :
    MOODY’S DOWNGRADES HONG KONG OVER SNOWDEN: Is ratings agency a political arm of US?
    http://21stcenturywire.com/2013/06/24/moodys-downgrades-hong-kong-over-snowden-agency-becomes-corrupt-political-arm-of-us/
    “Moody’s just made an aggressive move towards global financial warfare between Washington and China, and perhaps the rest of the world as well – by downgrading 9 major Hong Kong banks today. That will wipe a lot of money off a lot of wealthy investors’ balance sheets.”

    Suite aux mesures de rétorsion annoncées par Washington pour non-obéissance de la Chine à l’ordre de livrer Snowden, Moody a dégradé les 9 plus grosses banques de Hong Kong, apportant la preuve de ce qu’on savait déjà: LES AGENCES DE NOTATION SONT DES ARMES DE GUERRE entre les mains du gouvernement de l’ombre, basés aux US. Elles servent à RUINER LES AUTRES PAYS (d’où la création de l’euro) pour empêcher le naufrage de l’empire en interdisant l'existence ou l’émergence d’autres puissances.

    On comprend mieux pourquoi Snowden a été envoyé se "réfugier" à Hong Kong.

    RépondreSupprimer
  2. Partie 2/2 - MISE A JOUR IMPORTANTE IIIe GUERRE MONDIALE

    La suite ne s’est pas fait attendre. Dans les Echos ce matin :
    « CETTE NUIT EN ASIE : LES CHINOIS ÉJECTÉS DES DIX PREMIÈRES CAPITALISATIONS MONDIALES »
    http://p2trc.emv2.com/HP?a=ENX7CqjAKW2U8SA9MKJHMpDnGHxKLZiNSfcStGb5lw8W0bBhOG5mpqVsje_HhdDKmlJ1
    « Les dix premières sociétés les plus chères au monde sont toutes américaines. »
    « Tout un symbole : il n’y a plus un seul groupe chinois parmi les dix premières capitalisations de la planète. Cette liste des entreprises les plus chères au monde est désormais intégralement trustée par des sociétés américaines. Cette évolution est récente : PetroChina était encore numéro six au classement en mai. Mais la valorisation du géant pétrolier chinois a fondu de 35 milliards de dollars, soit 14% de son prix, ce qui le place désormais en 12e position … »

    PROCHAINE PHASE de la GUERRE CONTRE L’EUROPE :
    Logiquement aussi dans les Echos de ce jour, après de nombreux articles sur le chyprage annoncé de nos comptes bancaires, les modalités de la suite de la guerre de l'empire contre l'Europe sont enfin précisées :
    « FAILLITES BANCAIRES : LES EUROPÉENS D’ACCORD POUR FAIRE PAYER LES CRÉANCIERS PRIVÉS »
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202857309163-faillites-bancaires-les-europeens-d-accord-pour-faire-payer-les-creanciers-prives-580113.php?xtor=EPR-100-[NL_8h]-20130627-[s=461370_n=3_c=306_]-1256878@2
    « Les Etats membres ont trouvé un accord dans la nuit sur la directive de résolution des crises bancaire. Le texte prévoit des flexibilités pour ÉPARGNER si besoin LES DÉPÔTS AU DESSUS DE 100.000 EUROS. Des règles qui mettront en première ligne les créanciers privés, appelés à renflouer les établissements financiers en difficulté (…) Ainsi, les gros dépôts européens – ceux au-dessus de 100.000 euros – ne connaîtront pas nécessairement à l’avenir le même sort que ceux des deux principales banques chypriotes, «rincées» en grande partie lors du sauvetage de mars dernier. »

    Attendons nous à ce qu’ils passent à un palier supérieur les émissions HAARP dans le domaine du contrôle mental (acouphènes, sentiments dépressifs...), ainsi que de la guerre climatique (catastrophe « naturelles »). Chemtrails à prévoir.

