Bistro Bar Blog

lundi 28 mai 2012

Japon, 28 mai 2012


TEPCO va s'attaquer à l'enlèvement de deux nouveaux assemblages de combustible de la piscine de refroidissement du réacteur 4

Le plan original de la ''feuille de route'' était de construire d'abord une structure de protection au-dessus du bâtiment du réacteur et ensuite de commencer à enlever les assemblages de combustible en décembre 2013.


D'après le Yomiuri Shinbun (27 mai 2012) :
TEPCO a décidé d'enlever en juillet une partie d'un assemblage de combustible neuf de la piscine du réacteur 4 de la centrale.

Ce sera le premier démontage de combustible nucléaire depuis le début de l'accident.

Il y a 1535 assemblages de combustible stockés dans la piscine du réacteur 4, y compris les 204 nouveaux. Le programme était de construire une structure de recouvrement du bâtiment équipée d'une grue [pour enlever les assemblages] et de commencer à enlever les assemblages de combustible en décembre 2013.

Le combustible récent n'a pas de problème de chaleur due aux produits de fission et est plus facile à manipuler que le combustible usagé. TEPCO a décidé de déplacer quelques assemblages et d'examiner la situation.


L'ouvrier qui tweete depuis Fuku I dit que TEPCO va enlever 2 assemblages. Comme ils n'ont jamais servi, ils peuvent être enlevés par voie aérienne, dit-il.
Cela ne me semble pourtant pas être une tâche urgente et essentielle pour l'instant. Cela semble un effort inutile et risqué.


Yukio Edano a porté le blâme sur les autres concernant la réponse à l'accident de Fukushima, s'est dépeint lui-même comme ne sachant pas grand-chose

dans son témoignage de dimanche à la commission d'enquête indépendante de la Diète, qui a été diffusé sur internet en direct et aussi par Nico Nico (qui était bien meilleur sans les ennuyeuses publicités).
Selon les journaux grand public, M. Edano s'est ''excusé'' pendant son témoignage du 27 mai.

D'après le Yomiuri Shinbun (27 mai 2012) :

Révélation d'informations ''insuffisante'', M. Edano s'est excusé à la commission de la Diète à propos de l'accident

La commission, dirigée par le président Kiyoshi Kuroda, a appelé le ministre de l'économie, du commerce et de l'industrie en tant que témoin à l'audition publique du 27 mai. M. Edano était le secrétaire en chef du cabinet au moment de l'accident nucléaire.

En tant que porte-paroles chargé à l'époque de disséminer l'information du gouvernement, M. Edano a dit ; ''en tant que gouvernement, nous ne pouvions réunir assez d'informations et ne pouvions nous faire une idée et des suppositions. C'est ce à quoi nous devrions réfléchir'', admettant que la réunion et la dissémination d'informations par le gouvernement était inadéquates, et il s'est excusé.

Quant à la confusion pour la réponse du gouvernement, M. Edano a dit, ''la dissémination des informations est faite sur une base individuelle, sur l'expérience et l'intuition'', soulignant les problèmes du manque de cohérence et la structure des relations publiques.
Lors de l'accident de la centrale, le gouvernement a demandé aux résidents habitant dans un rayon de 3 km d'évacuer la nuit du 11 mars. Le matin du 12, la zone d'évacuation a été étendue à un rayon de 10 km et dans la soirée à un rayon de 20 km, entraînant de la méfiance de la part des résidents.

Je ne pensais pas que M. Edano allait s'en tirer avec des excuses. Il ne savait pas, il ne se souvenait pas et c'était toujours le problème de quelqu'un d'autre. Voici mes remarques personnelles en regardant le témoignage (non les mots employés dans le procès-verbal) :


