Bistro Bar Blog

jeudi 27 novembre 2014

Hygiène des cheveux : arrêter les shampoings, c'est possible ?

De lien en lien, je suis arrivée sur un blog qui remet en question l'habitude des "civilisés" de se laver les cheveux avec du shampoing. Toute réflexion amenant à remettre quoi que ce soit en question est intéressante et très saine. Et c'est sympa d'expérimenter, d'autant que les ingrédients nécessaires sont parfaitement inoffensifs.

J'ai le souvenir de ma grand-mère paternelle que j'ai toujours connue avec de très longs cheveux (jusqu'à la taille) jusqu'à un âge avancé, qu'elle coiffait avec une sorte de chignon à l'ancienne mode. Elle me disait qu'elle ne lavait ses cheveux qu'une fois par an, mais qu'elle les brossait tous les jours. Je n'ai jamais constaté qu'elle avait des cheveux gras ou sentant mauvais.

Il faut dire qu'à cette époque, il y avait beaucoup moins de pollution atmosphérique et moins de particules grasses.

Mais quand même, cela donne à réfléchir.

Certaines personnes en arrivent à se shampouiner tous les jours, car le cuir chevelu libère son sébum en réaction proportionnelle à l'agression subie quotidiennement. Quel esclavage !

Cet article s'adresse à ces inconditionnels du shampoing fréquent et/ou à ceux qui acceptent de remettre en question l'utilisation du shampoing et qui ne veulent pas engraisser L'Oréal and Co avec leurs produits chimiques.

*****************

LE JOUR OÙ J’AI ARRÊTÉ DE ME LAVER LES CHEVEUX


Bonjour, je m’appelle Ophélie et je ne me lave pas les cheveux.

Sujet sensible.

Je vous imagine déjà, un petit air de dégoût au visage, mi-intrigués, mi-écœurés, en train d’essayer de vous imaginer l’état de ma chevelure et de plaindre inconsciemment l’homme de ma vie.

Bon, je tiens à vous rassurer : mes cheveux sont propres, ils sentent bon et même mon chéri ne se lasse pas d’y passer la main. Ça vous va ?

Et si je vous explique mes motivations et ma démarche, on est toujours amis ?...

Vous n’en avez jamais eu assez, vous, de voir sans cesser vos cheveux regraisser à peine le premier shampoing réalisé ? De supporter ces racines toutes grassouillettes, luisantes à s’en rendre phosphorescentes dans l’obscurité ? Cette tignasse raplapla sitôt le lendemain arrivé et que vous tentez vainement de cacher derrière un élastique bien serré ou un gros bandeau sévèrement noué ? Et c’est sans compter les pointes ! Vous savez, ces foutues pointes qui n’en ont pas fini de sécher et de finir en branches de râteau, à force d’être raclées à grand renfort de shampoo-après-shampoo-baume-éclatant-coloration-béton-crème-à-défrisotter-huile-de-foie-de-morue-kératinée ?

Et bien moi, à un moment, j’ai dit STOP.

J’en ai eu assez. Assez de claquer de l’argent dans des produits qui semblaient faire plus de mal à mes cheveux que de bien. Assez de passer une heure dans la salle-de-bain sitôt la séance de sport écoulée. Assez de ne pas aller à la piscine parce que je ne savais que trop dans quel état serait mon scalp à la sortie d’un bain prolongé dans l’eau chlorée. Assez de griller sèche-cheveux sur sèche-cheveux. Assez de me les peler quand le dernier décida de rendre son âme à Dieu (mauvaise idée quand le chauffage de l’appart peine à lutter contrer les -10°C dehors). Bref, tout simplement assez d’allouer autant de temps et d’argent à une partie de mon corps d’une importance, somme toute, non vitale, et d’utiliser des produits ni bons pour ma santé, ni pour la planète.

Alors, un jour, j’ai décidé de tout arrêter.

Et vous savez quoi ?

Ça a l’air de marcher.

mercredi 26 novembre 2014

Photos

L'aspect reconstitué de Toutankhamon, avec un pied bot, de larges hanches et un visage nettement moins beau que ne le laisse supposer son masque funéraire






Elvis en 1948 (13 ans)

mardi 25 novembre 2014

Voyage en Chine et pivoines

Roselyne, mon amie peintre, est allée, toute seule, faire un voyage de 3 semaines en différents endroits de Chine au mois de septembre. Elle nous a rapporté de belles photos de sa visite des sommets du Huangshan, les Montagnes Jaunes.