    Ne nous attendons jamais à ce qu’ils gagnent.
    Faisons échouer leurs plans en les exposant.
    Et jusqu’à notre dernier souffle, ensemble, rions, chantons, comme Alfredo, Mairi, Gustavo, Félix, et les autres
    http://www.youtube.com/watch?v=K7p2OcJVItA
    http://www.youtube.com/watch?v=PK-E1f-YKBA
    https://www.youtube.com/watch?v=Qs0NLw-PpMo et https://www.youtube.com/watch?v=Y-3tZb7-x6M
    http://www.youtube.com/watch?v=Bu8M1fgiFYo

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Brigitte pour toutes ces informations. On commence à avoir un aperçu du coup fourré d'Ed Snowden.

      Pour l'histoire du renflouement des banques, on s'y attendait...

      Supprimer
  3. GGGGGRRRRR ! impossible d'ouvrir Arnaque et musique 4/4 - vlà ce qui m'est indiqué !!!

    500 Internal Server Error

    nginx/1.4.1

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étonnant, Dany, tu peux faire un commentaire sur un article que tu ne peux ouvrir ?

      Je le répète une nouvelle fois, il vaut mieux utiliser Firefox pour ne pas avoir de problèmes.

      À chacun de voir...ou non.

      Supprimer
  4. La NSA, est comme le cordonnier : "la plus mal chaussée"...

    Merci Brigitte pour l'info.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf qu'elle est très, trop bien chaussée, plutôt.

      Supprimer
  5. Article intéressant mais il ne faut pas non plus tomber dans le syndrome "NSA omnipotente".
    Très certainement la NSA peut espionner nos conversations téléphoniques, nos mails, et en grso tout ce qui nécessite l'utilisation d'électronique ou informatique mais bon il y a des limites quand même.
    Exemple: les 4 ordinateurs de snowden seront parfaitement indetectables si ils ne sont pas "en ligne".

    Snowden est introuvable en Russie et en Chine: il ne faut pas croire que la NSA a des bonshommes à l'affût dans tous ces pays, et même si c'était vrai, ces pays ont certainement les moyens de faire disparaitre quelqu'un sans laisser de trace.

    Pour finir, l'article est très flou sur le vrai objectif de snowden.
    Une guerre CIA/NSA? pourquoi? Quel intérêt? Dans quel but?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour finir, l'article est très flou sur le vrai objectif de snowden.
      Une guerre CIA/NSA? pourquoi? Quel intérêt? Dans quel but?

      c'est bien la question que je me pose

      merci et bonne soirée a tous

      Supprimer
    2. C'est une guerre de territoire et de suprématie, bien humaine, c'est suffisant.

      Supprimer
    3. HS (Hélio-Solaris)
      Pic X ray solaires après une longue accalmie.
      La Lune s'approchant de Saturnin le canard.... la planète Taire risque un canardement d'ici le 2 Juillet, donc dans un intervalle environ 4 jours

      Ce pourrait être simplement Mandelà qui claque...

      Supprimer
    4. Juste un tout petit 6,1 en Indonésie pile à la date prévue tout de même. Les Dieux sont occupés ailleurs...

      Supprimer
  6. je ne peu pas repondre directement a vos posts donc mon message sera doublement crypté 1code alphabetique puis un code numerique :11000100111101010000111101110000100111010101001000100010001010010011111110101110001001100110011001000100011100000100100011110000110001000
    signé110 011 1110
    c'etai juste pour detendre l'atmosphere merci pour les infos

    RépondreSupprimer
  7. Matthew Ward a lui aussi sa petite idée sur la question:
    "President Obama defended NSA’s data gathering, which was authorized in the Patriot Act passed during George W. Bush’s administration, on the authentic basis that it has led to discovering and thwarting numerous terrorist plans. What the president cannot say—and Bush never would—is that the most extensive terrorist acts that met failure and most of the lesser plots that also got shot down were those devised by the CIA faction under Illuminati control.