Concernant la mise en place de la zone initiale d'évacuation dans un rayon de 3 km, puis de 20 km après l'explosion du réacteur 1 le 12 mars :
Edano a dit qu'il ne savait pas pourquoi c'était un rayon de 3 km. Il a dit qu'il ne se souvenait pas pourquoi on l'avait mis ensuite à 20 km, ne se rappelait pas qui l'avait suggéré. Il a dit aussi qu'il ne savait pas que la désignation de la zone d'évacuation ne pouvait être levée sauf si la situation s'améliorait.
Concernant le dégazage du réacteur 1 :
Il s'est avéré qu'on avait essayé de dégazer la centrale de Fukushima mais qu'il y a eu des difficultés. Le quartier général de TEPCO était impuissant. Nous avons donc émis un ordre légal de dégazage. (a-t-il vraiment été utile?)
Concernant la visite du premier ministre de l'époque (Kan) le 12 mars 2011 :
Il a dit que c'était Kan lui-même qui voulait venir, même s'il devait gêner le travail à la centrale. Il a informé Kan qu'il y aurait des ramifications politiques, mais Kan pensait qu'obtenir des informations de première main était plus important.
Concernant le retrait de TEPCO de Fuku I :
Edano ne semblait pas se rappeler ce qui avait été dit exactement. Il a continué à causer, mais pas vraiment sur ce sujet.
Concernant la durée d'évacuation :
Personne, lui compris, ne savait que l'évacuation serait si longue. (''Au-delà des attentes'' est une autre de ses fameuses remarques)
Concernant SPEEDI :
Edano a dit qu'il n'a pas eu connaissance du système (difficile à croire, car il est toujours utilisé tous les ans dans les exercices d'urgence nucléaire) avant le 15 ou le 16 mars. Il a dit que les responsables du ministère de l'éducation l'avaient averti qu'ils ne pourraient faire une simulation parce qu'il n'y avait aucune donnée sur la quantité réelle de matériaux radioactifs dispersés par la source (Fuku I). (Donc ? Le ministère faisait les calculs en utilisant une méthode d'unité d'émission) Il a dit qu'il avait demandé au ministère de faire de leur mieux pour calculer à partir des données disponibles. ''le ministère de l'éducation est celui qui a dû transpirer'', a-t-il dit, signifiant que c'était ce ministère qui aurait dû travailler dur (jusqu'à en transpirer) et s'occuper de la simulation et des recommandations, et non pas lui ou le gouvernement.
Concernant son refrain ''pas d'effets immédiats sur la santé'' :
Interrogé par l'une des commissaires qui est une évacuée de Fukushima en raison de l'accident sur le pourquoi du refrain d'Edano ''Il n'y a pas d'effet immédiat sur la santé'', Edano lui a dit sèchement ''vous devriez revoir les transcriptions de mes conférences de presse.'' Edano a dit qu'il était regrettable que ses mots avaient été pris dans un autre sens que dans son intention. Il a dit plus tard que l'information aurait dû être plus détaillée mais il a essentiellement rendu responsables de mauvaise interprétation les destinataires du message.
Concernant sa référence à la ''fusion du cœur'' dans la conférence de presse du 13 mars :
Edano a dit qu'il n'était pas au courant que la NISA avait mentionné la possibilité d'une fusion du cœur le jour précédent (12 mars). (Hein?)
M. Edano s'est dépeint lui-même comme s'il était un outsider qui faisait juste son travail de relations publiques en tant que secrétaire de chef de cabinet, sans connaître en détails ce qu'il se passait. La plupart des japonais (et probablement les britanniques) savent ce qu'est un secrétaire du chef de cabinet. Il n'est décidément pas une pièce maîtresse de l'administration. C'est une position ministérielle exerçant un pouvoir et une influence.
Mais M. Edano s'en est tiré à bon compte. Pas de questions difficiles.
C'est aujourd'hui au tour de Naoto Kan de donner son témoignage.

Autoradiographie* de feuilles de cyprès japonais provenant d'Iitate-mura en Fukushima



* définition de autoradiographie : trace laissée sur un support photographique par un objet qui contient des substances radioactives.