Voulant perfectionner sa technique, elle a eu la chance et le privilège d'assister à la réalisation d'un tableau par un maître spécialiste des pivoines, Shao Zhongjie. Il a 89 ans et ne vient plus qu'exceptionnellement faire une démonstration. Il utilise une peinture spéciale qui n'est ni de  l'aquarelle, ni de la gouache, mais qu'il fait fabriquer. Admirez la technique :



Un autre tableau de Shao Zhongjie :



Vous pouvez admirer quelques tableaux de Roselyne sur son site 

Et d'autres vidéos de son voyage sur sa chaîne YouTube.

lundi 24 novembre 2014

Histoires de pieds ... chaussés


Les pieds de l'humanité dite "civilisée" ont souvent souffert d'emprisonnement. Quelle que soit leur forme, elles privent l'homme de son branchement indispensable à la terre.

Avant d'aborder l'histoire des talons hauts, un petit détour vers la coutume barbare et invalidante du bandage de pied des chinoises, qui aurait démarré au 10ème siècle.


Début 1900


"Le bandage des pieds commençait vers l’âge de quatre ou cinq ans. La mère tirait les quatre petits orteils sous le pied, vers le talon, le gros orteil étant laissé libre. La marche forcée sur le pied enveloppé dans des bandages de plus en plus serrés cassait les os des orteils. Dans un deuxième temps, le pied était cassé transversalement sur un cylindre de cuivre, afin d’en faire se rejoindre l’avant et l’arrière, à l’exception du gros orteil, et d’accentuer la courbure de la voûte plantaire. Le but recherché était d’obtenir un pied aussi petit que possible, entre neuf et dix-sept centimètres à l’âge adulte, mais aussi d’une forme très particulière : un gros orteil proéminent, une voûte plantaire en forme de cavité arrondie.




Outre les souffrances infligées par cette torture lente s’étalant sur toute la durée de la croissance ; outre l’infirmité à vie due à ces pieds dysfonctionnels, qui ne permettaient qu’une marche à petits pas, sautillante, limitant, bien sûr, les déplacements et confinant ces femmes à la maison, les pieds ainsi mutilés exposaient celles-ci aux ankyloses, surinfections, atrophies musculaires, paralysies…"

Lire la suite ICI.


******************

L'origine des talons hauts – un accessoire naguère essentiel pour les hommes


Anciens Origins

Traduit par Hélios

La chaussure à haut talon est aujourd'hui un modèle de chaussures porté presque exclusivement par les femmes. L'histoire des talons hauts nous montre pourtant que ce ne fut pas toujours le cas. Les talons hauts furent, à diverses époques, portés aussi par les hommes. De plus, alors que les talons hauts sont portés aujourd'hui dans un but esthétique, il n'en a pas toujours été ainsi dans le passé, car ils avaient à certains moments une destination pratique. 

"Les gardiens du silence" : la censure américaine sur les OVNI


Le dernier "bébé" des éditions Nouvelle Terre. 
Le crash de Roswell a bien eu lieu et ce n'était pas un accident.


"La polémique sur l'OVNI de Roswell au Nouveau-Mexique en 1947 n'en finit pas d'être relancée.
La légende, reprise par des théoriciens de la conspiration dans d'innombrables documentaires, tourne autour d'allégations sur un objet inhabituel tombé du ciel – un objet si bizarre que l'US Air Force avait publié un communiqué de presse disant qu'une soucoupe volante s'était crashée.
Cette histoire fut rapidement désavouée, créant ce qui deviendrait l'une des plus grandes légendes urbaines de l'histoire américaine.
La plupart de ceux qui, jusqu'à aujourd'hui, voulaient discréditer l'affaire, doutaient même de l'événement. Dans une interview exclusive aujourd'hui, le lieutenant colonel Richard French, retraité de l'Air Force, a raconté au Huffington Post qu'il y a eu en fait deux crashs. 

 
Cette révélation est particulièrement remarquable étant donné que French était connu autrefois comme démystificateur des histoires d'OVNI.
"Il y a eu en fait deux crashs à Roswell, il n'y a pas grand-monde à le savoir", a déclaré French au HuffPost. "Le premier OVNI a été descendu par un avion US expérimental qui volait près de White Sands, Nouveau-Mexique, et il a tiré avec ce qui était en réalité une arme à pulsations électroniques qui perturbait et déstabilisait tous les contrôles de l'OVNI, et c'est pour cette raison qu'il s'est écrasé."


Extrait d'un article du Huffington Post daté d'août 2012, cité dans le dernier livre édité par les éditions Nouvelle Terre, "Les Gardiens du Silence", écrit par Marc Saint-Germain. 

Ce livre fait en quelque sorte suite aux deux tomes de "Révélations" de Steven Greer, traduits et édités également par les éditions Nouvelle Terre.