    Neither can Obama disclose that ETs are working in the NSA and other agencies in that country and in several others. They are collecting and analyzing information on all Illuminati activities around the globe and using it to weaken their operations and obtain evidence for prosecution. When this has served its purpose—bringing to its final moment the Illuminati reign—the Patriot Act and also Homeland Security will come to an end."
    http://www.matthewbooks.com/mm/anmviewer.asp?a=164&z=2
    Je ne sais plus où j'ai lu que Snowden n'avait rien révélé qu'on ne sache déjà (et à la réflexion c'est vrai) et que les medias ne font jamais une telle publicité aux véritables lanceurs d'alerte...
    J'ai eu l'impression aussi que Poutine n'avait pas l'air spécialement ravi de l'accueillir sur son sol et ce dernier est un malin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, ma chère Aimée, mes les infos que tu donnes proviennent d'un site de channeling et elles sont donc hautement suspectes. Le fait de dire qu'Obama est porteur de lumière me hérisse le poil...

      Supprimer
    2. Sans channeling, juste en regardant ses apparitions à la télé, Obama m'apparaît surtout comme un homme en proie à la terreur. Et qu'on l'aime ou pas, cela ne dit rien de bon.

      Supprimer
    3. Je n'avais pas pensé qu'il pouvait exprimer de la terreur, si c'est le cas, c'est celle provoquée par ses "handlers".

      Supprimer
  8. Bavardages de bistrot tout ça. Mais pourquoi pas, s'il n'y a pas d'autre moyen de se défendre des angoisses diffusées par les médias?

    RépondreSupprimer
  9. Je comprends bien ta réaction, seulement je trouve intéressant d'avoir plusieurs éclairages possibles sur la question.D'après David Wilcock (divinecosmos.com), plusieurs factions obscures sont en guerre dans le monde et au sein même du gouvernement secret des Etats Unis.
    Edward Snowden serait déjà prêt à rentrer aux Etats-Unis, il n'a pas l'air très inquiet, ce garçon.
    http://www.20minutes.fr/monde/etats_unis/1181715-20130628-edward-snowden-pret-a-rentrer-etats-unis-sous-conditions-selon-pere

    RépondreSupprimer
  10. http://www.wikistrike.com/article-terribles-revelations-sur-le-big-brother-fran-ais-dgse-intercepte-et-stocke-une-grande-part-des-com-118888915.html

    RépondreSupprimer
  11. (suite)
    Notes

    [1] Lire Ignacio Ramonet, « Surveillance totale » et « Contrôle social total », in Le Monde diplomatique, respectivement août 2003 et mai 2009.

    [2] Proposée par le président George W. Bush et adoptée dans la contexte émotionnel d’après les attentats du 11 septembre 2001, la loi « Patriot Act » autorise des contrôles que portent atteinte à la vie privée, suppriment le secret de la correspondance et la liberté d’information. Les autorités n’ont plus besoin d’autorisation pour procéder à des écoutes téléphoniques. Et la police peut accéder aux informations personnelles des citoyens sans ordre de perquisition.

    [3] En 2012, Booz Allen Hamilton a facturé à l’Administration des Etats-Unis 1,3 milliard de dollars au titre de : « contribution à des missions de surveillance ».

    [4] Nous avons appris récemment que le responsable principal de la sécurité de Facebook, Max Kelly, chargé notamment de protéger l’information personnelle des facebookers contre des attaques extérieures, a quitté cette entreprise en 2010 et a été recruté par... la NSA.

    [5] Lire Philippe Rivière, Le système Echelon, Le Monde diplomatique, Paris, juillet 1999

    [6] Lire Christophe Ventura, La bataille du cyberespace, Mémoire des Luttes, juin 2013.

    [7] Espionner les diplomates étrangers est légal au Royaume Uni en vertu d’une loi votée par les conservateurs britanniques en 1994 qui place l’intérêt économique de l’Etat par dessus la courtoisie diplomatique.

