Bistro Bar Blog

jeudi 8 décembre 2011

Japon, 8 décembre + ajouts

EX-SKF


220 et non 45 tonnes d'eau contaminée au strontium ?

Si on regarde les photos publiées jusqu'ici par TEPCO, quand on dit que seulement 45 tonnes d'eau traitée ont fui du condensateur (désalinisation) à la centrale de Fukushima et que seulement 150 litres ont fui dans l'océan, et qu'on s'en étonne ''45 tonnes ? 150 litres ? Les chiffres semblent trop faibles'', on est peut-être dans le vrai.
La quantité d'eau qui a fui du condensateur est peut-être de 220 tonnes et non pas 45 comme cela a été largement rapporté. Dans ce cas, l'un des premiers reportages de l'Asahi Shinbun (version imprimée digitale) a pu s'avérer exacte. 45 tonnes uniquement dans le bâtiment qui abrite ce condensateur.
Refaisons les calculs. 150 litres de l'eau traitée qui ont fui dans l'océan, selon TEPCO, contenaient 26.000.000.000 becquerels (26 milliards de becquerels) de matériaux radioactifs (césium, strontium...). Si c'étaient 750 litres qui avaient fui (en utilisant le rapport de 220 tonnes sur 45 tonnes), cela ferait 130 milliards de becquerels. Si c'était une tonne (1000 litres) qui avait fui, cela ferait environ 173 milliards de becquerels.
Les premières infos d'événement dans ce désastre nucléaire se sont souvent prouvés exactes, juste comme l'annonce du 12 mars par la NISA qu'il pouvait y avoir une fusion du coeur à Fukushima. (ce porte-paroles fut bien sûr remplacé le lendemain)
De toutes façons, voici le reportage de l'Asahi Shinbun à 22h47 le 4 décembre (version imprimée digitale) :
TEPCO a annoncé le 4 décembre que 45 tonnes d'eau avaient fui dans une installation de traitement d'eau fortement contaminée à la centrale de Fukushima. L'eau avait été traitée, mais elle contient des matériaux radioactifs qui dépassent de loin le niveau autorisé par la loi. La quantité totale d'eau ayant fui est estimée à 220 tonnes maximum, et une partie a pu fuir dans l'océan. TEPCO a dit que ''l'arrêt à froid'' des réacteurs sera bientôt réalisée, mais cet incident montre qu'il y a des problèmes dans le travail de restauration.
C'est la plus importante fuite du système de circulation et de refroidissement de l'eau depuis son démarrage (en juin). La densité du césium radioactif de l'eau est de 45.000 becquerels/litre, 300 fois la densité autorisé par la loi pour de l'eau relâchée dans l'océan. La densité du strontium radioactif n'est pas encore disponible, car il faut du temps pour la mesurer. Mais à en juger par les données précédentes, on pense que ce peuvent être 100 millions de becquerels/litre, 1 million de fois la densité autorisée.
TEPCO a stoppé le condensateur, mais l'injection d'eau dans les réacteurs continue, car il y a plus de 10.000 tonnes d'eau traitée dans les réservoirs de stockage. TEPCO dit, ''cela n'affectera pas l'arrêt à froid''.
Selon TEPCO, un ouvrier d'une compagnie affiliée (sous-traitant) a trouvé la fuite sur le condensateur qui sert à désaler l'eau vers 11h30 le 4 décembre. 45 tonnes d'eau traitée ont fui du condensateur et on a découvert que l'eau fuyait de fissures dans le béton près du sol dans les drains latéraux extérieurs. Les fuites ont été stoppées avec des sacs de sable.
L'ouvrier qui tweete depuis Fuku I confirme en quelque sorte l'histoire avec son tweet du 7 décembre :
''Il semble que ce soit 220 tonnes, et non 45, qui ont fui...''
(Merci à Léna pour l'article de l'Asahi)
------------------------------------------------------------

Les chemins de fer japonais font la promotion de Tohoku comme un must en tant que destination de voyage ''c'est maintenant ou jamais''


L'un de mes contacts twitter français m'a envoyé un lien vers l'article d'un blog français intitulé ''Noël à Fukushima''.

JR (Japan Railway, chemins de fer japonais) a apparemment un service de relations publiques super qui pousse à aller en voyage à Tohoku – Yamagata, Aomori, Akita, Iwate, Miyagi et Fukushima. Il a lancé une pub mettant en scène de jeunes femmes qui passent du bon temps en voyageant dans la région.


La palette de couleurs de la pub semble intentionnellement ''datée'' – du style 1930 pour moi. La première pub montre une femme posant comme si elle protégeait ses yeux ou qu'elle faisait un salut militaire.
La pub est pour la préfecture de Fukushima et elle dit : ''J'arrive, Tohoku'' (dans un langage utilisé surtout par les hommes, familier et légèrement vulgaire) ; et ''Rien ne m'arrivera si j'y vais''. (Hum, est-ce une allusion au travail bénévole de décontamination dans les zones fortement radioactives de Fukushima?)
La deuxième pub dit : ''Si je ne vais pas à Tohoku maintenant, quand irai-je ?'' (c'est à dire, ''C'est maintenant ou jamais'' ou ''c'est le meilleur moment pour y aller.'')
Sur le site web de JR, on peut télécharger une affiche de publicité pour sa préfecture favorite à Tohoku.
Comme le souligne le blog français, la raison ostensible est de commémorer le 1er anniversaire du train à grande vitesse (Shinkansen) entre Tokyo et Aomori, alors que la vraie raison est sûrement de pousser à acheter des billets, dont la vente a baissé, pour ''aider'' l'industrie du tourisme dans la zone affectée par la catastrophe.
Je ne pense pas personnellement que JR devrait promouvoir le tourisme en utilisant des jeunes femmes dans une zone sévèrement affecté par les retombées de l'accident. Je ne pense pas que des jeunes femmes comme celles de la pub TV devraient être à Fukushima pour le plaisir, mais ce n'est que moi. Des experts érudits ont clairement des opinions différentes.