Dans ce livre qui s'appuie sur des documents Top secret déclassifiés, on apprend donc qu'il y a bien eu deux soucoupes qui ont été descendues à Roswell en juillet 1947, sur le site de White Sands, par l'action voulue de puissants radars et que des cadavres ont été récupérés et autopsiés. 

OVNIS et extraterrestres censurés par les américains : Les preuves !

« […] les occupants apparaissent à bien des égards comme humains avec quelques différences anatomiques au niveau de la tête, des yeux, des mains et des pieds. D’une taille d’un mètre cinquante, ils sont de constitution chétive, leur peau étant de couleur grise rosâtre. Leur corps est dépourvu de pilosité et ils sont vêtus d’une tenue de vol moulante qui semble être à l’épreuve du feu (quelques-uns des corps laissaient supposer des brûlures à la tête et aux mains). Leur stature générale rappelle celle de jeunes enfants. Nous pensons qu’il y avait des individus des deux sexes, mais ils étaient difficiles à différencier. »
Extrait (traduit) de la page six d’une synthèse ultra-secrète de 1947 de l’Interplanetary Phenomenon Unit (« Unité des Phénomènes interplanétaires »), un document dont le niveau de classification passa en 1960 de « Top Secret » à « MAJIC » par le fait d’Allen Dulles, alors directeur de la CIA...



On apprend aussi que des OVNI ont été récupérés avant la guerre par les allemands, en 1941 par les américains et que le secret le mieux gardé d'Amérique était et est toujours celui sur les ET et leurs engins et la rétroingénierie à partir de la récupération des engins extraterrestres avec l'aide de scientifiques nazis, gentiment "invités" par les US.

On ne sera pas étonné non plus d'apprendre que les recherches sur les engins extraterrestres ont été financées par l'argent du trafic mondial d'opiacés organisé et géré par la CIA (elle-même créée au départ en rapport avec l'ufologie pour assurer les opérations psychologiques de désinformation et la surveillance). 



À paraître début 2015 chez le même éditeur : "Pour cause de sécurité nationale" de Cathy O'Brien et Mark Phillips, suite de "L'Amérique en pleine transe-formation".


dimanche 23 novembre 2014

L'effet miroir

Jeu de miroirs

Un article du site e-ostadelahi.



Pour compléter et affiner mon autoportrait, j’avais décidé d’utiliser les autres comme miroir, autrement dit, observer le comportement des autres à mon égard et essayer d’en tirer des informations sur ce que je suis et des directions pour mon travail de perfectionnement spirituel. Ayant pris cette résolution, le matin, je me suis préparée pour aller au travail. J’ai sorti ma voiture du garage mais au moment de prendre la route, j’ai réalisé que j’avais oublié mon téléphone. J’ai laissé ma voiture en épi face au portail et j’ai foncé chercher mon téléphone. Quand je suis retournée à la voiture moins de deux minutes plus tard, j’ai aperçu la vieille dame grincheuse du quartier donner un grand coup de canne dans la jante de la roue avant. « C’est systématique, me suis-je dit, à chaque fois que je laisse la voiture deux minutes devant le portail, elle arrive comme par hasard et balance un coup de canne dedans ! » Cette fois-ci, mon sang n’a fait qu’un tour et je lui ai dit plutôt vertement ce que j’en pensais : « je ne reste jamais plus de deux minutes, il ne faut pas exagérer, c’est devant chez moi, etc. »

Énervée, j’ai démarré et allumé la radio histoire de me calmer un peu. À ce moment-là, j’ai entendu l’animateur dire « Et vous, qu’avez-vous pris comme bonne résolution aujourd’hui ? ». Et là, je me suis figée… J’avais totalement oublié le jeu du miroir. J’ai alors essayé de voir ce que la scène qui venait de se dérouler pouvait m’apprendre sur moi, mais j’avais beaucoup de mal, j’étais encore passablement énervée : « quand même, cette bonne femme exagère, elle fait des histoires pour rien, je n’ai laissé ma voiture qu’une minute sur le trottoir, elle peut bien la contourner quand même, ça lui prend trois secondes et elle n’a que ça à faire. Non, il n’y a aucun élément de connaissance de soi à tirer de cette histoire ». En dépit de cette belle conclusion, je n’étais pas tranquille. Je revoyais la mamie qui, même avec l’aide de sa canne, a du mal à marcher. Je revoyais la rue étroite où certaines voitures déboulent à toute vitesse. Je revoyais ma voiture qui a obligé la vieille dame à descendre sur la chaussée pour la contourner… C’est à ce moment que suis arrivée au travail et que le fil de mes pensées a été interrompu.


samedi 22 novembre 2014

Paris d'antan (photos)

Une série de photos de Paris au sortir de la première guerre mondiale. Ces photos sont signées Pierre-Yves Petit. 