    [8] Le byte est l’unité d’information en informatique. Un gigabyte est une unité de stockage d’information dont le symbole est GB et qui équivaut à 10 puissance 10 bytes, c’est-à-dire un milliard de bytes, soit, en texte écrit, une fourgonnette entièrement chargée de feuilles de papier écrites.

    [9] Un petabyte (PT) c’est 10 puissance 15 bytes.

    [10] La mission des Cinq - Antonio Guerrero, Fernando González, Gerardo Hernández, Ramón Labañino et René González – consistait à infiltrer et observer les agissements de groupes d’exilés cubains pour prévenir des actes de terrorisme contre Cuba. A propos du procès qui se termina par la condamnation de plusieurs d’entre eux à des peines de perpétuité, Amnesty International déclara que « durant tout le procès, l’accusation n’a présenté aucun document prouvant que les accusés auraient réellement eu entre leurs mains ou transmis à La Havane de l’information classifiée ».

    [11] Lire Salim Lamrani (coord.), Washington contre Cuba. Un demi-siècle de terrorisme, Le Temps des Cerises, Pantin, 2005 ; et Fernando Morais, Los últimos soldados de la guerra fría, Editorial Arte y Literatura, La Habana, 2013.

    [12] A propos de Wikileaks, lire Ignacio Ramonet, L’Explosion du journalisme, col. Folio, Gallimard, Paris, 2013, pp. 81 à 108.

    [13] Edward Snowden risque d’être condamné à 30 ans de prison après avoir été accusé officiellement par les Etats-Unis d’ « espionnage », de « vol » et d’ « utilisation illégale de biens gouvernementaux ». Ayant quitté Hongkong pour Moscou, Snowden a demandé asile politique à l’Equateur mais ce pays latino-américain, qui protège déjà Julian Assange, a décidé de n’étudier sa demande que si l’ancien technicien de la NSA parvient à mettre pied sur le sol équatorien.

    SOURCE:

    RépondreSupprimer
  12. sur la puissance informatique à l'usage de l'espionnage:

    TOUS FICHÉS par Par Ignacio Ramonet et le Monde diplomatique espagnol publié dans Mémoires de luttes


    On s’en doutait [1]. Et aussi bien la littérature (1984, de George Orwell) que le cinéma de science-fiction (Minority Report, de Steven Spielberg) nous avaient mis en garde : avec les avancées des techniques de communication on finirait tous par être surveillés. Certes, nous imaginions que cette violation de notre vie privée serait effectuée par un Etat néo-totalitaire. C’était une erreur. Car les insolites révélations faites par le dissident américain Edward Snowden sur la surveillance orwellienne de nos communications accusent directement les Etats-Unis, un pays naguère considéré comme la « patrie de la liberté ». Il est clair que, depuis la loi Patriot Act [2], c’est terminé. Le président Barack Obama lui-même vient de l’admettre : « On ne peut avoir, a-t-il déclaré, cent pour cent de sécurité et cent pour cent de privacité. » Bienvenus donc à l’ère de Big Brother...



    Quelles révélations a donc faites Snowden ? Cet ancien assistant technique de la Central Intelligence Agency (CIA), âgé de 29 ans, qui travaillait dernièrement pour une entreprise privée – Booz Allen Hamilton [3] - sous-traitante de l’Agence américaine de sécurité nationale (NSA), a révélé aux journaux The Guardian et The Washington Post l’existence de programmes secrets, autorisés par le gouvernement des Etats-Unis, permettant la surveillance des communications de millions de citoyens à travers le monde entier.



    Un premier programme a été lancé dès 2006. Sa finalité : espionner tous les appels téléphoniques effectués, via la compagnie Verizon, à l’intérieur des Etats-Unis et à destination de l’étranger. Un autre programme, au nom de code PRISM, est entré en vigueur en 2007. Son but : surveiller les communications en provenance de l’étranger et passant par des serveurs américains. Dans la pratique, sa portée est encore plus grande. Il confère à la NSA un accès total aux serveurs des neuf plus grandes compagnies d’Internet soit Facebook [4], Microsoft, Yahoo, Google, Paltalk, AOL, Skype, YouTube et Apple (Twitter ne serai pas concerné, semble-t-il).

