Bistro Bar Blog

jeudi 29 janvier 2015

La psychiatrie : une fraude


Jon Rappoport dénonce les psychiatres et leurs définitions des troubles mentaux, appuyées sur du vent, mais sacralisées par la bible mondiale de la psychiatrie, le DSM, Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (dont la 5ème édition est en projet) qui est la référence internationale.


Psychiatrie : une branche entière de la science s'avère fausse





Traduit par Hélios



"La 'Compagnie de manufacture de la Réalité' ne fait pas que décider du passé, du présent et du futur de la consommation des masses. Elle explique pourquoi les choses sont ce qu'elles sont. Elle se nomme elle-même le maître d'attribution des causes, le roi de la cause et de l'effet". (The Underground, Jon Rappoport)

Les adeptes de la science supposent souvent que ce qu'on nomme science est réel et vrai. C'est obligatoire. Sinon, leur foi est brisée. Leur compréhension superficielle est fracassée. Leur "vision supérieure" du monde est torpillée.

Ces gens choisissent d'attaquer des cibles "anti-science" non officielles. Ils ne pensent jamais à inspecter l'énorme fraude dans leur propre maison.

Par exemple : la psychiatrie.

Le secret de polichinelle s'est lentement répandu dans la conscience du public depuis dix ans.

IL N'EXISTE AUCUN TEST DÉFINITIF DE LABORATOIRE POUR CE QU'ON NOMME TROUBLE MENTAL.

Et en plus :

TOUS LES TROUBLES MENTAUX SONT INVENTÉS, NOMMÉS, ÉTIQUETÉS, DÉCRITS ET LISTÉS par un comité de psychiatres, à partir d'un éventail de comportements humains.

Leurs découvertes sont publiées dans les éditions périodiquement mises à jour du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux [en anglais The Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM)], édité par l'Association de Psychiatrie Américaine.

lundi 26 janvier 2015

D'autres photos

Aarzu, 10 ans, Jaipur

En colère ?


samedi 24 janvier 2015

Phase créative

Je suis un peu moins présente sur le blog, car je suis en période créative et ça me plait bien... Plus trop le temps de faire des traductions.

J'ai découvert comment fleurir ma maison en hiver.

Comme ceci par exemple :



 Ou comme cela :


Ou bien ainsi:



Je me suis inspirée d'un tutoriel sur internet, que je vous communiquerai si vous êtes intéressés. Très sympa, mais long, il faut du temps, un peu de matériel, et de l'inspiration pour les couleurs.

La toute dernière création :




vendredi 23 janvier 2015

Les oiseaux de passage

Georges Brassens a mis en musique un passage de ce très long poème de Jean Richepin.





Ô vie heureuse des bourgeois
Qu'avril bourgeonne
Ou que décembre gèle,
Ils sont fiers et contents

Ce pigeon est aimé,
Trois jours par sa pigeonne
Ça lui suffit il sait
Que l'amour n'a qu'un temps

Ce dindon a toujours
Béni sa destinée
Et quand vient le moment
De mourir il faut voir

Cette jeune oie en pleurs
C'est là que je suis née
Je meurs près de ma mère
Et je fais mon devoir

Elle a fait son devoir
C'est a dire que oncques
Elle n'eut de souhait
Impossible elle n'eut

Aucun rêve de lune
Aucun désir de jonque
L'emportant sans rameurs
Sur un fleuve inconnu

Et tous sont ainsi faits
Vivre la même vie
Toujours pour ces gens là
Cela n'est point hideux

Ce canard n'a qu'un bec
Et n'eut jamais envie
Ou de n'en plus avoir
Ou bien d'en avoir deux

Ils n'ont aucun besoin
De baiser sur les lèvres
Et loin des songes vains
Loin des soucis cuisants

Possèdent pour tout cœur
Un viscère sans fièvre
Un coucou régulier
Et garanti dix ans

Ô les gens bien heureux
Tout à coup dans l'espace
Si haut qu'il semble aller
Lentement un grand vol

En forme de triangle
Arrive plane, et passe
Où vont ils? ... qui sont-ils ?
Comme ils sont loin du sol

Regardez-les passer, eux
Ce sont les sauvages
Ils vont où leur désir
Le veut par dessus monts

Et bois, et mers, et vents
Et loin des esclavages
L'air qu'ils boivent
Ferait éclater vos poumons

Regardez les avant
D'atteindre sa chimère
Plus d'un l'aile rompue
Et du sang plein les yeux

Mourra. Ces pauvres gens
Ont aussi femme et mère
Et savent les aimer
Aussi bien que vous, mieux

Pour choyer cette femme
Et nourrir cette mère
Ils pouvaient devenir
Volailles comme vous

Mais ils sont avant tout
Des fils de la chimère
Des assoiffés d'azur
Des poètes, des fous

Regardez les vieux coqs
Jeune Oie édifiante
Rien de vous ne pourra
Monter aussi haut qu'eux

Et le peu qui viendra
d'eux à vous
C'est leur fiente
Les bourgeois sont troublés
De voir passer les gueux

jeudi 22 janvier 2015

Mais où est le chat ... ?

