Bistro Bar Blog

mercredi 8 août 2012

"C'est comme ça qu'on fait", une histoire de singes et de rôti


Comment se crée un paradigme collectif ?

Jetez un regard autour de vous et vous remarquerez très vite quelque chose. Nous faisons une foule de choses que nous ne remettons jamais en question. C'est comme si nombre de nos actes étaient robotisés ou mécaniques. Nous répétons des choses que nos parents nous ont apprises et quand nous leur demandons pourquoi, ils ne le savent même pas. Nous répétons des choses vues à la TV, apprises dans des livres ou vues dans un film parce que cela semble tellement normal. Mais comment en est-on arrivé là ? Comment se fait-il que nous fassions des choses sans même savoir pourquoi ?


J'ai lu un jour cette histoire sur une expérience faite avec des singes et elle exprime très justement ce que les humains font depuis des centaines d'années. 

Pensez-y, est-ce qu'elle ne ressemble pas exactement à ce que nous faisons par ailleurs ? Nous faisons des choses parce que nous les avons faites pendant des années et ce, même si elles ne sont plus adaptées. Nous ne demandons ni remettons en question le pourquoi parce que nous trouvons plus facile d'agir comme un robot que de sortir des sentiers battus. Ou bien est-ce parce que nous avons été éduqués à ne pas sortir des sentiers battus ? Quelle que soit la manière d'envisager les choses, je pense qu'il est temps de nous sortir de notre mode mécanique et d'introduire un mode de pensée libéré.


L'histoire des singes, qui illustre l'article :

Un groupe de scientifiques a mis 5 singes dans une cage et au milieu une échelle avec en haut des bananes.

À chaque fois qu'un singe tentait de monter sur l'échelle pour prendre une banane, les scientifiques arrosaient les autres singes à l'eau froide.

Au bout d'un certain temps, à chaque fois qu'un singe montait à l'échelle, les autres le frappaient.
Ensuite aucun des singes n'osait monter à l'échelle, malgré la tentation.

Les scientifiques décidèrent alors de substituer l'un des singes. La première chose que fit le nouveau singe fut de monter à l'échelle. Immédiatement les autres singes le battirent. Après plusieurs rossées, le nouveau singe apprit à ne plus monter à l'échelle, même s'il ne savait pas pourquoi.

On substitua un deuxième singe et la même chose se répéta. Le premier singe substitué participa à la rossée du deuxième singe. Un troisième singe fut substitué et même chose arriva (rossée). Un quatrième nouveau singe arriva avec le même résultat. Finalement le 5ème singe fut remplacé.

Il y eut donc un groupe de 5 singes qui, bien que n'ayant jamais reçu de douche froide, continuaient de frapper tout singe qui tentait de monter à l'échelle.

S'il était possible de poser la question aux singes pour quelle raison ils frappaient celui qui veut monter à l'échelle...Je devine que la réponse serait : ''Je ne sais pas. C'est comme ça qu'on fait ici.''
Ça vous rappelle quelque chose ?

Ne manquez pas de partager ceci avec ceux qui pourraient se demander pourquoi on continue de faire ce qu'on fait même s'il existe une autre manière de le faire.

Sur ce même site "Collective evolution", j'ai trouvé cette autre histoire dans la même veine. Extraits :

Il serait temps d'envisager pourquoi nous fonctionnons de la manière dont nous le faisons


Laissez-moi vous raconter une histoire qui m'a été rapportée concernant une femme, sa grand-mère et un rôti.

Une femme enseignait un jour à sa fille à cuisiner un rôti quand la fille lui demanda, ''Maman, pourquoi coupes-tu les extrémités du rôti ?'' La mère ne savait pas trop quoi répondre mais repensa que c'était sa mère qui le lui avait appris la première fois. Ne connaissant pas la vraie raison de cette coupe des extrémités, elle décida d'appeler sa mère, qui était bien sûr la grand-mère de ses filles. ''Hé Maman, souviens-toi quand tu faisais un rôti lorsque j'étais enfant et que tu coupais toujours les extrémités. Pourquoi coupais-tu les extrémités ?'' La mère de cette femme répondit, ''Je ne sais pas bien, c'est comme ça que ma mère le faisait toujours.'' Heureusement pour cette histoire, la grand-mère de la mère était toujours en vie et elle put lui téléphoner pour lui poser la question dont 3 personnes attendaient la réponse. Quand la mère de la grand-mère posa la question sur la coupe des extrémités du rôti, ''Hé bien c'est parce que le four était trop petit et avec le plat à four que j'avais, il fallait couper les extrémités, sinon ça ne rentrait pas.''

Que faut-il tirer de cette histoire ? Trois générations de gens avaient appris à couper les extrémités du rôti parce que c'était comme ça qu'on le faisait dans le passé et aucune d'elles ne l'avait jamais remis en question. Bien que la raison de la coupe n'avait plus cours, la même méthode se perpétuait simplement parce qu'elle pensait que ''c'est comme cela qu'on fait.'' 

[…] Vous pouvez remarquer rapidement que tout ce que nous faisons est basé sur des choses répétitives faites dans le passé qu'on ne remet jamais en question ou qu'on ne pense pas pouvoir faire différemment.