    Si quelqu’un a utilisé les services d’une de ces sociétés, ses données ont certainement été contrôlées et stockées par PRISM. Conversations audio et vidéo, photos, e-mails, documents, historique des connexions, chats audio et vidéo via Skype, fichiers Google Drive, photothèques... tout cela est espionné, filtré, classé, archivé ou transmis à d’autres agences d’intelligence, CIA ou FBI, pour vérifications approfondies. Selon le Washington Post, les mille yeux de la NSA peuvent « littéralement regarder ce que vous tapez ». PRISM est devenu l’outil le plus efficace à l’heure d’élaborer le rapport quotidien sur les risques en matière de sécurité que la NSA remet quotidiennement au président des Etats-Unis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (suite)


      Le 8 juin dernier, The Guardian a révélé l’existence d’un autre programme permettant à la NSA de classer les données volées en fonction des pays dont les communications sont espionnées. L’Iran arrive en tête, suivi du Pakistan. Par le biais de cette surveillance massive, la NSA ‘capte’ en moyenne, chaque mois, quelque trois milliards de données volées dans les ordinateurs du monde... « La NSA, a dénoncé le dissident américain Edward Snowden, a bâti une formidable infrastructure qui lui permet d’intercepter pratiquement tout type de communication. De telle sorte que cette Agence parvient à stocker la grande majorité des communications humaines ; et elle peut en faire usage à sa convenance à tout moment. »

      La NSA, dont le quartier général se situe à Ford Meade (Maryland), est la plus importante et la plus méconnue des agences américaines de renseignement. Tellement secrète que la plupart des Américains en ignorent l’existence. Elle dispose du plus important budget consacré aux services secrets et produit plus de cinquante tonnes de ‘documents classifiés’ par jour... C’est elle - et pas la CIA -, qui possède les principaux systèmes d’espionnage et de contrôle : un réseau mondial de satellites de surveillance, des milliers de super-ordinateurs, un nombre incalculable d’agents chiffreurs et décodeurs, et des forêts impressionnantes d’antennes satellitaires géantes situées dans les collines de l’Etat de Virginie Occidentale. L’une des spécialités de la NSA est d’espionner les espions, c’est-à-dire les services de renseignement de toutes les autres puissances, amies et ennemies. Au cours de la guerre des Malouines (1982) par exemple, la NSA est parvenue à déchiffrer le code secret des services d’intelligence des Argentins, et a transmis cette information cruciale aux Britanniques. Offrant ainsi à ceux-ci un avantage décisif dans leur affrontement contre l’Argentine.
      Le système d’interception de la NSA peut capter discrètement tout usage d’Internet, tout message e-mail, toute consultation de Google ou toute conversation téléphonique. A cet égard, la NSA s’intègre étroitement dans le mystérieux système Echelon [5]. Créé en secret, après la Seconde guerre mondiale, par cinq puissances (les « cinq yeux ») anglo-saxonnes : Etats-Unis, Royaume Uni, Canada, Australie et Nouvelle Zélande, Echelon est un système orwellien de surveillance globale. Il étend sa toile sur toute la planète en se branchant sur les satellites et les câbles qui acheminent la plupart des communications du monde. Echelon peut enregistrer jusqu’à deux millions de conversations à la minute... Sa mission principale consiste à espionner les gouvernements (amis ou ennemis), les partis politiques, les syndicats, les mouvements sociaux et les entreprises. Six grandes bases à travers le monde interceptent les communications que les ordinateurs surpuissants de la NSA vont ensuite ‘tamiser’ en ciblant des mots précis dans plusieurs langues [6].