Ce nom vous est-il inconnu ?

Vous le connaissez forcément, mais sous cette forme :



C'est Pierre-Yves Petit (1886-1969) qui a créé en 1922 la fameuse maison de cartes postales Yvon, d'après le diminutif de son prénom. L'entreprise a fêté ses 90 ans en 2012. Et elle se porte toujours bien.

Les photos à suivre datent de 1920.

Les parisiens reconnaîtront des lieux, qu'on trouvera à juste raison bien déserts...






vendredi 21 novembre 2014

L'incroyable armée d'outre-tombe du premier empereur de Chine : techniques de fabrication


Des milliers de soldats, plus de 600 chevaux, tous grandeur nature et armes réelles de toute sorte ont été enterrés il y a plus de 2000 ans dans d'immenses fosses occupant une superficie de plus de 20.000 m². Seul le tombeau de l'empereur n'a pas été exhumé, car certaines malédictions y sont attachées. On se demande si chaque personnage est une pièce unique ou s'il est le fruit d'une fabrication en série. Quelques découvertes à ce sujet dans la traduction ci-dessous.


Ce sont les oreilles qui fournissent des pistes sur la technique de création des antiques guerriers chinois en terre cuite






Traduction par Hélios

La technologie permet d'imaginer comment cet empereur chinois a pu faire fabriquer une armée pour l'éternité.

Le premier empereur de Chine, Qin Shi Huang, était un homme hanté par la mort.

En 246 avt J-C, le dirigeant encore adolescent fit la commande d'un immense tombeau qui contiendrait tout ce qui lui serait nécessaire dans la prochaine vie, dont une armée entière de guerriers en terre cuite grandeur nature, des puissants généraux jusqu'aux humbles fantassins. Rangée en formation de bataille dans des fosses proches de la tombe impériale, l'armée d'argile monte la garde depuis plus de 2000 ans. C'est en 1974 que des fermiers de la région découvrirent le site pendant le creusement d'un puits.

Depuis cette époque, les archéologues se sont creusés la tête pour comprendre comment les artisans d'alors ont pu produire 7000 soldats d'argile aussi réalistes jusqu'à leurs élégantes barbiches et leurs nattes tressées. Certains ont suggéré que les statues ont été modelées d'après des guerriers ayant réellement existé; d'autres pensent que des oreilles, des nez et des bouches d'argile différents ont été ajoutés sur des statues standard. 


mercredi 19 novembre 2014

Les bizarres effets électromagnétiques qui suivent les NDE


Les bizarres conséquences électromagnétiques des NDE


Par Buck Rogers, Waking Times

Traduit par Hélios

Les débats autour des NDE (near-death experience, expérience aux frontières de la mort) sont habituellement centrés sur les questions concernant l'après-vie et ce qui se passe pour la conscience quand elle emprunte l'emblématique tunnel de lumière. Les sceptiques, bien entendu, les envisagent sous l'angle scientifique, se demandant si le patient est réellement mort ou si la recherche est légitime et ce genre de choses.

Ce dont on parle moins fréquemment, pourtant, c'est ce qui passe pour les gens après une NDE et quels changements se produisent aux plans psychologique et physiologique. Il existe des milliers d'exemples archivés de NDE qui offrent un témoignage sur la possibilité d'une vie après la mort, mais qu'en est-il de la vie après une expérience aux frontières de la mort ?
"Quatre-vingt pour cent environ de gens ayant expérimenté un état aux frontières de la mort ont déclaré que leur vie avait changé à jamais. Un examen plus poussé montre malgré tout l'émergence de surprenantes dimensions. Les gens ayant vécu cette expérience ne revenaient pas avec uniquement un enthousiasme accru pour la vie et une vision plus spirituelle. Ils manifestaient des différences psychologiques et physiologiques spécifiques d'une ampleur jamais vécue auparavant." P.M.H. Atwater, Docteur es Lettres.
Phyllis, Marie, DeKeyser Atwater, docteur es lettres, chercheuse, est l'auteur de "Dying to Know You : Proof of God in the Near-Death Experience". C'est une chercheuse de réputation mondiale sur les NDE qui a vécu elle-même trois NDE.

Renards (photos)

Je n'ai pas résisté à publier (encore) des photos, trouvées sur Bored Panda.



Elles ont été prises par Ivan Kislov, un ingénieur des mines russe, pendant ses temps libres quand il apprécie de se promener dans la toundra arctique. Il aime prendre des photos de tous les animaux, mais il dit que les renards sont des modèles qui font preuve de bonne volonté, car ils sont curieux et peuvent s'approcher très près de lui.

Merci à ce monsieur pour ces merveilles.