Un petit interlude félin. Où le chat s'est-il encore caché ?






mardi 20 janvier 2015

Une initiative pour contrer un géant du e-commerce

Grâce à Amazon Killer, « on recrée des automatismes plus responsables »


 Interview - Comment reprendre le chemin des librairies ? En suivant Elliot Lepers, créateur d'une extension qui hacke le géant du e-commerce. Pour ce touche-à-tout du numérique, les micro-initiatives de ce type s'apprêtent à transformer la société.

Chercher un livre sur Amazon et découvrir qu’il est vendu dans la librairie en bas de la rue. Telle est l’expérience qu’ont pu faire les 6 000 internautes français qui, depuis le 28 décembre dernier, ont équipé gratuitement leur navigateur Internet Chrome [Possible sur Firefox, note d'Hélios]avec « Amazon Killer ». Une fois cette extension installée, à chaque recherche dans le catalogue du géant du e-commerce, l’internaute se voit indiquer les librairies les plus proches lui proposant le livre convoité. En cuisine, quelques lignes de code ont suffi pour créer un pont entre la base de données d’Amazon et celle du site Place des libraires. L’auteur de l’extension, Elliot Lepers, militant écolo – il était le directeur artistique de la campagne présidentielle d’Eva Joly – et « designer de politique », selon ses propres mots, voit dans ce type d’innovation un moyen redoutable de fabriquer de l’engagement. 

Terra eco : Quelle est la fonction d’Amazon Killer ?

 

Elliot Lepers : D’abord questionner l’acte d’achat sur Amazon. Cette extension n’est accompagnée d’aucun pamphlet contre l’impact social et environnemental du groupe. Mais le simple fait qu’Amazon Killer existe invite à se demander pourquoi Amazon pose problème. Ensuite, on interroge une habitude. Celle d’acheter en ligne sans même se demander si l’on pourrait trouver son bonheur dans le commerce de proximité. On se penche alors sur notre perception de la contrainte. Je m’explique : des acteurs comme Amazon fabriquent l’illusion de la facilité, ils façonnent nos usages autour des idées de progrès et de modernité, tels que leurs services marketing les ont définies. Ainsi, petit à petit, on devient otage d’un cocon de confort, qui nous endort. Un paradoxe le prouve. Paris est la ville d’Europe avec la plus grande densité de librairies. Il y a donc de fortes chances pour que le livre que l’on cherche se trouve à quelques dizaines de minutes de trajet. Dans le même temps, les Parisiens sont aussi les champions de l’achat en ligne. Dans ce cas, le livre n’arrive que le lendemain. Le geste reste pourtant associé à la rapidité et la simplicité. Avec Amazon Killer, l’idée c’est d’ébranler quelques certitudes pour recréer de nouveaux automatismes, plus cohérents et responsables.

La suite ICI.

dimanche 18 janvier 2015

L'énigme des peuples aux crânes allongés (2/2)

Deuxième article sur les crânes allongés avec la (re)découverte de crânes allongés de fœtus in utero.


Crânes allongés in utero : Un adieu au paradigme de la déformation crânienne artificielle ?


Traduction par Hélios



On explique habituellement les crânes allongés par le bandage de la tête ou déformation artificielle du crâne. Ce paradigme est apparu dans la première moitié du 19ème siècle comme explication aux crânes inhabituels découverts en Europe et en Amérique du sud, dans des lieux comme la Crimée et le Pérou respectivement. L'idée dominante derrière le paradigme du bandage de la tête est que TOUS les crânes allongés sont le résultat d'une modification intentionnelle de la forme du crâne par l'application d'une pression extérieure. En d'autres mots, TOUS les crânes allongés sont simplement des crânes 'normaux' déformés semblables à ceux des humains modernes.

Crâne allongé de Crimée (à gauche) et d'autres parties du monde. Baer, 1860


Quelle preuve pourrait remettre en cause ce paradigme ? Pas de problème – l'existence de fœtus avec des crânes allongés, c'est à dire la preuve que de tels crânes avaient déjà une forme allongée in utero, avant toute possibilité de bandage de tête. Avons-nous une telle preuve ? Oui ! De plus, cette preuve est connue de la communauté académique depuis plus de 163 ans !


samedi 17 janvier 2015

L'énigme des peuples aux crânes allongés (1/2)

L'énigme des "crânes allongés" retrouvés sur des squelettes et momies un peu partout dans le monde. L'hypothèse dominante est que l'allongement est fait mécaniquement par diverses techniques. Mais quand on découvre une momie de fœtus dans le ventre de sa mère qui a aussi un crâne allongé, intervient un élément nouveau qui fait penser que la race aux crânes allongés a existé telle quelle et qui appelle à bien d'autres questions. D'où vient donc ce peuple ? Pourquoi a-t-il disparu, sachant qu'on a retrouvé ces crânes un peu partout sur Terre ? 