      Dans le cadre d’Echelon, les services de renseignement américains et britanniques ont pu établir une longue collaboration secrète. Grâce aux révélations faites par Edward Snowden, nous savons désormais que les services d’espionnage britanniques ‘écoutent’ clandestinement toutes les communications passant par la Grande Bretagne. Ils ont même espionné les communications des délégations étrangères venues à Londres participer au Sommet du G-20 en avril 2008. Une fois encore sans faire de distinction entre ennemis et amis [7].

      Supprimer
    2. (suite)
      Le programme Tempora permet aux services d’intelligence britanniques d’emmagasiner des quantités colossales d’informations volées. Par exemple en 2012, ils ont surveillé quelque 600 millions de ‘contacts téléphoniques’ chaque jour ! En parfaite illégalité, ils se ‘branchent’ sur plus de 200 câbles de fibre optique superpuissants... Chaque câble transporte 10 gigabytes [8] par seconde. En théorie, leurs ordinateurs pourraient ‘traiter’ quelque 21 petabytes [9] par jour ; ce qui revient à ‘filtrer’ les 40 millions de mots de l’Encyclopedia Britannica cent quatre-vingt-douze fois par jour...

      Les services de renseignement américains et britanniques constatent qu’il y a plus de deux milliards d’usagers d’Internet dans le monde dont plus d’un milliard sur Facebook. En transgressant toutes sortes de lois et de principes éthiques, ils se sont donc fixés pour objectif de tout contrôler sur la Toile. Et ils sont en train d’y parvenir : « Nous commençons à dominer Internet, a avoué un espion anglais dans le Guardian, et notre capacité actuelle est très impressionnante. » Pour améliorer encore leur connaissance d’Internet, la Government Communications Headquarters (GCHQ, Agence d’intelligence britannique) a lancé récemment deux nouveaux programmes : Mastering The Internet (MTI) sur ‘comment maîtriser Internet’, et Interception Modernisation Programme pour une exploitation orwellienne des télécommunications globales. Washington et Londres ont mis ainsi au point un plan « Big Brother » capable de contrôler tout ce que nous échangeons dans nos communications (voix, documents, photos, vidéos, achats, messages, etc.).

      Quand le président Barack Obama prétend, au nom de la ‘lutte contre le terrorisme’, que ces pratiques sont « légales », il défend l’indéfendable. Et se met en contradiction avec lui-même. Car il faut rappeler que, pour avoir réalisé des missions d’information sur de dangereux groupes terroristes basés en Floride – c’est-à-dire des missions que le président américain considère désormais comme « légales » - cinq Cubains ont été arrêtés aux Etats-Unis en 1998 et condamnés par la justice américaine à de longues peines de prison [10]. Un scandale judiciaire qu’il serait temps de réparer en libérant ces cinq héros [11].

      Le président des Etats-Unis commet un très grave abus de pouvoir en restreignant la liberté des citoyens du monde. « Je ne veux pas vivre dans une société qui permet ce type d’abus », s’est écrié le dissident Edward Snowen quand il a fait ses spectaculaires révélations. Ce n‘est d’ailleurs pas un hasard s’il s’est décidé à les diffuser juste le jour où commençait, aux Etats-Unis, le procès contre le soldat Bradley Manning accusé de transmettre des dossiers secrets à WikiLeaks, l’organisation internationale qui publie des informations secrètes issues de sources dont elle préserve l’anonymat [12]. Et au moment aussi du premier anniversaire de l’enfermement du cybermilitant Julian Assange dans l’enceinte de ambassade d’Equateur à Londres, où il a dû trouver refuge pour éviter d’être extradé aux Etats-Unis, via la Suède...

      Snowden, Manning, Assange, trois héros de notre temps, aujourd’hui traqués et poursuivis par le « Big Brother » américain [13]. A qui se demanderait pourquoi ces trois paladins de la liberté prennent-ils autant de risques ? Le dissident américain Snowden répond : « Quand tu t’aperçois que le monde que tu as aidé à créer sera pire pour la nouvelle génération et pour les suivantes, et que les capacités de cette architecture d’oppression ne cessent de se renforcer, tu comprends qu’il faut la dénoncer et que, pour cela, tu dois accepter tous les risques. Quelles qu’en soient les conséquences. »
      tag Mots-clés :

      Edward Snowden
      Etats-Unis d’Amérique
      Julian Assange
      National Security Agency


      Supprimer
  13. (suite)
    Notes

    [1] Lire Ignacio Ramonet, « Surveillance totale » et « Contrôle social total », in Le Monde diplomatique, respectivement août 2003 et mai 2009.