Voici le lien vers l'article paru sur le blog français en question: ICI

------------------------------------------

Débris radioactifs : le nouveau gouverneur d'Osaka aux citoyens ''Ne m'interrompez pas !''

Ichiro Matsui, le gouverneur récemment élu de la préfecture d'Osaka, âgé de 47 ans, qui est tout à fait pour accepter les débris de la catastrophe de Tohoku. Il a organisé le premier meeting d'experts pour décider de la conduite à tenir pour l'acceptation des débris, mais le débat fut ''grossièrement'', selon lui, interrompu par des citoyens qui ne veulent pas que les débris soient incinérés et enfouis à Osaka. Le meeting a été annulé au bout d'une heure.

Le gouverneur a été si scandalisé par ce comportement inconvenant des citoyens qui étaient supposés n'être qu'observateurs qu'il a décidé de garder les citoyens dans une salle séparée la prochaine fois et les faire regarder en direct la réunion pour qu'ils ne l'interrompent pas avec leurs questions stupides sur la radioactivité.
L'ex-gouverneur d'Osaka, Toru Hashimoto, 42 ans, est également très désireux d'accepter les débris. Maintenant qu'il est devenu le nouveau maire de la ville, lui et Matsui (ils sont du même parti nommé Association Restauration Osaka) veulent promouvoir fortement l'arrivée des débris radioactifs. Que les agaçants citoyens soient damnés.
Les habitants d'Osaka vont-ils s'en accomoder ? (bon, il y a assez de monde qui a voté pour ce gars, donc ce sera peut-être le cas)
Voici la photo de ce puissant duo. Le gouverneur Matsui est à gauche, l'ex-gouverneur à droite.

Osaka va donc incinérer les débris radioactifs dans les usines municipales d'incinération partout dans la ville. Ces gens criminels sont légalement élus. Vive la démocratie.
Des débris avec 200 becquerels par kilo de césium vont brûler pour produire des cendres qui pourront contenir 6600 becquerels par kilo de césium (33 fois la concentration). Je ne sais pas de quelle norme nationale ils parlent mais en supposant que c'est 8000 becquerels par kilo qui est décrété sans danger par le ministère de [la destruction de] l'environnement, les cendres d'Osaka seront trop radioactives pour les enfouir à l'abandon. Et bien je suppose qu'ils peuvent simplement les mélanger pour diminuer le taux de radioactivité.

Il est possible que les chambres de suppression des réacteurs 1 et 3 soient également endommagées

Et non pas juste la chambre de suppression du réacteur 2, car même TEPCO admet qu'elle est endommagée pour des raisons inconnues.

De Nihon Télévision News 24 (7 décembre ) :


L'analyse des explosions d'hydrogène lors de l'accident ont révélé la possibilité que la chambre de suppression des réacteurs 1 et 3 soient endommagées.

Le Pr Takashi Tsuruda de l'université d'Akita l'a rapporté dans un symposium organisé à Yokohama le 7 décembre. Selon l'analyse, quelque chose qui semble de la vapeur saturée contenant des produits de fission a été observé s'échappant du bâtiment de réacteur après les explosions des réacteurs 1 et 3. À partir de là, le Pr Tsuruda a conclu qu'il était probable que les chambres de suppression de ces réacteurs aient été endommagées par les explosions d'hydrogène.
Il dit qu'une expérience de simulation serait nécessaire pour aller plus loin dans l'examen des explosions.

En regardant son profil, la spécialité du Pr Tsuruda est dans les réactions chimiques et l'étude de la combustion en particulier.

2 commentaires:

  1. Pourquoi ils attendent pour installer des compteurs sur les fuites ?
    C'est vraiment du n'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  2. Fukushima : l’équivalent d’une région française devenue radioactive
    "[...]C’est la première fois depuis la catastrophe que les autorités confirment la vente de riz contaminé. Le présentateur de télévision Norikazu Otsuka, qui consommait en direct des produits de la région de Fukushima pour en montrer l’innocuité, a récemment été hospitalisé pour une leucémie aigüe. Ce qui n’a pas rassuré les deux millions d’habitants de la zone.[...]Un rapport publié fin novembre par les autorités japonaises souligne que 8 % du territoire du Japon est fortement contaminé par du Césium radioactif. Soit 30.000 km². L’équivalent de la superficie de la Bretagne ou de la région PACA. Le Césium s’est diffusé à plus de 250 kilomètres vers l’ouest, et jusqu’à la préfecture de Okinawa, à 1700 km de la centrale, selon le ministère des Sciences [1]. Une zone de 20 km autour de la centrale a été évacuée en mars, et à 30 km les habitants avaient pour consigne de se calfeutrer chez eux, prêts pour une évacuation. Les dernières cartes publiées par le ministère montrent que la zone à risque est beaucoup plus étendue. 300.000 personnes vivent dans la ville de Fukushima, où la radioactivité cumulée atteignait en mai plus de 20 fois la limite légale.[...]"
    http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=7631

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.