La découverte des momies de fœtus date de la moitié du 19ème siècle... Pourquoi le silence à ce sujet ?

Deux articles d'Igor Gontcharov. Une interview de Marc Laplume aujourd'hui, et demain les documents attestant de fœtus aux crânes allongés in utero.




Crânes allongés et réfutation de l'histoire des peuples de l'antiquité : une interview de Mark Laplume


Par Igor Gontcharov

Traduction par Hélios

Mark Laplume

Mark Laplume est un artiste et un chercheur indépendant qui s'est engagé dans la reconstitution des crânes allongés sous forme de dessins. Il partage avec nous aujourd'hui ses connaissances sur ces crânes mystérieux.

Igor Gontcharov : Mark, comment en êtes-vous venu à vous intéresser aux crânes allongés et pourquoi avez-vous décidé de reconstituer l'apparence de ces peuples ?

Mark Laplume : En 2006, en téléchargeant Google Earth pour la première fois, j'ai recherché les endroits que je connaissais et me suis dirigé ensuite tout droit sur l'extrémité sud du lac Titicaca. J'ai été stupéfait par ce que j'y ai vu. Sur des kilomètres à la ronde les sommets étaient recouverts d'immenses vestiges. J'ai su que quelque chose d'incroyable s'était passé là-bas mais l'ai chassé de mes pensées, n'ayant trouvé personne qui s'y intéressait et avec qui le partager.

Preuve d'ancienne civilisation en Bolivie. Crédit: Google Maps


Six ans plus tard, j'ai lu un article de Brien Foerster dans lequel il présentait des crânes allongés. J'ai eu la chance de le contacter et de parler un peu de ce que j'avais vu.



jeudi 15 janvier 2015

Le dernier train pour la Tour Eiffel

Le nom de "Lisch" ne vous dit rien ? Pourtant des millions de personnes empruntent depuis longtemps une des gares parisiennes, la gare St Lazare, dont l'architecte se nommait Juste Lisch (1828-1910).

Cet architecte a réalisé aussi la restauration de plusieurs monuments, comme le château de Pierrefonds et a conçu les plans de plusieurs gares, dont la gare du Havre, de Rouen, de Javel, de Colombes et une gare dont les vestiges subsistent dans un coin de banlieue.

C'est à cette gare oubliée, construite en 1878, que s'est intéressé l'auteur du site MessyNessy, un américain à Paris qui doit mieux connaître la capitale que beaucoup de parisiens (un autre article de ce site que j'avais traduit, "La petite ceinture")



Le dernier train pour la Tour Eiffel : la gare oubliée de Paris


Par MessyNessy, septembre 2014

Traduit par Hélios


À la périphérie de Paris, au fond d'un parc de stationnement dans une rue transversale du calme quartier résidentiel d'Asnières sur Seine [à la limite de Bois-Colombes], se trouve une ancienne gare oubliée ; des arêtes qui s'effritent, des angles noircis et une façade dévastée.




mardi 13 janvier 2015

Comment j'ai perdu 100 kilos sans faire de régime

La manière intelligente de maigrir. Témoignage.


Comment j'ai maigri de 100 kilos sans faire de régime



Traduit par Hélios




En 2001, je pesais plus de 180 kilos. J'ai essayé tous les régimes possibles pour perdre du poids. J'ai même travaillé avec le Dr Atkins [l'auteur du célèbre régime (1930-2003)] lui-même pendant deux mois, et après m'avoir délesté de quelques milliers de dollars, ce qu'il a trouvé de mieux à faire a été de me hurler dessus d'être aussi gros.


Tous les régimes entrepris se terminaient de la même manière. Il y avait une liste complète d'aliments que je n'étais pas autorisé à manger. Je suivais le régime à la lettre. Je perdais un peu de poids en me faisant violence et grâce à ma volonté. Puis arrivait l'inévitable moment où je n'en pouvais plus et j'allais me goinfrer. Peu importait le poids perdu avec le régime, il revenait en l'affaire de quelques jours et une semaine plus tard, je pesais 2 kilos de plus qu'avant mon régime. Ce rythme d'une perte de 5 kilos suivie d'une prise de 7 kilos démarra en 1990, jusqu'à atteindre en septembre 2001 mon poids maximum de 185 kilos.


Puis il y eut un tournant majeur. Le 11 septembre, j'ai été à un cheveu de me retrouver sur le vol 93. Cette expérience m'a donné le sentiment que je vivais en sursis. J'étais ici, à me tuer pour un travail stressant et que je détestais à Wall Street et l'univers venait de me donner une seconde chance.