    [2] Proposée par le président George W. Bush et adoptée dans la contexte émotionnel d’après les attentats du 11 septembre 2001, la loi « Patriot Act » autorise des contrôles que portent atteinte à la vie privée, suppriment le secret de la correspondance et la liberté d’information. Les autorités n’ont plus besoin d’autorisation pour procéder à des écoutes téléphoniques. Et la police peut accéder aux informations personnelles des citoyens sans ordre de perquisition.

    [3] En 2012, Booz Allen Hamilton a facturé à l’Administration des Etats-Unis 1,3 milliard de dollars au titre de : « contribution à des missions de surveillance ».

    [4] Nous avons appris récemment que le responsable principal de la sécurité de Facebook, Max Kelly, chargé notamment de protéger l’information personnelle des facebookers contre des attaques extérieures, a quitté cette entreprise en 2010 et a été recruté par... la NSA.

    [5] Lire Philippe Rivière, Le système Echelon, Le Monde diplomatique, Paris, juillet 1999

    [6] Lire Christophe Ventura, La bataille du cyberespace, Mémoire des Luttes, juin 2013.

    [7] Espionner les diplomates étrangers est légal au Royaume Uni en vertu d’une loi votée par les conservateurs britanniques en 1994 qui place l’intérêt économique de l’Etat par dessus la courtoisie diplomatique.

    [8] Le byte est l’unité d’information en informatique. Un gigabyte est une unité de stockage d’information dont le symbole est GB et qui équivaut à 10 puissance 10 bytes, c’est-à-dire un milliard de bytes, soit, en texte écrit, une fourgonnette entièrement chargée de feuilles de papier écrites.

    [9] Un petabyte (PT) c’est 10 puissance 15 bytes.

    [10] La mission des Cinq - Antonio Guerrero, Fernando González, Gerardo Hernández, Ramón Labañino et René González – consistait à infiltrer et observer les agissements de groupes d’exilés cubains pour prévenir des actes de terrorisme contre Cuba. A propos du procès qui se termina par la condamnation de plusieurs d’entre eux à des peines de perpétuité, Amnesty International déclara que « durant tout le procès, l’accusation n’a présenté aucun document prouvant que les accusés auraient réellement eu entre leurs mains ou transmis à La Havane de l’information classifiée ».

    [11] Lire Salim Lamrani (coord.), Washington contre Cuba. Un demi-siècle de terrorisme, Le Temps des Cerises, Pantin, 2005 ; et Fernando Morais, Los últimos soldados de la guerra fría, Editorial Arte y Literatura, La Habana, 2013.

    [12] A propos de Wikileaks, lire Ignacio Ramonet, L’Explosion du journalisme, col. Folio, Gallimard, Paris, 2013, pp. 81 à 108.

    [13] Edward Snowden risque d’être condamné à 30 ans de prison après avoir été accusé officiellement par les Etats-Unis d’ « espionnage », de « vol » et d’ « utilisation illégale de biens gouvernementaux ». Ayant quitté Hongkong pour Moscou, Snowden a demandé asile politique à l’Equateur mais ce pays latino-américain, qui protège déjà Julian Assange, a décidé de n’étudier sa demande que si l’ancien technicien de la NSA parvient à mettre pied sur le sol équatorien.

    SOURCE:

    RépondreSupprimer
  14. http://www.wikistrike.com/article-la-dgse-a-le-droit-d-espionner-ton-wi-fi-ton-gsm-et-ton-gps-aussi-119021883.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.