Non seulement nous pourrions vivre dans un monde où nous fonctionnerions d'une manière totalement harmonieuse avec notre planète, mais aussi nous mettrions fin à toutes nos souffrances intérieures en révisant les croyances du passé sur la manière dont les choses doivent être. Vous seriez probablement choqués de découvrir combien d'importantes croyances banales sont complètement fausses quand vous les analysez. C'est ce qu'on vous a appris à l'école sur la science, l'évolution, la technologie, notre environnement, la santé, etc. Nous perpétuons simplement des croyances et des théories que nous avons peur d'actualiser.


SOURCE
Traduit par Hélios

12 commentaires:

  1. Les singes ont appris par nature à ce nourrir !
    Résultat quand ils voient des bananes, leur premier réflexe c'est d'aller en cueillir !
    Seulement les singes ont appris très récemment à leur dépends qu'un être très supérieur à eux, l'homme, venait d'inventer un jeu à la con !
    Ces hommes très intelligent, n'avaient pas compris que les singes très idiot auraient très vite compris leur jeux de débile !
    L'homme très content de lui appelle cela découverte d'un semblant d'intelligence chez les primates !
    Il paraît que l'homme descend du singe !! Qu'elle insulte envers ces animaux !!!

    RépondreSupprimer
  2. Maintenant pour ce qui concerne les rôtis !
    C'est pire !
    L'entame est généralement beaucoup plus exposée à la chaleur, donc par déduction moins moelleuse et plus desséchée qu'une tranche prise dans le milieu du rôti !
    Depuis la nuit des temps la maîtresse de maison au fond de sa caverne en a eu marre de ce prendre des coups de massue par son Cromagnon d'époux qui lui reprochait la dureté de son morceau, et c'est pour cette raison que la grand mère et la mère pratiquent ainsi depuis la nuit des temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais tu sais les anglais sont des gens capables de cuire du gigot à l'eau bouillante, alors le rôti, c'est un détail !!

      Supprimer
    2. Oui, il y a encore plus originale en cuisine , il y les franglaises (lol)

      Supprimer
    3. Hélios !

      Merci à l'avenir de ne pas parler des anglais quand on parle de cuisine !!!

      Supprimer
    4. La cuisine de ma grand mère anglaise a été de suffisamment bonne qualité pour me faire prendre des kilos pendant les étés de mon enfance et adolescence;
      je dois dire que j'ai du mal à comprendre cette mauvaise réputation concernant la cuisine anglaise(heureusement , elle ne semble pas concerner la cuisine galloise et écossaise)
      surtout que mon père (français et arrière petit fils d'une cuisinière d'un grand restau parisien)ayant donc eu la chance de manger et d'apprendre à faire de la bonne cuisine, a aussi trouvé que ma grand mère était bonne cuisinière,
      il faut dire qu'elle a appris a cuisiner avant la deuxième guerre mondiale , à une époque où la-bas, les gens faisaient encore des repas normaux. Ceci explique peut-être cela...

      Supprimer
    5. Il y en a qui plaisantent à propos de la cuisine anglaise, Chantalouette et tu n'es pas visée personnellement. Tu n'y es pour rien si en France la cuisine anglaise n'est pas très populaire. Je suis allée plusieurs fois à Londres et n'ai pas de souvenirs marquants de repas gastronomiques.
      Pendant mes deux mois de vacances écossaises quand j'étais ado, je n'ai pas mangé un légume et un fruit (sauf une pomme que j'avais chapardée) de tout mon séjour et avais pris 5 kg en rentrant.

      Supprimer
  3. Ça me rappelle que pour attraper un oiseau, il faut lui mettre du sel sur la queue. J'ai entendu dire ça très sérieusement, alors qu'évidemment c'est une plaisanterie : avant de lui mettre du sel sur la queue, il faut d'abord l'attraper.
    Si quelqu'un en doute, qu'il essaie :)
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais quelqu'un, qui petit, a couru pour attraper un oiseau, et la grand mère a couru derrière,pour attraper le petit fils..
      Je ne décrirais pas le résultat....., surtout que c'était dans une étable......
      Enfin bref, la mère a fait la lessive..(lol)

      Supprimer
  4. Nous faisons des choses parce que nous les avons faites pendant des années et ce, même si elles ne sont plus adaptées. Nous ne demandons ni remettons en question le pourquoi parce que nous trouvons plus facile d'agir comme un robot que de sortir des sentiers battus.

    Suis d'accord pour tout !

    Je sors des sentiers battus ...;-) plus de vaisselle (à machine à main, pas l'autre !) plus les courses, plus le ménage (avec ou sans le robot qui aspire) .... tout même le repassage.... vous repasserez toutes ;-) ! LOL !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bé, ce doit être un sacré "mess" chez toi, comme disent les anglais, Dany ;-)

      Supprimer
  5. Si les singes n'avaient pas été en cage, je pense que ce sont ces soit disant scientifiques qui se seraient fait frappé par les singes, pas le singe nouvellement introduit.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.