Le Dr Satoshi Mori de l'université de Tokyo montre dans son blog une autoradiographie de feuilles de cyprès japonais qu'il a prélevé l'année dernière à Iitate-mura dans la préfecture de Fukushima. Il dit qu'il ne peut s'empêcher de ressentir de la pitié pour l'arbre :

D'après le blog du Dr Mori (24 mai 2012) :
Cette photo d'un cyprès japonais cultivé dans le district de Komiya d'Iitate-mura a été prise à l'automne de l'année dernière. J'ai également prélevé des feuilles et des cônes femelles à la hauteur que j'ai été capable d'atteindre.

J'ai déjà fait un compte-rendu sur l'étude [de ce cyprès] sur ce blog.

Aujourd'hui, je veux vous montrer les mesures des radiations sur des parties du cyprès et l'autoradiographie des feuilles.
Des mesures simplifiées (à l'aide d'un dosimètre à scintillation NaI), montrent un taux dans les graines d'environ 10.000 Bq/kg de césium-137, comme vous pouvez le voir dans la table ci-dessous. Il doit y avoir environ 70 % de césium-134 dans cette quantité, donc le césium total devrait être d'au moins 17.000 Bq/kg. Cela représente environ un septième de la radioactivité des feuilles. Quand les fruits femelles sont attachés aux tiges des feuilles, les graines restent à l'intérieur des fruits, et il ne devrait y avoir aucune exposition aux radiations externes par les poussières radioactives. Je suppose donc que presque toute la radioactivité des graines a été transmise par les feuilles et l'écorce de l'arbre qui étaient contaminées au césium.
ヒノキcyprès japonais
Cs-137 (Bq/kg)
種子 graines
10709
雌果の殻 cônes femelles
37639
葉feuilles
74610
葉の軸 hampe
166093
Tout en appliquant les feuilles et en prenant une autoradiographie, je ne pouvais m'empêcher de ressentir de la pitié pour les cyprès japonais qui ont été aspergés de radioactivité partout sur leurs feuilles et leurs hampes. Cette image d'irradiation peut contenir des volumes plus importants que la seule information numérique.
Ces graines ont dû sauter des fruits femelles, atterrir sur le sol et endommager les chromosomes de leurs bourgeons embryonnaires par leur exposition aux radiations externes et interne de l'environnement (plusieurs microsieverts/h) en entrant dans leur période de germination et démarrage de la division cellulaire.

Aucun chercheur en biologie ne penserait à une inhibition de la germination causée par des désordres chromosomiques ou une malformation même en cas de germination. Si c'étaient des animaux, ce serait l'équivalent d'une fausse-couche, d'une mortinatalité, d'une malformation, d'une faible constitution due à un affaiblissement immunitaire. J'ai déjà parlé des nombreux cas de branches et feuilles malformées à Tchernobyl.

L'autoradiographie montre les feuilles uniformément saupoudrées par les retombées radioactives et irradiées.
J'ai demandé au Dr Mori des exemples spécifiques de désordres chromosomiques. Il a dit qu'il y en a de plusieurs types, y compris ceux-ci : 
  • Les structures normales (racines, tiges, feuilles) peuvent ne pas se former parce que la division cellulaire est interrompue et les cellules se déshydratent.
  • Le chloroplaste peut ne pas se former dans les feuilles et la plante ne peut faire sa photosynthèse (pas d'assimilation du dioxyde de carbone) ; ou bien les mitochondries ne sont pas formées et la plante ne peut respirer (pas d'absorption d'oxygène). Dans tous les cas, la plante meurt.
  • Même si la plante survit, elle ne peut laisser de descendance s'il y a des problèmes dans la formation des pollens ou des ovules.

1 commentaire:

  1. """Le plan original de la ''feuille de route'' était de construire d'abord une structure de protection au-dessus du bâtiment du réacteur et ensuite de commencer à enlever les assemblages de combustible en décembre 2013."""
    Au vu des résultats de déblaiements des gravats du 4, il leur semble plus urgent de retirer les assemblages au plus tôt ! Afin de limiter dans la mesure du possible une déflagration titanesque toujours potentielle!!!Je pensais qu'ils allaient construire un pont roulant pour manipuler les barres, en faite ils vont essayer avec des moyens mobiles afin de gagner du temps.
    ALAN

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.