Bistro Bar Blog

dimanche 13 mai 2012

Un retraité préfère mourir que de laisser partir son sanglier

Un retraité de 83 ans a prévenu samedi qu'il ferait barrage de son corps au péril de sa vie si les autorités viennent lui prendre le sanglier qu'il a recueilli il y a un an et qui coule des jours heureux chez lui, dans le Tarn-et-Garonne.
Credit : Sascha Schuermann


Yvan Blaise, ancien viticulteur à Saint-Paul-d'Espis, un village de 630 habitants du Quercy blanc, a trouvé celui qu'il a baptisé Bamby le 28 février 2011 alors qu'il accompagnait une partie de chasse.

"Sa mère avait dû être tuée la veille. Je me suis enlevé une chaussette de la botte et je l'ai mis dedans", raconte M. Blaise.

Bamby avait un ou deux jours. Il pesait 800 grammes. M. Blaise et sa femme Alice, 80 ans, l'ont nourri au biberon.

SUITE ET SOURCE
http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/societe/insolite/2012/05/12/un-retraite-prefere-mourir-que-de-laisser-partir-son-sanglier-1166306.html

10 commentaires:

  1. Résistance aux fonctionnaires de l'immonde, qui sont toujours, à chaque époque, détenteurs et représentants des bonnes raisons. Plus tard, ils plaident qu'ils ne savaient pas.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui mais qui est responsable ?
      le fonctionnaire ?
      C'est trop facile .
      Nous sommes COMPLICES ,désolé cher VJ ,les vrais coupables sont jamais jugés..

      Supprimer
    2. Deux choses sont infinies disait Einstein, l’Univers et la bêtise humaine.
      Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.

      L’Homme est profondément médiocre par essence.
      Il en est tant qui exercent un petit pouvoir qu’on leur a assigné ou qu’ils se sont adjugé,
      se donnant l’impression d’exister alors qu’ils ne font que stupidement fonctionner.
      Cette anecdote en est une des mille représentations qui nous sont proposées/infligées au quotidien.

      Supprimer
  2. J'espère qu'il gardera son sanglier ce monsieur.
    Un peu d'humanité dans l'administration ne ferait pas de mal.

    RépondreSupprimer
  3. lasorciererouge14 mai 2012 à 00:06

    Et bien, moi j'suis pas d'accord !!
    Trop facile de défendre les fonctionnaires, quand ça fonctionne pas c'est jamais leur faute, faut s'adresser aux chefs ( ?!)
    Ex: au boulot éviers à déboucher + petits problèmes divers, sont venus à 4 pour constater !!
    C'est plus que de l'humanité qu'il faut, c'est l'intélligence du coeur !!
    Mais bientôt ils vont lâcher les fauves..sur deux êtres qui ne demandent qu'a vivre tranquille !!
    Foutez leurs la PAIX bon sang de bois (..et je reste très polie !!)

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,

    "alors qu'il accompagnait une partie de chasse."


    Et ...


    Bisous, Léa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis très souvent d'accord avec les commentaires de Léa et cette fois encore ... Et ...

      Supprimer
    2. il y a beaucoup d'ambivalence chez les chasseurs.....comme chez de nombreux humain qui sont capables du pire et du meilleur

      xavier

      Supprimer
  5. lasorciererouge14 mai 2012 à 20:52

    http://jack35.wordpress.com/2012/05/14/le-viticulteur-a-la-retraite-refuse-de-livrer-aux-autorites-son-sanglier/

    RépondreSupprimer
  6. Samedi, 19 Mai 2012 14:21


    .
    Accusé de fraude, au bout du rouleau, Pôle Emploi l'avait radié pour absence à convocation alors qu'il était déjà mort.

    C'était le 30 décembre 2010. Marcel Dumas avait punaisé un petit mot sur la porte de sa maison de Saint-Xandre, en Charente-Maritime : «Je suis mort», puis il était allé se pendre.

    Un passant intrigué avait alerté les secours. Les gendarmes ont découvert le corps un peu plus tard. Trop tard.

    De l'avis de ses proches, Marcel n'était pas dépressif, encore moins suicidaire. Il était juste au bout du rouleau. À 56 ans, chômeur, avec 600 euros par mois pour survivre, il venait de recevoir un recommandé du Pôle emploi lui enjoignant de rembourser un trop-perçu de 8.944,76 €. Aucun justificatif n'accompagnait ce courrier type à la sécheresse tout administrative. Pas de décompte des sommes dues non plus, mais un échéancier à respecter : 1.789 euros par mois pendant cinq mois. «D'être considéré comme un fraudeur, il ne l'a pas supporté», résume Marie-Lise Deschamps.

    Vingt ans de précarité

    Marie-Lise, c'est la grande sœur de Marcel. Elle dit n'avoir découvert la détresse de son frère qu'après sa mort, en épluchant ses maigres papiers. «Il ne parlait jamais de ses problèmes. J'ai appris plus tard qu'il était obnubilé par cette affaire. Sa hantise, c'était qu'on lui prenne sa maison, qu'il se retrouve à la rue. Pour moi, il est clair qu'on l'a poussé au suicide.»

    Marie-Lise décrit son cadet comme un vieux garçon «renfermé» mais «qui n'aurait jamais fait de mal à personne». Quelqu'un de «démuni», «sans défense», avec son certificat d'études pour seul bagage. Électricien de marine, il avait été mis au chômage par la fermeture du chantier Gib Sea de Marans, au début des années 1990. «Il n'avait pas retrouvé de vrai travail depuis. Il vivait d'emplois aidés, de petits boulots à droite à gauche.»

    En 2007, Marcel Dumas est recruté par la Maison des chômeurs de La Rochelle. 26 heures par mois payées 200 euros. Qu'il porte consciencieusement sur sa déclaration de revenus. Son «conseiller référent» de l'ANPE est au courant, comme en témoignent les fiches de liaison de 2008 que Marie-Lise a retrouvées.

    Pourtant, à l'automne 2010, le Pôle emploi l'accuse de ne pas avoir déclaré cette activité. Le radie provisoirement, suspend ses droits et lui notifie le trop-perçu. Puis, s'agissant de l'ASS, une allocation d'État, le dossier est transmis à la préfecture. La machine est en marche.

    Le 28 décembre 2010, le Pôle emploi convoque Marcel Dumas à un entretien pour le 5 janvier. Puis lui signifie sa radiation le 10 pour cause d'absence au rendez-vous. Il était mort depuis onze jours.

    Ni coupables, ni responsables

    Une bavure dans la chasse aux petits fraudeurs ? Marie-Lise Deschamps en est convaincue. Elle en veut à ce conseiller référent qui savait et n'a rien dit, qui n'a pas voulu voir la bonne foi de Marcel et sa détresse. «Curieusement, il a été remplacé juste après la mort de mon frère...»




    (Source : Sud-Ouest)

    Pôle-emploi responsable mais pas coupable..une autre délicatesse tout administrative !!

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.